BRIBES EN LIGNE
ço dist li reis : au seuil de l’atelier introibo ad altare douce est la terre aux yeux antoine simon 28 petites proses sur terre la prédication faite       deux autre petite voix un jour, vous m’avez je dors d’un sommeil de     du faucon à la mémoire de   tout est toujours en " je suis un écorché vif. se reprendre. creuser son f toutes mes       reine on cheval station 4 : judas  non... non... je vous assure, l’une des dernières les premières f les marques de la mort sur     pluie du  tu vois im font chier la bouche pleine de bulles a dix sept ans, je ne savais saluer d’abord les plus     sur la    tu sais moisissures mousses lichens suite du blasphème de pour mes enfants laure et       m&eacu reflets et echosla salle le lent tricotage du paysage temps de pierres dans la arbre épanoui au ciel onze sous les cercles ne pas négocier ne dorothée vint au monde       cette mon cher pétrarque,   je ne comprends plus       neige rare moment de bonheur, epuisement de la salle,  les œuvres de    courant n’ayant pas     oued coulant antoine simon 24 pas sur coussin d’air mais diaphane est le il ne sait rien qui ne va on peut croire que martine       au il en est des meurtrières.       un     les provisions pour marcel dernier vers aoi madame déchirée  dans le livre, le nous serons toujours ces ] heureux l’homme j’ai ajouté il s’appelait pour helmut       allong un soir à paris au la vie est dans la vie. se abstraction voir figuration une fois entré dans la       un  dans toutes les rues À l’occasion de encore la couleur, mais cette le corps encaisse comme il nos voix pas même seins isabelle boizard 2005 derniers vers sun destre edmond, sa grande  la toile couvre les antoine simon 9 neuf j’implore en vain nu(e), comme son nom ses mains aussi étaient dans le respect du cahier des       descen jouer sur tous les tableaux la deuxième édition du antoine simon 17 un jour nous avons pour martin antoine simon 2     m2 &nbs       vaches dernier vers aoi le 28 novembre, mise en ligne karles se dort cum hume livre grand format en trois pour robert       que pour gilbert la langue est intarissable       grappe je serai toujours attentif à       object (de)lecta lucta   dernier vers aoi lu le choeur des femmes de dernier vers aoi on a cru à ce qui importe pour halt sunt li pui e mult halt s’égarer on dernier vers aoi       voyage ce 28 février 2002. accoucher baragouiner je ne saurais dire avec assez al matin, quant primes pert raphaël   3   

les (josué avait lentement   on n’est etait-ce le souvenir antoine simon 31 chaque jour est un appel, une onzième elle disposait d’une noble folie de josué, ouverture d’une le travail de bernard  c’était       dans dernier vers aoi vertige. une distance le passé n’est dernier vers aoi     les fleurs du       p&eacu quelque temps plus tard, de cinquième citationne   au milieu de antoine simon 33       coude   né le 7 « e ! malvais pur ceste espee ai dulor e toute une faune timide veille pour andré villers 1) il n’était qu’un       fleure c’est extrêmement nous savons tous, ici, que       fourr&       sur le merci à marc alpozzo pour raphaël       magnol imagine que, dans la violette cachéeton entr’els nen at ne pui   un vendredi bribes en ligne a       la pour michèle aueret       bien       soleil voudrais je vous envoi du bulletin de bribes 5) triptyque marocain d’ eurydice ou bien de légendes de michel je n’ai pas dit que le     sur la pente j’ai donné, au mois       la  ce qui importe pour       au suite de dernier vers aoi la route de la soie, à pied,       nuage f le feu m’a et la peur, présente ecrire les couleurs du monde j’écoute vos pour michèle c’est un peu comme si, le coquillage contre la fraîcheur et la       voyage archipel shopping, la genre des motsmauvais genre sors de mon territoire. fais je ne sais pas si la terre a souvent tremblé béatrice machet vient de  si, du nouveau dernier vers aoi dernier vers aoi antoine simon 21       le ce qu’un paysage peut pas de pluie pour venir j’aime chez pierre à la bonne À la loupe, il observa autres litanies du saint nom       et tu pour martine, coline et laure  le grand brassage des       "       dans       je       l̵ 0 false 21 18       pourqu       sur   dits de       m̵ il était question non les plus vieilles d’abord l’échange des soudain un blanc fauche le l’heure de la       embarq ensevelie de silence, nous avancions en bas de sur la toile de renoir, les carissimo ulisse,torna a traquer     un mois sans  l’exposition  le plus insupportable chez quand les eaux et les terres mes pensées restent il avait accepté je t’enfourche ma le pendu et te voici humanité       il la mort, l’ultime port,       vu     surgi cinquième essai tout  le livre, avec générations       une petit matin frais. je te       en deuxième suite viallat © le château de dans le monde de cette et c’était dans et il parlait ainsi dans la       les antoine simon 3 l’instant criblé  la lancinante rm : nous sommes en chaque automne les       &agrav  les premières rien n’est plus ardu tendresses ô mes envols comment entrer dans une       d&eacu chaises, tables, verres, elle ose à peine passet li jurz, si turnet a leonardo rosa ce texte m’a été la tentation du survol, à       o en introduction à ce qui aide à pénétrer le le franchissement des non, björg, pour andré voile de nuità la       la    de femme liseuse 0 false 21 18 dernier vers aoi errer est notre lot, madame,       sur le bien sûr, il y eut       l̵ o tendresses ô mes la force du corps, carissimo ulisse,torna a     hélas, maintenant il connaît le issent de mer, venent as je désire un le lent déferlement sur l’erbe verte si est les durand : une   que signifie branches lianes ronces dernier vers aoi présentation du le vieux qui       la le 2 juillet vos estes proz e vostre antoine simon 7       maquis 1) la plupart de ces pas une année sans évoquer station 3 encore il parle je m’étonne toujours de la       qui mais jamais on ne       le la littérature de rêve, cauchemar, 0 false 21 18 attendre. mot terrible. pour martine       je mesdames, messieurs, veuillez je t’enlace gargouille temps où les coeurs journée de antoine simon 22   encore une toutes sortes de papiers, sur le grand combat : dire que le livre est une « amis rollant, de paroles de chamantu trois (mon souffle au matin les parents, l’ultime toute trace fait sens. que quatrième essai de       je me il arriva que       ...mai dernier vers aoi sculpter l’air : cet univers sans après la lecture de sequence 6   le ils sortent dernier vers aoi       aujour     vers le soir tout est possible pour qui un besoin de couper comme de « 8° de ma mémoire ne peut me troisième essai la galerie chave qui vous n’avez pour michèle gazier 1 le geste de l’ancienne,     après     rien deux nouveauté, quand vous serez tout       quinze à propos des grands pour le prochain basilic, (la la vie humble chez les je reviens sur des a la femme au   je n’ai jamais voici des œuvres qui, le je meurs de soif pour daniel farioli poussant et tout avait toi, mésange à diaphane est le mot (ou a ma mère, femme parmi lorsque martine orsoni macles et roulis photo 6 avant propos la peinture est       juin       au ma voix n’est plus que si grant dol ai que ne       crabe-       sur aux george(s) (s est la références : xavier       apr&eg le texte qui suit est, bien la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento
....................................................... (   )
Aube des Apaches
L’air a pris peur

   Remis à plus tard (une aube étouffée élue au hasard)

des marches ardentes (chargées de fruits selon -) verges océanes (semblables à l’ordre des mirages)
Entre les mots -vallées arides ou guette la mort- loups blancs qu’effraie ma lance au sang noir, cavaliers de ma seule espérance au coeur torturé

  Apaches
    qu’arrache ma langue ! long cri à travers les espaces hululement et vide de mon coeur
     Apaches
      qu’attache ma lance (Nuits tièdes où se brandit la lance dure et chaude)
      Amour de ma terre, amour des femmes de ma terre (L’eau recueillie dans les grands puits gardés a la fraîcheur des regards apaisés)

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette