BRIBES EN LIGNE
pour philippe dernier vers aoi de pareïs li seit la monde imaginal, juste un mot pour annoncer jouer sur tous les tableaux il semble possible béatrice machet vient de       bonheu       un reflets et echosla salle       cerisi samuelchapitre 16, versets 1 les enseignants : iv.- du livre d’artiste "si elle est dernier vers aoi cinquième essai tout dans les horizons de boue, de nice, le 8 octobre dernier vers aoi       pass&e pour ma   j’ai souvent       m̵ c’est vrai grant est la plaigne e large       &ccedi souvent je ne sais rien de    seule au quand sur vos visages les les oiseaux s’ouvrent toutefois je m’estimais   dits de printemps breton, printemps ajout de fichiers sons dans   3   

les en ceste tere ad estet ja dernier vers aoi comment entrer dans une  l’exposition  r.m.a toi le don des cris qui tu le saiset je le vois pas facile d’ajuster le     son derniers vers sun destre le grand combat : 5) triptyque marocain les doigts d’ombre de neige j’ai ajouté ce qui aide à pénétrer le       le les étourneaux !       le     rien   voici donc la le 2 juillet voudrais je vous     une abeille de très saintes litanies   (dans le hans freibach : quand vous serez tout « voici le 28 novembre, mise en ligne a propos de quatre oeuvres de       glouss je m’étonne toujours de la je meurs de soif ço dist li reis : carissimo ulisse,torna a       retour il n’était qu’un       nuage       ma    de femme liseuse       tourne portrait. 1255 :     vers le soir (en regardant un dessin de temps de pierres dans la les installations souvent, si j’avais de son madame est la reine des       le f dans le sourd chatoiement edmond, sa grande dix l’espace ouvert au       maquis écrirecomme on se les routes de ce pays sont noble folie de josué, on trouvera la video il est le jongleur de lui autre essai d’un violette cachéeton       dans le bulletin de "bribes abstraction voir figuration dernier vers aoi dernier vers aoi (josué avait lentement       m&eacu zacinto dove giacque il mio suite de 1-nous sommes dehors. toute une faune timide veille la chaude caresse de carcassonne, le 06       le frères et rare moment de bonheur,     depuis       banlie le coquillage contre ne pas négocier ne  marcel migozzi vient de le proche et le lointain antoine simon 9 vous êtes f le feu est venu,ardeur des pour max charvolen 1)       &eacut quel ennui, mortel pour       je me toute trace fait sens. que chaque jour est un appel, une   1) cette       sous       grappe dans ma gorge     extraire au programme des actions       magnol dans un coin de nice, on préparait « amis rollant, de il aurait voulu être est-ce parce que, petit, on     pourquoi       une accoucher baragouiner dernier vers aoi antoine simon 32       au  ce qui importe pour au rayon des surgelés huit c’est encore à soudain un blanc fauche le mougins. décembre macao grise 0 false 21 18       un  les premières glaciation entre     les provisions sur l’erbe verte si est c’est la distance entre (ma gorge est une       il       &n dernier vers aoi les dieux s’effacent  je signerai mon alocco en patchworck © l’instant criblé cet article est paru se placer sous le signe de       su beaucoup de merveilles       montag générations buttati ! guarda&nbs grande lune pourpre dont les    7 artistes et 1  “s’ouvre tout est possible pour qui   se     chambre sculpter l’air : bernard dejonghe... depuis préparation des     de rigoles en régine robin, le samedi 26 mars, à 15 l’art c’est la des voix percent, racontent       jonath arbre épanoui au ciel j’ai changé le   d’un coté, la mastication des le 26 août 1887, depuis constellations et pour alain borer le 26 dernier vers s’il il pleut. j’ai vu la  “comment (dans mon ventre pousse une dans la caverne primordiale "l’art est-il coupé le sonà     oued coulant       pav&ea titrer "claude viallat, j’écoute vos pour michèle gazier 1)       sur et que dire de la grâce       gentil dans ce pays ma mère effleurer le ciel du bout des       longte une fois entré dans la ma voix n’est plus que       le la poésie, à la   six formes de la moi cocon moi momie fuseau la terre a souvent tremblé antoine simon 25 c’est la chair pourtant  zones gardées de       mouett ce qui fascine chez me       la max charvolen, martin miguel petit matin frais. je te  le grand brassage des ici, les choses les plus cette machine entre mes deuxième apparition 1 la confusion des toujours les lettres : au seuil de l’atelier antoine simon 26     l’é la brume. nuages deux nouveauté, comme ce mur blanc la fraîcheur et la       &       le sur la toile de renoir, les au matin du deux mille ans nous rêve, cauchemar, pour jean-marie simon et sa je sais, un monde se au lecteur voici le premier   nous sommes l’homme est introibo ad altare napolì napolì tandis que dans la grande attention beau       dans madame, vous débusquez le 15 mai, à depuis ce jour, le site mult est vassal carles de cinquième citationne et voici maintenant quelques on a cru à carmelo arden quin est une       une 10 vers la laisse ccxxxii ce pays que je dis est 1 au retour au moment accorde ton désir à ta pour maguy giraud et       sur       dans le passé n’est       coude de soie les draps, de soie       six   le 10 décembre mise en ligne  le "musée les durand : une dernier vers aoi       l̵ je désire un franchement, pensait le chef, temps de cendre de deuil de certains soirs, quand je "tu sais ce que c’est depuis le 20 juillet, bribes pour martine madame, on ne la voit jamais si tu es étudiant en que reste-t-il de la la galerie chave qui       sur le le lourd travail des meules antoine simon 30   la baie des anges       &n "pour tes si, il y a longtemps, les art jonction semble enfin je me souviens de il souffle sur les collines "je me tais. pour taire. nous dirons donc quel étonnant aux barrières des octrois viallat © le château de pas de pluie pour venir pas sur coussin d’air mais dernier vers aoi       longte       ce dernier vers aoi vous deux, c’est joie et approche d’une dernier vers aoi les petites fleurs des villa arson, nice, du 17 les plus terribles spectacle de josué dit vedo la luna vedo le la deuxième édition du       je ils avaient si longtemps, si la mort, l’ultime port, l’heure de la       en un a christiane       avant       entre       dans que d’heures       jardin et encore  dits tout à fleur d’eaula danse  dans le livre, le ouverture de l’espace station 1 : judas un besoin de couper comme de ainsi va le travail de qui sous l’occupation le glacis de la mort       juin       quand     au couchant quatrième essai de archipel shopping, la sous la pression des il arriva que montagnesde je suis celle qui trompe onzième       le       vu comme un préliminaire la    si tout au long j’ai parlé       la non... non... je vous assure,  mise en ligne du texte comme c’est dernier vers aoi quelque chose dernier vers aoi et c’était dans clers est li jurz et li   en grec, morías je t’ai admiré, reprise du site avec la vous avez a toi le don des cris qui       force i mes doigts se sont ouverts et ma foi, f qu’il vienne, le feu pour gilbert f tous les feux se sont       dans ce 28 février 2002.       devant je serai toujours attentif à carles respunt : un jour nous avons     nous       p&eacu cyclades, iii° le scribe ne retient le recueil de textes       le avant dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

"Pour tes débordements mon peuple ; pour tes trop brusques violences, pour ta grande vigueur quand la fureur te prend…"
(Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento la canzone della Sirena ci batte ancora la terra e i fianchi del vesuvio. O morte ! ad ogni passo...)
Et dans la grande salle
il disait
Autre folie de Josué
Je tourne ainsi. Chaque jour. Je tournerais tout aussi bien sans tout ça... Mais quelque chose me dit qu’à tourner ainsi de la sorte je finirai par trouver sinon une issue (grands dieux, non ! je n’en demande pas tant !), du moins un sens (je crois que c’est ainsi que ça se nomme : un sens, oui, oui, un sens) je ne sais s’il est besoin de faire preuve de grande prudence, ni si je risque quoi que ce soit ni même s’il fallait vraiment que j’en arrive là... Mais chaque jour ça recommence . Ça recommence de même manière. Si je n’étais pas aussi équilibré, aussi plein d’assurances ou en tout cas de sens (je crois que c’est bien ça, de sens, c’est exactement le mot qui convient), je crois bien que je finirais en déchet ou épave, perdu corps et âme dans une immense beuverie ou inlassable drogue (dit-on droguerie ?) (Non, je crois que c’est autre chose... il faut toujours appeler les choses par leur nom...) : il en est pourtant qui insinuent parfois des perfidies. Non, vraiment, tout ça ne m’atteint pas... Je sais bien ce que parler veut dire, et ce que vivre signifie, et quel est le sens de... Mais laissons, comme dit l’autre, repris bien souvent, les mots enterrer les mots et poursuivons... Il faudra quelque jour que je raconte par le menu l’histoire de ma vie, des gens très bien le font je
Il dit ces mots qui s’envolent et
septième nécrologie
"Et Jacques aussi est mort,
non, lui non plus n’est plus"

Quelques chose là-bas mûrissait

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette