BRIBES EN LIGNE
sequence 6   le       nuage comme ce mur blanc   on n’est intendo... intendo !       la ce pays que je dis est ne faut-il pas vivre comme cinquième essai tout hans freibach : sors de mon territoire. fais       " macles et roulis photo dans ce pays ma mère       voyage je serai toujours attentif à un besoin de couper comme de       dans allons fouiller ce triangle       " dernier vers aoi imagine que, dans la dernier vers aoi cyclades, iii°       reine nous avons affaire à de vos estes proz e vostre dans les carnets attendre. mot terrible.           le cygne sur il faut laisser venir madame quel étonnant juste un       object de l’autre dans la caverne primordiale f le feu s’est     le il existe deux saints portant madame a des odeurs sauvages    il quand vous serez tout madame déchirée       &       st errer est notre lot, madame,   3   

les autres litanies du saint nom sixième   maille 1 :que bernadette griot vient de en ceste tere ad estet ja charogne sur le seuilce qui et  riche de mes   encore une dernier vers aoi       soleil troisième essai       assis on peut croire que martine onzième il en est des meurtrières. le 15 mai, à       la       dans nice, le 30 juin 2000 bien sûrla       quinze le 28 novembre, mise en ligne d’un côté     &nbs noble folie de josué, non... non... je vous assure,       é quatrième essai de       une de pareïs li seit la pluies et bruines, carissimo ulisse,torna a       s̵       sur le pour michèle aueret f le feu est venu,ardeur des mais jamais on ne       " descendre à pigalle, se cet article est paru dans le       aux   ces notes la chaude caresse de antoine simon 31       cette le pendu le vieux qui       juin la brume. nuages constellations et  il est des objets sur l’éclair me dure, régine robin, la galerie chave qui    courant seul dans la rue je ris la dessiner les choses banales ce texte m’a été  on peut passer une vie ce qu’un paysage peut ce qui aide à pénétrer le able comme capable de donner vous n’avez au programme des actions   est-ce que       montag je suis bien dans  l’exposition  clere est la noit e la maintenant il connaît le sous l’occupation     les provisions deuxième apparition titrer "claude viallat,     "       je des quatre archanges que « 8° de madame est toute   la production station 1 : judas josué avait un rythme       devant rm : d’accord sur monde imaginal, lorsque martine orsoni dernier vers aoi le lourd travail des meules et ces c’est parfois un pays    7 artistes et 1 vedo la luna vedo le       pass&e diaphane est le À max charvolen et martin       l̵ pas facile d’ajuster le la fraîcheur et la et nous n’avons rien       neige les petites fleurs des les doigts d’ombre de neige   je n’ai jamais       vu       parfoi  si, du nouveau antoine simon 20       arauca là, c’est le sable et je suis       le "pour tes  pour jean le certains prétendent exode, 16, 1-5 toute       &n samuelchapitre 16, versets 1 histoire de signes . l’homme est pour andré villers 1) dans les horizons de boue, de et combien dernier vers aoi   adagio   je    regardant "je me tais. pour taire.       bruyan rimbaud a donc ma voix n’est plus que la communication est au rayon des surgelés "tu sais ce que c’est les cuivres de la symphonie       &ccedi tout est prêt en moi pour temps où le sang se religion de josué il   six formes de la carles li reis en ad prise sa pour andré       l̵       alla ils sortent ce jour-là il lui       sous la langue est intarissable antoine simon 14 poème pour paroles de chamantu si tu es étudiant en       le       la les amants se on préparait       sur le marcel alocco a la terre nous j’oublie souvent et     double deuxième essai le in the country     hélas, la réserve des bribes la route de la soie, à pied,       la l’appel tonitruant du       la       l̵ diaphane est le mot (ou un temps hors du pour helmut les grands même si  les éditions de le plus insupportable chez   voici donc la   d’un coté, thème principal :       sur il s’appelait légendes de michel À peine jetés dans le dans ma gorge À max charvolen et       dans       l̵       sabots ne pas négocier ne guetter cette chose       fourr&       un ensevelie de silence, vous êtes       en dimanche 18 avril 2010 nous   tout est toujours en chaises, tables, verres, ils s’étaient jamais je n’aurais     l’é dorothée vint au monde je suis occupé ces i en voyant la masse aux de prime abord, il madame des forêts de pour daniel farioli poussant ….omme virginia par la pour michèle gazier 1)       le buttati ! guarda&nbs dernier vers aoi  c’était printemps breton, printemps     [1]  je désire un dans ce périlleux preambule – ut pictura       pav&ea et te voici humanité       sur fin première le 23 février 1988, il sur la toile de renoir, les un trait gris sur la (ma gorge est une il ne s’agit pas de       jonath quelques autres langues de plomba la pour julius baltazar 1 le je ne peins pas avec quoi, premier vers aoi dernier …presque vingt ans plus quand les eaux et les terres       sur       la dernier vers aoi nous viendrons nous masser écoute, josué, pour       bonhe le 26 août 1887, depuis       la agnus dei qui tollis peccata quand les mots d’ eurydice ou bien de "mais qui lit encore le ici. les oiseaux y ont fait     après pour mes enfants laure et le coquillage contre dernier vers aoi la pureté de la survie. nul napolì napolì antoine simon 25       retour       apr&eg recleimet deu mult cinq madame aux yeux l’instant criblé  dernier salut au  epître aux       sur ce ce n’est pas aux choses dernier vers aoi pierre ciel  les premières       dans       " préparation des j’ai longtemps la liberté de l’être folie de josuétout est       l̵ granz fut li colps, li dux en antoine simon 22       en suite de patrick joquel vient de pas sur coussin d’air mais pur ceste espee ai dulor e nous avancions en bas de j’ai perdu mon un tunnel sans fin et, à les premières rossignolet tu la       " ouverture de l’espace     rien temps de pierres est-ce parce que, petit, on sous la pression des       &agrav j’ai relu daniel biga, bribes en ligne a       le j’ai donné, au mois "si elle est dans les écroulements     oued coulant le coeur du dont les secrets… à quoi   le texte suivant a un nouvel espace est ouvert la fonction,       la carissimo ulisse,torna a il existe au moins deux dernier vers aoi au lecteur voici le premier on dit qu’agathe     de rigoles en quatre si la mer s’est       entre la rencontre d’une pour pierre theunissen la  marcel migozzi vient de    en   je ne comprends plus cliquetis obscène des dans le respect du cahier des (josué avait lentement ] heureux l’homme       longte ce texte se présente dernier vers aoi sixième je t’ai admiré, de sorte que bientôt attendre. mot terrible. (ô fleur de courge... pour jean gautheronle cosmos nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 29 pour maxime godard 1 haute je me souviens de pas même "le renard connaît dire que le livre est une le géographe sait tout six de l’espace urbain, la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

"Pour tes débordements mon peuple ; pour tes trop brusques violences, pour ta grande vigueur quand la fureur te prend…"
(Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento la canzone della Sirena ci batte ancora la terra e i fianchi del vesuvio. O morte ! ad ogni passo...)
Et dans la grande salle
il disait
Autre folie de Josué
Je tourne ainsi. Chaque jour. Je tournerais tout aussi bien sans tout ça... Mais quelque chose me dit qu’à tourner ainsi de la sorte je finirai par trouver sinon une issue (grands dieux, non ! je n’en demande pas tant !), du moins un sens (je crois que c’est ainsi que ça se nomme : un sens, oui, oui, un sens) je ne sais s’il est besoin de faire preuve de grande prudence, ni si je risque quoi que ce soit ni même s’il fallait vraiment que j’en arrive là... Mais chaque jour ça recommence . Ça recommence de même manière. Si je n’étais pas aussi équilibré, aussi plein d’assurances ou en tout cas de sens (je crois que c’est bien ça, de sens, c’est exactement le mot qui convient), je crois bien que je finirais en déchet ou épave, perdu corps et âme dans une immense beuverie ou inlassable drogue (dit-on droguerie ?) (Non, je crois que c’est autre chose... il faut toujours appeler les choses par leur nom...) : il en est pourtant qui insinuent parfois des perfidies. Non, vraiment, tout ça ne m’atteint pas... Je sais bien ce que parler veut dire, et ce que vivre signifie, et quel est le sens de... Mais laissons, comme dit l’autre, repris bien souvent, les mots enterrer les mots et poursuivons... Il faudra quelque jour que je raconte par le menu l’histoire de ma vie, des gens très bien le font je
Il dit ces mots qui s’envolent et
septième nécrologie
"Et Jacques aussi est mort,
non, lui non plus n’est plus"

Quelques chose là-bas mûrissait

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette