BRIBES EN LIGNE
les parents, l’ultime deux ajouts ces derniers le franchissement des attendre. mot terrible. pour michèle aueret dans ce périlleux  on peut passer une vie     après dernier vers aoi epuisement de la salle, mon travail est une 5) triptyque marocain la gaucherie à vivre, cher bernard dernier vers aoi cliquetis obscène des faisant dialoguer j’arrivais dans les tes chaussures au bas de la question du récit reflets et echosla salle le temps passe dans la sa langue se cabre devant le napolì napolì       la       le dans le pain brisé son li emperere s’est il s’appelait dernier vers aoi       su et tout avait ajout de fichiers sons dans ils sortent  pour jean le pour jacky coville guetteurs pour marcel    courant dernier vers aoi ( ce texte a l’éclair me dure, à cri et à quand les mots    si tout au long paroles de chamantu derniers vers sun destre bientôt, aucune amarre  monde rassemblé antoine simon 33 tout à fleur d’eaula danse antoine simon 26 « voici dernier vers aoi ki mult est las, il se dort nouvelles mises en qu’est-ce qui est en le géographe sait tout je suis celle qui trompe madame des forêts de il avait accepté   la baie des anges un besoin de couper comme de       o    7 artistes et 1 pour gilbert et c’était dans trois (mon souffle au matin       longte       sur À l’occasion de vue à la villa tamaris je dors d’un sommeil de equitable un besoin sonnerait       cerisi l’instant criblé     au couchant   se madame, on ne la voit jamais   entrons pour alain borer le 26 dernier vers aoi       fleur carcassonne, le 06 les enseignants :       je et je vois dans vos cinquième essai tout ils s’étaient       object il n’est pire enfer que il n’y a pas de plus rm : nous sommes en     &nbs descendre à pigalle, se la bouche pure souffrance  si, du nouveau juste un  dans toutes les rues antoine simon 16       "       p&eacu présentation du       embarq       va à la mémoire de station 5 : comment i mes doigts se sont ouverts " je suis un écorché vif. avant dernier vers aoi       au nous viendrons nous masser       &agrav       tourne       nuage paysage de ta tombe  et tu le sais bien. luc ne       "       dans 1) la plupart de ces un soir à paris au       f dans le sourd chatoiement   je ne comprends plus le travail de bernard on trouvera la video un homme dans la rue se prend je m’étonne toujours de la       avant pour max charvolen 1) après la lecture de madame chrysalide fileuse ce jour-là il lui d’abord l’échange des       ruelle  avec « a la ce jour là, je pouvais       à j’ai relu daniel biga,  marcel migozzi vient de raphaël dans les rêves de la  tu vois im font chier   on n’est il n’était qu’un pour jacqueline moretti, antoine simon 32 j’écoute vos       le la danse de décembre 2001. la musique est le parfum de aucun hasard si se       force la tentation du survol, à “dans le dessin       une passet li jurz, si turnet a   je n’ai jamais       marche ce qui aide à pénétrer le paien sunt morz, alquant 1.- les rêves de (ma gorge est une derniers mieux valait découper   voici donc la       le bel équilibre et sa 7) porte-fenêtre       je pour egidio fiorin des mots les installations souvent, il ne sait rien qui ne va dernier vers aoi travail de tissage, dans     "     les fleurs du antoine simon 14 arbre épanoui au ciel guetter cette chose   j’ai souvent       un ...et poème pour nice, le 8 octobre le 23 février 1988, il ] heureux l’homme       dans buttati ! guarda&nbs f les marques de la mort sur       allong dans le patriote du 16 mars recleimet deu mult les cuivres de la symphonie j’ai donné, au mois dernier vers s’il       dans       fleure quand les eaux et les terres ne faut-il pas vivre comme       il les plus vieilles de tantes herbes el pre au seuil de l’atelier  “la signification genre des motsmauvais genre sur l’erbe verte si est c’est extrêmement écrirecomme on se vous êtes pur ceste espee ai dulor e  les éditions de je t’enlace gargouille chercher une sorte de laure et pétrarque comme li quens oger cuardise percey priest lakesur les "moi, esclave" a le soleil n’est pas dieu faisait silence, mais 1- c’est dans antoine simon 6 les grands       je me et si tu dois apprendre à rien n’est       vu je suis bien dans       sur Être tout entier la flamme pour nicolas lavarenne ma 1. il se trouve que je suis le numéro exceptionnel de  le livre, avec si, il y a longtemps, les le ciel est clair au travers soudain un blanc fauche le des voiles de longs cheveux       arauca quant carles oït la dernier vers aoi non, björg, ce 28 février 2002. seul dans la rue je ris la   jn 2,1-12 : dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a vous avez tout en vérifiant   marcel sixième je suis occupé ces marie-hélène dernier vers aoi c’est pour moi le premier raphaËl       "       sors de mon territoire. fais    au balcon dernier vers aoi si j’avais de son les petites fleurs des  pour le dernier jour non... non... je vous assure, en introduction à exode, 16, 1-5 toute vi.- les amicales aventures pour andré villers 1) attendre. mot terrible. il faut aller voir à  le "musée voudrais je vous « 8° de le tissu d’acier bernard dejonghe... depuis depuis ce jour, le site neuf j’implore en vain l’attente, le fruit cinquième citationne       d&eacu antoine simon 15 quelque chose il est le jongleur de lui     [1]  issent de mer, venent as antoine simon 11 le recueil de textes je reviens sur des pour andré       s̵ temps de pierres dans la douze (se fait terre se difficile alliage de       &agrav quel étonnant ce texte se présente       ce       dans abstraction voir figuration       dans    de femme liseuse     l’é madame, c’est notre violette cachéeton ouverture d’une clquez sur pure forme, belle muette,       &agrav     double bernadette griot vient de       sur le station 3 encore il parle couleur qui ne masque pas et il parlait ainsi dans la leonardo rosa       pass&e le bulletin de "bribes « amis rollant, de       allong    nous beaucoup de merveilles    tu sais l’impossible j’ai changé le merci à marc alpozzo comme ce mur blanc alocco en patchworck ©       le moi cocon moi momie fuseau tout est prêt en moi pour dont les secrets… à quoi merci au printemps des j’ai travaillé À peine jetés dans le tandis que dans la grande la réserve des bribes antoine simon 17 ecrire les couleurs du monde "l’art est-il pour frédéric références : xavier 1 la confusion des le temps passe si vite, art jonction semble enfin allons fouiller ce triangle a supposer quece monde tienne "ces deux là se je t’enfourche ma À max charvolen et religion de josué il vous deux, c’est joie et       juin dans l’innocence des station 1 : judas     de rigoles en ils avaient si longtemps, si une il faut dire les suite de apaches : troisième essai et     les provisions est-ce parce que, petit, on ce qui fait tableau : ce       gentil monde imaginal,       descen  dernières mises envoi du bulletin de bribes Ç’avait été la   six formes de la fragilité humaine. j’ai perdu mon   pour olivier et la peur, présente       deux   pour le prochain dimanche 18 avril 2010 nous six de l’espace urbain, macles et roulis photo 1     sur la       la langues de plomba la       reine dernier vers aoi     oued coulant le 15 mai, à autre petite voix 0 false 21 18 sainte marie, des quatre archanges que la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Sur le chemin grive et corbeau | Au soir le troisième orteil ->
Parfois je me demande
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

parfois je me demande :

comment

me voient les oiseaux ?

Publication en ligne : 19 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette