BRIBES EN LIGNE
ce poème est tiré du et si au premier jour il écrirecomme on se attendre. mot terrible. bernard dejonghe... depuis       crabe- dernier vers aoi   et la peur, présente       ma pour max charvolen 1) si tu es étudiant en une fois entré dans la on dit qu’agathe je suis dernier vers aoi       le mise en ligne d’un cliquetis obscène des antoine simon 17       la (vois-tu, sancho, je suis       les j’ai donné, au mois dernier vers aoi ce paysage que tu contemplais       dans pluies et bruines, travail de tissage, dans assise par accroc au bord de     depuis montagnesde le temps passe si vite, tendresse du mondesi peu de temps de bitume en fusion sur la poésie, à la tous feux éteints. des granz fut li colps, li dux en on préparait d’un bout à ensevelie de silence,       tourne  les œuvres de la cité de la musique     au couchant       l̵ quand vous serez tout deuxième approche de errer est notre lot, madame, l’impression la plus pour nicolas lavarenne ma dans ce périlleux quand sur vos visages les des conserves ! peinture de rimes. le texte       bonheu juste un mot pour annoncer bruno mendonça le 23 février 1988, il madame a des odeurs sauvages abstraction voir figuration le ciel est clair au travers patrick joquel vient de  le grand brassage des    en autres litanies du saint nom       marche après la lecture de       nuage voile de nuità la "ah ! mon doux pays,     de rigoles en edmond, sa grande bel équilibre et sa       neige deuxième apparition       les  les premières cinquième essai tout       le       la preambule – ut pictura approche d’une       voyage où l’on revient   l’oeuvre vit son       la effleurer le ciel du bout des antoine simon 3 pour mes enfants laure et à propos des grands dernier vers aoi présentation du   j’ai souvent légendes de michel sauvage et fuyant comme le 19 novembre 2013, à la le soleil n’est pas cet article est paru un titre : il infuse sa       banlie deux mille ans nous       " ses mains aussi étaient un homme dans la rue se prend       é  tous ces chardonnerets la mastication des cette machine entre mes   nous sommes c’est seulement au beaucoup de merveilles au labyrinthe des pleursils   pour théa et ses rm : nous sommes en pour jean marie un soir à paris au la vie est ce bruissement il était question non   iv    vers de sorte que bientôt clers fut li jurz e li  “comment       m&eacu l’homme est   la baie des anges recleimet deu mult dernier vers aoi       mouett merle noir  pour  tu vois im font chier pour qui veut se faire une dessiner les choses banales les enseignants : dix l’espace ouvert au a la femme au régine robin, quai des chargeurs de la communication est le vieux qui       au antoine simon 28 je déambule et suis la galerie chave qui c’est un peu comme si, deuxième j’écoute vos genre des motsmauvais genre lu le choeur des femmes de pour jean gautheronle cosmos derniers au commencement était rien n’est plus ardu  “s’ouvre (À l’église (elle entretenait       le la bouche pleine de bulles quel ennui, mortel pour maintenant il connaît le mieux valait découper       neige mon travail est une       assis     " ...et poème pour noble folie de josué, dans ce pays ma mère       voyage “le pinceau glisse sur antoine simon 30 antoine simon 22 rossignolet tu la nouvelles mises en encore une citation“tu je ne sais pas si bien sûrla la langue est intarissable À peine jetés dans le dans les horizons de boue, de au seuil de l’atelier dans le monde de cette deux nouveauté, deuxième essai le madame, c’est notre coupé en deux quand les oiseaux s’ouvrent les dernières toute trace fait sens. que À max charvolen et la route de la soie, à pied, pour yves et pierre poher et dernier vers aoi troisième essai et rm : d’accord sur       l̵ derniers vers sun destre    regardant       cerisi marie-hélène antoine simon 5 13) polynésie  pour de       sur nous dirons donc a claude b.   comme             la     rien il s’appelait    il   est-ce que antoine simon 2     tout autour dernier vers aoi ma voix n’est plus que pas de pluie pour venir du fond des cours et des       sur station 7 : as-tu vu judas se attendre. mot terrible. le 2 juillet vous dites : "un       midi la fonction, li emperere par sa grant       sur archipel shopping, la douze (se fait terre se     l’é       dans antoine simon 9 tout est prêt en moi pour elle ose à peine       journ&   si elle est belle ? je exacerbé d’air inoubliables, les torna a sorrento ulisse torna six de l’espace urbain,  c’était sequence 6   le m1             force halt sunt li pui e mult halt dernier vers aoi dernier vers doel i avrat,       " la liberté de l’être abu zayd me déplait. pas branches lianes ronces comme ce mur blanc       sur pour antoine simon 27 deuxième suite     faisant la exode, 16, 1-5 toute quatrième essai de madame est toute moisissures mousses lichens les lettres ou les chiffres je suis bien dans la question du récit glaciation entre un jour nous avons   au milieu de huit c’est encore à pas sur coussin d’air mais     sur la pente   si vous souhaitez carcassonne, le 06 petit matin frais. je te intendo... intendo ! quelques textes la mort, l’ultime port, f le feu s’est les textes mis en ligne       fleur la force du corps,   1) cette le nécessaire non f le feu est venu,ardeur des ma mémoire ne peut me tout mon petit univers en troisième essai n’ayant pas 1 la confusion des avant propos la peinture est     longtemps sur fontelucco, 6 juillet 2000   voici donc la à cri et à cet article est paru dans le la fraîcheur et la  la toile couvre les     pluie du granz est li calz, si se polenta tromper le néant pour maxime godard 1 haute ici. les oiseaux y ont fait       dans       dans le galop du poème me il souffle sur les collines dans le pain brisé son il existe deux saints portant pour mireille et philippe pour angelo mais jamais on ne f j’ai voulu me pencher décembre 2001. f les rêves de et si tu dois apprendre à quand c’est le vent qui pour marcel les amants se       dans sous l’occupation percey priest lakesur les jamais si entêtanteeurydice martin miguel art et sors de mon territoire. fais       retour de soie les draps, de soie a grant dulur tendrai puis dernier vers aoi un trait gris sur la de l’autre ce n’est pas aux choses       le pour gilbert a propos de quatre oeuvres de       sur fin première "l’art est-il vi.- les amicales aventures dernier vers aoi quant carles oït la  le "musée dans le respect du cahier des sous la pression des raphaËl 1- c’est dans pour julius baltazar 1 le dernier vers aoi       su       ...mai       sur eurydice toujours nue à deuxième apparition de       &agrav nous lirons deux extraits de dernier vers aoi       &agrav   né le 7   ciel !!!! envoi du bulletin de bribes il existe au moins deux       p&eacu       jardin     oued coulant quelque chose rien n’est   dits de la gaucherie à vivre,     chambre d’ eurydice ou bien de ce pays que je dis est et que dire de la grâce 0 false 21 18  le livre, avec ce qu’un paysage peut …presque vingt ans plus jouer sur tous les tableaux madame dans l’ombre des prenez vos casseroles et viallat © le château de toute une faune timide veille   jn 2,1-12 :       &agrav seul dans la rue je ris la tout en travaillant sur les a dix sept ans, je ne savais j’ai ajouté juste un dernier vers aoi j’ai longtemps le tissu d’acier pour anne slacik ecrire est un tunnel sans fin et, à pour raphaël la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XXXIV | XXXVI ->
XXXV

Clefs : Josué

Il aurait voulu être fleuve calme, aux débords depuis longtemps prévus, non pas arrachant aux rives leur fraîcheur, mais la leur apportant en roulements paisibles ; aux vagues violentes non de remuements et de mouvances propres, mais d’épaisseurs de terres charriées, d’étalements féconds ; il aurait voulu être fleuve terreux à l’écoulement hautain, capable de demeurer dans des limites nettes et vastes, non semant l’effroi et les cauchemars passagers, mais propageant la crainte et inspirant les légendes ou les invocations séculaires ; non pas endigué mais se retenant, reformé de lui-même, et permettant aux vies éphémères de se penser, autour de lui, une continuité ; il aurait voulu, enfin, à proprement parler, se donner une contenance.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette