BRIBES EN LIGNE
coupé en deux quand attention beau toujours les lettres : il faut laisser venir madame et la peur, présente le corps encaisse comme il       la d’abord l’échange des quatrième essai de   se       nuage in the country dernier vers aoi dans les carnets     une abeille de le lourd travail des meules et c’était dans       coude pour mes enfants laure et       vu       fourr& bernadette griot vient de l’erbe del camp, ki pour yves et pierre poher et l’instant criblé       juin je suis bien dans descendre à pigalle, se je dors d’un sommeil de pour martine       entre sous l’occupation archipel shopping, la granz est li calz, si se ici, les choses les plus dernier vers aoi mult ben i fierent franceis e tout le problème       qui f qu’il vienne, le feu la bouche pure souffrance       dans le pain brisé son a la fin il ne resta que décembre 2001.       fleur     ton       l̵ tromper le néant pour alain borer le 26 chaque jour est un appel, une       avant autre petite voix nouvelles mises en lorsque martine orsoni    regardant paien sunt morz, alquant       les le 28 novembre, mise en ligne       tourne   on trouvera la video au commencement était des voix percent, racontent  il est des objets sur les durand : une petit matin frais. je te je me souviens de edmond, sa grande  mise en ligne du texte rêves de josué, si, il y a longtemps, les il y a des objets qui ont la jamais je n’aurais  au mois de mars, 1166    nous able comme capable de donner pour anne slacik ecrire est  monde rassemblé pour helmut le coquillage contre dernier vers aoi rien n’est plus ardu 1) la plupart de ces pour michèle aueret i en voyant la masse aux madame est une torche. elle    si tout au long       la la tentation du survol, à et il fallait aller debout spectacle de josué dit pour jean-marie simon et sa  tous ces chardonnerets  un livre écrit antoine simon 13 pour robert etait-ce le souvenir sors de mon territoire. fais exode, 16, 1-5 toute 7) porte-fenêtre rm : nous sommes en       je générations  jésus   six formes de la       dans au labyrinthe des pleursils macles et roulis photo 7 introibo ad altare temps de cendre de deuil de macao grise       o s’égarer on le temps passe dans la       la a ma mère, femme parmi       &n les dieux s’effacent je suis occupé ces       " l’évidence le géographe sait tout comme c’est depuis le 20 juillet, bribes   (dans le       bonhe antoine simon 22 elle disposait d’une       aux  l’écriture beaucoup de merveilles ki mult est las, il se dort issent de mer, venent as toutefois je m’estimais quand il voit s’ouvrir,       je me dernier vers aoi À max charvolen et martin vous avez       droite …presque vingt ans plus au seuil de l’atelier pour jean marie et  riche de mes il était question non       dans ...et poème pour outre la poursuite de la mise je ne sais pas si chairs à vif paumes       dans je n’hésiterai accorde ton désir à ta temps où le sang se     " voile de nuità la dernier vers aoi fin première dieu faisait silence, mais dernier vers aoi les enseignants : en ceste tere ad estet ja a la libération, les la vie humble chez les vous deux, c’est joie et le temps passe si vite, macles et roulis photo 4 mon cher pétrarque, li emperere s’est madame est une tout est prêt en moi pour j’ai perdu mon autre essai d’un à propos des grands il n’y a pas de plus dire que le livre est une       le ce texte se présente       la madame est la reine des glaciation entre       ruelle       la pie       en un       &agrav derniers vers sun destre préparation des je t’ai admiré, cet univers sans l’illusion d’une lentement, josué     depuis       dans tout est possible pour qui macles et roulis photo 3 pour m.b. quand je me heurte       un  “la signification frères et c’est extrêmement f toutes mes dessiner les choses banales passet li jurz, la noit est assise par accroc au bord de   maille 1 :que   adagio   je a toi le don des cris qui   ces sec erv vre ile heureuse ruine, pensait antoine simon 25 Être tout entier la flamme deuxième apparition de coupé le sonà ainsi fut pétrarque dans       pour       le pour madame est toute suite de       grappe       grimpa bruno mendonça       la     les fleurs du madame des forêts de  zones gardées de ce monde est semé       il a dix sept ans, je ne savais approche d’une il en est des meurtrières. dentelle : il avait l’appel tonitruant du "et bien, voilà..." dit       neige merci à la toile de je déambule et suis 0 false 21 18 vi.- les amicales aventures sixième des quatre archanges que la terre a souvent tremblé une errance de   est-ce que madame, vous débusquez (la numérotation des "nice, nouvel éloge de la macles et roulis photo on a cru à 1.- les rêves de un soir à paris au que reste-t-il de la       d&eacu si j’étais un dans la caverne primordiale "ah ! mon doux pays, dernier vers aoi       gentil tu le saiset je le vois antoine simon 18 deux ajouts ces derniers mise en ligne d’un sculpter l’air : dernier vers aoi       dans ouverture d’une   tout est toujours en À peine jetés dans le karles se dort cum hume       le certains soirs, quand je pour jean gautheronle cosmos le bulletin de "bribes deuxième essai le       alla sixième une autre approche de les lettres ou les chiffres pour marcel       cerisi   au milieu de un trait gris sur la a propos de quatre oeuvres de sur la toile de renoir, les lu le choeur des femmes de vertige. une distance pour raphaël la poésie, à la n’ayant pas iloec endreit remeint li os equitable un besoin sonnerait a claude b.   comme j’ai longtemps       un       sur rêve, cauchemar, mesdames, messieurs, veuillez autre citation pour michèle gazier 1)       nuage       fleure     rien       va       jonath deux nouveauté, traquer religion de josué il de la nous viendrons nous masser       chaque marché ou souk ou du bibelot au babilencore une antoine simon 27 les petites fleurs des       dans tout en travaillant sur les       sur percey priest lakesur les dernier vers aoi clers fut li jurz e li on croit souvent que le but f le feu s’est       la non... non... je vous assure, un tunnel sans fin et, à là, c’est le sable et ce qu’un paysage peut ce qui fait tableau : ce       fourr&       pass&e pas même je meurs de soif pour angelo       " antoine simon 11       retour antoine simon 2       au le lent tricotage du paysage ses mains aussi étaient       neige  tu ne renonceras pas. références : xavier       &agrav       (   que signifie 5) triptyque marocain       pass&e et ces       "     &nbs al matin, quant primes pert       une la gaucherie à vivre, trois tentatives desesperees 1- c’est dans ils avaient si longtemps, si   l’oeuvre vit son       &ccedi  le grand brassage des et que dire de la grâce "la musique, c’est le carissimo ulisse,torna a " je suis un écorché vif.       banlie le coeur du dernier vers aoi station 5 : comment le glacis de la mort       vu       au tes chaussures au bas de dernier vers aoi les routes de ce pays sont       glouss essai de nécrologie, 1-nous sommes dehors. passent .x. portes,       le     &nbs tout à fleur d’eaula danse charogne sur le seuilce qui       deux ecrire sur ( ce texte a errer est notre lot, madame,       &agrav       une       é       m&eacu   ciel !!!! normalement, la rubrique la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XLII | XLIV ->
XLIII

Clefs : récits , lieux

Le tissu d’acier tournoyait autour de la ville ; ses mailles étaient assez rigides pour supporter la rotation et assez lâches pour laisser apparaître l’autre côté à travers le brouillard de la vitesse. Aucune défense n’aurait pu mieux s’adapter à toute situation : les mailles, seules, parcourues de hauts voltages, auraient interdit l’accès aux indésirables. La rotation évitait toute attaque en force des troupes ennemies ; en outre la vitesse avait un effet centrifuge sur quelque projectile que ce fût. On se servait peu des portes. Plusieurs sorties avaient pourtant été prévues : des issues souterraines depuis des siècles abandonnées avaient permis aux anciens de fréquents voyages vers l’extérieur ; depuis, les vastes couloirs avaient été noyés d’acides ; pour les rares nécessités de transactions avec les indésirables, on utilisait les tunnels électriques, plus complexes, nécessitant la décision unanime des hauts responsables de la ville : parfaitement surveillés, aptes à s’ouvrir sur n’importe quel point de l’enceinte et à se refermer rapidement. Le tournoiement ne cessait pas : au lieu choisi, les mailles souples ondulaient, et libéraient le passage nécessaire pour se replacer aussitôt.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette