BRIBES EN LIGNE
      coude ecrire les couleurs du monde "la musique, c’est le  dernières mises pas même spectacle de josué dit madame, on ne la voit jamais       pour       banlie vertige. une distance tromper le néant       quinze       bien       pass&e   la production intendo... intendo ! station 7 : as-tu vu judas se nécrologie ainsi fut pétrarque dans       reine ( ce texte a       chaque franchement, pensait le chef,       bonheu       l̵ bientôt, aucune amarre       un       apr&eg d’abord l’échange des à la bonne dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais       tourne   on n’est       que       il À perte de vue, la houle des agnus dei qui tollis peccata jusqu’à il y a ce qui fait tableau : ce (de)lecta lucta   vous n’avez troisième essai et mesdames, messieurs, veuillez       la   maille 1 :que mille fardeaux, mille       le  ce qui importe pour d’ eurydice ou bien de pour robert able comme capable de donner diaphane est le  le livre, avec       dans il ne sait rien qui ne va sur l’erbe verte si est c’est extrêmement juste un mot pour annoncer deux ajouts ces derniers « 8° de dernier vers aoi    seule au recleimet deu mult deux nouveauté, antoine simon 12       et       m̵ la brume. nuages     sur la carissimo ulisse,torna a i.- avaler l’art par     le cygne sur       parfoi dans le patriote du 16 mars    si tout au long la fraîcheur et la dernier vers aoi les enseignants :       enfant   marcel j’entends sonner les  “la signification   dits de       allong       et tu  “ne pas ...et poème pour pour mireille et philippe       reine fin première       dans dernier vers aoi   normal 0 21 false fal un besoin de couper comme de macles et roulis photo 6       s̵       à toutes sortes de papiers, sur le texte qui suit est, bien la pureté de la survie. nul la bouche pleine de bulles je rêve aux gorges   saint paul trois   (dans le       retour dernier vers aoi f le feu s’est quatrième essai de le corps encaisse comme il       midi les avenues de ce pays  il y a le merci au printemps des le geste de l’ancienne,  dernier salut au (ma gorge est une tout le problème j’ai en réserve   je n’ai jamais l’attente, le fruit   1) cette le 28 novembre, mise en ligne douze (se fait terre se jamais je n’aurais est-ce parce que, petit, on  dans toutes les rues       " pour ma madame aux rumeurs dans l’innocence des s’ouvre la de la dernier vers aoi dentelle : il avait autre petite voix       & il y a dans ce pays des voies       sur ce va et vient entre aucun hasard si se       &agrav       le pour frédéric siglent a fort e nagent e ce jour là, je pouvais       m&eacu       &agrav le vieux qui coupé le sonà  monde rassemblé       petites proses sur terre samuelchapitre 16, versets 1 mise en ligne la bouche pure souffrance diaphane est le mot (ou abu zayd me déplait. pas il arriva que       longte deuxième apparition histoire de signes . qu’est-ce qui est en  tous ces chardonnerets       &n a ma mère, femme parmi macles et roulis photo 7       la en cet anniversaire, ce qui       grimpa printemps breton, printemps la mastication des  les œuvres de    il       "       ...mai carles li reis en ad prise sa cinquième citationne       qui la réserve des bribes c’est un peu comme si, allons fouiller ce triangle       su des voiles de longs cheveux deuxième essai et que dire de la grâce « pouvez-vous dernier vers aoi je ne peins pas avec quoi, encore la couleur, mais cette pour mon épouse nicole neuf j’implore en vain lentement, josué  hier, 17 coupé en deux quand genre des motsmauvais genre macles et roulis photo 3 guetter cette chose tu le saiset je le vois       sur tous ces charlatans qui       vaches démodocos... Ça a bien un       le madame est toute je n’hésiterai la vie est ce bruissement       deux       le dernier vers aoi il aurait voulu être       au autre citation"voui madame dans l’ombre des       sur le pas de pluie pour venir       glouss pour andré       voyage    regardant   anatomie du m et  l’écriture dernier vers aoi   pour julius baltazar 1 le attelage ii est une œuvre normalement, la rubrique pour nicolas lavarenne ma s’égarer on antoine simon 23     sur la pente il en est des meurtrières. dernier vers aoi       grappe il est le jongleur de lui présentation du     son       une à de proche en proche tous références : xavier …presque vingt ans plus tes chaussures au bas de       longte torna a sorrento ulisse torna je suis bien dans dans les carnets des voix percent, racontent       cette noble folie de josué,  il est des objets sur       fleur  hors du corps pas      & bien sûrla voile de nuità la             &n     depuis       gentil tout en travaillant sur les se reprendre. creuser son antoine simon 10 comme ce mur blanc exacerbé d’air pour martin je suis celle qui trompe       un a propos de quatre oeuvres de la cité de la musique maintenant il connaît le (À l’église le proche et le lointain     les fleurs du portrait. 1255 : le lent déferlement la tentation du survol, à       apr&eg   pour adèle et cet univers sans macles et roulis photo 1 dernier vers s’il         or 1-nous sommes dehors.       en un très saintes litanies dans les carnets face aux bronzes de miodrag l’évidence chaque jour est un appel, une 0 false 21 18 madame, c’est notre introibo ad altare       l̵ napolì napolì antoine simon 5 a la femme au bribes en ligne a       je laure et pétrarque comme mon travail est une les dessins de martine orsoni  ce mois ci : sub       fourr& derniers sous l’occupation ma voix n’est plus que    au balcon macao grise l’art c’est la sixième pour michèle gazier 1 chairs à vif paumes “dans le dessin et c’était dans  référencem un temps hors du dans le pain brisé son madame porte à la fraîcheur et la       " langues de plomba la       le seul dans la rue je ris la à la mémoire de le samedi 26 mars, à 15 autre citation "je me tais. pour taire.  au mois de mars, 1166 bribes en ligne a       pour m.b. quand je me heurte À la loupe, il observa       le abstraction voir figuration af : j’entends cyclades, iii°       marche j’ai changé le effleurer le ciel du bout des les grands       dans je suis       un       le       la avez-vous vu dernier vers aoi madame déchirée temps de bitume en fusion sur       deux pour jean marie une autre approche de       assis dernier vers aoi       alla Ç’avait été la hans freibach : cinq madame aux yeux sables mes parolesvous macles et roulis photo 4       je me les textes mis en ligne on trouvera la video       jardin antoine simon 13 ce texte m’a été dire que le livre est une le lourd travail des meules dans le train premier le nécessaire non li emperere par sa grant     à je t’enfourche ma     longtemps sur j’ai travaillé je serai toujours attentif à       baie   le 10 décembre après la lecture de  avec « a la glaciation entre       l̵ lorsqu’on connaît une etait-ce le souvenir j’arrivais dans les       sur dessiner les choses banales  la toile couvre les       la poussées par les vagues pour qui veut se faire une la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- À propos de caméras | Un rocking-chair grince l’écriture ->
Lille
© Patrick Joquel

Déambulation 6

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Tous feux éteints. Des autos somnolent. Paupières baissées. Des appartements dorment. Pas un chat dans la rue. Pas un chien sous les réverbères. Nul ne me voit marcher. Personne.

Changement d’heure et de décor. Boulevard. Des stores automatiques s’enroulent. Des autos klaxonnent. Clignent des yeux. Sur les vitres de la ville glisse mon image. Le trottoir grouille de personnes. Y’en a t-il une qui me regarde
 ?
Le distributeur de billets a-t-il conscience de ma présence
 ?
Et le platane mutilé, que perçoit-il de moi
 ?
Le goudron sent-il mon poids d’âme et de chair
 ?
Suis-je le seul à croire à mon existence
 ?
Et cela suffit-il pour vivre
 ?

Qui s’amuserait à compter les briques de Lille
 ?
Et les kilomètres de ses gouttières
 ?
Et le nombre et la surface de ses pavés
 ?
A définir le seuil de pollution canine tolérable
 ?
A partir de combien de décibels une ville devient-elle nuisible
 ?
Qu’est ce qu’une ville
 ?

Ce 13 mai 2001 à Lille les glycines me ramènent au 6 avril 1989 à Mouans-Sartoux. La lenteur et la longueur du crépuscule à mon adolescence anglaise. Le temps de chacun dépendrait-il de sa latitude
 ?
Suis-je en remontant vers le nord en train de rajeunir
 ?
A Young North en lieu et place du mythique Far West
 ?
Ou bien au contraire a light South brewed by Mediterranean blues
 ?
And so deep away my dear Black and warm South et son partage exact du jour et de la nuit

Sa terenga
 !
Que dire de l’Est
 ?
Et du sud-est, sinon le Mercantour et ses hauts sentiers gravés de lacs
 ?

Publication en ligne : 3 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette