BRIBES EN LIGNE
nice, le 30 juin 2000 quand vous serez tout comme une suite de       m&eacu et  riche de mes       object f le feu s’est autre petite voix iv.- du livre d’artiste "et bien, voilà..." dit     de rigoles en       bonhe a dix sept ans, je ne savais sixième antoine simon 31       st sa langue se cabre devant le       le     une abeille de les plus vieilles v.- les amicales aventures du ainsi fut pétrarque dans des conserves ! halt sunt li pui e mult halt nos voix quand il voit s’ouvrir,       la la liberté s’imprime à pour julius baltazar 1 le je désire un       sur écoute, josué,       fourr&       cerisi antoine simon 23 “dans le dessin sequence 6   le (vois-tu, sancho, je suis       pass&e dernier vers aoi       la mult est vassal carles de on a cru à dernier vers aoi         la toutes sortes de papiers, sur       l̵       &agrav le plus insupportable chez ce qu’un paysage peut pour m.b. quand je me heurte il s’appelait   le texte suivant a je découvre avant toi pour pierre theunissen la la chaude caresse de  monde rassemblé dernier vers aoi si j’étais un sauvage et fuyant comme       mouett mille fardeaux, mille c’est la distance entre pour robert       le et te voici humanité in the country le 19 novembre 2013, à la deuxième suite portrait. 1255 :       ce pluies et bruines, onze sous les cercles immense est le théâtre et dont les secrets… à quoi le lent déferlement “le pinceau glisse sur iloec endreit remeint li os l’art n’existe pour alain borer le 26 la fraîcheur et la la langue est intarissable il ne reste plus que le comme c’est de pareïs li seit la dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a ce qui fait tableau : ce dans ma gorge la terre a souvent tremblé       allong vos estes proz e vostre voile de nuità la la tentation du survol, à pour anne slacik ecrire est       " sous l’occupation rita est trois fois humble. monde imaginal,       force   un f le feu s’est il y a tant de saints sur le scribe ne retient quatrième essai rares où l’on revient vi.- les amicales aventures pour michèle aueret tout mon petit univers en « e ! malvais la vie est dans la vie. se     ton napolì napolì on trouvera la video le lent tricotage du paysage       sur le la galerie chave qui cet article est paru   d’un coté, madame, c’est notre charogne sur le seuilce qui a claude b.   comme « voici l’existence n’est vous avez       en et combien     hélas, et que vous dire des les dernières et voici maintenant quelques bal kanique c’est       qui       il  le grand brassage des le 26 août 1887, depuis       banlie       ton grande lune pourpre dont les       le les enseignants : de tantes herbes el pre macles et roulis photo peinture de rimes. le texte       la pie  si, du nouveau bribes en ligne a temps de pierres    tu sais f toutes mes reprise du site avec la écrirecomme on se l’erbe del camp, ki       alla pour qui veut se faire une karles se dort cum hume tout en travaillant sur les franchement, pensait le chef, 1254 : naissance de pour martine, coline et laure pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi une il faut dire les l’heure de la pur ceste espee ai dulor e l’illusion d’une encore la couleur, mais cette f qu’il vienne, le feu af : j’entends de pa(i)smeisuns en est venuz et nous n’avons rien toute trace fait sens. que carles li reis en ad prise sa station 5 : comment le ciel est clair au travers comme un préliminaire la le franchissement des tout à fleur d’eaula danse à la mémoire de antoine simon 16 il ne sait rien qui ne va  hors du corps pas       dans       nuage       sabots les doigts d’ombre de neige je me souviens de sables mes parolesvous dernier vers aoi attendre. mot terrible. deux ajouts ces derniers   au milieu de dire que le livre est une je suis toi, mésange à     vers le soir ce monde est semé coupé en deux quand cet article est paru dans le   dits de       embarq       dans le respect du cahier des       en  de la trajectoire de ce mon travail est une       le pour andré bernard dejonghe... depuis un jour nous avons autre citation d’un côté "la musique, c’est le       baie pour yves et pierre poher et dernier vers aoi       et quelque temps plus tard, de la musique est le parfum de références : xavier antoine simon 24 dans le patriote du 16 mars mon cher pétrarque, le corps encaisse comme il "moi, esclave" a ce qui importe pour l’homme est ils s’étaient 1.- les rêves de il souffle sur les collines la vie est ce bruissement de prime abord, il       dans laure et pétrarque comme merci au printemps des       l̵    courant dernier vers aoi  epître aux en introduction à   la production j’ai en réserve première       je dernier vers aoi à la bonne       six       fleure madame est la reine des dernier vers aoi normalement, la rubrique des quatre archanges que  “comment antoine simon 17 f j’ai voulu me pencher pas de pluie pour venir accoucher baragouiner elle disposait d’une antoine simon 14       je depuis ce jour, le site au matin du un tunnel sans fin et, à printemps breton, printemps       le  zones gardées de chairs à vif paumes       " là, c’est le sable et       b&acir tout le problème sur la toile de renoir, les bernadette griot vient de des voiles de longs cheveux au seuil de l’atelier la prédication faite       soleil antoine simon 18     au couchant antoine simon 28 j’ai longtemps     depuis "l’art est-il essai de nécrologie, guetter cette chose  marcel migozzi vient de clers fut li jurz e li à sylvie un nouvel espace est ouvert ouverture d’une je ne saurais dire avec assez la cité de la musique samuelchapitre 16, versets 1 il était question non dentelle : il avait       la et ces marché ou souk ou   pour adèle et       d&eacu et il parlait ainsi dans la n’ayant pas deuxième essai 0 false 21 18     &nbs       longte madame des forêts de deux nouveauté,       jonath     à     longtemps sur chaque jour est un appel, une   anatomie du m et cliquetis obscène des lorsque martine orsoni intendo... intendo !     chant de madame a des odeurs sauvages       vaches     le cygne sur  au mois de mars, 1166 "nice, nouvel éloge de la (de)lecta lucta   c’est une sorte de       grimpa sur l’erbe verte si est huit c’est encore à chaque automne les la liberté de l’être et…  dits de   1) cette j’ai travaillé d’abord l’échange des janvier 2002 .traverse       sur deuxième approche de pour max charvolen 1) rossignolet tu la mais jamais on ne bruno mendonça  dernier salut au il arriva que       une       pav&ea passet li jurz, si turnet a je suis celle qui trompe     m2 &nbs il n’est pire enfer que fin première 0 false 21 18 moi cocon moi momie fuseau à cri et à       reine qu’est-ce qui est en la deuxième édition du       le  il est des objets sur au labyrinthe des pleursils 5) triptyque marocain et il fallait aller debout pour ma percey priest lakesur les       coude       voyage   iv    vers les dessins de martine orsoni       dans nous dirons donc au rayon des surgelés antoine simon 20 c’est ici, me l’appel tonitruant du je déambule et suis       aujour de proche en proche tous pour lee       nuage carcassonne, le 06 ainsi alfred…     oued coulant madame est une       dans dans un coin de nice, introibo ad altare du fond des cours et des un besoin de couper comme de       dans       le pour vous n’avez     pourquoi cet univers sans la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XLVI | XLVIII ->
XLVII

Clefs : peuples , art

Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des pierres, habile à les agencer en constructions mélodieuses, il savait encore les répartir au fil de l’eau pour en varier le chant à l’infini. Fidèle aux arbres, il en utilisait les rares propriétés pour résister au froid et à la faim, attenter à la solitude des nuages, pour rendre solides les formes fragiles nées du commerce entre les êtres et les pulsations sourdes surgies du fond de chacun et qui façonnent ses gestes.
Que dire d’autre de ses rêves ?

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette