BRIBES EN LIGNE
la fraîcheur et la j’ai changé le       au références : xavier tant pis pour eux. ce texte m’a été   j’ai souvent « pouvez-vous nous avons affaire à de un trait gris sur la dernier vers aoi pour yves et pierre poher et je suis occupé ces f les rêves de  tu vois im font chier c’est seulement au ...et poème pour très saintes litanies À max charvolen et       la la galerie chave qui nous dirons donc n’ayant pas f les marques de la mort sur   je ne comprends plus tu le sais bien. luc ne madame des forêts de je t’enfourche ma titrer "claude viallat,       glouss la bouche pure souffrance       "  née à       sur   1) cette accoucher baragouiner pour jean gautheronle cosmos des quatre archanges que ce jour là, je pouvais sainte marie,     depuis il n’y a pas de plus on trouvera la video la rencontre d’une       ...mai       dans       un lentement, josué vi.- les amicales aventures l’ami michel       pass&e a dix sept ans, je ne savais bribes en ligne a ma chair n’est  hier, 17       la la brume. nuages station 5 : comment que reste-t-il de la    de femme liseuse (josué avait c’est la distance entre in the country f tous les feux se sont     ton dernier vers aoi       montag nouvelles mises en       l̵ au programme des actions deuxième mes pensées restent etudiant à nice, le 8 octobre montagnesde tout est possible pour qui preambule – ut pictura les dieux s’effacent dernier vers aoi   dans le respect du cahier des       deux maintenant il connaît le voici des œuvres qui, le ce 28 février 2002. il est le jongleur de lui dix l’espace ouvert au       les dernier vers aoi lorsque martine orsoni       une  dernier salut au     chant de       la quai des chargeurs de sept (forces cachées qui de pa(i)smeisuns en est venuz d’un côté nice, le 18 novembre 2004 le lent déferlement dernier vers aoi un nouvel espace est ouvert encore la couleur, mais cette       " 7) porte-fenêtre  jésus deux ce travail vous est ce jour-là il lui       jonath apaches : f j’ai voulu me pencher a propos d’une l’instant criblé temps où les coeurs la bouche pleine de bulles et tout avait tout en vérifiant le 2 juillet i.- avaler l’art par     dans la ruela vertige. une distance a toi le don des cris qui       &n antoine simon 19 diaphane est le mot (ou       aux fin première pour nicolas lavarenne ma       apr&eg juste un mot pour annoncer avec marc, nous avons elle réalise des a la femme au descendre à pigalle, se la cité de la musique branches lianes ronces bal kanique c’est du bibelot au babilencore une dernier vers aoi à cri et à     sur la pour mes enfants laure et a ma mère, femme parmi quatrième essai de     extraire rêves de josué, le 26 août 1887, depuis ainsi alfred…  “ne pas mult ben i fierent franceis e zacinto dove giacque il mio madame, c’est notre       cette       le bribes en ligne a antoine simon 21    il   pour théa et ses f toutes mes avez-vous vu carissimo ulisse,torna a       m̵ difficile alliage de d’ eurydice ou bien de le "patriote", (josué avait lentement       deux ouverture de l’espace certains prétendent deux nouveauté, antoine simon 24 ce va et vient entre j’ai travaillé pour julius baltazar 1 le c’est le grand dernier vers que mort je n’hésiterai       dans le glacis de la mort percey priest lakesur les des voiles de longs cheveux dans les carnets   je n’ai jamais thème principal :  tu ne renonceras pas. deux ajouts ces derniers  hors du corps pas je serai toujours attentif à petit matin frais. je te quand les mots     les fleurs du buttati ! guarda&nbs de la et nous n’avons rien  la toile couvre les bruno mendonça arbre épanoui au ciel troisième essai et non, björg, rêve, cauchemar,       en un un jour, vous m’avez violette cachéeton       il   la baie des anges onzième lu le choeur des femmes de       bonheu au seuil de l’atelier je suis bien dans soudain un blanc fauche le nice, le 30 juin 2000 printemps breton, printemps merci à la toile de tous feux éteints. des travail de tissage, dans deuxième essai le ….omme virginia par la al matin, quant primes pert le passé n’est tout le problème la danse de polenta les oiseaux s’ouvrent  “la signification la vie humble chez les et voici maintenant quelques non... non... je vous assure, accorde ton désir à ta j’entends sonner les 1- c’est dans dernier vers aoi tout mon petit univers en lorsqu’on connaît une     " 1-nous sommes dehors.       m&eacu       ( a claude b.   comme deuxième essai sixième ici. les oiseaux y ont fait derniers de soie les draps, de soie attendre. mot terrible.       sur et  riche de mes  “... parler une dans l’innocence des       sur le vedo la luna vedo le       la mais non, mais non, tu       le  l’écriture chaises, tables, verres,   en grec, morías de l’autre portrait. 1255 : karles se dort cum hume       b&acir les étourneaux ! li quens oger cuardise       la et ces       je me antoine simon 16 libre de lever la tête f le feu s’est le lent tricotage du paysage     de rigoles en       ( pour daniel farioli poussant   encore une grande lune pourpre dont les       au dernier vers aoi cette machine entre mes sur la toile de renoir, les noble folie de josué, de pareïs li seit la on croit souvent que le but   pour olivier le grand combat : vous avez  ce mois ci : sub             la  monde rassemblé 1257 cleimet sa culpe, si « h&eacu   (dans le       le archipel shopping, la 1) notre-dame au mur violet d’un bout à ce qu’un paysage peut       au   la production ajout de fichiers sons dans poème pour  on peut passer une vie bientôt, aucune amarre toutes sortes de papiers, sur pour philippe       fourr& la question du récit le lourd travail des meules carles respunt : le 28 novembre, mise en ligne dans les horizons de boue, de edmond, sa grande spectacle de josué dit       vaches pour ma tendresses ô mes envols abu zayd me déplait. pas le ciel est clair au travers   si vous souhaitez premier essai c’est ne pas négocier ne le temps passe dans la  les premières mise en ligne d’un  dans toutes les rues       reine       m̵ le proche et le lointain le plus insupportable chez quando me ne so itu pe l’existence n’est lancinant ô lancinant antoine simon 32     à       le dans l’innocence des de proche en proche tous       allong   le texte suivant a a l’aube des apaches,  improbable visage pendu  avec « a la antoine simon 20 nous serons toujours ces qu’est-ce qui est en premier vers aoi dernier approche d’une cet article est paru le coquillage contre antoine simon 13       les     cet arbre que       jardin les petites fleurs des  pour le dernier jour le corps encaisse comme il dans ma gorge antoine simon 25    7 artistes et 1       st il pleut. j’ai vu la les durand : une dernier vers aoi       et tu exode, 16, 1-5 toute       avant petites proses sur terre paysage de ta tombe  et       force       ce ainsi fut pétrarque dans ensevelie de silence, tout en travaillant sur les (À l’église       pour il aurait voulu être ouverture d’une quatrième essai rares pour lee station 4 : judas  antoine simon 29       sur       baie en ceste tere ad estet ja autre petite voix l’impossible cet article est paru dans le aux barrières des octrois au commencement était  de la trajectoire de ce carissimo ulisse,torna a je suis celle qui trompe       à la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Six trous a la flûte dont je jour | Parfois je me demande ->
Sur le chemin grive et corbeau
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

sur le chemin grive et corbeau

mésange hirondelle pie

nous nous saluons

Publication en ligne : 18 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette