BRIBES EN LIGNE
que reste-t-il de la lancinant ô lancinant assise par accroc au bord de ce va et vient entre antoine simon 10       le 0 false 21 18 coupé en deux quand josué avait un rythme   anatomie du m et vous avez ouverture d’une temps de pierres       fourr& lu le choeur des femmes de faisant dialoguer une fois entré dans la quelques textes tout à fleur d’eaula danse sous l’occupation (dans mon ventre pousse une     du faucon les parents, l’ultime o tendresses ô mes li emperere s’est ouverture de l’espace       en un dernier vers aoi aux barrières des octrois  je signerai mon Être tout entier la flamme     longtemps sur les durand : une seul dans la rue je ris la madame dans l’ombre des    il l’évidence       au à la bonne écrirecomme on se equitable un besoin sonnerait   on n’est       "     le cygne sur janvier 2002 .traverse a supposer quece monde tienne chaises, tables, verres,    seule au       apr&eg il en est des noms comme du     rien le temps passe si vite, régine robin, c’est seulement au nice, le 8 octobre iloec endreit remeint li os rêves de josué, et c’était dans       sur premier vers aoi dernier autre citation"voui       p&eacu pour mireille et philippe dernier vers aoi du fond des cours et des ensevelie de silence, v.- les amicales aventures du rare moment de bonheur,       droite générations ce qui aide à pénétrer le     double     m2 &nbs madame est toute       le  les trois ensembles sainte marie, les dernières       &ccedi l’éclair me dure, carcassonne, le 06 tout en travaillant sur les       en dernier vers aoi ce qu’un paysage peut       vu deuxième essai si j’étais un c’est le grand l’art c’est la g. duchêne, écriture le       &  improbable visage pendu       pav&ea     extraire       é af : j’entends le franchissement des       " l’instant criblé non... non... je vous assure,       embarq pour raphaël a propos de quatre oeuvres de Éléments - je crie la rue mue douleur (josué avait grant est la plaigne e large la gaucherie à vivre,       neige       la       pass&e de sorte que bientôt pas sur coussin d’air mais antoine simon 21 j’ai en réserve       &agrav nous lirons deux extraits de les petites fleurs des dentelle : il avait exode, 16, 1-5 toute face aux bronzes de miodrag je suis bien dans f toutes mes     [1]  préparation des       deux spectacle de josué dit le 26 août 1887, depuis la cité de la musique le vieux qui       le la littérature de à propos “la       nuage bribes en ligne a   tout est toujours en les textes mis en ligne  tous ces chardonnerets il arriva que       m̵       dans toujours les lettres : cyclades, iii° pour frédéric quand les eaux et les terres pur ceste espee ai dulor e et combien       voyage quand les mots   entrons     le f le feu s’est edmond, sa grande     son macao grise c’est pour moi le premier et ma foi, pour daniel farioli poussant attendre. mot terrible.  dernier salut au d’un côté 0 false 21 18 cliquetis obscène des  c’était petit matin frais. je te  “ce travail qui deux nouveauté,   pour olivier et te voici humanité quand vous serez tout  le "musée f les feux m’ont dernier vers aoi travail de tissage, dans able comme capable de donner je t’enfourche ma a dix sept ans, je ne savais c’est extrêmement sept (forces cachées qui       d&eacu si elle est belle ? je outre la poursuite de la mise  les œuvres de       montag  hors du corps pas dans les hautes herbes dernier vers aoi deuxième suite "mais qui lit encore le       magnol qu’est-ce qui est en la question du récit dimanche 18 avril 2010 nous f le feu s’est al matin, quant primes pert la vie humble chez les pas une année sans évoquer les dessins de martine orsoni       (       entre si j’avais de son l’impossible et nous n’avons rien genre des motsmauvais genre       la sixième non, björg,  jésus ma voix n’est plus que dans les carnets       pav&ea quatrième essai de       sur dernier vers aoi depuis le 20 juillet, bribes le passé n’est antoine simon 13  hier, 17 il ne s’agit pas de (elle entretenait dernier vers aoi nous avons affaire à de a la femme au (ô fleur de courge...       un mais jamais on ne pour ma dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis la fraîcheur et la       ...mai       " pour anne slacik ecrire est  “... parler une il avait accepté pour andré À la loupe, il observa l’impression la plus l’attente, le fruit de profondes glaouis il faut laisser venir madame   1) cette le bulletin de "bribes pour le prochain basilic, (la et la peur, présente charogne sur le seuilce qui une errance de lorsqu’on connaît une  un livre écrit  ce qui importe pour temps de cendre de deuil de il y a tant de saints sur dans l’innocence des   ces notes       ( f les rêves de elle ose à peine portrait. 1255 :     à alocco en patchworck © et que vous dire des je suis occupé ces des quatre archanges que le geste de l’ancienne, pluies et bruines, r.m.a toi le don des cris qui un titre : il infuse sa les plus terribles il y a dans ce pays des voies       su quando me ne so itu pe n’ayant pas dernier vers aoi       aujour       dans macles et roulis photo 3 ] heureux l’homme pour maguy giraud et heureuse ruine, pensait     l’é c’est vrai       les attelage ii est une œuvre accorde ton désir à ta la galerie chave qui       rampan quatre si la mer s’est dans le train premier       st pour jacqueline moretti, antoine simon 15 je ne saurais dire avec assez mon cher pétrarque, dernier vers s’il  “la signification       ruelle immense est le théâtre et bel équilibre et sa fin première "ces deux là se ses mains aussi étaient la rencontre d’une même si première a christiane   pour adèle et diaphane est le huit c’est encore à douce est la terre aux yeux je m’étonne toujours de la cet univers sans       &agrav histoire de signes . antoine simon 12    regardant  les premières laure et pétrarque comme et ces       " le galop du poème me au lecteur voici le premier bal kanique c’est dernier vers aoi       " jamais si entêtanteeurydice         or j’aime chez pierre mesdames, messieurs, veuillez       dans ce texte se présente je rêve aux gorges       vaches   le texte suivant a             la dieu faisait silence, mais hans freibach : ce 28 février 2002. c’était une preambule – ut pictura     chant de le géographe sait tout abstraction voir figuration la mastication des vous n’avez       sur et tout avait madame chrysalide fileuse quelque temps plus tard, de       dans une il faut dire les merci à marc alpozzo un temps hors du poussées par les vagues je déambule et suis m1       pour maxime godard 1 haute       fleur l’appel tonitruant du la terre a souvent tremblé les plus vieilles depuis ce jour, le site comme une suite de       qui     sur la pente dans le pays dont je vous ici, les choses les plus tout est possible pour qui deuxième apparition       le deux ce travail vous est antoine simon 11 antoine simon 28 imagine que, dans la giovanni rubino dit dans ma gorge antoine simon 31 a claude b.   comme   j’ai souvent antoine simon 24       sur le si tu es étudiant en  au mois de mars, 1166 madame est une carles respunt : (josué avait lentement f qu’il vienne, le feu l’heure de la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Sur le toit gueulant | (Refuge des Merveilles) ->
(Rifugio Monte Visto)
© Daniel Biga

Les quatres saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

( Rifugio Monte Visto ) ici je mange

le meilleur corned beef

du monde

 

Publication en ligne : 5 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette