BRIBES EN LIGNE
il n’était qu’un ce pays que je dis est ainsi va le travail de qui envoi du bulletin de bribes douze (se fait terre se la poésie, à la dernier vers aoi   c’est extrêmement nice, le 18 novembre 2004 mouans sartoux. traverse de la danse de dernier vers aoi       sous et ma foi, rêves de josué, tandis que dans la grande tout est prêt en moi pour l’homme est les dieux s’effacent glaciation entre       un deuxième apparition de nouvelles mises en je t’enfourche ma  l’écriture       la   le 10 décembre  dans le livre, le (À l’église j’ai ajouté n’ayant pas écrirecomme on se f j’ai voulu me pencher religion de josué il     une abeille de il faut aller voir non... non... je vous assure, recleimet deu mult       arauca  pour de aux barrières des octrois station 4 : judas  je rêve aux gorges dernier vers aoi       le À max charvolen et martin  l’exposition        la vous avez j’ai longtemps assise par accroc au bord de constellations et le soleil n’est pas pour michèle gazier 1)  hier, 17    courant dernier vers doel i avrat,     un mois sans un verre de vin pour tacher 1257 cleimet sa culpe, si f les marques de la mort sur seins isabelle boizard 2005       et le travail de bernard et que vous dire des encore une citation“tu       le     les provisions deux nouveauté,  un livre écrit elle disposait d’une dernier vers aoi ici, les choses les plus je suis vi.- les amicales aventures macles et roulis photo (dans mon ventre pousse une madame est une  dernières mises de toutes les dernier vers aoi le vieux qui bernard dejonghe... depuis antoine simon 6 li emperere s’est   j’ai souvent les cuivres de la symphonie 1. il se trouve que je suis       allong       (       pav&ea l’éclair me dure,       ...mai errer est notre lot, madame, attendre. mot terrible. en introduction à   iv    vers une autre approche de quand vous serez tout si, il y a longtemps, les lancinant ô lancinant poussées par les vagues c’est le grand si tu es étudiant en il n’y a pas de plus le temps passe si vite,     surgi     nous la liberté s’imprime à a claude b.   comme 1 la confusion des les grands       &n       p&eacu madame est la reine des dorothée vint au monde dernier vers aoi       apr&eg une fois entré dans la j’ai parlé que reste-t-il de la des voiles de longs cheveux à la bonne dans les rêves de la les parents, l’ultime pour michèle gazier 1 f tous les feux se sont antoine simon 14 rossignolet tu la quai des chargeurs de ma voix n’est plus que 1254 : naissance de la gaucherie à vivre,       " ce n’est pas aux choses   maille 1 :que       je apaches : comme c’est  “comment dans le patriote du 16 mars de sorte que bientôt d’ eurydice ou bien de       je a christiane violette cachéeton       dans guetter cette chose nos voix macao grise       fourmi f qu’il vienne, le feu       dans chaises, tables, verres,       longte tout en travaillant sur les       une juste un (ô fleur de courge... la vie est ce bruissement       ce maintenant il connaît le  dans toutes les rues dernier vers aoi    7 artistes et 1     après merle noir  pour bal kanique c’est bien sûr, il y eut franchement, pensait le chef,       " il aurait voulu être elle ose à peine   un c’est parfois un pays et te voici humanité il arriva que       sur dernier vers s’il etait-ce le souvenir je dors d’un sommeil de à nice, le 30 juin 2000 (ma gorge est une nice, le 8 octobre pour martin       assis       l̵ dans les horizons de boue, de       quinze       dans le 19 novembre 2013, à la       les       voyage   marcel       je me madame, vous débusquez pour julius baltazar 1 le pas de pluie pour venir à propos des grands il n’est pire enfer que       &eacut très malheureux... au seuil de l’atelier les dernières j’aime chez pierre       ton je déambule et suis   ciel !!!!       en un j’ai en réserve  hors du corps pas antoine simon 29 dernier vers aoi     à       le passet li jurz, la noit est (josué avait lentement tout à fleur d’eaula danse au commencement était je t’enlace gargouille dernier vers aoi la vie humble chez les dernier vers aoi de soie les draps, de soie 1) notre-dame au mur violet le 28 novembre, mise en ligne       l̵ l’art n’existe à sylvie (de)lecta lucta    il y a le « 8° de « amis rollant, de dentelle : il avait ki mult est las, il se dort       " on préparait on trouvera la video et encore  dits dernier vers aoi     double frères et j’écoute vos ils s’étaient dernier vers aoi j’ai travaillé antoine simon 3  mise en ligne du texte granz est li calz, si se quelques textes tendresse du mondesi peu de le recueil de textes       &agrav dernier vers aoi polenta       &n       au temps où le sang se régine robin,   pour théa et ses et il parlait ainsi dans la       pour gardien de phare à vie, au   dits de coupé en deux quand la langue est intarissable tu le saiset je le vois autres litanies du saint nom       dans souvent je ne sais rien de le tissu d’acier pour lee l’ami michel dans ce périlleux       &agrav pourquoi yves klein a-t-il       crabe-   ces notes       descen mon travail est une laure et pétrarque comme       pav&ea pour mes enfants laure et onzième halt sunt li pui e mult halt six de l’espace urbain,       au dans la caverne primordiale au rayon des surgelés chercher une sorte de       o fontelucco, 6 juillet 2000       allong dernier vers aoi       ( coupé le sonà preambule – ut pictura       vu   il avait accepté       que travail de tissage, dans vous dites : "un quel étonnant  epître aux nous avancions en bas de       et tu "moi, esclave" a avec marc, nous avons       parfoi antoine simon 16 cinquième citationne       apr&eg  la toile couvre les       la       apparu  au travers de toi je carissimo ulisse,torna a rien n’est ecrire sur "et bien, voilà..." dit et tout avait   voici donc la       deux 1-nous sommes dehors.     [1]  jusqu’à il y a un jour, vous m’avez d’un côté et c’était dans reflets et echosla salle madame est toute l’erbe del camp, ki un homme dans la rue se prend fragilité humaine.  le livre, avec       au tout est possible pour qui et je vois dans vos se placer sous le signe de clquez sur quand les eaux et les terres    si tout au long vue à la villa tamaris je crie la rue mue douleur les textes mis en ligne       jardin le scribe ne retient la réserve des bribes    de femme liseuse     vers le soir à la mémoire de pluies et bruines, ce qui importe pour introibo ad altare pour yves et pierre poher et dernier vers aoi antoine simon 19 neuf j’implore en vain pour andrée le géographe sait tout normal 0 21 false fal zacinto dove giacque il mio deux ce travail vous est histoire de signes .       " comme un préliminaire la cyclades, iii° iloec endreit remeint li os       avant il est le jongleur de lui bientôt, aucune amarre giovanni rubino dit       grappe depuis ce jour, le site seul dans la rue je ris la la bouche pure souffrance       longte dans le pays dont je vous       embarq dans les carnets deuxième suite monde imaginal, temps de pierres       object moi cocon moi momie fuseau  les œuvres de je sais, un monde se onze sous les cercles le passé n’est       pass&e      & genre des motsmauvais genre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans l’orage ralant | (Rifugio Monte Visto) ->
Sur le toit gueulant
© Daniel Biga

Les quatres saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

sur le toit gueulant

dégringolant piqué trois fois

échappant juste au reste du guêpier

 

Publication en ligne : 4 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette