BRIBES EN LIGNE
ma mémoire ne peut me pour jacky coville guetteurs de tantes herbes el pre       dans au rayon des surgelés (josué avait deuxième approche de des quatre archanges que f le feu s’est que d’heures     de rigoles en pour andré « h&eacu de soie les draps, de soie mon cher pétrarque, madame chrysalide fileuse la prédication faite que reste-t-il de la villa arson, nice, du 17 une il faut dire les       chaque beaucoup de merveilles       &agrav le 19 novembre 2013, à la madame, on ne la voit jamais le temps passe si vite, À la loupe, il observa       7) porte-fenêtre c’est un peu comme si, branches lianes ronces ce qui aide à pénétrer le lentement, josué “dans le dessin dernier vers aoi régine robin, histoire de signes .       pass&e 1257 cleimet sa culpe, si       tourne       dans madame, vous débusquez mise en ligne d’un je désire un deuxième essai  dernières mises lu le choeur des femmes de a la libération, les il arriva que merci à marc alpozzo les dernières       glouss       droite ainsi fut pétrarque dans af : j’entends (la numérotation des mult est vassal carles de mon travail est une paien sunt morz, alquant cher bernard quand les mots le recueil de textes jamais si entêtanteeurydice tous feux éteints. des       jardin ils s’étaient pour martin       sur première écrirecomme on se les cuivres de la symphonie pour ma       nuage       allong       m̵ de prime abord, il giovanni rubino dit antoine simon 25 je n’hésiterai bel équilibre et sa me  hors du corps pas antoine simon 9 toutefois je m’estimais “le pinceau glisse sur en ceste tere ad estet ja patrick joquel vient de elle ose à peine juste un nécrologie   pour pierre theunissen la       gentil       deux       l̵       quinze quand nous rejoignons, en       la dans l’innocence des il faut aller voir     longtemps sur dans un coin de nice,       alla macles et roulis photo 3 quand sur vos visages les les doigts d’ombre de neige       bonhe toute trace fait sens. que de pareïs li seit la un besoin de couper comme de le ciel est clair au travers      & c’est extrêmement  si, du nouveau de proche en proche tous pour martine iloec endreit remeint li os dernier vers aoi       la       les    nous station 1 : judas       soleil "l’art est-il     surgi nos voix carissimo ulisse,torna a depuis ce jour, le site halt sunt li pui e mult halt dessiner les choses banales bernadette griot vient de       cyclades, iii° bal kanique c’est merci à la toile de le soleil n’est pas r.m.a toi le don des cris qui f les feux m’ont et te voici humanité trois (mon souffle au matin mult ben i fierent franceis e marie-hélène   ces sec erv vre ile       sur tout à fleur d’eaula danse ouverture d’une il était question non "et bien, voilà..." dit percey priest lakesur les         or l’erbe del camp, ki    au balcon et…  dits de pas sur coussin d’air mais accorde ton désir à ta le travail de bernard "la musique, c’est le pour jean gautheronle cosmos  “... parler une chairs à vif paumes mougins. décembre la musique est le parfum de       cette deuxième  née à archipel shopping, la de sorte que bientôt pour lee ne faut-il pas vivre comme le 15 mai, à art jonction semble enfin 1.- les rêves de normal 0 21 false fal et c’était dans autre citation"voui quand les eaux et les terres paysage de ta tombe  et non... non... je vous assure, ce poème est tiré du dernier vers aoi     le j’arrivais dans les     m2 &nbs       le pour michèle       object suite du blasphème de dernier vers aoi  epître aux ce jour là, je pouvais  de même que les guetter cette chose antoine simon 30 antoine simon 2  tous ces chardonnerets       sur le  marcel migozzi vient de petites proses sur terre d’abord l’échange des je ne saurais dire avec assez granz fut li colps, li dux en dernier vers aoi pour marcel     depuis si elle est belle ? je     pourquoi un tunnel sans fin et, à et je vois dans vos l’éclair me dure,    il iv.- du livre d’artiste     dans la ruela toutes sortes de papiers, sur le 28 novembre, mise en ligne dernier vers aoi le galop du poème me ce qu’un paysage peut       voyage paroles de chamantu dans le pays dont je vous huit c’est encore à je t’enfourche ma recleimet deu mult très malheureux... "ces deux là se     le cygne sur la chaude caresse de elle disposait d’une  le grand brassage des voile de nuità la       la autre petite voix       crabe- pour angelo  “s’ouvre   j’ai souvent  mise en ligne du texte v.- les amicales aventures du rêve, cauchemar,       &agrav dans l’effilé de temps de cendre de deuil de       que 0 false 21 18 une autre approche de       va       le       journ&   si vous souhaitez       à       la       &n pour à sylvie quand vous serez tout en introduction à   né le 7 passet li jurz, si turnet a antoine simon 12 j’ai travaillé le 2 juillet Ç’avait été la il faut laisser venir madame     tout autour nous serons toujours ces "si elle est voici des œuvres qui, le ici, les choses les plus cinquième citationne la réserve des bribes attendre. mot terrible. sequence 6   le antoine simon 21       ...mai       voyage c’est le grand les textes mis en ligne       magnol livre grand format en trois toulon, samedi 9 ….omme virginia par la le 23 février 1988, il madame des forêts de  au travers de toi je   un reflets et echosla salle antoine simon 31 des conserves ! et combien de pa(i)smeisuns en est venuz et voici maintenant quelques "tu sais ce que c’est nouvelles mises en  on peut passer une vie toutes ces pages de nos trois tentatives desesperees station 3 encore il parle       apr&eg on cheval exode, 16, 1-5 toute rita est trois fois humble.       pour religion de josué il       vu à bernadette       la       au la danse de       une souvent je ne sais rien de deux ce travail vous est   est-ce que sous la pression des sculpter l’air :       &eacut  “ce travail qui vous avez 1 la confusion des il tente de déchiffrer, fontelucco, 6 juillet 2000 jusqu’à il y a l’heure de la tout est prêt en moi pour  zones gardées de       les     [1]  c’est pour moi le premier dernier vers aoi portrait. 1255 : avez-vous vu quelque temps plus tard, de tu le saiset je le vois au matin du outre la poursuite de la mise j’écoute vos nous lirons deux extraits de fin première       le pour frédéric entr’els nen at ne pui sur l’erbe verte si est le plus insupportable chez antoine simon 17 m1       six de l’espace urbain, i mes doigts se sont ouverts quatrième essai de bribes en ligne a ils sortent de l’autre       deux on peut croire que martine dans les écroulements    en tandis que dans la grande etait-ce le souvenir j’ai relu daniel biga, les dieux s’effacent       pass&e sixième   voici donc la       dans un verre de vin pour tacher       la       &ccedi préparation des se placer sous le signe de d’un bout à il ne sait rien qui ne va dernier vers aoi ajout de fichiers sons dans       la pour raphaël on dit qu’agathe la deuxième édition du quelque chose       ce comme ce mur blanc il n’y a pas de plus la galerie chave qui premier vers aoi dernier un trait gris sur la décembre 2001. (de)lecta lucta         l̵   anatomie du m et       bien rêves de josué, l’instant criblé il n’est pire enfer que j’ai en réserve je sais, un monde se (ma gorge est une pour michèle gazier 1 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Pour voir venir la nuit | Noir d’en bas ->
A cri et à feu, à feu et à cri
© Alain Freixe
Artiste(s) : Youl Ecrivain(s) : Freixe (site)

À cri et à feu


Sur la ligne de faîte, un cri. Un cri, à l’arrêt. Un cri à mettre le feu à cet amas de pierres qui roulent rauques dans la pente.Torche qui a la force du tourbillon. Et de l’orage, le tumulte. Flammes qui tournent sur une ligne qui danse dans le ciel juste au-dessus des chaleurs.
Lumières vouées à la chute . A la tombée au ravin noir où tout s’efface. Et qui disparaissant déjà raconte ce qui est entrain d’arriver.
Et de finir.

A feu et à cri

Après la pente, cri et pierres. C’est resté là, pierres et cri.
Un rocher, clair de toutes ses déchirures. Une meule, aux éclairs d’été sec. Une promesse, maillée de silence et de vent. Un chemin, pour un pays noir.
Et pour garder la rosée, ce fil du jour qui tremble sur les feuilles quand les ombres de la nuit se renversent. Cette ligne d’air qui saute dans l’œil, le nœud de son fil pour que funambule mon inconnu de demain sous une lumière de luciole perdue, dépecée par les vents tièdes et solitaires de la nuit.
 

P.-S.

Ces poèmes ont été manuscrits sur deux placards de Youl à 3 exemplaires chacun en 2008/2009

Publication en ligne : 9 novembre 2009
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette