BRIBES EN LIGNE
une errance de ce poème est tiré du karles se dort cum hume sors de mon territoire. fais (en regardant un dessin de dernier vers aoi spectacle de josué dit inoubliables, les pour martin       dans madame dans l’ombre des les plus vieilles je suis bien dans rita est trois fois humble.  dans le livre, le pas facile d’ajuster le madame est une torche. elle le lent tricotage du paysage de la etait-ce le souvenir     du faucon napolì napolì tu le saiset je le vois prenez vos casseroles et mi viene in mentemi vue à la villa tamaris décembre 2001.     à    au balcon mieux valait découper     chant de madame, on ne la voit jamais station 7 : as-tu vu judas se       retour   abstraction voir figuration       voyage "je me tais. pour taire. (vois-tu, sancho, je suis mesdames, messieurs, veuillez  pour jean le ne pas négocier ne     surgi "pour tes       sur l’attente, le fruit pour andré bel équilibre et sa suite du blasphème de tendresse du mondesi peu de cyclades, iii° les durand : une       apr&eg carles respunt : thème principal : ainsi alfred… rêves de josué,       la pie aucun hasard si se pour anne slacik ecrire est antoine simon 17 ecrire sur  jésus sculpter l’air : art jonction semble enfin       jardin diaphane est le     double sauvage et fuyant comme pour le prochain basilic, (la (josué avait lentement       les       immense est le théâtre et exacerbé d’air 1) notre-dame au mur violet quai des chargeurs de la fonction,       le le recueil de textes constellations et       la est-ce parce que, petit, on dans les rêves de la reflets et echosla salle huit c’est encore à       maquis tout en travaillant sur les lancinant ô lancinant antoine simon 20 a propos de quatre oeuvres de je n’ai pas dit que le     son       sur    7 artistes et 1       " je m’étonne toujours de la les parents, l’ultime quand vous serez tout sixième toutes ces pages de nos ce texte se présente       le  “... parler une able comme capable de donner       fleure max charvolen, martin miguel       s̵     le cygne sur ce qui aide à pénétrer le     depuis 1. il se trouve que je suis dans le respect du cahier des ce texte m’a été on peut croire que martine ma chair n’est j’écoute vos antoine simon 18 ce pays que je dis est 13) polynésie encore la couleur, mais cette       en vous deux, c’est joie et ce va et vient entre le coquillage contre la bouche pleine de bulles au seuil de l’atelier chaises, tables, verres,       la la réserve des bribes À max charvolen et martin souvent je ne sais rien de en cet anniversaire, ce qui le glacis de la mort j’ai en réserve tout à fleur d’eaula danse paroles de chamantu af : j’entends sur la toile de renoir, les deuxième six de l’espace urbain,       droite l’impossible   nous sommes       au       au  ce mois ci : sub d’un côté cinquième essai tout station 5 : comment patrick joquel vient de glaciation entre ainsi fut pétrarque dans  la lancinante f le feu m’a allons fouiller ce triangle pour gilbert v.- les amicales aventures du pour lee iv.- du livre d’artiste   pour théa et ses clere est la noit e la quel étonnant il ne reste plus que le dernier vers aoi       la dernier vers aoi       sur le Être tout entier la flamme deuxième suite vertige. une distance merci à la toile de  tu ne renonceras pas. le géographe sait tout la liberté de l’être je suis celle qui trompe la bouche pure souffrance lentement, josué       &agrav la rencontre d’une si tu es étudiant en les dieux s’effacent histoire de signes . tout en vérifiant poussées par les vagues la route de la soie, à pied,   iv    vers       j̵ temps de cendre de deuil de    de femme liseuse morz est rollant, deus en ad       en   le 10 décembre un besoin de couper comme de quatrième essai rares  zones gardées de       quinze fin première générations  l’écriture     rien pour robert       je ki mult est las, il se dort       le présentation du sables mes parolesvous d’abord l’échange des  monde rassemblé pour andrée je ne sais pas si  on peut passer une vie la prédication faite grande lune pourpre dont les   adagio   je frères et aux george(s) (s est la  le livre, avec des voix percent, racontent f qu’il vienne, le feu le galop du poème me on croit souvent que le but  dernier salut au       vu tromper le néant       é madame, c’est notre deux ajouts ces derniers "le renard connaît       " 1.- les rêves de       aujour       au de soie les draps, de soie leonardo rosa se placer sous le signe de dernier vers aoi       assis ainsi va le travail de qui dernier vers aoi pour qui veut se faire une mise en ligne les oiseaux s’ouvrent carmelo arden quin est une       que pour max charvolen 1)       sur pour maguy giraud et cette machine entre mes et je vois dans vos nous serons toujours ces       longte dans les hautes herbes dernier vers aoi   pour jean-louis cantin 1.-       sur pour martine libre de lever la tête     les provisions       l̵ dernier vers aoi troisième essai et antoine simon 12 on cheval  les œuvres de je suis l’appel tonitruant du autres litanies du saint nom la chaude caresse de       object vi.- les amicales aventures qu’est-ce qui est en heureuse ruine, pensait entr’els nen at ne pui mon travail est une des conserves ! chaque jour est un appel, une bernadette griot vient de granz est li calz, si se       six    seule au     pourquoi le lent déferlement beaucoup de merveilles       bonhe       pass&e normalement, la rubrique  dernières mises  “ne pas de sorte que bientôt mult ben i fierent franceis e   en grec, morías quatrième essai de antoine simon 28 avant dernier vers aoi et ces attendre. mot terrible.  mise en ligne du texte madame, vous débusquez quelque temps plus tard, de g. duchêne, écriture le  dans toutes les rues sur l’erbe verte si est       entre " je suis un écorché vif.  martin miguel vient tous ces charlatans qui macles et roulis photo 1 pour egidio fiorin des mots       crabe- le 26 août 1887, depuis     &nbs dentelle : il avait       fourmi etudiant à antoine simon 32 de tantes herbes el pre en ceste tere ad estet ja       bonheu equitable un besoin sonnerait dix l’espace ouvert au le geste de l’ancienne, la question du récit il existe deux saints portant les lettres ou les chiffres  “ce travail qui pour jacky coville guetteurs dernier vers que mort le 26 août 1887, depuis       longte   (à seins isabelle boizard 2005 j’entends sonner les     au couchant très saintes litanies       m̵       vaches à sylvie pour mon épouse nicole et c’était dans bien sûr, il y eut       m̵ au lecteur voici le premier « voici       neige ici. les oiseaux y ont fait le samedi 26 mars, à 15 f le feu s’est « 8° de « h&eacu quelques autres       deux       ma a la fin il ne resta que rêve, cauchemar, effleurer le ciel du bout des o tendresses ô mes le 23 février 1988, il     un mois sans       rampan depuis le 20 juillet, bribes de l’autre temps où le sang se il souffle sur les collines antoine simon 29 rien n’est la terre nous       entre       &ccedi (dans mon ventre pousse une essai de nécrologie, avant propos la peinture est a la femme au f le feu s’est le coeur du macles et roulis photo 4 il semble possible sept (forces cachées qui c’est pour moi le premier       embarq tout mon petit univers en       midi l’ami michel       sur le madame est la reine des       sur pour jean-marie simon et sa premier essai c’est       avant dernier vers aoi avez-vous vu       dans première la légende fleurie est la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > INTRUSIONS

(Josué avait lentement enclenché les mécanismes, réparti une à une les torches

........................................................................................................... ............................................................................................................

Et, nos pieds jusqu’au centre de la terre, nous marchons à travers des stratifications notre tête si haut, si haut dans les constellations

Voici donc ce qui reste après des années d’une destructrice reconstruction : le sang même des mots, les autres, ou l’autre.

J’ai marché longtemps avant d’arriver ici, et j’ai connu des terres diverses et stériles, attrayantes pourtant et séduisantes et invitant toutes à y demeurer, cajoleuses, enjôleuses avec des chants assurés, des heures tranquilles aux allures tourmentées, sans aucun frémissement.

J’ai connu des contrées glauques, écrasées de lumières, vibrant de la vapeur que la chaleur sait élever des pierres et du sable. Patries triomphantes

............................................................................................................

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette