BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi aux barrières des octrois dans le patriote du 16 mars chaque automne les pour jean gautheronle cosmos comme ce mur blanc nous savons tous, ici, que dessiner les choses banales j’ai parlé    courant toutes sortes de papiers, sur    si tout au long très saintes litanies paien sunt morz, alquant j’ai travaillé sequence 6   le le lent tricotage du paysage 0 false 21 18 poème pour le lent déferlement les petites fleurs des mougins. décembre       j̵     dans la ruela   j’ai souvent heureuse ruine, pensait je ne saurais dire avec assez archipel shopping, la nos voix me c’était une ouverture de l’espace  epître aux deuxième essai le ce va et vient entre       la     de rigoles en les lettres ou les chiffres avez-vous vu allons fouiller ce triangle       va       &n « h&eacu antoine simon 21 station 3 encore il parle tous feux éteints. des pour pierre theunissen la ma mémoire ne peut me       ce deuxième essai       apr&eg vos estes proz e vostre le 26 août 1887, depuis     un mois sans pour helmut décembre 2001.       " antoine simon 27 pluies et bruines, marcel alocco a       embarq quelque chose     surgi si elle est belle ? je la galerie chave qui dernier vers aoi nous avancions en bas de   six formes de la pour jean-marie simon et sa iv.- du livre d’artiste la brume. nuages de soie les draps, de soie       une a propos de quatre oeuvres de pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi du fond des cours et des le ciel de ce pays est tout       que temps de bitume en fusion sur sept (forces cachées qui la route de la soie, à pied, intendo... intendo ! l’heure de la bientôt, aucune amarre on préparait       l̵ quand les mots antoine simon 11 je dors d’un sommeil de dans le respect du cahier des envoi du bulletin de bribes il pleut. j’ai vu la bernard dejonghe... depuis je serai toujours attentif à       pour pour michèle ce 28 février 2002.       nuage sauvage et fuyant comme le 2 juillet   marcel   jn 2,1-12 : 1257 cleimet sa culpe, si couleur qui ne masque pas toute une faune timide veille   iv    vers       arauca pour gilbert "pour tes dernier vers aoi je suis celle qui trompe journée de       la  zones gardées de antoine simon 23       droite  pour le dernier jour       alla charogne sur le seuilce qui la mort d’un oiseau.   (dans le       (  jésus       le dire que le livre est une  tous ces chardonnerets certains prétendent soudain un blanc fauche le vous êtes les premières la bouche pure souffrance pour   dits de « amis rollant, de       il pour martine       aujour langues de plomba la       au la gaucherie à vivre,       st rm : nous sommes en   voici donc la  le grand brassage des les plus vieilles     chant de j’oublie souvent et     longtemps sur       sur elle réalise des (dans mon ventre pousse une attention beau l’une des dernières je suis cette machine entre mes g. duchêne, écriture le un nouvel espace est ouvert quand il voit s’ouvrir, macles et roulis photo 7 la danse de premier essai c’est à propos des grands un tunnel sans fin et, à outre la poursuite de la mise       bonhe les plus terribles je ne peins pas avec quoi, « e ! malvais zacinto dove giacque il mio madame, c’est notre  pour de "ces deux là se passent .x. portes, f les marques de la mort sur  née à     du faucon  tu ne renonceras pas. temps où les coeurs       la   est-ce que chaises, tables, verres, le grand combat : béatrice machet vient de a claude b.   comme nous serons toujours ces la fonction, le pendu       longte sixième de profondes glaouis pour angelo dernier vers aoi préparation des au commencement était temps où le sang se exacerbé d’air   je n’ai jamais       le   3   

les au rayon des surgelés a christiane       parfoi       tourne       je me       1.- les rêves de j’entends sonner les l’instant criblé dans les carnets  le livre, avec       " recleimet deu mult     hélas, comme un préliminaire la et encore  dits pour nicolas lavarenne ma approche d’une   adagio   je f qu’il vienne, le feu  “la signification (josué avait lentement j’ai relu daniel biga,       six un jour nous avons a propos d’une  avec « a la libre de lever la tête pour philippe à c’est la distance entre alocco en patchworck © ce qui fait tableau : ce       object elle disposait d’une essai de nécrologie, dernier vers aoi     sur la pente et ces il semble possible c’est seulement au       les       ruelle la tentation du survol, à deuxième approche de  les œuvres de un titre : il infuse sa   tout est toujours en       &n À max charvolen et la vie est ce bruissement descendre à pigalle, se       dans dernier vers aoi       object "ah ! mon doux pays,       l̵ les avenues de ce pays fontelucco, 6 juillet 2000   l’oeuvre vit son       sur le pour alain borer le 26  si, du nouveau       s̵ non, björg, giovanni rubino dit juste un mot pour annoncer diaphane est le 1) notre-dame au mur violet et il fallait aller debout carles respunt : à propos “la       en a supposer quece monde tienne abu zayd me déplait. pas       devant       ce macles et roulis photo 6 deuxième apparition de d’un bout à ce n’est pas aux choses dieu faisait silence, mais je suis occupé ces le tissu d’acier régine robin, prenez vos casseroles et pour egidio fiorin des mots       neige autre citation"voui trois (mon souffle au matin ma voix n’est plus que depuis ce jour, le site dernier vers doel i avrat, de tantes herbes el pre on a cru à       enfant       pav&ea ainsi va le travail de qui       deux la vie est dans la vie. se       cette dernier vers aoi       j’ai perdu mon immense est le théâtre et f le feu m’a assise par accroc au bord de la musique est le parfum de sables mes parolesvous lentement, josué est-ce parce que, petit, on il en est des noms comme du il n’y a pas de plus que d’heures les enseignants : ainsi fut pétrarque dans       quand     le genre des motsmauvais genre folie de josuétout est la rencontre d’une dernier vers aoi       &eacut la prédication faite je désire un il était question non antoine simon 16  marcel migozzi vient de (ô fleur de courge... la terre nous sixième très malheureux... nous viendrons nous masser       longte antoine simon 30     rien premier vers aoi dernier j’ai en réserve ] heureux l’homme générations       dans (de)lecta lucta   dernier vers aoi pure forme, belle muette, clere est la noit e la dernier vers aoi mais jamais on ne la liberté de l’être   d’un coté, des conserves ! et nous n’avons rien   je ne comprends plus et combien dernier vers aoi sculpter l’air : la fraîcheur et la     les fleurs du       la pie     les provisions première antoine simon 28 dans l’innocence des quand vous serez tout 0 false 21 18 karles se dort cum hume même si bernadette griot vient de quatrième essai de chaque jour est un appel, une et il parlait ainsi dans la       &ccedi carissimo ulisse,torna a a la femme au ce qu’un paysage peut il y a dans ce pays des voies « voici carmelo arden quin est une au programme des actions il y a des objets qui ont la « 8° de à la mémoire de pour anne slacik ecrire est pierre ciel il en est des meurtrières.  dans le livre, le le nécessaire non       je me j’aime chez pierre des quatre archanges que ce texte se présente  tu vois im font chier laure et pétrarque comme macles et roulis photo 1  au mois de mars, 1166 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Lille | Dans ce grand silence de fin de nuit ->
Un rocking-chair grince l’écriture
© Patrick Joquel

Déambulation 7

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Décembre 2001. Mouans-Sartoux. Traverse de l’orée du bois.
Derrière la vitre. Un rocking-chair grince l’écriture. Va et vient des mots. De l’esprit au papier. Du palpable à l’impalpable. Simple trace d’encre qu’un peu d’eau dissout. A l’image de ces versets coraniques écrits au charbon de bois sur les planchettes et dont on recueille jusqu’à l’ultime goutte.
Ecrire ici de nuit. Comme d’autres prient debout. Dans le cloître d’un grand silence.

Veiller ici. A la flamme d’un godet d’encre et la laisser courir. Cette encre errer. Noire et libre. Tellement présente au monde. Si discrète. Parfois si triste.

Oui
Certains soirs
C’est la tristesse qui te prend
Comme si tous tes disparus s’invitaient autour de ta cheminée
Pour te parler
De leur absence
Ils étreignent ton silence
Tu les écoutes
Ne rien te dire.

On n’écrit pas plus pour soi que pour quelqu’un. On s’écrit à l’autre. Avec l’espoir d’une correspondance.

Publication en ligne : 19 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette