BRIBES EN LIGNE
antoine simon 18  de même que les antoine simon 3 quand nous rejoignons, en hans freibach : f les feux m’ont le tissu d’acier à antoine simon 24 pourquoi yves klein a-t-il j’entends sonner les quando me ne so itu pe   entrons pas de pluie pour venir vous avez       dans sculpter l’air : la bouche pure souffrance ma chair n’est     un mois sans cette machine entre mes "je me tais. pour taire. le temps passe dans la     les provisions macles et roulis photo 1       neige bruno mendonça antoine simon 2       nuage branches lianes ronces le "patriote", c’est pour moi le premier quai des chargeurs de l’art n’existe et te voici humanité 1 au retour au moment chercher une sorte de ouverture d’une     une abeille de     &nbs       je   le texte suivant a pour philippe les lettres ou les chiffres je déambule et suis       s̵ pierre ciel dentelle : il avait tes chaussures au bas de références : xavier       bien  au travers de toi je le scribe ne retient cinquième citationne karles se dort cum hume depuis le 20 juillet, bribes  au mois de mars, 1166 je sais, un monde se pour martin bribes en ligne a "mais qui lit encore le   l’oeuvre vit son   né le 7       qui je t’ai admiré, c’est ici, me antoine simon 26   (à nous viendrons nous masser bernadette griot vient de     chant de pour raphaël le 19 novembre 2013, à la   au milieu de       deux et ces ecrire sur carles li reis en ad prise sa guetter cette chose en ceste tere ad estet ja il semble possible vous dites : "un il avait accepté bribes en ligne a un jour, vous m’avez si j’avais de son et que vous dire des les petites fleurs des errer est notre lot, madame, dernier vers aoi pour robert me station 1 : judas       glouss je n’hésiterai il n’y a pas de plus il existe deux saints portant       au i.- avaler l’art par (ô fleur de courge... a la libération, les je suis       magnol ne faut-il pas vivre comme je m’étonne toujours de la il ne s’agit pas de   si vous souhaitez   d’un coté, abstraction voir figuration au rayon des surgelés le 26 août 1887, depuis tout le problème antoine simon 20 pour anne slacik ecrire est rm : nous sommes en la fonction,  “ce travail qui la terre a souvent tremblé   encore une aux barrières des octrois prenez vos casseroles et tandis que dans la grande mi viene in mentemi in the country temps de bitume en fusion sur nous avancions en bas de 0 false 21 18 7) porte-fenêtre morz est rollant, deus en ad rita est trois fois humble. quelques autres nous avons affaire à de       dans       le dernier vers aoi de toutes les je ne peins pas avec quoi, imagine que, dans la i en voyant la masse aux mais non, mais non, tu dieu faisait silence, mais constellations et autre citation"voui dans la caverne primordiale dernier vers aoi  le grand brassage des jamais je n’aurais dans le train premier les installations souvent,       pass&e l’erbe del camp, ki       six ço dist li reis : « 8° de pour helmut essai de nécrologie, religion de josué il dernier vers aoi franchement, pensait le chef, les plus terribles ce monde est semé       " et c’était dans     après j’ai relu daniel biga, la poésie, à la saluer d’abord les plus   pour adèle et diaphane est le mot (ou madame dans l’ombre des je n’ai pas dit que le les étourneaux ! au seuil de l’atelier « e ! malvais il en est des meurtrières.       ( j’ai en réserve  epître aux a dix sept ans, je ne savais histoire de signes . carcassonne, le 06       sur fragilité humaine. dans le respect du cahier des la mort, l’ultime port, "si elle est avant propos la peinture est f qu’il vienne, le feu moisissures mousses lichens une il faut dire les autres litanies du saint nom ainsi va le travail de qui du bibelot au babilencore une dernier vers aoi « amis rollant, de       voyage       pour poussées par les vagues       en clers est li jurz et li       nuage halt sunt li pui e mult halt le géographe sait tout sauvage et fuyant comme ne pas négocier ne 1.- les rêves de le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi envoi du bulletin de bribes       pav&ea je crie la rue mue douleur  tu vois im font chier       dans     au couchant macles et roulis photo 7  référencem       pass&e madame, on ne la voit jamais       l̵ la mort d’un oiseau. station 4 : judas  journée de et il parlait ainsi dans la mise en ligne madame est une torche. elle À la loupe, il observa et que dire de la grâce  il y a le       retour reprise du site avec la elle réalise des nécrologie           rien à la bonne  dernier salut au       quinze  de la trajectoire de ce à propos “la jusqu’à il y a     m2 &nbs al matin, quant primes pert sur la toile de renoir, les antoine simon 7 rm : d’accord sur       montag deuxième apparition beaucoup de merveilles       " dernier vers aoi       le dernier vers aoi   ces sec erv vre ile le 23 février 1988, il quelque temps plus tard, de bien sûrla   un vendredi   dits de ce jour-là il lui dans les écroulements madame, vous débusquez et je vois dans vos d’un bout à       en un vertige. une distance i mes doigts se sont ouverts j’ai donné, au mois petit matin frais. je te ki mult est las, il se dort (de)lecta lucta       pourquoi temps de pierres dans la       dans l’illusion d’une       il     ton mesdames, messieurs, veuillez les parents, l’ultime les plus vieilles deux ajouts ces derniers       la       apr&eg   (dans le passet li jurz, si turnet a décembre 2001. printemps breton, printemps je meurs de soif f dans le sourd chatoiement  les trois ensembles avant dernier vers aoi    nous pour m.b. quand je me heurte ce texte m’a été (vois-tu, sancho, je suis ils avaient si longtemps, si   voici donc la station 3 encore il parle  pour le dernier jour À peine jetés dans le rêves de josué, de pa(i)smeisuns en est venuz rien n’est "tu sais ce que c’est max charvolen, martin miguel derniers vers sun destre "nice, nouvel éloge de la raphaël tromper le néant pour qui veut se faire une       sur on a cru à mouans sartoux. traverse de  monde rassemblé ce qui aide à pénétrer le de mes deux mains antoine simon 29 comment entrer dans une polenta À max charvolen et martin je suis celle qui trompe bel équilibre et sa     faisant la passet li jurz, la noit est mult est vassal carles de   se à la mémoire de tout en vérifiant effleurer le ciel du bout des dans les carnets j’ai changé le antoine simon 9 gardien de phare à vie, au tout est possible pour qui       b&acir pour andré       soleil ce qu’un paysage peut mes pensées restent       sous la vie est ce bruissement à sylvie       object là, c’est le sable et dernier vers aoi les durand : une chaque automne les       &agrav       la pie       à sixième  les premières giovanni rubino dit dans l’innocence des sables mes parolesvous charogne sur le seuilce qui chaque jour est un appel, une la fraîcheur et la cyclades, iii° clers fut li jurz e li       é       fleure pour egidio fiorin des mots une autre approche de la liberté de l’être un nouvel espace est ouvert deuxième essai le "et bien, voilà..." dit       grimpa la brume. nuages  les œuvres de  mise en ligne du texte buttati ! guarda&nbs le ciel est clair au travers un temps hors du       la faisant dialoguer que d’heures dernier vers doel i avrat, on dit qu’agathe bientôt, aucune amarre preambule – ut pictura à cri et à 1. il se trouve que je suis la littérature de dernier vers aoi il n’était qu’un       sur le dix l’espace ouvert au quelque chose antoine simon 21 antoine simon 6 au programme des actions dans les hautes herbes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- ... Presque vingt ans plus tard... | Chaque jour est appel... ->
Quand nous rejoignons, en auto...
© Pascal Boulanger
Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Quand nous rejoignons, en auto, pour quelques jours de vacances ensemble, cette terre de la Seine-Maritime, nous savons que, d’une minute à l’autre, la lumière peut changer.

D’ailleurs, quand nous arrivons sur Dieppe, le ciel qui vient d’être balayé par la pluie n’est plus qu’un champ immense de blé.

La longue plage de sable et de galets, bordée de falaises hautes où nichent et bavardent des mouettes, accueille avec égard vos jeux d’enfant.

Déliées, vous vous dépensez sans compter.

Du haut de vos jeunes années et avec vos cousins et cousines, vous êtes souveraines face à la mer grise et menaçante.

Publication en ligne : 2 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette