aller au sommaire | poursuivre l'errance

PASCAL BOULANGER

Un ciel ouvert en toute saison, Mille fardeaux, mille frayeurs

© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Mille fardeaux, mille frayeurs fécondent la terre.

Comment pourriez-vous ignorer les infamies, les famines, les guerres, tous les tourments de l’histoire qui s’affichent aussi dans les rues, les métros de Paris ?

Faut-il, pour autant, repousser la vie à coups de genoux ? La vie lardée – oui – mais la vraie vie, la vie choisie ?

Je vous regarde, j’écoute vos voix, j’écoute vos silences. Je sais qu’il vous faudra endurer et tenir bon à l’encontre de tout ce qui pourrit l’existence, de tout ce qui pourra vous amoindrir et vous endommager.

J’aimerais vous apprendre à penser seule, à n’appartenir à personne, à vous consoler d’une perte ou d’un chagrin, à vous remettre d’une déception ou d’une trahison, à refuser la contagion de la haine.

Vos bouches, qui nomment les choses sans les quitter, ne sont-elles pas belles et frémissantes ?

Et vos yeux étonnés n’accueillent-ils pas déjà l’imprévisible ?

Qu’ils s’étonnent sans cesse, au-delà de toutes les frontières, de voir flamber un grand ciel d’eau dans la lumière !

Le bonheur n’est pas une offense et tout ce que vous aimez est digne d’être aimé.

 

Publication en ligne : 18 octobre 2009

Pour retrouver "Mille fardeaux, mille frayeurs" dans " Au rendez-vous des amis... ", aller à : Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette