BRIBES EN LIGNE
je n’ai pas dit que le dernier vers que mort ce qui fait tableau : ce des voiles de longs cheveux  tu ne renonceras pas. l’existence n’est …presque vingt ans plus (la numérotation des mon cher pétrarque, toute trace fait sens. que la fraîcheur et la dans le pain brisé son un nouvel espace est ouvert     hélas, station 3 encore il parle le temps passe si vite,       le lentement, josué   pour olivier elle réalise des     &nbs troisième essai première la légende fleurie est on préparait f le feu m’a pierre ciel       dans dans les hautes herbes vertige. une distance       sur madame déchirée pour andré villers 1) dans l’innocence des de prime abord, il  ce mois ci : sub     le un jour nous avons  on peut passer une vie clere est la noit e la les amants se able comme capable de donner pour frédéric cinquième citationne     au couchant    tu sais l’évidence       une générations face aux bronzes de miodrag attention beau le recueil de textes “dans le dessin       un g. duchêne, écriture le clers fut li jurz e li ajout de fichiers sons dans ce qui aide à pénétrer le ma voix n’est plus que     depuis vi.- les amicales aventures l’impossible janvier 2002 .traverse macles et roulis photo 1  l’exposition  pour michèle gazier 1     double à sylvie le ciel de ce pays est tout   encore une li quens oger cuardise antoine simon 23 la vie est dans la vie. se       je  je signerai mon je désire un       deux 0 false 21 18 a ma mère, femme parmi dernier vers aoi À max charvolen et écoute, josué,   nous sommes antoine simon 33 la cité de la musique faisant dialoguer leonardo rosa       ma pour m.b. quand je me heurte       il nice, le 8 octobre le plus insupportable chez ainsi fut pétrarque dans qu’est-ce qui est en mais jamais on ne       bruyan       et tu autres litanies du saint nom le coquillage contre la rencontre d’une si, il y a longtemps, les  dans toutes les rues "si elle est iloec endreit remeint li os    si tout au long     ton     pluie du pas même     "  jésus il est le jongleur de lui       reine le pendu dans la caverne primordiale   que signifie laure et pétrarque comme légendes de michel au labyrinthe des pleursils       sur j’ai travaillé un temps hors du dernier vers aoi dernier vers aoi décembre 2001. la littérature de « e ! malvais  monde rassemblé tes chaussures au bas de même si martin miguel art et suite du blasphème de la chaude caresse de     tout autour       la  pour jean le dernier vers aoi allons fouiller ce triangle dans les rêves de la ce qui importe pour hans freibach : 1- c’est dans c’est la distance entre préparation des macao grise je ne peins pas avec quoi, coupé le sonà antoine simon 9 patrick joquel vient de rimbaud a donc avec marc, nous avons       juin cher bernard   ciel !!!! dernier vers aoi         reine       dans in the country elle disposait d’une il s’appelait printemps breton, printemps je t’enlace gargouille il était question non deux nouveauté, le 15 mai, à madame est une       o nous lirons deux extraits de en 1958 ben ouvre à f tous les feux se sont    en rêve, cauchemar, dernier vers aoi vous n’avez       au pour andré charogne sur le seuilce qui juste un mot pour annoncer tant pis pour eux. le texte qui suit est, bien v.- les amicales aventures du  avec « a la guetter cette chose une autre approche de       la onzième le vieux qui il faut laisser venir madame li emperere s’est pour alain borer le 26       la (en regardant un dessin de reprise du site avec la       chaque l’appel tonitruant du (elle entretenait de tantes herbes el pre a toi le don des cris qui pour yves et pierre poher et je serai toujours attentif à       vaches tout en travaillant sur les là, c’est le sable et macles et roulis photo     extraire  le grand brassage des maintenant il connaît le       fleure il existe au moins deux       je tout mon petit univers en       quinze    seule au clquez sur reflets et echosla salle  martin miguel vient je n’hésiterai on cheval (vois-tu, sancho, je suis le galop du poème me travail de tissage, dans   (dans le la mastication des lorsque martine orsoni entr’els nen at ne pui       aux avant propos la peinture est       apr&eg pour angelo je suis l’art c’est la antoine simon 21 ici. les oiseaux y ont fait f les feux m’ont i.- avaler l’art par madame des forêts de pas facile d’ajuster le       l̵ genre des motsmauvais genre r.m.a toi le don des cris qui mult est vassal carles de "et bien, voilà..." dit       le   l’oeuvre vit son toutefois je m’estimais       &agrav quand c’est le vent qui le ciel est clair au travers       grimpa troisième essai et jamais si entêtanteeurydice raphaël  “s’ouvre quand il voit s’ouvrir,       sur       soleil pour michèle gazier 1) c’est pour moi le premier ( ce texte a   se 10 vers la laisse ccxxxii nous avons affaire à de pour max charvolen 1) nice, le 30 juin 2000 poème pour pour egidio fiorin des mots  pour de je me souviens de ainsi va le travail de qui il existe deux saints portant cette machine entre mes des quatre archanges que     son d’ eurydice ou bien de       &agrav prenez vos casseroles et   le texte suivant a tout en vérifiant douze (se fait terre se       ruelle dernier vers aoi les premières     les provisions       journ& « pouvez-vous 1 au retour au moment pas une année sans évoquer les parents, l’ultime       "       quand  au mois de mars, 1166       arauca chaque automne les paien sunt morz, alquant et tout avait       mouett le samedi 26 mars, à 15 viallat © le château de a supposer quece monde tienne       allong       dans polenta quel ennui, mortel pour antoine simon 25 temps de pierres dans la je suis celle qui trompe a grant dulur tendrai puis       montag       magnol  dans le livre, le halt sunt li pui e mult halt   entrons carmelo arden quin est une       force et je vois dans vos pour helmut antoine simon 30       sur le la prédication faite max charvolen, martin miguel dernier vers aoi moisissures mousses lichens pour michèle aueret béatrice machet vient de    courant pour qui veut se faire une comme ce mur blanc se reprendre. creuser son la fonction, c’est un peu comme si,    nous quelques textes de mes deux mains antoine simon 32 l’éclair me dure, station 7 : as-tu vu judas se pour jean-marie simon et sa À peine jetés dans le f toutes mes       m̵  au travers de toi je assise par accroc au bord de nous viendrons nous masser       " l’impression la plus un homme dans la rue se prend nous avancions en bas de sauvage et fuyant comme   si vous souhaitez ils s’étaient       jonath la bouche pure souffrance bribes en ligne a mesdames, messieurs, veuillez errer est notre lot, madame, l’attente, le fruit       object et que vous dire des Être tout entier la flamme en ceste tere ad estet ja sur la toile de renoir, les le travail de bernard "pour tes     chant de       fourr& le lent déferlement       les le glacis de la mort antoine simon 3 au seuil de l’atelier       sabots vous deux, c’est joie et c’est la chair pourtant deux mille ans nous dimanche 18 avril 2010 nous  hier, 17 villa arson, nice, du 17 bernard dejonghe... depuis la communication est temps où les coeurs       l̵ carissimo ulisse,torna a on peut croire que martine   anatomie du m et vos estes proz e vostre macles et roulis photo 3 douce est la terre aux yeux journée de  les premières il semble possible dans les écroulements s’égarer on tout est prêt en moi pour       pour sous l’occupation recleimet deu mult le coeur du la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XXXIV | XXXVI ->
XXXV

Clefs : Josué

Il aurait voulu être fleuve calme, aux débords depuis longtemps prévus, non pas arrachant aux rives leur fraîcheur, mais la leur apportant en roulements paisibles ; aux vagues violentes non de remuements et de mouvances propres, mais d’épaisseurs de terres charriées, d’étalements féconds ; il aurait voulu être fleuve terreux à l’écoulement hautain, capable de demeurer dans des limites nettes et vastes, non semant l’effroi et les cauchemars passagers, mais propageant la crainte et inspirant les légendes ou les invocations séculaires ; non pas endigué mais se retenant, reformé de lui-même, et permettant aux vies éphémères de se penser, autour de lui, une continuité ; il aurait voulu, enfin, à proprement parler, se donner une contenance.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette