BRIBES EN LIGNE
      su patrick joquel vient de (la numérotation des certains prétendent torna a sorrento ulisse torna reflets et echosla salle mougins. décembre à la bonne   dernier vers aoi le vieux qui pour m.b. quand je me heurte     rien sables mes parolesvous libre de lever la tête       ce  ce qui importe pour « amis rollant, de les avenues de ce pays (de)lecta lucta         montag coupé en deux quand je n’hésiterai neuf j’implore en vain ce va et vient entre   six formes de la station 5 : comment troisième essai avec marc, nous avons       force     "       en un « voici pour michèle aueret pour helmut    courant  tous ces chardonnerets raphaël pour     au couchant dernier vers aoi pour alain borer le 26 pour andré       &agrav pour yves et pierre poher et       magnol quand les mots il faut aller voir antoine simon 29 face aux bronzes de miodrag       je assise par accroc au bord de j’ai perdu mon       dans       l̵ jamais je n’aurais régine robin,    au balcon       &eacut       l̵       &n pour mon épouse nicole  les éditions de       retour paien sunt morz, alquant envoi du bulletin de bribes deux ajouts ces derniers pour raphaël tout à fleur d’eaula danse la musique est le parfum de  “ne pas écrirecomme on se       sabots pour maguy giraud et a grant dulur tendrai puis de prime abord, il  dans le livre, le sixième a propos de quatre oeuvres de dans les hautes herbes le coeur du autres litanies du saint nom       il un besoin de couper comme de       d&eacu bien sûrla       les les durand : une mes pensées restent quand les eaux et les terres ] heureux l’homme réponse de michel pour mes enfants laure et       banlie       au       au (vois-tu, sancho, je suis que reste-t-il de la allons fouiller ce triangle le 19 novembre 2013, à la me un jour, vous m’avez       pass&e toulon, samedi 9 voile de nuità la   la baie des anges pour andrée c’est la peur qui fait six de l’espace urbain, sainte marie, de mes deux mains c’est un peu comme si, toute une faune timide veille c’est la chair pourtant  les premières dernier vers aoi         (       un heureuse ruine, pensait dentelle : il avait je t’enfourche ma en 1958 ben ouvre à f les marques de la mort sur mon cher pétrarque, bien sûr, il y eut langues de plomba la dans les horizons de boue, de       quand rita est trois fois humble.  pour le dernier jour "l’art est-il  epître aux l’éclair me dure, antoine simon 24 on préparait g. duchêne, écriture le deuxième approche de vous avez sixième tu le saiset je le vois merci à la toile de " je suis un écorché vif. dernier vers aoi et je vois dans vos le recueil de textes     nous s’ouvre la antoine simon 22 l’attente, le fruit       dans les enseignants : antoine simon 25 chercher une sorte de macao grise       voyage epuisement de la salle, le lourd travail des meules au rayon des surgelés       sur la mort, l’ultime port,     ton À max charvolen et martin       pav&ea deuxième essai le jouer sur tous les tableaux pour nicolas lavarenne ma je désire un ouverture d’une "si elle est       longte ma voix n’est plus que pas une année sans évoquer siglent a fort e nagent e on croit souvent que le but     hélas, montagnesde est-ce parce que, petit, on ce poème est tiré du la liberté de l’être 7) porte-fenêtre madame est toute   ces notes et c’était dans sequence 6   le et si tu dois apprendre à       neige ils avaient si longtemps, si       vu 1- c’est dans À peine jetés dans le spectacle de josué dit le ciel est clair au travers 1 au retour au moment  l’écriture preambule – ut pictura       vaches deuxième essai   que signifie bribes en ligne a       descen f tous les feux se sont tant pis pour eux. j’ai travaillé pierre ciel quelques autres       l̵   le texte suivant a       grappe on peut croire que martine pour jacqueline moretti, etait-ce le souvenir       fleure   est-ce que en cet anniversaire, ce qui le temps passe dans la nous avons affaire à de       voyage ce monde est semé  le "musée normal 0 21 false fal un nouvel espace est ouvert laure et pétrarque comme il n’est pire enfer que        l’exposition   hors du corps pas jamais si entêtanteeurydice f qu’il vienne, le feu le 28 novembre, mise en ligne et te voici humanité f toutes mes je découvre avant toi a dix sept ans, je ne savais   pour le prochain  mise en ligne du texte       j̵ livre grand format en trois ma voix n’est plus que fin première       nuage       avant le soleil n’est pas     de rigoles en carissimo ulisse,torna a chaque automne les au programme des actions ma mémoire ne peut me    si tout au long       parfoi   saint paul trois 1254 : naissance de à       un mon travail est une       le la vie est ce bruissement pour angelo très saintes litanies ainsi alfred… premier essai c’est les dernières tendresse du mondesi peu de travail de tissage, dans dernier vers aoi       jonath       ...mai       p&eacu temps où le sang se madame dans l’ombre des       o       il     depuis dernier vers aoi karles se dort cum hume nouvelles mises en macles et roulis photo 7 un soir à paris au f le feu s’est le temps passe si vite, dernier vers aoi ce cinquième essai tout et voici maintenant quelques souvent je ne sais rien de deuxième apparition sous la pression des cyclades, iii° ce paysage que tu contemplais j’ai ajouté quand nous rejoignons, en f les feux m’ont elle réalise des       la       m̵   pour adèle et antoine simon 13 nécrologie  il y a le la prédication faite ecrire les couleurs du monde ce texte m’a été       " le ciel de ce pays est tout les plus vieilles    regardant des voix percent, racontent       arauca       et un homme dans la rue se prend juste un mot pour annoncer a propos d’une elle ose à peine des quatre archanges que il en est des meurtrières. autre petite voix i.- avaler l’art par je rêve aux gorges la cité de la musique qu’est-ce qui est en lorsqu’on connaît une la gaucherie à vivre, voici des œuvres qui, le madame est une       la au lecteur voici le premier       entre macles et roulis photo attention beau et encore  dits   nous sommes madame chrysalide fileuse   j’ai souvent       chaque avant dernier vers aoi toutes ces pages de nos pour maxime godard 1 haute dire que le livre est une 1. il se trouve que je suis onzième au seuil de l’atelier clquez sur       bonheu antoine simon 23 avez-vous vu douze (se fait terre se une il faut dire les les petites fleurs des reprise du site avec la antoine simon 18 edmond, sa grande   je ne comprends plus    nous       cerisi       gentil dans ce périlleux « e ! malvais       les j’ai parlé attelage ii est une œuvre bribes en ligne a  ce mois ci : sub la terre a souvent tremblé folie de josuétout est       au dont les secrets… à quoi dans le pain brisé son gardien de phare à vie, au douce est la terre aux yeux       pass&e   un f le feu m’a j’oublie souvent et Être tout entier la flamme       &ccedi de toutes les vertige. une distance mult ben i fierent franceis e des conserves ! bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi dernier vers s’il ce qui fait tableau : ce a supposer quece monde tienne autre citation antoine simon 20 j’ai relu daniel biga, passet li jurz, la noit est antoine simon 33 un temps hors du quand il voit s’ouvrir,       bonhe pour frédéric  martin miguel vient à propos “la la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XLII | XLIV ->
XLIII

Clefs : récits , lieux

Le tissu d’acier tournoyait autour de la ville ; ses mailles étaient assez rigides pour supporter la rotation et assez lâches pour laisser apparaître l’autre côté à travers le brouillard de la vitesse. Aucune défense n’aurait pu mieux s’adapter à toute situation : les mailles, seules, parcourues de hauts voltages, auraient interdit l’accès aux indésirables. La rotation évitait toute attaque en force des troupes ennemies ; en outre la vitesse avait un effet centrifuge sur quelque projectile que ce fût. On se servait peu des portes. Plusieurs sorties avaient pourtant été prévues : des issues souterraines depuis des siècles abandonnées avaient permis aux anciens de fréquents voyages vers l’extérieur ; depuis, les vastes couloirs avaient été noyés d’acides ; pour les rares nécessités de transactions avec les indésirables, on utilisait les tunnels électriques, plus complexes, nécessitant la décision unanime des hauts responsables de la ville : parfaitement surveillés, aptes à s’ouvrir sur n’importe quel point de l’enceinte et à se refermer rapidement. Le tournoiement ne cessait pas : au lieu choisi, les mailles souples ondulaient, et libéraient le passage nécessaire pour se replacer aussitôt.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette