BRIBES EN LIGNE
deuxième suite ils avaient si longtemps, si  au travers de toi je toute trace fait sens. que merci à marc alpozzo attendre. mot terrible.       l̵       mouett paien sunt morz, alquant mult ben i fierent franceis e       apparu pour andré moi cocon moi momie fuseau   la baie des anges quand il voit s’ouvrir, percey priest lakesur les vue à la villa tamaris pour pierre theunissen la       en    en a l’aube des apaches,     oued coulant   dits de    tu sais i.- avaler l’art par la mort, l’ultime port, je t’enlace gargouille       reine paroles de chamantu diaphane est le l’illusion d’une quatrième essai rares il est le jongleur de lui se reprendre. creuser son "pour tes "tu sais ce que c’est dernier vers aoi écoute, josué,       juin       ...mai pour maguy giraud et al matin, quant primes pert clers fut li jurz e li     chambre       sur torna a sorrento ulisse torna       pav&ea pure forme, belle muette, le plus insupportable chez le corps encaisse comme il       quinze       je me l’impression la plus agnus dei qui tollis peccata les premières nice, le 30 juin 2000 le 19 novembre 2013, à la bien sûrla autre essai d’un je découvre avant toi  ce qui importe pour villa arson, nice, du 17       le il aurait voulu être et que dire de la grâce       le l’attente, le fruit carissimo ulisse,torna a sa langue se cabre devant le encore une citation“tu       au démodocos... Ça a bien un       vaches je ne saurais dire avec assez marcel alocco a une fois entré dans la et ces pour maxime godard 1 haute       vi.- les amicales aventures       la i mes doigts se sont ouverts tendresse du mondesi peu de f tous les feux se sont le samedi 26 mars, à 15       les tendresses ô mes envols   on n’est granz fut li colps, li dux en       ruelle autre petite voix frères et de sorte que bientôt dernier vers que mort là, c’est le sable et  dans toutes les rues le bulletin de "bribes comme ce mur blanc l’heure de la une errance de quatrième essai de       &n c’est un peu comme si, carles respunt : comment entrer dans une   que signifie beaucoup de merveilles a ma mère, femme parmi   en grec, morías à propos “la de prime abord, il jouer sur tous les tableaux       aujour       sur       &agrav pour martine passet li jurz, la noit est le 23 février 1988, il allons fouiller ce triangle l’ami michel pour michèle gazier 1     tout autour À l’occasion de la tentation du survol, à       les régine robin, il y a tant de saints sur la vie est ce bruissement quand vous serez tout les avenues de ce pays “le pinceau glisse sur un jour, vous m’avez la poésie, à la 0 false 21 18 j’ai parlé       vu  tu vois im font chier   ciel !!!! quatrième essai de quatre si la mer s’est josué avait un rythme       object quando me ne so itu pe quant carles oït la le numéro exceptionnel de   est-ce que trois (mon souffle au matin ce poème est tiré du antoine simon 18 et il parlait ainsi dans la     sur la pente dernier vers aoi pour mes enfants laure et dernier vers aoi bien sûr, il y eut vertige. une distance pour martine, coline et laure ce texte m’a été   voici donc la halt sunt li pui e mult halt ce monde est semé l’évidence     les provisions chaises, tables, verres, "le renard connaît       & un temps hors du tu le saiset je le vois il existe deux saints portant monde imaginal, troisième essai et       rampan de la pur ceste espee ai dulor e dernier vers aoi f les rêves de la liberté s’imprime à coupé le sonà af : j’entends on trouvera la video       baie antoine simon 2 toutefois je m’estimais       la station 7 : as-tu vu judas se       sous Être tout entier la flamme  improbable visage pendu       il    il la gaucherie à vivre,       crabe- pour jean-louis cantin 1.- temps où le sang se la route de la soie, à pied,   le 10 décembre dernier vers aoi   (à on peut croire que martine pour nicolas lavarenne ma c’est ici, me nous savons tous, ici, que raphaël des conserves ! station 5 : comment deux ce travail vous est trois tentatives desesperees       dans temps où les coeurs samuelchapitre 16, versets 1 la communication est a toi le don des cris qui dernier vers aoi les cuivres de la symphonie non... non... je vous assure,       arauca       bien  c’était     longtemps sur il en est des meurtrières. pour angelo       après la lecture de il s’appelait   le texte suivant a       &ccedi traquer c’est la chair pourtant       descen pour gilbert zacinto dove giacque il mio à cri et à toi, mésange à dont les secrets… à quoi avec marc, nous avons       un dernier vers aoi       fleur ce va et vient entre on préparait dernier vers aoi je suis celle qui trompe lu le choeur des femmes de ce 28 février 2002. antoine simon 6 station 1 : judas  les trois ensembles o tendresses ô mes d’abord l’échange des       une apaches : dans le pays dont je vous patrick joquel vient de ki mult est las, il se dort       le dans le train premier madame est une torche. elle exacerbé d’air ce jour là, je pouvais ainsi va le travail de qui     à ouverture d’une normal 0 21 false fal couleur qui ne masque pas histoire de signes . v.- les amicales aventures du station 4 : judas  cher bernard      & madame, c’est notre l’existence n’est       la station 3 encore il parle  au mois de mars, 1166 au commencement était il n’est pire enfer que pluies et bruines,   ces sec erv vre ile issent de mer, venent as dans les carnets dire que le livre est une ce qu’un paysage peut dentelle : il avait et…  dits de le coeur du f j’ai voulu me pencher a christiane cinq madame aux yeux la musique est le parfum de nous avancions en bas de       fourr& pour philippe à la bonne les routes de ce pays sont fontelucco, 6 juillet 2000       b&acir pour ma     nous dans le patriote du 16 mars une autre approche de paysage de ta tombe  et et combien       deux autre citation"voui guetter cette chose ses mains aussi étaient dans l’effilé de quand sur vos visages les noble folie de josué, 1 au retour au moment références : xavier       dans       &n dernier vers aoi f dans le sourd chatoiement de profondes glaouis rêve, cauchemar, antoine simon 12       le       voyage madame des forêts de quelque chose vous avez       parfoi inoubliables, les À la loupe, il observa diaphane est le mot (ou cet article est paru dans le la cité de la musique il était question non franchement, pensait le chef, quelques textes   jn 2,1-12 : mult est vassal carles de       &eacut de l’autre effleurer le ciel du bout des       la       va     du faucon le galop du poème me passent .x. portes,         or douce est la terre aux yeux       sur le je reviens sur des suite de temps de bitume en fusion sur antoine simon 19 me nous serons toujours ces raphaël tromper le néant et si tu dois apprendre à mesdames, messieurs, veuillez (dans mon ventre pousse une  pour jean le le lent tricotage du paysage de pa(i)smeisuns en est venuz     après de mes deux mains le "patriote", madame, vous débusquez   pour théa et ses       pour d’un bout à le soleil n’est pas macles et roulis photo 6       journ&       s̵ quand c’est le vent qui 1- c’est dans toujours les lettres : "si elle est sur l’erbe verte si est au lecteur voici le premier tandis que dans la grande       dans "l’art est-il a grant dulur tendrai puis equitable un besoin sonnerait j’aime chez pierre   un vendredi le 26 août 1887, depuis abu zayd me déplait. pas je n’hésiterai ils sortent il y a dans ce pays des voies un soir à paris au ….omme virginia par la même si la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Je suis un faon | Le grand bouc blanc ->
Mais ce chasseur
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automne

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

...mais ce chasseur

prit mon coeur

qui sauva Blanche Neige
 

Publication en ligne : 19 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette