BRIBES EN LIGNE
deuxième apparition de « pouvez-vous dans la caverne primordiale voile de nuità la     double le temps passe dans la  “la signification cyclades, iii° c’est extrêmement  les œuvres de  dernières mises béatrice machet vient de       enfant "ces deux là se       le antoine simon 3 sauvage et fuyant comme dans l’innocence des en ceste tere ad estet ja un tunnel sans fin et, à madame aux rumeurs vous êtes merci à la toile de vedo la luna vedo le       six à la bonne la terre nous       vaches pour jean marie onze sous les cercles neuf j’implore en vain pour mes enfants laure et  zones gardées de   que signifie passet li jurz, la noit est   la baie des anges nous dirons donc chaises, tables, verres,       chaque dans ce périlleux ( ce texte a clquez sur deuxième approche de si tu es étudiant en nice, le 30 juin 2000 nos voix l’attente, le fruit Être tout entier la flamme pour alain borer le 26       gentil c’est un peu comme si, il en est des meurtrières. "pour tes effleurer le ciel du bout des la réserve des bribes (de)lecta lucta   toutes ces pages de nos pas une année sans évoquer ne faut-il pas vivre comme suite du blasphème de la danse de pour mireille et philippe percey priest lakesur les pour michèle aueret max charvolen, martin miguel a propos de quatre oeuvres de la question du récit l’existence n’est pour max charvolen 1) giovanni rubino dit “dans le dessin       droite ils sortent vous avez les dieux s’effacent bal kanique c’est li quens oger cuardise s’égarer on folie de josuétout est       dans granz fut li colps, li dux en   né le 7 je suis celle qui trompe    courant j’entends sonner les f tous les feux se sont le 26 août 1887, depuis pour gilbert     l’é       rampan pour jacqueline moretti,       apr&eg elle disposait d’une un titre : il infuse sa bribes en ligne a le tissu d’acier       une jouer sur tous les tableaux f qu’il vienne, le feu frères et branches lianes ronces vous avez station 3 encore il parle samuelchapitre 16, versets 1  monde rassemblé     oued coulant printemps breton, printemps on cheval la force du corps,     quand       vu       banlie       &agrav il faut aller voir tendresse du mondesi peu de je t’enfourche ma g. duchêne, écriture le       dans l’art c’est la (ô fleur de courge... il ne reste plus que le ce 28 février 2002. ici, les choses les plus macles et roulis photo 3 les cuivres de la symphonie a la femme au       sur       la c’est seulement au chaque automne les je serai toujours attentif à       entre dernier vers aoi  si, du nouveau   1) cette les dernières en cet anniversaire, ce qui antoine simon 13     dans la ruela la mastication des abu zayd me déplait. pas       le antoine simon 33 dernier vers aoi j’ai donné, au mois assise par accroc au bord de       st réponse de michel       sur la liberté de l’être et te voici humanité je découvre avant toi     " mes pensées restent   nous sommes voudrais je vous       ( le proche et le lointain mesdames, messieurs, veuillez je sais, un monde se les petites fleurs des il y a des objets qui ont la carissimo ulisse,torna a etait-ce le souvenir "la musique, c’est le “le pinceau glisse sur    si tout au long le coeur du       b&acir a dix sept ans, je ne savais derniers ki mult est las, il se dort tu le saiset je le vois martin miguel art et rimbaud a donc ce qui importe pour l’éclair me dure, dernier vers aoi       descen   tout est toujours en À peine jetés dans le 1-nous sommes dehors.     à pour le prochain basilic, (la bernadette griot vient de       je le bulletin de "bribes 7) porte-fenêtre 1) notre-dame au mur violet       il décembre 2001.       allong       à       pour seins isabelle boizard 2005 ma voix n’est plus que       apr&eg 1 la confusion des       neige       apparu bien sûrla cette machine entre mes raphaël v.- les amicales aventures du petites proses sur terre j’écoute vos  “comment avec marc, nous avons la littérature de pour michèle       la       au guetter cette chose si j’avais de son     sur la le grand combat : carles respunt :   marcel il souffle sur les collines le galop du poème me moi cocon moi momie fuseau pour maxime godard 1 haute station 7 : as-tu vu judas se     un mois sans tout est possible pour qui normal 0 21 false fal dorothée vint au monde ma voix n’est plus que moisissures mousses lichens patrick joquel vient de je n’hésiterai le 23 février 1988, il       assis À l’occasion de sculpter l’air :    7 artistes et 1 pour martin couleur qui ne masque pas bel équilibre et sa avant dernier vers aoi cinq madame aux yeux ecrire les couleurs du monde macles et roulis photo le ciel est clair au travers et ces grant est la plaigne e large ses mains aussi étaient nous lirons deux extraits de   la production pour marcel antoine simon 18 juste un mot pour annoncer je t’ai admiré, quai des chargeurs de et voici maintenant quelques pur ceste espee ai dulor e comme ce mur blanc ...et poème pour  le grand brassage des la lecture de sainte me il est le jongleur de lui       dans       un mise en ligne d’un       le ce poème est tiré du dernier vers aoi cinquième citationne  marcel migozzi vient de (ma gorge est une       &ccedi       une spectacle de josué dit de sorte que bientôt la musique est le parfum de   pour le prochain       maquis pas sur coussin d’air mais paroles de chamantu c’était une s’ouvre la     rien clere est la noit e la       grappe quant carles oït la dans les carnets maintenant il connaît le pour angelo pour robert que reste-t-il de la dans le respect du cahier des les grands comment entrer dans une dix l’espace ouvert au dernier vers aoi "et bien, voilà..." dit       j̵     une abeille de pour dont les secrets… à quoi ma chair n’est tous feux éteints. des quel étonnant ] heureux l’homme ce paysage que tu contemplais rien n’est plus ardu l’appel tonitruant du glaciation entre que d’heures un soir à paris au dans le train premier   un 1254 : naissance de écrirecomme on se c’est ici, me antoine simon 20 et  riche de mes       dans dernier vers aoi et que vous dire des dernier vers aoi tout en vérifiant antoine simon 10       sur il semble possible dernier vers aoi   souvent je ne sais rien de madame a des odeurs sauvages       l̵ constellations et       glouss     au couchant rm : nous sommes en       avant exacerbé d’air nous avons affaire à de pour nicolas lavarenne ma paysage de ta tombe  et la pureté de la survie. nul pour jean-louis cantin 1.- la poésie, à la ce qui aide à pénétrer le i.- avaler l’art par les avenues de ce pays peinture de rimes. le texte       bien marché ou souk ou quelques textes à propos “la de l’autre     de rigoles en       retour vos estes proz e vostre accorde ton désir à ta je meurs de soif 1. il se trouve que je suis madame, on ne la voit jamais       voyage tandis que dans la grande lu le choeur des femmes de       jardin allons fouiller ce triangle dernier vers aoi     son 0 false 21 18 madame déchirée au labyrinthe des pleursils 10 vers la laisse ccxxxii pour mon épouse nicole (la numérotation des       quinze et si tu dois apprendre à dernier vers aoi    au balcon et tout avait reflets et echosla salle pour andré villers 1)  “ce travail qui genre des motsmauvais genre on préparait de toutes les       voyage j’arrivais dans les quand sur vos visages les       midi ainsi alfred… "nice, nouvel éloge de la je déambule et suis le recueil de textes antoine simon 26 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Noir d’en bas | Dans les couleurs du froid ->
A l’étrangère
© Alain Freixe
Artiste(s) : Maccheroni Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie








 

 

« L’âme est de l’étranger sur la terre »

Georg Trakl

 

« l’âme est sur la route »

Gilles Deleuze

 

 

 

 

 

(…)

il y a un cri

sur la route

coulé dans le soleil

un cri blanc

une lumière vide

où se cognent les yeux

 

 

 

 

 

ils se ferment sur

l’oubliée de la gorge

la serrent

l’enserrent

la fouettent d’air

l’aveuglent de sang

 

 

 

 

 

c’est empêchée

dans le fracas des orties

les gravats de vieilles margelles

noyée dans l’eau

de mille pluies en cavale

que brûlant ses dernières épines

bousculée par un vent noir

on la sentira

remonter et renouer

ses clefs cabrées aux silences

de sa portée déchirée

 

 

 

 

après

c’est comme une musique

qui rouvre les yeux

et lance le regard

drapé de déchirures

de mots écrasés

d’images écorchées

pour au loin

l’entendre tinter

entre l’herbe blanche

les mottes brûlées

et le coup de grâce du vent

 

 

 

 

 

ferrée de silence

la route à présent

est rendue à son asphalte

à ses mirages

un tournant attend

l’étrangère

(…)

 

 

 

P.-S.

A l’étrangère est extrait d’un poème en travail. tel quel il sera proposé à Henri Maccheroni pour une réplique plastique.

Publication en ligne : 22 janvier 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette