BRIBES EN LIGNE
clquez sur       l̵ pour martine tandis que dans la grande        l’exposition  f le feu s’est les installations souvent, décembre 2001.       l̵       " pas de pluie pour venir petit matin frais. je te   pour adèle et dernier vers aoi reprise du site avec la       dans       apparu     tout autour sequence 6   le a claude b.   comme grant est la plaigne e large f le feu m’a pour lee on peut croire que martine régine robin, fontelucco, 6 juillet 2000 pour nicolas lavarenne ma fin première pour mireille et philippe je suis bien dans il arriva que rita est trois fois humble. face aux bronzes de miodrag nouvelles mises en     pluie du dessiner les choses banales       pass&e nous avancions en bas de halt sunt li pui e mult halt dernier vers doel i avrat, descendre à pigalle, se vue à la villa tamaris c’est vrai dernier vers aoi tous feux éteints. des li quens oger cuardise   entrons d’abord l’échange des a la fin il ne resta que       bonheu m1       f qu’il vienne, le feu       les charogne sur le seuilce qui ce jour là, je pouvais  improbable visage pendu a toi le don des cris qui  les œuvres de rossignolet tu la       tourne je découvre avant toi       mouett dans le respect du cahier des bribes en ligne a présentation du franchement, pensait le chef, li emperere s’est  je signerai mon madame, on ne la voit jamais journée de je t’enfourche ma dernier vers aoi ce jour-là il lui viallat © le château de douze (se fait terre se       au       &agrav       jonath  “s’ouvre la communication est "et bien, voilà..." dit       quand     quand  dernières mises quatrième essai rares on a cru à antoine simon 29 iloec endreit remeint li os d’ eurydice ou bien de depuis le 20 juillet, bribes (josué avait lentement au rayon des surgelés le géographe sait tout ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a antoine simon 16       qui       à dont les secrets… à quoi antoine simon 27 c’est une sorte de       embarq n’ayant pas dernier vers aoi temps de pierres (josué avait dans ce pays ma mère       la ouverture d’une       sur l’appel tonitruant du       les tendresses ô mes envols derniers grande lune pourpre dont les     du faucon mille fardeaux, mille vous dites : "un       au mougins. décembre cinq madame aux yeux   iv    vers madame a des odeurs sauvages bruno mendonça première percey priest lakesur les titrer "claude viallat, l’heure de la a supposer quece monde tienne ( ce texte a au labyrinthe des pleursils qu’est-ce qui est en onzième de mes deux mains dans l’effilé de  les trois ensembles le galop du poème me la rencontre d’une dans ma gorge antoine simon 18 dernier vers aoi le 28 novembre, mise en ligne en ceste tere ad estet ja nous serons toujours ces     nous sors de mon territoire. fais dans le monde de cette le lourd travail des meules dimanche 18 avril 2010 nous me on croit souvent que le but  pour jean le     hélas, “dans le dessin non, björg,       le deuxième cyclades, iii° mieux valait découper vi.- les amicales aventures       sur soudain un blanc fauche le madame, c’est notre antoine simon 11 ….omme virginia par la À la loupe, il observa ço dist li reis : quelques textes pas même       jardin c’est la chair pourtant comme ce mur blanc       en un       fleur marie-hélène       ton cet article est paru dans le 0 false 21 18 que reste-t-il de la     pourquoi essai de nécrologie, ce qui importe pour       & branches lianes ronces je t’ai admiré,     double moi cocon moi momie fuseau       cerisi  “... parler une temps de bitume en fusion sur À perte de vue, la houle des le scribe ne retient les petites fleurs des constellations et mult ben i fierent franceis e ce pays que je dis est       &eacut la force du corps, antoine simon 31     de rigoles en une autre approche de   la production chairs à vif paumes (ma gorge est une   le texte suivant a on cheval à la mémoire de merle noir  pour générations   né le 7 rien n’est dernier vers aoi   se reprendre. creuser son     cet arbre que nous dirons donc       au à propos “la autre essai d’un  hier, 17 antoine simon 21 suite de  les éditions de   est-ce que  jésus un soir à paris au       le      & exacerbé d’air pour jacky coville guetteurs       le quatre si la mer s’est station 3 encore il parle pour philippe Ç’avait été la quai des chargeurs de lancinant ô lancinant j’ai donné, au mois     une abeille de et ces "la musique, c’est le     longtemps sur des conserves ! a propos de quatre oeuvres de       dans lentement, josué et nous n’avons rien (en regardant un dessin de dire que le livre est une preambule – ut pictura c’est pour moi le premier la question du récit       l̵       la tout mon petit univers en faisant dialoguer       &agrav c’est la peur qui fait       object     sur la je suis occupé ces tout est possible pour qui  c’était il s’appelait dernier vers aoi quand c’est le vent qui pour mon épouse nicole       la "ah ! mon doux pays, l’erbe del camp, ki un verre de vin pour tacher       chaque de l’autre exode, 16, 1-5 toute   on n’est   si vous souhaitez un nouvel espace est ouvert       droite la langue est intarissable coupé le sonà       m&eacu       pass&e antoine simon 17 À max charvolen et martin madame est une au commencement était je meurs de soif       ma dernier vers aoi je dors d’un sommeil de martin miguel art et  dans toutes les rues ils sortent deuxième essai le pour andré villers 1)       maquis ouverture de l’espace   1) cette       la dernier vers aoi   à la bonne antoine simon 28 granz est li calz, si se est-ce parce que, petit, on dans l’innocence des       descen où l’on revient ma mémoire ne peut me     surgi la danse de       bruyan dernier vers aoi la poésie, à la dernier vers s’il le lent déferlement quand il voit s’ouvrir, le plus insupportable chez     extraire il avait accepté       " passet li jurz, la noit est       six     les fleurs du temps où le sang se la chaude caresse de sculpter l’air :       avant j’arrivais dans les noble folie de josué, une fois entré dans la  “comment les lettres ou les chiffres       voyage "ces deux là se ici, les choses les plus gardien de phare à vie, au       marche ce monde est semé cher bernard art jonction semble enfin les plus terribles eurydice toujours nue à     ton  pour le dernier jour deux ce travail vous est marcel alocco a       reine si j’étais un on dit qu’agathe ici. les oiseaux y ont fait la légende fleurie est deux ajouts ces derniers  “la signification aucun hasard si se rimbaud a donc les dessins de martine orsoni nos voix il n’est pire enfer que       baie   six formes de la       la ils s’étaient       sur     rien in the country antoine simon 5 au lecteur voici le premier la bouche pure souffrance    tu sais a grant dulur tendrai puis les oiseaux s’ouvrent       pav&ea       soleil tant pis pour eux. je déambule et suis suite du blasphème de siglent a fort e nagent e monde imaginal, 1257 cleimet sa culpe, si seul dans la rue je ris la un jour, vous m’avez  il est des objets sur un besoin de couper comme de       (       sous quand vous serez tout macles et roulis photo 4  au travers de toi je si elle est belle ? je deuxième essai guetter cette chose je ne saurais dire avec assez la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XXXVIII | XL ->
XXXIX

Clefs : peuples , Apaches

Ils avaient si longtemps, si longtemps vécu sans autre souci que de vivre, épousant les rives du torrent, mage capricieux, aimant et redoutant ses débords pour leur fertilité tapageuse, pour le prix de ses excessives bontés, maîtres de la route creusée par les eaux, jaloux des clefs détenues depuis des temps immémoriaux, mourant des eaux, ils s’estimaient nées d’elles, plantés sur leurs bords pour en sauvegarder l’intégrité et la tumultueuse paresse ! Ils étaient peuple né des eaux et de la terre, et ils les défendaient avec une fureur tranquille.
Si longtemps ils avaient vécu dans l’unité, si longtemps ils n’avaient reçu qu’allégeance de ceux qui empruntaient leur route, ou en avaient réduit l’insolence par des escarmouches si rapides qu’ils ne les avaient pas vu croître en nombre et en danger.

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette