BRIBES EN LIGNE
un trait gris sur la les plus terribles merci à marc alpozzo   3   

les a la femme au       voyage quel étonnant  dernier salut au dernier vers aoi   si tu es étudiant en dans les écroulements que reste-t-il de la       le (ô fleur de courge... pour martine, coline et laure carmelo arden quin est une l’une des dernières antoine simon 12 (ma gorge est une je n’ai pas dit que le attendre. mot terrible.   1) cette       dans le 28 novembre, mise en ligne  hors du corps pas même si un soir à paris au ainsi fut pétrarque dans       le ce qui importe pour deuxième apparition les durand : une cyclades, iii°   (dans le       je n’ayant pas dernier vers aoi       devant pour martin clquez sur       d&eacu bal kanique c’est 0 false 21 18     rien     cet arbre que antoine simon 10       dans pour jacky coville guetteurs       magnol l’erbe del camp, ki 5) triptyque marocain dernier vers aoi la galerie chave qui des conserves ! la terre a souvent tremblé je ne saurais dire avec assez       neige effleurer le ciel du bout des elle ose à peine “le pinceau glisse sur approche d’une  jésus dernier vers aoi dans les carnets       apr&eg dentelle : il avait       la pie       dans de pareïs li seit la cet article est paru equitable un besoin sonnerait ecrire sur beaucoup de merveilles il faut aller voir à bernadette       midi art jonction semble enfin je rêve aux gorges 1 au retour au moment depuis ce jour, le site pour dans le respect du cahier des raphaël elle disposait d’une abstraction voir figuration si j’étais un diaphane est le mot (ou madame a des odeurs sauvages sur la toile de renoir, les  ce qui importe pour       &agrav g. duchêne, écriture le       neige  avec « a la pour mon épouse nicole la fonction, f j’ai voulu me pencher traquer madame chrysalide fileuse alocco en patchworck © toulon, samedi 9 le bulletin de "bribes je me souviens de       pav&ea   anatomie du m et les cuivres de la symphonie       bien la rencontre d’une       chaque démodocos... Ça a bien un la vie humble chez les   un vendredi       allong f le feu s’est vi.- les amicales aventures       les dans les carnets « 8° de il pleut. j’ai vu la fontelucco, 6 juillet 2000 aux barrières des octrois       le  si, du nouveau 1 la confusion des inoubliables, les marcel alocco a exacerbé d’air   je ne comprends plus       pav&ea       l̵ et que vous dire des v.- les amicales aventures du   pour adèle et comme ce mur blanc dont les secrets… à quoi quelques textes le coeur du antoine simon 6  la toile couvre les  je signerai mon ce texte m’a été dernier vers aoi ce jour là, je pouvais i.- avaler l’art par 1.- les rêves de  “ce travail qui       l̵ madame des forêts de légendes de michel tendresse du mondesi peu de entr’els nen at ne pui     son normalement, la rubrique       fourr& chairs à vif paumes     vers le soir descendre à pigalle, se   marcel   la baie des anges villa arson, nice, du 17 au commencement était     faisant la       marche est-ce parce que, petit, on "moi, esclave" a je t’enlace gargouille toujours les lettres :   j’ai souvent a christiane       je iv.- du livre d’artiste         &n pour max charvolen 1) dernier vers aoi quand c’est le vent qui un nouvel espace est ouvert rm : nous sommes en la musique est le parfum de  martin miguel vient  ce mois ci : sub pour andré villers 1) autre essai d’un ce jour-là il lui rita est trois fois humble. antoine simon 18       cerisi pour angelo  mise en ligne du texte très malheureux...   pour olivier dans le pain brisé son ce n’est pas aux choses mais jamais on ne pour jean-marie simon et sa       au  dernières mises un homme dans la rue se prend il ne sait rien qui ne va pas une année sans évoquer vertige. une distance       droite       sur pour alain borer le 26 agnus dei qui tollis peccata dix l’espace ouvert au bientôt, aucune amarre se reprendre. creuser son c’est un peu comme si, ses mains aussi étaient le samedi 26 mars, à 15       le c’est vrai en introduction à antoine simon 26 deuxième essai  improbable visage pendu sables mes parolesvous présentation du     depuis   si vous souhaitez "la musique, c’est le       en un juste un titrer "claude viallat, preambule – ut pictura dernier vers aoi se placer sous le signe de en ceste tere ad estet ja     pourquoi paysage de ta tombe  et bruno mendonça pour michèle gazier 1) quelques autres         or « e ! malvais pour jean marie dans l’effilé de suite de       bruyan   six formes de la sainte marie,       apparu onze sous les cercles nu(e), comme son nom dernier vers aoi antoine simon 29       journ& mon travail est une voici des œuvres qui, le sauvage et fuyant comme de la au matin du guetter cette chose dernier vers aoi bien sûr, il y eut pour anne slacik ecrire est pour frédéric s’égarer on mouans sartoux. traverse de   au milieu de       le ( ce texte a la mort d’un oiseau. apaches : macles et roulis photo 6 c’est ici, me     tout autour écoute, josué, accorde ton désir à ta josué avait un rythme deuxième suite clers est li jurz et li   adagio   je       alla raphaËl nice, le 30 juin 2000       fourr& exode, 16, 1-5 toute percey priest lakesur les       une travail de tissage, dans ce qui fait tableau : ce       retour ils avaient si longtemps, si       allong     longtemps sur je t’ai admiré, a la fin il ne resta que et que dire de la grâce       soleil introibo ad altare       j̵ station 5 : comment  référencem deux nouveauté,       la antoine simon 11       &n dans les horizons de boue, de des quatre archanges que quando me ne so itu pe       ( la mort, l’ultime port, ce texte se présente je suis occupé ces       sous bel équilibre et sa       sur et je vois dans vos     " j’oublie souvent et       longte temps de pierres libre de lever la tête       qui       le si, il y a longtemps, les dessiner les choses banales       ruelle    en       &eacut 1- c’est dans antoine simon 19 vous êtes générations cinquième essai tout     nous si j’avais de son normal 0 21 false fal ma voix n’est plus que certains prétendent vous avez nous dirons donc il tente de déchiffrer,     le       gentil tous ces charlatans qui thème principal : À l’occasion de eurydice toujours nue à seins isabelle boizard 2005       au l’homme est    seule au     à les dieux s’effacent aucun hasard si se       ton et te voici humanité  les éditions de       &       baie pour qui veut se faire une " je suis un écorché vif. six de l’espace urbain, bribes en ligne a bribes en ligne a essai de nécrologie, « voici moisissures mousses lichens la réserve des bribes difficile alliage de       bonhe  marcel migozzi vient de ma chair n’est       ( carcassonne, le 06       " pour robert nous serons toujours ces       maquis dernier vers aoi       pass&e dans ce pays ma mère mes pensées restent       sur  “la signification m1       pour ma pourquoi yves klein a-t-il faisant dialoguer la bouche pleine de bulles encore la couleur, mais cette      & la vie est dans la vie. se cette machine entre mes  le "musée dernier vers aoi dernier vers aoi dans l’innocence des reflets et echosla salle li emperere s’est c’est la chair pourtant       aujour voile de nuità la (en regardant un dessin de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- À propos de caméras | Un rocking-chair grince l’écriture ->
Lille
© Patrick Joquel

Déambulation 6

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Tous feux éteints. Des autos somnolent. Paupières baissées. Des appartements dorment. Pas un chat dans la rue. Pas un chien sous les réverbères. Nul ne me voit marcher. Personne.

Changement d’heure et de décor. Boulevard. Des stores automatiques s’enroulent. Des autos klaxonnent. Clignent des yeux. Sur les vitres de la ville glisse mon image. Le trottoir grouille de personnes. Y’en a t-il une qui me regarde
 ?
Le distributeur de billets a-t-il conscience de ma présence
 ?
Et le platane mutilé, que perçoit-il de moi
 ?
Le goudron sent-il mon poids d’âme et de chair
 ?
Suis-je le seul à croire à mon existence
 ?
Et cela suffit-il pour vivre
 ?

Qui s’amuserait à compter les briques de Lille
 ?
Et les kilomètres de ses gouttières
 ?
Et le nombre et la surface de ses pavés
 ?
A définir le seuil de pollution canine tolérable
 ?
A partir de combien de décibels une ville devient-elle nuisible
 ?
Qu’est ce qu’une ville
 ?

Ce 13 mai 2001 à Lille les glycines me ramènent au 6 avril 1989 à Mouans-Sartoux. La lenteur et la longueur du crépuscule à mon adolescence anglaise. Le temps de chacun dépendrait-il de sa latitude
 ?
Suis-je en remontant vers le nord en train de rajeunir
 ?
A Young North en lieu et place du mythique Far West
 ?
Ou bien au contraire a light South brewed by Mediterranean blues
 ?
And so deep away my dear Black and warm South et son partage exact du jour et de la nuit

Sa terenga
 !
Que dire de l’Est
 ?
Et du sud-est, sinon le Mercantour et ses hauts sentiers gravés de lacs
 ?

Publication en ligne : 3 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette