BRIBES EN LIGNE
      &agrav antoine simon 23 dans les hautes herbes de toutes les  “... parler une l’art c’est la nous avancions en bas de et  riche de mes       au       le           de rigoles en cette machine entre mes des quatre archanges que sables mes parolesvous       bonhe dernier vers aoi comme un préliminaire la poème pour  dans le livre, le dimanche 18 avril 2010 nous       je me     une abeille de un jour, vous m’avez pour qui veut se faire une la vie humble chez les (elle entretenait  le livre, avec d’ eurydice ou bien de i en voyant la masse aux       au deuxième s’égarer on       jardin     un mois sans vedo la luna vedo le "le renard connaît     longtemps sur     l’é       de proche en proche tous       ( l’impression la plus je suis bruno mendonça 1 au retour au moment À max charvolen et     les fleurs du karles se dort cum hume viallat © le château de autres litanies du saint nom dernier vers aoi accoucher baragouiner   nous sommes dernier vers aoi quai des chargeurs de rimbaud a donc la galerie chave qui je découvre avant toi quel étonnant  au mois de mars, 1166       sur à propos des grands pour max charvolen 1) d’un côté (dans mon ventre pousse une dernier vers aoi "la musique, c’est le cet univers sans       le je déambule et suis quand vous serez tout quand les mots pour martin       pav&ea et tout avait max charvolen, martin miguel le lent déferlement le temps passe dans la    nous aucun hasard si se ce texte se présente la chaude caresse de à sylvie nu(e), comme son nom cet article est paru dans le je sais, un monde se   si vous souhaitez glaciation entre pour michèle gazier 1 dernier vers aoi temps de bitume en fusion sur certains prétendent   né le 7  tu ne renonceras pas. pour       je le grand combat :  pour de ce poème est tiré du ma voix n’est plus que macles et roulis photo 4 f j’ai voulu me pencher       bonheu quand les eaux et les terres (de)lecta lucta   mult ben i fierent franceis e tout à fleur d’eaula danse une errance de  tu vois im font chier       sur     surgi titrer "claude viallat,     du faucon  marcel migozzi vient de sauvage et fuyant comme grande lune pourpre dont les agnus dei qui tollis peccata on a cru à pour andrée   est-ce que       m̵       le       fourr& antoine simon 18     chambre   six formes de la       vaches coupé en deux quand j’ai travaillé pour raphaël       gentil la terre nous juste un mot pour annoncer carmelo arden quin est une neuf j’implore en vain vos estes proz e vostre charogne sur le seuilce qui dernier vers doel i avrat,       qui patrick joquel vient de la bouche pleine de bulles couleur qui ne masque pas c’est la distance entre       l̵       (       m̵       six bernadette griot vient de       marche   encore une       la       su pour martine, coline et laure je ne peins pas avec quoi, 1- c’est dans béatrice machet vient de la réserve des bribes outre la poursuite de la mise       deux ce travail vous est je suis celle qui trompe antoine simon 15 monde imaginal, quelques autres nous dirons donc       ton macles et roulis photo derniers vers sun destre ce qui fascine chez       sous ne pas négocier ne   ciel !!!! les durand : une       nuage des conserves ! il en est des meurtrières.       ...mai en introduction à quel ennui, mortel pour       maquis le numéro exceptionnel de que reste-t-il de la "l’art est-il  née à   pour le prochain dans les rêves de la madame dans l’ombre des ce qu’un paysage peut f le feu m’a       pass&e tu le sais bien. luc ne n’ayant pas mesdames, messieurs, veuillez entr’els nen at ne pui aux barrières des octrois dernier vers aoi a la femme au de soie les draps, de soie le passé n’est       pour très malheureux...  “ne pas nous avons affaire à de là, c’est le sable et carissimo ulisse,torna a les installations souvent, pas même chaque jour est un appel, une       l̵     [1]  merci à marc alpozzo "ah ! mon doux pays, d’abord l’échange des   ces sec erv vre ile  ce mois ci : sub     au couchant arbre épanoui au ciel antoine simon 30 aux george(s) (s est la f dans le sourd chatoiement préparation des bien sûrla six de l’espace urbain, saluer d’abord les plus constellations et       arauca bien sûr, il y eut pour michèle gazier 1) franchement, pensait le chef, dernier vers aoi en cet anniversaire, ce qui   un       à a la fin il ne resta que qu’est-ce qui est en il y a tant de saints sur madame déchirée se reprendre. creuser son tendresse du mondesi peu de je dors d’un sommeil de montagnesde dix l’espace ouvert au dans les carnets sainte marie, le 2 juillet pour pierre theunissen la imagine que, dans la       fourr& laure et pétrarque comme       sur       va le 28 novembre, mise en ligne     le cygne sur       dans les premières alocco en patchworck © Éléments - madame, c’est notre essai de nécrologie, cinq madame aux yeux abstraction voir figuration       pourqu lentement, josué antoine simon 25 la fraîcheur et la   antoine simon 9 le 23 février 1988, il le galop du poème me       banlie troisième essai et       dans la force du corps,       ma j’aime chez pierre  ce qui importe pour i mes doigts se sont ouverts ouverture de l’espace ainsi alfred… la fonction,   entrons heureuse ruine, pensait la prédication faite spectacle de josué dit 1254 : naissance de       aux antoine simon 22 raphaël madame est la reine des       dans       juin j’ai longtemps nécrologie il en est des noms comme du au programme des actions       montag toutefois je m’estimais       un la liberté de l’être napolì napolì  les éditions de temps où le sang se sous la pression des il pleut. j’ai vu la pour philippe ce paysage que tu contemplais c’est ici, me première vous êtes  dernier salut au l’existence n’est passet li jurz, si turnet a pour frédéric       une je meurs de soif tout en vérifiant tandis que dans la grande c’est pour moi le premier       grimpa temps de pierres dans la madame porte à   la baie des anges je t’enlace gargouille de prime abord, il de tantes herbes el pre il y a des objets qui ont la af : j’entends « pouvez-vous chercher une sorte de À la loupe, il observa 1257 cleimet sa culpe, si       " dernier vers aoi antoine simon 28 mult est vassal carles de ma chair n’est  dernières mises ce qui importe pour antoine simon 21 il n’était qu’un autre citation"voui       enfant les lettres ou les chiffres soudain un blanc fauche le epuisement de la salle,       object temps de pierres  les premières À max charvolen et martin sept (forces cachées qui    si tout au long dernier vers aoi       quinze a christiane les grands pour egidio fiorin des mots au seuil de l’atelier  de la trajectoire de ce tu le saiset je le vois       les       vu     les provisions pour alain borer le 26    de femme liseuse le 26 août 1887, depuis       entre la brume. nuages       alla bernard dejonghe... depuis li emperere s’est pour jean-marie simon et sa       devant pour maguy giraud et approche d’une   maille 1 :que dans le monde de cette quando me ne so itu pe sors de mon territoire. fais voile de nuità la mieux valait découper si tu es étudiant en ce qui aide à pénétrer le « e ! malvais       & dorothée vint au monde à cri et à " je suis un écorché vif. petit matin frais. je te       sur le       dans nous lirons deux extraits de       l̵       rampan       voyage la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Suspendue au-dessus de l’abîme |
Je sais, un monde se défait
© Pascal Boulanger

Dans l’émeute du coeur

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Je sais, un monde se défait.

On ne peut pas décrire la détresse qu’une séparation entraîne. On doit se contenter de la traverser et de la surmonter, solitairement.

Même si c’est moi qui m’installe ailleurs que dans notre maison, ma tristesse est bien réelle, elle imprègne chacun de mes gestes, chacune de mes pensées.

Avant mon départ, tandis que s’entassent mes livres dans des cartons, j’aimerais que nos silences se détachent de tout ressentiment. Mais je suis comme vous, j’ignore comment nous allons témoigner d’une confiance hors d’atteinte.

Et je pourrais faire l’inventaire de tout ce qui, dorénavant, va me manquer.

Et je pourrais me souvenir de notre dernier été, tous les quatre ensemble, toutes ces villes de la Bohème dont les noms font rêver, puis Salzburg et la maison à la façade jaune de Mozart, puis Prague et son cimetière juif, près du musée de Kafka…

Ce qui n’est pas dit ni écrit fait aussi partie de notre récit.
 

Publication en ligne : 25 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette