BRIBES EN LIGNE
le pendu       six la route de la soie, à pied,       vu l’attente, le fruit intendo... intendo ! le temps passe dans la ils sortent   1) cette coupé en deux quand carmelo arden quin est une et te voici humanité la danse de livre grand format en trois pas sur coussin d’air mais    tu sais "mais qui lit encore le elle disposait d’une les plus vieilles langues de plomba la ce poème est tiré du       la epuisement de la salle,       au noble folie de josué, la rencontre d’une le bulletin de "bribes       quinze j’ai en réserve etudiant à les routes de ce pays sont abstraction voir figuration l’évidence la liberté de l’être ecrire les couleurs du monde (ô fleur de courge... l’impossible pour michèle aueret on cheval le samedi 26 mars, à 15 antoine simon 22 giovanni rubino dit edmond, sa grande toute une faune timide veille       ( mi viene in mentemi   ces notes f les marques de la mort sur tant pis pour eux. sors de mon territoire. fais nécrologie en ceste tere ad estet ja f toutes mes tendresse du mondesi peu de premier essai c’est derniers vers sun destre paroles de chamantu  ce qui importe pour autre citation pour jean gautheronle cosmos béatrice machet vient de  le grand brassage des je sais, un monde se je me souviens de   pour adèle et pour michèle aucun hasard si se dieu faisait silence, mais se reprendre. creuser son dans l’effilé de sainte marie, "le renard connaît  “la signification tout en travaillant sur les  référencem agnus dei qui tollis peccata diaphane est le mot (ou ….omme virginia par la       pav&ea i.- avaler l’art par dernier vers aoi ce texte se présente  un livre écrit lentement, josué suite du blasphème de dernier vers aoi   pour le prochain religion de josué il accoucher baragouiner une fois entré dans la       &eacut  “... parler une légendes de michel dernier vers aoi cet article est paru     dans la ruela les enseignants : j’écoute vos   en grec, morías     m2 &nbs quai des chargeurs de ma voix n’est plus que il existe au moins deux À max charvolen et martin       au  il y a le jamais si entêtanteeurydice et c’était dans dimanche 18 avril 2010 nous à propos “la je reviens sur des les dernières    au balcon toulon, samedi 9 "la musique, c’est le  les premières de tantes herbes el pre       l̵ dernier vers aoi granz fut li colps, li dux en mes pensées restent les lettres ou les chiffres la lecture de sainte morz est rollant, deus en ad     nous six de l’espace urbain, rien n’est autres litanies du saint nom sur la toile de renoir, les tu le sais bien. luc ne ] heureux l’homme i en voyant la masse aux pour m.b. quand je me heurte il faut aller voir l’impression la plus       la mult ben i fierent franceis e mouans sartoux. traverse de ma mémoire ne peut me  la lancinante       su le 28 novembre, mise en ligne dans le train premier sous l’occupation       aujour un nouvel espace est ouvert lancinant ô lancinant dentelle : il avait il est le jongleur de lui non, björg, ce qui fait tableau : ce on préparait       un si, il y a longtemps, les pour philippe bientôt, aucune amarre toutes ces pages de nos dernier vers aoi écoute, josué, cet univers sans       sur diaphane est le  epître aux pour yves et pierre poher et       gentil li emperere par sa grant       la il tente de déchiffrer, ( ce texte a antoine simon 2 la mort d’un oiseau. dans la caverne primordiale dernier vers aoi avez-vous vu       dans reflets et echosla salle un homme dans la rue se prend  improbable visage pendu deuxième macles et roulis photo 4  il est des objets sur       les grande lune pourpre dont les si tu es étudiant en       vaches à sylvie mougins. décembre paysage de ta tombe  et dans le respect du cahier des dans les rêves de la  de la trajectoire de ce il avait accepté  tous ces chardonnerets polenta       magnol rien n’est plus ardu 5) triptyque marocain ici. les oiseaux y ont fait a christiane certains soirs, quand je ils avaient si longtemps, si  on peut passer une vie a dix sept ans, je ne savais       descen       (  dernier salut au       il j’ai changé le et ces       object       m&eacu       alla c’est pour moi le premier       deux       le       au antoine simon 17 moi cocon moi momie fuseau s’ouvre la alocco en patchworck © vous deux, c’est joie et dernier vers aoi je meurs de soif       tourne il y a des objets qui ont la viallat © le château de monde imaginal, temps où les coeurs       la histoire de signes . tendresses ô mes envols     pluie du madame, vous débusquez un verre de vin pour tacher toute trace fait sens. que       je       le       &agrav       soleil quand c’est le vent qui     de rigoles en samuelchapitre 16, versets 1 f le feu est venu,ardeur des je t’ai admiré,   le 10 décembre     longtemps sur d’ eurydice ou bien de       sur le macles et roulis photo 6  c’était il arriva que carles li reis en ad prise sa  les trois ensembles (ma gorge est une pourquoi yves klein a-t-il       le il ne s’agit pas de       &agrav   la baie des anges après la lecture de mise en ligne thème principal : ma voix n’est plus que si elle est belle ? je       " li quens oger cuardise       marche le lent tricotage du paysage introibo ad altare j’ai ajouté madame chrysalide fileuse de soie les draps, de soie dans ce pays ma mère     après dix l’espace ouvert au de mes deux mains     son       sur et combien nous savons tous, ici, que chaises, tables, verres, madame aux rumeurs il y a tant de saints sur  “ne pas sequence 6   le bien sûr, il y eut poème pour dernier vers aoi dernier vers aoi       entre       "       jonath l’heure de la saluer d’abord les plus pour angelo pour pierre theunissen la eurydice toujours nue à toujours les lettres : temps où le sang se       la un tunnel sans fin et, à   maille 1 :que macao grise       le le temps passe si vite, j’ai parlé dernier vers aoi cyclades, iii° carissimo ulisse,torna a du bibelot au babilencore une   le recueil de textes attention beau la cité de la musique nous serons toujours ces la bouche pleine de bulles       la pour gilbert       fleur comment entrer dans une   entrons       j̵ je découvre avant toi 1 au retour au moment iv.- du livre d’artiste nous viendrons nous masser vedo la luna vedo le       sous  “ce travail qui r.m.a toi le don des cris qui       m̵       dans marcel alocco a on a cru à me antoine simon 26 suite de macles et roulis photo 1 zacinto dove giacque il mio 1-nous sommes dehors. (josué avait temps de pierres dans la f les feux m’ont au lecteur voici le premier voici des œuvres qui, le « voici       sur le tissu d’acier       maquis       vu dans les carnets     un mois sans pour egidio fiorin des mots dernier vers aoi  si, du nouveau le 19 novembre 2013, à la en cet anniversaire, ce qui       m̵ quand les eaux et les terres avant dernier vers aoi exacerbé d’air l’éclair me dure, un besoin de couper comme de autre essai d’un grant est la plaigne e large ici, les choses les plus envoi du bulletin de bribes et voici maintenant quelques il n’est pire enfer que pour le prochain basilic, (la  hier, 17 ne pas négocier ne à cri et à quelque chose equitable un besoin sonnerait ce jour-là il lui le 2 juillet jamais je n’aurais effleurer le ciel du bout des je m’étonne toujours de la madame a des odeurs sauvages       deux huit c’est encore à antoine simon 21       dans spectacle de josué dit nice, le 8 octobre dernier vers que mort  dans le livre, le       " la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento
....................................................... (   )
Aube des Apaches
L’air a pris peur

   Remis à plus tard (une aube étouffée élue au hasard)

des marches ardentes (chargées de fruits selon -) verges océanes (semblables à l’ordre des mirages)
Entre les mots -vallées arides ou guette la mort- loups blancs qu’effraie ma lance au sang noir, cavaliers de ma seule espérance au coeur torturé

  Apaches
    qu’arrache ma langue ! long cri à travers les espaces hululement et vide de mon coeur
     Apaches
      qu’attache ma lance (Nuits tièdes où se brandit la lance dure et chaude)
      Amour de ma terre, amour des femmes de ma terre (L’eau recueillie dans les grands puits gardés a la fraîcheur des regards apaisés)

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette