BRIBES EN LIGNE
il existe deux saints portant il s’appelait       " carissimo ulisse,torna a 7) porte-fenêtre madame des forêts de pour raphaël  dernières mises madame est une torche. elle du bibelot au babilencore une il ne s’agit pas de 1257 cleimet sa culpe, si diaphane est le mot (ou c’est la chair pourtant et te voici humanité la chaude caresse de       six il pleut. j’ai vu la josué avait un rythme  au mois de mars, 1166 il en est des meurtrières. sculpter l’air :  le livre, avec pour jean marie une il faut dire les À max charvolen et martin réponse de michel   si vous souhaitez régine robin, ce jour là, je pouvais je rêve aux gorges pour lee  marcel migozzi vient de toute une faune timide veille « amis rollant, de trois (mon souffle au matin charogne sur le seuilce qui pourquoi yves klein a-t-il les durand : une iloec endreit remeint li os     du faucon f toutes mes vi.- les amicales aventures je suis dessiner les choses banales  ce mois ci : sub       l̵       sur ce texte m’a été “le pinceau glisse sur bernadette griot vient de pour daniel farioli poussant dans le pain brisé son 0 false 21 18 histoire de signes . la rencontre d’une a grant dulur tendrai puis il en est des noms comme du antoine simon 12 huit c’est encore à       une       soleil a dix sept ans, je ne savais       crabe- pur ceste espee ai dulor e le lourd travail des meules       pourqu       j̵       sur antoine simon 10 dernier vers aoi     vers le soir 1.- les rêves de       au equitable un besoin sonnerait si j’étais un « e ! malvais  le "musée       la ses mains aussi étaient epuisement de la salle,       journ&       va     longtemps sur un jour, vous m’avez le géographe sait tout    en où l’on revient ce va et vient entre station 1 : judas au lecteur voici le premier d’ eurydice ou bien de comment entrer dans une nous avancions en bas de       grappe deuxième suite la poésie, à la alocco en patchworck © souvent je ne sais rien de la gaucherie à vivre, à bernadette frères et ce qui fait tableau : ce on a cru à on cheval     hélas, le franchissement des deuxième essai le antoine simon 28 premier essai c’est cet univers sans comme une suite de     depuis a la libération, les le lent déferlement edmond, sa grande j’ai changé le le bulletin de "bribes je t’enfourche ma macles et roulis photo 6 les petites fleurs des   iv    vers  pour de saluer d’abord les plus à propos “la  au travers de toi je ( ce texte a fin première il n’y a pas de plus       &eacut     dans la ruela f les feux m’ont       il  dernier salut au ouverture de l’espace moi cocon moi momie fuseau un titre : il infuse sa ici, les choses les plus     chant de     son d’un bout à   pour le prochain troisième essai  si, du nouveau le numéro exceptionnel de cet article est paru l’éclair me dure, un temps hors du       alla il souffle sur les collines ne pas négocier ne À max charvolen et       object       dans nice, le 8 octobre       bruyan in the country pour alain borer le 26 essai de nécrologie,  monde rassemblé       deux   en grec, morías       reine       les on peut croire que martine     au couchant difficile alliage de martin miguel art et viallat © le château de       m̵ dans ma gorge 1-nous sommes dehors.  hier, 17 livre grand format en trois le coquillage contre "la musique, c’est le  zones gardées de halt sunt li pui e mult halt la danse de ainsi alfred… (ma gorge est une dans l’effilé de le corps encaisse comme il merci au printemps des traquer neuf j’implore en vain lentement, josué       st antoine simon 29   se       le   d’un coté, maintenant il connaît le un jour nous avons       il voile de nuità la passet li jurz, si turnet a sixième     extraire temps de cendre de deuil de ki mult est las, il se dort       vu les parents, l’ultime       neige les dessins de martine orsoni bien sûr, il y eut tandis que dans la grande 0 false 21 18 pour qui veut se faire une certains soirs, quand je zacinto dove giacque il mio dentelle : il avait       dans Ç’avait été la mais jamais on ne       ce pas sur coussin d’air mais ajout de fichiers sons dans  pour le dernier jour       &agrav toutes ces pages de nos et…  dits de effleurer le ciel du bout des l’homme est se reprendre. creuser son lorsqu’on connaît une  les premières dernier vers aoi   le 10 décembre dans les hautes herbes a propos d’une l’illusion d’une six de l’espace urbain, je ne sais pas si dernier vers aoi ainsi va le travail de qui la réserve des bribes "ah ! mon doux pays, travail de tissage, dans able comme capable de donner troisième essai et   six formes de la  de la trajectoire de ce dernier vers aoi hans freibach :       deux ne faut-il pas vivre comme des conserves ! pour andré abstraction voir figuration s’ouvre la À peine jetés dans le (elle entretenait dernier vers aoi   je m’étonne toujours de la       fourr&     rien       baie "si elle est et si tu dois apprendre à a supposer quece monde tienne (la numérotation des issent de mer, venent as écrirecomme on se vous avez je désire un "ces deux là se deux ajouts ces derniers lancinant ô lancinant chaque jour est un appel, une et c’était dans ma chair n’est seins isabelle boizard 2005 la langue est intarissable pour mireille et philippe je t’enlace gargouille       bonhe outre la poursuite de la mise il semble possible       &n inoubliables, les dernier vers aoi dans la caverne primordiale       fourr& guetter cette chose 1254 : naissance de antoine simon 31 j’aime chez pierre chercher une sorte de pour les avenues de ce pays et il parlait ainsi dans la dans les rêves de la ce n’est pas aux choses langues de plomba la ce monde est semé dieu faisait silence, mais       object tendresses ô mes envols c’est pour moi le premier iv.- du livre d’artiste un soir à paris au    courant et ma foi, deux nouveauté, derniers vers sun destre madame dans l’ombre des    au balcon toujours les lettres : antoine simon 7     un mois sans f le feu s’est     pourquoi dernier vers aoi       au il n’était qu’un accorde ton désir à ta rimbaud a donc pour mes enfants laure et   dits de       ( etait-ce le souvenir du fond des cours et des générations il aurait voulu être non, björg,  ce qui importe pour nécrologie   on n’est il avait accepté       magnol la communication est li emperere s’est chairs à vif paumes       jardin dernier vers aoi 1. il se trouve que je suis       le       l̵       je me       longte je suis bien dans     " quand c’est le vent qui       pour pour le prochain basilic, (la après la lecture de     oued coulant carcassonne, le 06 pour martine   ciel !!!! (josué avait    7 artistes et 1 pour maxime godard 1 haute dans ce périlleux et que dire de la grâce onze sous les cercles ecrire les couleurs du monde       le la liberté s’imprime à nos voix au programme des actions       sur les cuivres de la symphonie  dans le livre, le tendresse du mondesi peu de religion de josué il dorothée vint au monde dernier vers aoi       voyage pour andrée al matin, quant primes pert autre petite voix coupé le sonà madame, on ne la voit jamais  improbable visage pendu  le grand brassage des       les j’ai perdu mon   le texte suivant a    regardant dernier vers doel i avrat, marie-hélène  de même que les sa langue se cabre devant le       en très malheureux... f le feu m’a le 23 février 1988, il je meurs de soif le recueil de textes marché ou souk ou couleur qui ne masque pas nice, le 18 novembre 2004       ton la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Sur le chemin grive et corbeau | Au soir le troisième orteil ->
Parfois je me demande
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

parfois je me demande :

comment

me voient les oiseaux ?

Publication en ligne : 19 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette