BRIBES EN LIGNE
    sur la pente bien sûr, il y eut a christiane a la femme au dernier vers aoi mon travail est une       longte pour julius baltazar 1 le ecrire sur les cuivres de la symphonie       je des conserves ! 1257 cleimet sa culpe, si le travail de bernard abu zayd me déplait. pas       la pie f le feu s’est       apparu       nuage   d’un coté, pour angelo dernier vers aoi c’était une polenta pour andré a grant dulur tendrai puis la danse de chercher une sorte de immense est le théâtre et       glouss le numéro exceptionnel de nous serons toujours ces pour mon épouse nicole sur la toile de renoir, les le passé n’est       quinze       sur       &ccedi dernier vers aoi toulon, samedi 9       un antoine simon 20 il existe au moins deux exacerbé d’air je désire un  de même que les neuf j’implore en vain et te voici humanité    seule au reprise du site avec la antoine simon 14 antoine simon 18 iv.- du livre d’artiste  dans toutes les rues approche d’une quand les mots il ne sait rien qui ne va sept (forces cachées qui       enfant madame, vous débusquez dessiner les choses banales quelque chose tout en vérifiant       jardin le samedi 26 mars, à 15 le ciel de ce pays est tout dernier vers aoi   très malheureux...       je antoine simon 12 ainsi fut pétrarque dans d’un bout à       pass&e c’est un peu comme si, écrirecomme on se issent de mer, venent as tout mon petit univers en comme un préliminaire la 5) triptyque marocain bien sûrla c’est le grand inoubliables, les       &agrav     [1]  ouverture d’une       " seins isabelle boizard 2005       voyage je découvre avant toi       que ce jour-là il lui   (dans le       ruelle le lent tricotage du paysage pour jean-louis cantin 1.- ensevelie de silence, dans ma gorge       le douce est la terre aux yeux madame des forêts de       les on croit souvent que le but j’ai parlé deuxième f les feux m’ont et ma foi, l’ami michel c’est seulement au  pour jean le « amis rollant, de au seuil de l’atelier (elle entretenait saluer d’abord les plus ce pays que je dis est rm : nous sommes en reflets et echosla salle si j’étais un art jonction semble enfin antoine simon 10    il « e ! malvais pour l’art n’existe       ...mai on trouvera la video     du faucon on peut croire que martine       la les oiseaux s’ouvrent   dits de 13) polynésie merci à la toile de se placer sous le signe de le 2 juillet madame a des odeurs sauvages       ( de prime abord, il dans les horizons de boue, de       &   encore une marché ou souk ou station 7 : as-tu vu judas se vous êtes       tourne autre petite voix epuisement de la salle, madame chrysalide fileuse la réserve des bribes pas une année sans évoquer des voiles de longs cheveux ils sortent maintenant il connaît le   (à moi cocon moi momie fuseau folie de josuétout est pas sur coussin d’air mais in the country deuxième approche de sixième tout est possible pour qui travail de tissage, dans       sur j’ai ajouté de la       de sorte que bientôt siglent a fort e nagent e       en un le 19 novembre 2013, à la       au arbre épanoui au ciel deux mille ans nous    de femme liseuse (ô fleur de courge...  née à   ces notes passet li jurz, si turnet a     chant de       sur références : xavier clere est la noit e la et encore  dits "nice, nouvel éloge de la dans ce périlleux    courant  l’écriture rm : d’accord sur effleurer le ciel du bout des       p&eacu   un vendredi diaphane est le mot (ou il y a des objets qui ont la comment entrer dans une diaphane est le  hors du corps pas les dieux s’effacent le coeur du dernier vers que mort     chambre « 8° de       jonath un jour, vous m’avez 0 false 21 18  la lancinante       crabe- autre citation"voui À perte de vue, la houle des c’est vrai       pour       pourqu tous ces charlatans qui  “ce travail qui présentation du des quatre archanges que samuelchapitre 16, versets 1       le pas de pluie pour venir l’une des dernières fontelucco, 6 juillet 2000 chaque automne les essai de nécrologie, sauvage et fuyant comme voudrais je vous il en est des noms comme du  il est des objets sur et ces jamais je n’aurais "ces deux là se rien n’est carcassonne, le 06 rêve, cauchemar,       fourr& pour pierre theunissen la vertige. une distance religion de josué il       le   un le geste de l’ancienne, tendresses ô mes envols madame déchirée ce qui aide à pénétrer le dernier vers aoi dernier vers aoi attention beau depuis ce jour, le site exode, 16, 1-5 toute générations n’ayant pas   est-ce que le pendu  le "musée il n’est pire enfer que dernier vers aoi       voyage faisant dialoguer pour mireille et philippe  “ne pas antoine simon 21 l’instant criblé li emperere par sa grant temps de cendre de deuil de       sur quatrième essai de laure et pétrarque comme  c’était la poésie, à la  marcel migozzi vient de 1) notre-dame au mur violet je t’ai admiré, mesdames, messieurs, veuillez       é       b&acir i en voyant la masse aux la mort d’un oiseau. le temps passe dans la pour raphaël je suis bien dans voici des œuvres qui, le clers fut li jurz e li  si, du nouveau dans un coin de nice, une errance de et que vous dire des a la libération, les c’est la peur qui fait  tu vois im font chier       fleure et combien deux ajouts ces derniers et tout avait   que signifie ce ço dist li reis :     ton     " raphaël un tunnel sans fin et, à je ne sais pas si       reine    7 artistes et 1 je n’ai pas dit que le et voici maintenant quelques de proche en proche tous ce poème est tiré du il souffle sur les collines pour jean marie dans les carnets f tous les feux se sont tout en travaillant sur les le glacis de la mort pour jacky coville guetteurs livre grand format en trois décembre 2001. pluies et bruines,       bien on préparait   voici donc la hans freibach : les routes de ce pays sont l’existence n’est jamais si entêtanteeurydice       d&eacu       le ma voix n’est plus que dernier vers aoi la brume. nuages       pass&e       ce dans l’innocence des 0 false 21 18       aux aucun hasard si se rare moment de bonheur, merle noir  pour       o  les éditions de quando me ne so itu pe   iv    vers un nouvel espace est ouvert pour qui veut se faire une (dans mon ventre pousse une       je me  au mois de mars, 1166 dix l’espace ouvert au pour mes enfants laure et je me souviens de je crie la rue mue douleur coupé en deux quand  monde rassemblé       vaches …presque vingt ans plus       journ&     pourquoi pour jacqueline moretti,     depuis onze sous les cercles beaucoup de merveilles dernier vers doel i avrat,       la dans le respect du cahier des heureuse ruine, pensait "l’art est-il ici, les choses les plus dernier vers aoi       grappe mais jamais on ne tous feux éteints. des antoine simon 19 du fond des cours et des preambule – ut pictura cliquetis obscène des de pa(i)smeisuns en est venuz ce qui fascine chez mille fardeaux, mille   pour olivier j’ai donc quel ennui, mortel pour cinquième essai tout deuxième essai le       une zacinto dove giacque il mio   entrons l’heure de la   au milieu de pour maxime godard 1 haute ce qui importe pour       le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Parfois je me demande | Je me baigne dans l’Aveyron ->
Au soir le troisième orteil
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au soir le troisième orteil

saigne blessé

par l’ongle du quatrième

Publication en ligne : 20 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette