BRIBES EN LIGNE
mesdames, messieurs, veuillez   maille 1 :que je suis (en regardant un dessin de du bibelot au babilencore une   3   

les vi.- les amicales aventures macles et roulis photo 4 dernier vers aoi la brume. nuages mult ben i fierent franceis e ...et poème pour  référencem rêve, cauchemar,  les œuvres de le temps passe si vite, d’un bout à il était question non premier essai c’est et te voici humanité       les     dans la ruela pierre ciel "moi, esclave" a dernier vers aoi la fraîcheur et la la lecture de sainte       le le plus insupportable chez       les deuxième apparition clers fut li jurz e li pour marcel dans le monde de cette ce texte se présente se reprendre. creuser son trois tentatives desesperees     longtemps sur franchement, pensait le chef,  “la signification au rayon des surgelés quand vous serez tout envoi du bulletin de bribes pour michèle       voyage ce jour-là il lui  il est des objets sur une errance de approche d’une guetter cette chose présentation du       une       va la bouche pleine de bulles pour maxime godard 1 haute pur ceste espee ai dulor e antoine simon 21       quand voudrais je vous 1-nous sommes dehors.  au travers de toi je  pour jean le spectacle de josué dit c’est la peur qui fait dire que le livre est une au commencement était références : xavier   ces notes       fourmi       reine     au couchant torna a sorrento ulisse torna     nous jamais je n’aurais r.m.a toi le don des cris qui errer est notre lot, madame,       &n       sur  mise en ligne du texte je crie la rue mue douleur il souffle sur les collines  tu vois im font chier les lettres ou les chiffres raphaël moi cocon moi momie fuseau dernier vers doel i avrat,       " au seuil de l’atelier (ma gorge est une       l̵ à cri et à petit matin frais. je te       allong       &n "l’art est-il comment entrer dans une nous serons toujours ces de proche en proche tous carles respunt : cinquième citationne ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi karles se dort cum hume le recueil de textes       le juste un dernier vers aoi       ( dernier vers aoi vertige. une distance pour martin réponse de michel tout en travaillant sur les  improbable visage pendu ce qui aide à pénétrer le dix l’espace ouvert au je ne peins pas avec quoi, on a cru à pour mireille et philippe       assis la rencontre d’une qu’est-ce qui est en antoine simon 24 le vieux qui ne faut-il pas vivre comme à       qui souvent je ne sais rien de   marcel pas même comme ce mur blanc       le nice, le 30 juin 2000   encore une       ruelle       &agrav de prime abord, il         or À la loupe, il observa antoine simon 13 des conserves ! troisième essai depuis le 20 juillet, bribes       sur il y a des objets qui ont la       m̵ ce va et vient entre pour julius baltazar 1 le le glacis de la mort pour daniel farioli poussant       je dans les rêves de la il en est des meurtrières. un besoin de couper comme de six de l’espace urbain,       ce antoine simon 22 la langue est intarissable       pourqu cet article est paru abu zayd me déplait. pas       allong       en pluies et bruines, constellations et   jn 2,1-12 :       au et je vois dans vos il n’était qu’un   je n’ai jamais       grimpa       devant (dans mon ventre pousse une  le livre, avec   est-ce que   non, björg, ki mult est las, il se dort       sur       &ccedi     quand madame est une torche. elle la chaude caresse de deux ce travail vous est si elle est belle ? je recleimet deu mult raphaËl et il parlait ainsi dans la   voici donc la grant est la plaigne e large la deuxième édition du rm : nous sommes en la gaucherie à vivre, "et bien, voilà..." dit 0 false 21 18 comme un préliminaire la ma voix n’est plus que agnus dei qui tollis peccata les amants se madame, c’est notre       vu branches lianes ronces af : j’entends le "patriote", antoine simon 2 ] heureux l’homme  ce mois ci : sub napolì napolì c’est la distance entre     tout autour pour jean gautheronle cosmos pas une année sans évoquer juste un mot pour annoncer au programme des actions accorde ton désir à ta pour maguy giraud et pour raphaël epuisement de la salle, des voix percent, racontent abstraction voir figuration    nous à la mémoire de antoine simon 10 vous dites : "un   la baie des anges pas de pluie pour venir       ton vue à la villa tamaris antoine simon 9 À peine jetés dans le le géographe sait tout avez-vous vu dernier vers aoi pour     le   d’un coté, iloec endreit remeint li os dans ce pays ma mère les parents, l’ultime vous avez       ma       dans   six formes de la       fleur  “ce travail qui l’impossible merci à marc alpozzo le lent tricotage du paysage   un g. duchêne, écriture le chairs à vif paumes la bouche pure souffrance dans le respect du cahier des générations l’erbe del camp, ki       au m1       je rêve aux gorges zacinto dove giacque il mio et il fallait aller debout    il  le grand brassage des     cet arbre que antoine simon 15 le coeur du très malheureux... pour martine, coline et laure gardien de phare à vie, au elle réalise des là, c’est le sable et       au       en un trait gris sur la clers est li jurz et li temps de bitume en fusion sur antoine simon 17 "le renard connaît exacerbé d’air a grant dulur tendrai puis onzième autre citation"voui introibo ad altare bal kanique c’est dernier vers aoi vous êtes       " pas sur coussin d’air mais deux mille ans nous « h&eacu les dernières     ton suite du blasphème de que d’heures  “... parler une       les fragilité humaine. toutes sortes de papiers, sur tout en vérifiant       ...mai toulon, samedi 9 dernier vers aoi  de même que les       arauca 13) polynésie       jonath dans le train premier tous feux éteints. des       au c’est pour moi le premier se placer sous le signe de mon cher pétrarque,       midi si j’étais un   (à j’ai ajouté deuxième apparition de   nous sommes j’ai parlé temps de pierres c’est seulement au moisissures mousses lichens autre citation       o antoine simon 18 sequence 6   le le galop du poème me       vu       il elle ose à peine quel ennui, mortel pour deuxième sur la toile de renoir, les   on n’est il y a dans ce pays des voies li emperere par sa grant et que vous dire des antoine simon 31 une autre approche de il existe deux saints portant arbre épanoui au ciel  il y a le dans l’innocence des monde imaginal, effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi 10 vers la laisse ccxxxii il faut laisser venir madame       dans le franchissement des le scribe ne retient j’arrivais dans les       au et voici maintenant quelques mieux valait découper l’appel tonitruant du dessiner les choses banales fontelucco, 6 juillet 2000 À perte de vue, la houle des la galerie chave qui ils s’étaient la mastication des de pareïs li seit la voile de nuità la       dans       neige on croit souvent que le but "ces deux là se vous avez j’ai en réserve   adagio   je normalement, la rubrique     vers le soir       dans l’attente, le fruit c’est le grand la réserve des bribes dernier vers aoi pour jacqueline moretti, attelage ii est une œuvre   que signifie       deux un soir à paris au bien sûrla  marcel migozzi vient de je reviens sur des       longte en ceste tere ad estet ja     de rigoles en le travail de bernard le texte qui suit est, bien la question du récit f dans le sourd chatoiement       montag certains soirs, quand je deux nouveauté, la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Une lecture | Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine ->
Edmond Vernassa... un ami s’en va
Artiste(s) : Vernassa Ecrivain(s) : Monticelli R.

Edmond,


sa grande silhouette, son profil d’aigle au regard tendre et attentif et curieux et bienveillant, sa voix qui charrie un peu de cet air qui passe entre des pierres d’eau, comme un fond de murmure ou l’écho affaibli d’une plainte très ancienne ; ses gestes, ses mouvements, saisis comme par une retenue, une inquiétude...
Edmond toujours parmi ses oeuvres -son travail- aussi étonnant qu’étonné, aussi qu’éblouissant qu’ébloui, s’excusant presque quand on lui témoigne quelque admiration, gêné, toujours, un peu, d’être, de n’être pas, d’avoir fait, de n’avoir pu faire, gauche parfois, comme un dieu timide égaré parmi nous.
Edmond est bien cet homme d’innovation, d’invention, de recherche, de découverte : il est allé voler des formes nouvelles de l’art dans cet au-delà silencieux et terrible que l’on trouve à la pointe extrême des possibles, quand on a su épuiser la technique, essouffler les savoirs, trouver le point le plus ardent de la rencontre des autres, lancer non seulement son intelligence -son intellect- mais tout son corps, sa tête, ses bras, ses mains, son coeur -son coeur- et son âme -son âme- à l’assaut des questions que se posent les hommes.
Edmond est cet homme, cet artiste.
Disons génial en rappelant que ce mot est parent de gens, et d’ingénieux et d’ingénieur.
C’est la passion discrète -la passion- des gens, des simples gens ; c’est l’affection retenue qu’il leur porte et que tous lui portent (et cette tendresse -infinie- réservée, doucement lumineuse qui lie Edmond et Monique).
C’est l’admiration qu’il éprouve pour les aventuriers de la justice et du savoir et que tous ceux-là éprouvent pour lui. Quand surgit l’image d’Edmond, et c’est souvent, il est accompagné de tous ceux qui, connus et inconnus, ont lié une part de leur aventure à la sienne, les rêveurs de mondes apaisés, les constructeurs du virtuel, les passeurs de l’art, les fouilleurs d’étoiles et remueurs de ciels, et ceux qui construisent des ponts pour les hommes et les femmes et leurs enfants, entre la vie, les arts et les sciences, et ceux qui s’éblouissent de voir Edmond donner forme tangible à leurs recherches sur ce que l’on dit chaotique...

Edmond Vernassa, génie ouvrier, en rappelant que ce mot est parent d’opera et d’oeuvre, et tous trois proches d’ouvrir. "

Publication en ligne : 9 mars 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette