BRIBES EN LIGNE
  que signifie Éléments - pour jean marie sur l’erbe verte si est pour jean gautheronle cosmos le franchissement des dernier vers aoi il en est des noms comme du À l’occasion de patrick joquel vient de       soleil  au travers de toi je   ciel !!!! pour mireille et philippe zacinto dove giacque il mio a christiane quatrième essai de       six ne pas négocier ne thème principal : grande lune pourpre dont les   au milieu de ouverture de l’espace recleimet deu mult    seule au sur la toile de renoir, les       le morz est rollant, deus en ad   je n’ai jamais       &n très malheureux... "tu sais ce que c’est antoine simon 18  epître aux dans le patriote du 16 mars l’illusion d’une les enseignants : j’ai longtemps ….omme virginia par la dernier vers aoi       dans j’ai travaillé reprise du site avec la pour le prochain basilic, (la glaciation entre cet article est paru dans le 0 false 21 18  jésus   pour le prochain l’erbe del camp, ki       le autre essai d’un       la des voix percent, racontent l’impression la plus je ne saurais dire avec assez petites proses sur terre pour maxime godard 1 haute le 15 mai, à bernadette griot vient de quand il voit s’ouvrir, dimanche 18 avril 2010 nous je suis bien dans dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis   iv    vers on peut croire que martine tant pis pour eux. la vie humble chez les (josué avait lentement       sur montagnesde dans les écroulements     les fleurs du  le grand brassage des seins isabelle boizard 2005       m&eacu au matin du  “ne pas bruno mendonça et si tu dois apprendre à deux ajouts ces derniers  dernier salut au     extraire (en regardant un dessin de  pour jean le de prime abord, il pour pierre theunissen la la mort, l’ultime port, dans les rêves de la f le feu s’est fontelucco, 6 juillet 2000 l’homme est il y a tant de saints sur de tantes herbes el pre même si pour michèle le ciel de ce pays est tout intendo... intendo !       ...mai   voici donc la se placer sous le signe de nous avancions en bas de o tendresses ô mes printemps breton, printemps dernier vers aoi sept (forces cachées qui qu’est-ce qui est en       droite siglent a fort e nagent e "le renard connaît     [1]  d’un côté tromper le néant       la pie les cuivres de la symphonie    regardant antoine simon 21 une il faut dire les       sur langues de plomba la       journ&       m̵       &n dire que le livre est une sculpter l’air :       sur dernier vers aoi laure et pétrarque comme il ne s’agit pas de lorsqu’on connaît une l’instant criblé les lettres ou les chiffres un homme dans la rue se prend  le "musée l’ami michel dix l’espace ouvert au station 1 : judas     m2 &nbs f tous les feux se sont       je       midi       dans       dans les routes de ce pays sont deuxième approche de sainte marie, c’est le grand apaches : temps de pierres dans la       sous       parfoi       deux j’aime chez pierre bribes en ligne a pour jean-louis cantin 1.- pour mes enfants laure et  “la signification       et af : j’entends (dans mon ventre pousse une  monde rassemblé deux nouveauté, c’est la chair pourtant       fleure       un le scribe ne retient j’ai relu daniel biga,     un mois sans       sur le décembre 2001.       la ils s’étaient vertige. une distance       dans       bruyan la lecture de sainte ce monde est semé Être tout entier la flamme  les œuvres de tout est possible pour qui deuxième apparition dans l’innocence des nice, le 18 novembre 2004 reflets et echosla salle       alla la fraîcheur et la l’art c’est la r.m.a toi le don des cris qui autre citation « h&eacu     une abeille de mult est vassal carles de  née à       au autre petite voix dernier vers aoi vous n’avez et  riche de mes le glacis de la mort mille fardeaux, mille le travail de bernard j’ai donné, au mois       ma il arriva que au commencement était       soleil je t’enfourche ma able comme capable de donner       quand quand nous rejoignons, en ce 28 février 2002.       m̵ on préparait de proche en proche tous       s̵ sauvage et fuyant comme genre des motsmauvais genre folie de josuétout est pour ensevelie de silence, dernier vers aoi à il est le jongleur de lui la mastication des       la v.- les amicales aventures du en 1958 ben ouvre à je désire un station 7 : as-tu vu judas se equitable un besoin sonnerait       deux il ne reste plus que le cet univers sans avant dernier vers aoi in the country ce paysage que tu contemplais ma mémoire ne peut me là, c’est le sable et « pouvez-vous temps de cendre de deuil de i.- avaler l’art par depuis le 20 juillet, bribes sors de mon territoire. fais       en       pav&ea       en un deuxième suite on cheval       allong       une       allong       et tu pour michèle gazier 1) antoine simon 22       p&eacu     au couchant la cité de la musique et si au premier jour il l’attente, le fruit pour philippe béatrice machet vient de       &ccedi bientôt, aucune amarre neuf j’implore en vain g. duchêne, écriture le pour frédéric ici, les choses les plus pure forme, belle muette,    il tout est prêt en moi pour l’existence n’est j’ai parlé   d’un coté,       le la pureté de la survie. nul la vie est dans la vie. se quatre si la mer s’est       le le 28 novembre, mise en ligne       la antoine simon 15 guetter cette chose diaphane est le mot (ou le ciel est clair au travers heureuse ruine, pensait       cette il était question non   si vous souhaitez l’éclair me dure, envoi du bulletin de bribes clers est li jurz et li i en voyant la masse aux j’entends sonner les et voici maintenant quelques  hier, 17 et ma foi, deuxième apparition de “dans le dessin   nous sommes   ce va et vient entre     dans la ruela 1 la confusion des et te voici humanité   est-ce que le passé n’est       dans f j’ai voulu me pencher un jour, vous m’avez  dans le livre, le       st ma voix n’est plus que pas même       sur "l’art est-il “le pinceau glisse sur li quens oger cuardise aux george(s) (s est la inoubliables, les ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi  dans toutes les rues     tout autour       " des quatre archanges que il n’est pire enfer que   1) cette ils sortent dieu faisait silence, mais f le feu s’est souvent je ne sais rien de  la toile couvre les a propos d’une charogne sur le seuilce qui       ( dernier vers aoi quando me ne so itu pe vos estes proz e vostre il y a des objets qui ont la si grant dol ai que ne ce le plus insupportable chez martin miguel art et frères et archipel shopping, la dans la caverne primordiale avant propos la peinture est       force ma voix n’est plus que nos voix "ah ! mon doux pays,       mouett antoine simon 17 toutes ces pages de nos       sur livre grand format en trois de profondes glaouis station 4 : judas  pour andré villers 1) de pa(i)smeisuns en est venuz vous deux, c’est joie et madame a des odeurs sauvages la rencontre d’une       b&acir bien sûr, il y eut voile de nuità la antoine simon 24 dernier vers aoi madame est la reine des ainsi fut pétrarque dans dernier vers aoi   cliquetis obscène des je ne peins pas avec quoi, le lent tricotage du paysage très saintes litanies       "       sur le le geste de l’ancienne,       juin dernier vers aoi "et bien, voilà..." dit dans le respect du cahier des derniers bal kanique c’est       fourr&  un livre écrit pur ceste espee ai dulor e c’est parfois un pays le numéro exceptionnel de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Michèle Brondello, ou les sentinelles des forêts | À l’écrivain ->
"La parole dite par un oeil", de Noël Dolla
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Dolla (site) Ecrivain(s) : Alocco

Nice, novembre 1995, Al Dante, janvier 1996, (titré par la rédaction « d’un peintre l’autre… »)


 Un livre écrit par un peintre dans la collection "Esthétiques". Il y sera donc question de peinture et de la Peinture. On découvre un ensemble de textes courts en navigation entre fiction et théorie ou dans l’intervalle entre essai et roman... autobiographique. Il sera donc aussi, principalement, question du peintre. Pourquoi pas ? On pourra lire la pêche de nuit aux mulets, thème récurrent, comme une métaphore du peintre dans son atelier. Et puis on trouvera des pages étonnantes dans lesquelles se mélangent violences affichées et pudiques allusions à des sentiments plus intimes.
 
 Travailler dans "l’esprit de l’abstraction" répète à longueur d’ouvrage Noël Dolla. Mais chaque fois qu’il nous décrit une étape de ses travaux, c’est dans le rapport à un modèle et, même, au sujet qui se modélise, — tout en insistant ici et là sur les aspects culinaires des techniques conduisant les pratiques des matières et couleurs. Cet "esprit de l’abstraction" reste indéfini, mais peu importe : Il introduit une contradiction dans le discours, mais une contradiction qui paraît à l’usage productive, ce qui est l’essentiel.
 
 "C’était les années Support-Surface (...) Pas de grand savoir faire, juste une réflexion sur les structures, une volonté farouche de déconstruire la peinture afin de la maintenir en vie" écrit Noël Dolla. Etions-nous naïfs et romantiques ? Et passionnés au-delà du raisonnable ? Probablement.
 
 Allons, Noël, tu es bien placé pour savoir que nos jeunes collègues, pour être certainement davantage aidés que nous (matériellement) en sont probablement bien plus infantiles dans leurs propositions, leurs illusions... Nous avons fait. Cela est... et deviendra ce que pourra : comme ce livre, de doutes et de certitudes tressés.

P.-S.

Collection Esthétiques, L’Harmattan Ed., Paris 1995.

Publication en ligne : 9 novembre 2009
Première publication : novembre 1995 / article dans revue

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette