BRIBES EN LIGNE
bernadette griot vient de  mise en ligne du texte la gaucherie à vivre, tendresses ô mes envols moisissures mousses lichens dessiner les choses banales       midi dix l’espace ouvert au peinture de rimes. le texte cher bernard ecrire sur a grant dulur tendrai puis ici, les choses les plus dernier vers aoi sors de mon territoire. fais poème pour dentelle : il avait a christiane  la lancinante il y a tant de saints sur         sur nu(e), comme son nom entr’els nen at ne pui 0 false 21 18 rm : d’accord sur patrick joquel vient de       force    si tout au long dernier vers aoi un titre : il infuse sa thème principal : (ma gorge est une macles et roulis photo 4 ce qui importe pour des conserves !       la ils avaient si longtemps, si si grant dol ai que ne       l̵ vous êtes dernier vers aoi toutefois je m’estimais le recueil de textes       il toutes sortes de papiers, sur inoubliables, les giovanni rubino dit que reste-t-il de la     tout autour mais jamais on ne dernier vers aoi et combien diaphane est le pour anne slacik ecrire est dimanche 18 avril 2010 nous à la bonne ensevelie de silence,       dans  “ce travail qui mi viene in mentemi pour jean-marie simon et sa af : j’entends   ces sec erv vre ile  c’était     &nbs antoine simon 23 aucun hasard si se   1) cette sixième au labyrinthe des pleursils la musique est le parfum de   entrons  il y a le dernier vers aoi ce monde est semé mult ben i fierent franceis e journée de temps de pierres où l’on revient ouverture d’une voudrais je vous là, c’est le sable et « voici vous deux, c’est joie et bal kanique c’est nous savons tous, ici, que   d’un coté,     rien la liberté s’imprime à lorsqu’on connaît une antoine simon 20   un la terre a souvent tremblé les dernières chairs à vif paumes   adagio   je le samedi 26 mars, à 15  monde rassemblé dernier vers aoi       un pour andrée l’instant criblé c’est parfois un pays   pour le prochain  dans le livre, le     [1]  ] heureux l’homme antoine simon 26 derniers vers sun destre passet li jurz, si turnet a il avait accepté  “s’ouvre pour jacky coville guetteurs traquer et il parlait ainsi dans la       &n le numéro exceptionnel de la légende fleurie est d’un côté rien n’est plus ardu       dans et c’était dans 7) porte-fenêtre li emperere s’est sequence 6   le (dans mon ventre pousse une siglent a fort e nagent e  on peut passer une vie 1.- les rêves de       la certains soirs, quand je cinquième citationne madame est une torche. elle pour gilbert bribes en ligne a  zones gardées de références : xavier branches lianes ronces       b&acir de sorte que bientôt le temps passe dans la est-ce parce que, petit, on dernier vers aoi    les trois ensembles ici. les oiseaux y ont fait   pour olivier     son pour andré passet li jurz, la noit est tu le sais bien. luc ne       en       fleure deux ce travail vous est autre essai d’un dernier vers s’il     un mois sans pour marcel il y a dans ce pays des voies depuis ce jour, le site tout est possible pour qui sauvage et fuyant comme les enseignants : torna a sorrento ulisse torna antoine simon 18       embarq f le feu m’a maintenant il connaît le       entre immense est le théâtre et tant pis pour eux.   je n’ai jamais carissimo ulisse,torna a  “comment le pendu ce l’heure de la antoine simon 3       soleil quelque chose « 8° de on dit qu’agathe       je me (ô fleur de courge... lancinant ô lancinant (elle entretenait le ciel est clair au travers   un vendredi c’est une sorte de  tu vois im font chier dernier vers aoi attelage ii est une œuvre vedo la luna vedo le dans les rêves de la dans le train premier       la on peut croire que martine       longte       le madame porte à  martin miguel vient nouvelles mises en       deux l’art n’existe       deux       nuage       ton pour des quatre archanges que démodocos... Ça a bien un la mort, l’ultime port, i mes doigts se sont ouverts pour helmut       sur   marcel   saint paul trois       qui pour jacqueline moretti, vos estes proz e vostre folie de josuétout est   ciel !!!! on préparait       pav&ea dernier vers aoi cliquetis obscène des  il est des objets sur il existe au moins deux       object autres litanies du saint nom       fleur       aux paien sunt morz, alquant tout mon petit univers en  dans toutes les rues pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi juste un je rêve aux gorges j’aime chez pierre       le le galop du poème me comme un préliminaire la f j’ai voulu me pencher m1       pure forme, belle muette,       sur le paroles de chamantu l’une des dernières bel équilibre et sa bien sûrla assise par accroc au bord de     pluie du le franchissement des       dans elle réalise des     sur la clers fut li jurz e li dans le pays dont je vous je ne saurais dire avec assez       apr&eg     à antoine simon 12 polenta le geste de l’ancienne, tandis que dans la grande dernier vers aoi pour pierre theunissen la  de même que les     sur la pente       magnol un jour nous avons     l’é       sur       pour       alla les plus vieilles jamais si entêtanteeurydice il y a des objets qui ont la À l’occasion de antoine simon 19 de proche en proche tous mais non, mais non, tu "tu sais ce que c’est la communication est madame, vous débusquez       montag titrer "claude viallat, jouer sur tous les tableaux     après     extraire      & nécrologie antoine simon 2       o comme c’est ma chair n’est ( ce texte a villa arson, nice, du 17 je ne peins pas avec quoi, le lent déferlement recleimet deu mult "mais qui lit encore le je me souviens de station 1 : judas       baie     chant de dorothée vint au monde zacinto dove giacque il mio   six formes de la accorde ton désir à ta derniers pas même  pour de du fond des cours et des apaches : l’éclair me dure, deuxième essai  hier, 17 introibo ad altare à propos des grands     longtemps sur les textes mis en ligne suite de    nous la bouche pure souffrance       rampan   se       au       dans merci au printemps des ce qui aide à pénétrer le pas sur coussin d’air mais       pav&ea granz est li calz, si se autre citation"voui       grimpa a supposer quece monde tienne ce qui fait tableau : ce antoine simon 15 1257 cleimet sa culpe, si a la libération, les       arauca       glouss       soleil seul dans la rue je ris la       au on cheval antoine simon 29 d’abord l’échange des pour michèle   nous sommes "la musique, c’est le coupé le sonà très saintes litanies dans l’innocence des       é guetter cette chose un besoin de couper comme de printemps breton, printemps       coude dans le pain brisé son       le j’ai longtemps les premières pour mireille et philippe l’homme est ma mémoire ne peut me       tourne  dernier salut au       l̵ en 1958 ben ouvre à       au l’art c’est la gardien de phare à vie, au       ce texte m’a été deuxième suite napolì napolì macles et roulis photo (josué avait lentement agnus dei qui tollis peccata   est-ce que             &agrav dernier vers aoi       sur nous avons affaire à de morz est rollant, deus en ad       maquis dire que le livre est une pas facile d’ajuster le       le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

Aux George(s)
(s est la marque du pluriel)

J’ai inventé Fluxus.
Avant moi, il existait – soit.
Mais quoi de commun entre l’impérialisme de Ben (Vautier) et la solitaire sagesse de George Brecht ? George Maciunas déclinait, après une liste déjà longue, dont j’étais – et qui n’était pas close – tout une gamme des possibles depuis Flynt (« Economics+ Bluegrass ») jusqu’à « ceux qui n’eurent rien à faire avec Fluxus – jamais », mais dont il délimitait me semble-t-il les contours, et d’une certaine façon, les nommant, les avalisait : ceux qui, eux aussi, ont inventé un Fluxus toujours neuf, taillant chacun dans son tissu caméléon un costume qui sied à leur teint particulier.
Fluxus fut la liberté de jouer l’ironie et les mots, de confronter la « Culture » à la jardinière – comme dans une « Histoire quotidienne », à l’illusion érotique : cf « Bande-objet n°8 ». Ce fut la liberté d’affirmer que jouer musique, peindre et écrire pouvaient se marier, et que la peinture pouvait affronter le terrorisme alors régnant de l’objet au nom du principe : « Pourquoi pas ? ». Ce fut aussi la liberté de se joindre à d’autres entreprises non-contradictoires, comme celle d’aller sonder le mécano du peintre en travaillant dans le tableau ses éléments constitutifs. D’oser garder ce regard « économique » qui s’attache aux « à-côtés » de la pratique dans « La peinture déborde », et suivre jusqu’au fil détissé la plus petite particule signifiante du tableau…
J’invente encore aujourd’hui Fluxus.
Je revendique, ce jour, l’héritage du défunt – mort aux environs de 1968, d’un refroidissement : on l’avait découvert. Je revendique le droit de le ré-inventer encore, comme je revendique celui de chacun d’avoir pu le faire depuis vingt ans – Beuys, Vostell, Page etc : même s’ils n’avaient rien à faire avec Fluxus – jamais.

Avril 1989
Catalogue de l’exposition « Fluxus », sous la responsabilité de Charles Dreyfus
(Galerie 1900/2000 et Galerie du Génie) Paris, juin 1989
Publication en ligne : 7 octobre 2009
Première publication : avril 1989 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette