BRIBES EN LIGNE
      sur à la mémoire de la bouche pleine de bulles six de l’espace urbain, tous ces charlatans qui je t’enfourche ma l’existence n’est     "       m̵ le coeur du j’oublie souvent et   pour théa et ses avant dernier vers aoi       dans       cerisi li emperere s’est f le feu est venu,ardeur des       fleure approche d’une comme c’est       d&eacu dernier vers aoi       je me en cet anniversaire, ce qui de l’autre décembre 2001. la bouche pure souffrance antoine simon 21       à essai de nécrologie,       banlie douze (se fait terre se seul dans la rue je ris la on croit souvent que le but pour michèle aueret à propos “la un homme dans la rue se prend pure forme, belle muette, rêve, cauchemar, spectacle de josué dit et il parlait ainsi dans la       je mais non, mais non, tu sous l’occupation  si, du nouveau       ce epuisement de la salle, bribes en ligne a À peine jetés dans le       au fragilité humaine. comment entrer dans une coupé en deux quand buttati ! guarda&nbs il souffle sur les collines  ce mois ci : sub viallat © le château de a supposer quece monde tienne nous viendrons nous masser dans les rêves de la       le j’ai relu daniel biga,       bonhe     cet arbre que    au balcon macles et roulis photo 6       " les textes mis en ligne     hélas, c’était une ils s’étaient dernier vers aoi   tout est toujours en     une abeille de  l’exposition  l’appel tonitruant du on trouvera la video tant pis pour eux. d’un côté       juin       crabe- rêves de josué, dernier vers aoi         sur le   un       tourne g. duchêne, écriture le       le dernier vers aoi temps de cendre de deuil de me  née à dernier vers aoi f tous les feux se sont le passé n’est je serai toujours attentif à       l̵ fin première soudain un blanc fauche le       ton errer est notre lot, madame, nu(e), comme son nom   le 10 décembre depuis ce jour, le site trois (mon souffle au matin les parents, l’ultime 7) porte-fenêtre       &agrav antoine simon 6 sous la pression des       il pour andré villers 1) un tunnel sans fin et, à   j’ai souvent cher bernard la vie est ce bruissement le 2 juillet derniers vers sun destre je n’ai pas dit que le dernier vers aoi "l’art est-il 10 vers la laisse ccxxxii  il y a le       "       "  c’était pour jean-marie simon et sa dernier vers aoi       baie deux nouveauté, bien sûr, il y eut     les provisions     de rigoles en 0 false 21 18 un besoin de couper comme de où l’on revient si, il y a longtemps, les       au   saint paul trois tout mon petit univers en la pureté de la survie. nul       grappe antoine simon 24 les durand : une et il fallait aller debout iloec endreit remeint li os nos voix    si tout au long 1) notre-dame au mur violet non, björg,     du faucon "si elle est (la numérotation des de la       descen pour max charvolen 1) se reprendre. creuser son tout le problème « pouvez-vous       entre descendre à pigalle, se il ne s’agit pas de …presque vingt ans plus dans les carnets       que depuis le 20 juillet, bribes le bulletin de "bribes       longte dans les horizons de boue, de madame est une régine robin, genre des motsmauvais genre     quand dans les hautes herbes       au madame aux rumeurs       le très malheureux... dernier vers aoi un temps hors du il ne reste plus que le un jour nous avons le plus insupportable chez « amis rollant, de assise par accroc au bord de       midi les dessins de martine orsoni tout est possible pour qui attendre. mot terrible. je n’hésiterai torna a sorrento ulisse torna  un livre écrit ….omme virginia par la dieu faisait silence, mais equitable un besoin sonnerait l’éclair me dure, pour m.b. quand je me heurte       devant "tu sais ce que c’est temps de pierres et  riche de mes pluies et bruines, antoine simon 18       sur le       l̵ ouverture d’une couleur qui ne masque pas  tu ne renonceras pas. dernier vers aoi quatrième essai de 1) la plupart de ces toutes ces pages de nos     &nbs       un jour, vous m’avez Être tout entier la flamme n’ayant pas       j̵    courant       sur merle noir  pour deuxième       jonath deuxième approche de cinq madame aux yeux       dans  “la signification toute une faune timide veille       le dernier vers aoi  pour le dernier jour les cuivres de la symphonie 0 false 21 18 "la musique, c’est le le galop du poème me constellations et       sur j’ai parlé en introduction à comme une suite de la force du corps, la langue est intarissable   au milieu de       st l’attente, le fruit "le renard connaît le geste de l’ancienne, gardien de phare à vie, au lentement, josué       une saluer d’abord les plus béatrice machet vient de antoine simon 20 vous dites : "un antoine simon 30       l̵ je suis bien dans merci à marc alpozzo de mes deux mains       jardin vos estes proz e vostre mesdames, messieurs, veuillez pour daniel farioli poussant nous avancions en bas de inoubliables, les  dernières mises ensevelie de silence,     pluie du pour nicolas lavarenne ma rm : d’accord sur       magnol si elle est belle ? je f les marques de la mort sur  hier, 17  improbable visage pendu   1) cette       dans     chant de   (à pas sur coussin d’air mais mon travail est une     dans la ruela non... non... je vous assure, À la loupe, il observa c’est la chair pourtant démodocos... Ça a bien un le lent déferlement neuf j’implore en vain chaque automne les     un mois sans dans l’innocence des le ciel de ce pays est tout "ah ! mon doux pays, dire que le livre est une able comme capable de donner macles et roulis photo certains prétendent on cheval la gaucherie à vivre, marcel alocco a         or       ce le tissu d’acier etudiant à a grant dulur tendrai puis     à       au  dans toutes les rues antoine simon 25 attendre. mot terrible. les doigts d’ombre de neige comme un préliminaire la avec marc, nous avons accorde ton désir à ta dans la caverne primordiale tout est prêt en moi pour antoine simon 28 pour raphaël station 7 : as-tu vu judas se dernier vers s’il   d’un coté, la vie humble chez les a toi le don des cris qui ma mémoire ne peut me    il martin miguel art et (ô fleur de courge...       en un (en regardant un dessin de       chaque à sylvie on préparait   jn 2,1-12 :     son le "patriote", j’ai longtemps ici, les choses les plus la terre a souvent tremblé       quand af : j’entends dernier vers aoi juste un mot pour annoncer  dernier salut au rare moment de bonheur, "nice, nouvel éloge de la références : xavier iv.- du livre d’artiste  pour jean le       droite histoire de signes .       apr&eg       &ccedi antoine simon 22 si grant dol ai que ne guetter cette chose je suis  “s’ouvre ce texte se présente le grand combat : quand vous serez tout se placer sous le signe de    seule au j’écoute vos       la 0 false 21 18 antoine simon 12 archipel shopping, la       la pie   je n’ai jamais "moi, esclave" a à la bonne       une     surgi quatre si la mer s’est       "       le la liberté de l’être       la la vie est dans la vie. se À max charvolen et mille fardeaux, mille raphaËl i.- avaler l’art par arbre épanoui au ciel       b&acir nouvelles mises en il s’appelait       force patrick joquel vient de (josué avait lentement antoine simon 3 pas de pluie pour venir     le cygne sur la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

RAPHAEL MONTICELLI

<- Bribe XXX | Bribe XXXII ->
Bribe XXXI

Clefs : lieux , voyages

Il souffle sur les collines de Toscane, quand viennent les soirs d’août, un vent léger qui vivifie ; dans les rues de Paris les boutiques s’enflamment et le long de quais on sait la Seine sans la voir comme à Sienne mille jeunes musiciens font chanter les façades brique de la vieille ville.
Près de la mer, là où n’est pas encore la plage, le sel vous la rend présente et le soleil mord, amoureux... Je suis parti souvent pour de lointains voyages, seule la mer était mon but. Ça durait des années et ça recommençait.
Les rues Amsterdam se poursuivent. Ronde désespérée. (On vient aussi admirer à Bruxelles une statue idiote nullement admirable.)
Sienne. Ses murs chauds versent leurs mélodies. Symphonie hétéroclite. Fraîcheur des ruelles ; leurs silences.
Campagnes de Loire, Châteaux pour la plupart inconnus où s’inscrivent, se superposent, les mesures de Du Bellay et Ronsard.
Charmes désuets de ces phrases du Marais, enchâssement des cours.
Simplicité écrasante du Baptistère de Florence comme de Dante.
Etonné d’être ému devant ce puits qui, dit-on, vit Ronsard s’éprendre
Et soudain Laure, la présence de Laure, lieux palimpsestes.
Il pleut dans la moindre roche sur laquelle nous posons les yeux plus de larmes qu’il n’y en eut jamais rassemblées dans les plaines de Sion.
Longue suite de douleurs cristallisées, une fois pour toutes soudées, mer figée sur place, envols bloqués, arbres rigides.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette