BRIBES EN LIGNE
f le feu s’est     sur la pente attelage ii est une œuvre       un       quatrième essai de vous deux, c’est joie et un soir à paris au       " je m’étonne toujours de la     les fleurs du "si elle est       pour       force dans un coin de nice,     faisant la coupé le sonà le travail de bernard gardien de phare à vie, au iloec endreit remeint li os l’attente, le fruit ainsi alfred…     de rigoles en     son légendes de michel  je signerai mon samuelchapitre 16, versets 1     chambre       " c’est pour moi le premier a la libération, les j’arrivais dans les issent de mer, venent as ouverture de l’espace il s’appelait dernier vers aoi       dans 1. il se trouve que je suis     oued coulant       sur douze (se fait terre se c’était une il avait accepté le 28 novembre, mise en ligne un titre : il infuse sa       montag à  la lancinante non, björg,       parfoi dans les rêves de la il est le jongleur de lui     &nbs diaphane est le mot (ou sainte marie, rêve, cauchemar, ajout de fichiers sons dans       vaches       le       les       su 0 false 21 18 l’erbe del camp, ki   jn 2,1-12 : rm : d’accord sur quatrième essai de       journ& j’ai donc bel équilibre et sa madame est toute il faut laisser venir madame raphaël       la je ne saurais dire avec assez journée de les dessins de martine orsoni la route de la soie, à pied,       la       sabots quand vous serez tout       dans     au couchant pour andré pour daniel farioli poussant       &n des conserves ! comme c’est 7) porte-fenêtre bal kanique c’est   pour olivier       " l’impression la plus  “ne pas       neige ce qui importe pour il en est des noms comme du je t’enlace gargouille     &nbs rimbaud a donc a l’aube des apaches, je sais, un monde se À max charvolen et martin   maille 1 :que pour maguy giraud et       et tu passent .x. portes, etait-ce le souvenir d’abord l’échange des       s̵ difficile alliage de   au milieu de pour andrée si j’étais un antoine simon 10 la mort, l’ultime port, la prédication faite même si       gentil à propos des grands sous la pression des allons fouiller ce triangle certains prétendent       rampan (de)lecta lucta   pour jean gautheronle cosmos de prime abord, il dans l’innocence des thème principal : mon travail est une       le     pourquoi       chaque bribes en ligne a giovanni rubino dit       apr&eg des voix percent, racontent dernier vers aoi le galop du poème me la littérature de l’éclair me dure, pour michèle gazier 1 sors de mon territoire. fais dernier vers aoi ne pas négocier ne la chaude caresse de   est-ce que et  riche de mes lu le choeur des femmes de madame des forêts de dire que le livre est une agnus dei qui tollis peccata  née à madame est la reine des dans ma gorge j’oublie souvent et antoine simon 21 la question du récit nous lirons deux extraits de seul dans la rue je ris la       longte ce jour-là il lui napolì napolì       b&acir       apparu       la "et bien, voilà..." dit un besoin de couper comme de le 26 août 1887, depuis le tissu d’acier       le quand il voit s’ouvrir, 1254 : naissance de       le très saintes litanies l’évidence antoine simon 18 mais non, mais non, tu       la pie quai des chargeurs de pour martine       sous la poésie, à la le passé n’est temps où les coeurs  au travers de toi je il n’est pire enfer que buttati ! guarda&nbs quel étonnant avez-vous vu et…  dits de entr’els nen at ne pui printemps breton, printemps couleur qui ne masque pas f dans le sourd chatoiement clers est li jurz et li merci à la toile de  l’écriture peinture de rimes. le texte un temps hors du toulon, samedi 9 ecrire sur       p&eacu dessiner les choses banales le coeur du merci à marc alpozzo       reine pour jean-marie simon et sa ( ce texte a pour gilbert   (à       le le samedi 26 mars, à 15 je dors d’un sommeil de raphaël       jonath merle noir  pour branches lianes ronces de soie les draps, de soie temps de pierres dans la       va dernier vers aoi dernier vers aoi   ces sec erv vre ile       st tout le problème "pour tes  marcel migozzi vient de au seuil de l’atelier toujours les lettres :  l’exposition  alocco en patchworck © ce qui fascine chez       bruyan j’ai travaillé il existe deux saints portant       et antoine simon 19 macles et roulis photo 4       deux pour yves et pierre poher et     hélas, a la fin il ne resta que arbre épanoui au ciel       sur une il faut dire les à la mémoire de pas sur coussin d’air mais diaphane est le et nous n’avons rien  “s’ouvre etudiant à pour jean-louis cantin 1.-   né le 7       que si, il y a longtemps, les si tu es étudiant en a grant dulur tendrai puis dernier vers aoi       sur     quand     l’é       qui pas de pluie pour venir vous avez       sur le pour pierre theunissen la       droite       "       fourmi exacerbé d’air quand les eaux et les terres en ceste tere ad estet ja autre petite voix       &agrav 1- c’est dans la langue est intarissable dans les carnets constellations et tu le saiset je le vois dans le pays dont je vous quel ennui, mortel pour pour jacky coville guetteurs douce est la terre aux yeux       embarq ma chair n’est et je vois dans vos attendre. mot terrible. cinquième citationne      & pour michèle gazier 1)       nuage effleurer le ciel du bout des il souffle sur les collines les petites fleurs des f j’ai voulu me pencher les oiseaux s’ouvrent madame, on ne la voit jamais le ciel de ce pays est tout pour egidio fiorin des mots ma voix n’est plus que       entre     longtemps sur    seule au faisant dialoguer granz est li calz, si se   pour adèle et la légende fleurie est (la numérotation des     tout autour "mais qui lit encore le     surgi       m̵ zacinto dove giacque il mio   tout est toujours en reprise du site avec la quand sur vos visages les et si tu dois apprendre à "ah ! mon doux pays, madame est une       deux l’art n’existe le 15 mai, à on peut croire que martine antoine simon 20 autre citation"voui   (dans le pour mult est vassal carles de       &eacut     nous ils sortent       une station 4 : judas  ensevelie de silence,       o jamais je n’aurais beaucoup de merveilles       &ccedi pur ceste espee ai dulor e encore une citation“tu in the country il n’y a pas de plus pour max charvolen 1)       ton bribes en ligne a paroles de chamantu quelque temps plus tard, de la communication est traquer       pass&e patrick joquel vient de le scribe ne retient religion de josué il mes pensées restent       quand   1) cette onze sous les cercles voile de nuità la       la pour mon épouse nicole     "  les premières sauvage et fuyant comme m1         un station 5 : comment mi viene in mentemi       " la vie humble chez les       soleil et que vous dire des le 19 novembre 2013, à la vue à la villa tamaris les plus vieilles nous dirons donc epuisement de la salle, toi, mésange à pour martin pure forme, belle muette, quando me ne so itu pe dans les hautes herbes la pureté de la survie. nul       le ...et poème pour  epître aux de proche en proche tous a supposer quece monde tienne les grands la fraîcheur et la dernier vers aoi la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Giovanna Galli | Une lecture ->
Monique Thibaudin
Artiste(s) : Thibaudin (site)

Elle réalise des "antibustes"... C’est Gibert Trem, le musicien, qui a ainsi nommé les sculptures de Monique Thibaudin, en 1993, alors que nous préparions la première exposition de ces nouvelles séries de travaux...
Antibustes... Le mot était particuliètement bien venu. Monique Thibaudin présentait des personnages auxquels manquaient... le buste. Visibles uniquement des pieds à la taille. Ils adoptent toutes sortes de positions... Assis, debout, allongés, dansant, se reposant, attendant... Mais le haut du corps manque.
L’inverse de toute une partie de la sculpture classique... Et sans que ça puisse se lire comme une ruine... S’il manque des bras à telle déesse ou la tête à une Victoire, c’est que le temps, l’incurie, les vicissitudes les ont mutilées. Les bustes sont le résultat d’une volonté : on ne montre que l’essentiel d’une identité. Les antibustes aussi sont le résultat d’une volonté...
"Je laisse invisible le plus important, le siège des émotions et de l’intelligence, je laisse invisible la spiritualité", me dit Monique Thibaudin...
Je lui réponds : "Ou tu montres ce qui est le plus important : ce qui nous plante en terre et l’origine de tous les désirs"...
Et j’étais allé chercher des élements du texte qui devait accompagner l’exposition, dans Les bijoux indiscrets de Diderot, et le XIXème chant de l’Enfer de Dante, première exposition d’antibustes sortant du sol du troisème bolge...
Depuis quinze ans les antibustes se développent, dans tous les formats, toutes les matières, toutes les positions, dans toutes les thématiques, en trois dimensions, en deux dimensions, en noir et blanc, en couleurs... 
Entre corps et spiritualité, je veux bien, Monique, tout en détournant l’histoire de l’art. Tout en travaillant l’histoire de l’art. Tout en méditant. Tout en t’amusant. Tout en croisant les questions et les douleurs du monde. Et ses raisons d’espérer et de désespérer.
 
Publication en ligne : 12 décembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette