BRIBES EN LIGNE
le glacis de la mort antoine simon 3 dernier vers aoi       la       six  l’écriture un trait gris sur la pur ceste espee ai dulor e       je sors de mon territoire. fais face aux bronzes de miodrag c’est la distance entre       entre pour nicolas lavarenne ma "l’art est-il "moi, esclave" a frères et   adagio   je pour jean-marie simon et sa       &agrav f le feu s’est station 5 : comment sept (forces cachées qui macles et roulis photo nice, le 18 novembre 2004 voici des œuvres qui, le tout est possible pour qui       sur vi.- les amicales aventures     les fleurs du pourquoi yves klein a-t-il 1.- les rêves de portrait. 1255 : d’ eurydice ou bien de clquez sur rare moment de bonheur, ce jour là, je pouvais c’est pour moi le premier 0 false 21 18       il tu le sais bien. luc ne le galop du poème me pour le prochain basilic, (la si elle est belle ? je j’arrivais dans les eurydice toujours nue à nous lirons deux extraits de et voici maintenant quelques le tissu d’acier tromper le néant dernier vers aoi     pourquoi préparation des pierre ciel il semble possible       ( l’existence n’est un soir à paris au   je ne comprends plus       midi       dans   pour théa et ses         or le lourd travail des meules j’ai en réserve la communication est       alla genre des motsmauvais genre edmond, sa grande le scribe ne retient a la libération, les ço dist li reis : le géographe sait tout    de femme liseuse       ma ce la gaucherie à vivre, dernier vers aoi pour michèle aueret et nous n’avons rien       l̵ deux mille ans nous a propos de quatre oeuvres de       longte je suis celle qui trompe       retour       &n réponse de michel prenez vos casseroles et au seuil de l’atelier   l’oeuvre vit son dans le pays dont je vous       un       chaque       en depuis ce jour, le site halt sunt li pui e mult halt pour yves et pierre poher et autre petite voix c’est seulement au première la mort, l’ultime port,       " sixième     une abeille de antoine simon 32 ma voix n’est plus que       maquis       allong pour mon épouse nicole mon cher pétrarque, mesdames, messieurs, veuillez     &nbs     sur la la musique est le parfum de       aux grande lune pourpre dont les iloec endreit remeint li os a propos d’une il n’était qu’un avec marc, nous avons il ne s’agit pas de je suis "ah ! mon doux pays, la lecture de sainte carmelo arden quin est une   que signifie cyclades, iii° normalement, la rubrique       object premier vers aoi dernier a claude b.   comme c’est ici, me vous deux, c’est joie et       deux toulon, samedi 9 c’était une non... non... je vous assure,   (à       au toute trace fait sens. que le plus insupportable chez dans l’innocence des je sais, un monde se je n’hésiterai et je vois dans vos       "  l’exposition  certains prétendent     cet arbre que leonardo rosa  au mois de mars, 1166 « pouvez-vous glaciation entre mult ben i fierent franceis e on préparait de tantes herbes el pre       pav&ea       gentil f dans le sourd chatoiement       il et il parlait ainsi dans la l’instant criblé pour raphaël f le feu s’est il ne sait rien qui ne va dernier vers aoi       tourne de proche en proche tous dernier vers aoi    courant       sur pour martine, coline et laure antoine simon 31 j’entends sonner les       la     longtemps sur attendre. mot terrible. ce qui importe pour       sur dernier vers aoi  il est des objets sur raphaël dernier vers aoi granz fut li colps, li dux en le temps passe si vite, dernier vers aoi   au milieu de me la question du récit       et tu sables mes parolesvous   est-ce que       et madame chrysalide fileuse g. duchêne, écriture le petit matin frais. je te       le le 19 novembre 2013, à la dans ma gorge martin miguel art et d’un bout à le vieux qui       la     un mois sans       jonath ki mult est las, il se dort abstraction voir figuration   (dans le tu le saiset je le vois       la et il fallait aller debout pure forme, belle muette,       é madame porte à branches lianes ronces     double antoine simon 22     extraire nos voix  de la trajectoire de ce v.- les amicales aventures du       &n la légende fleurie est journée de zacinto dove giacque il mio difficile alliage de     chambre       quinze ecrire les couleurs du monde vous avez la force du corps, elle ose à peine  les œuvres de pour comme c’est a l’aube des apaches, marie-hélène       le vous dites : "un       cette       dans constellations et f les rêves de deuxième apparition de  tu ne renonceras pas. le coquillage contre     tout autour des voix percent, racontent li quens oger cuardise sequence 6   le       dans   saint paul trois dernier vers aoi j’ai perdu mon marcel alocco a  née à dans un coin de nice, toi, mésange à 1- c’est dans   on n’est et c’était dans le recueil de textes il ne reste plus que le je suis occupé ces dans les carnets       bonheu  epître aux pour jean marie dernier vers aoi antoine simon 24       apr&eg c’est vrai             dans antoine simon 21 onze sous les cercles       va je ne sais pas si je serai toujours attentif à deuxième apparition       l̵ tendresse du mondesi peu de pour maguy giraud et  ce mois ci : sub cliquetis obscène des générations je t’enlace gargouille le pendu la liberté de l’être juste un preambule – ut pictura mouans sartoux. traverse de folie de josuétout est bientôt, aucune amarre nous avons affaire à de sixième et te voici humanité       ton  pour le dernier jour       les temps de pierres dans la dans ce pays ma mère le travail de bernard nous dirons donc paien sunt morz, alquant « amis rollant, de deuxième essai       vu  c’était patrick joquel vient de du bibelot au babilencore une fragilité humaine. je m’étonne toujours de la  je signerai mon l’éclair me dure, premier essai c’est et que dire de la grâce le ciel de ce pays est tout ce texte se présente ce qui fait tableau : ce       les quelques autres la pureté de la survie. nul sa langue se cabre devant le  au travers de toi je f tous les feux se sont  dernières mises    au balcon dernier vers aoi al matin, quant primes pert des quatre archanges que       embarq    en pour daniel farioli poussant       apr&eg mise en ligne d’un       neige carissimo ulisse,torna a    si tout au long       crabe- equitable un besoin sonnerait avant propos la peinture est "je me tais. pour taire. de pa(i)smeisuns en est venuz troisième essai présentation du souvent je ne sais rien de et la peur, présente exacerbé d’air recleimet deu mult seins isabelle boizard 2005 madame est une torche. elle apaches : et si au premier jour il comme un préliminaire la tout le problème décembre 2001.     au couchant  ce qui importe pour       pourqu   3   

les suite de bal kanique c’est polenta le 26 août 1887, depuis thème principal : un verre de vin pour tacher monde imaginal, f le feu est venu,ardeur des deuxième essai le rm : d’accord sur 10 vers la laisse ccxxxii en 1958 ben ouvre à nouvelles mises en       le     de rigoles en les oiseaux s’ouvrent une fois entré dans la       cerisi temps de pierres madame a des odeurs sauvages dans les carnets ma chair n’est dernier vers aoi       b&acir antoine simon 25 lentement, josué il y a des objets qui ont la pluies et bruines,       " ce jour-là il lui la fraîcheur et la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Galerie Catherine Issert, Saint Paul | Art Jonction. Le Marché ->
Louis Chacallis
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Chacallis (site) Ecrivain(s) : Alocco

Comme c’est l’usage Galerie Sapone, un catalogue mémorise l’exposition : panorama d’une dizaine d’années de travail, poursuite très personnelle du dialogue de la peinture avec l’espace qui caractérisait en son temps le « Groupe 70 » dont il fut l’un des acteurs. Gilbert Lascault exprime fort bien la complexité de la démarche : « Louis Chacallis nous incite à penser le quatre, le proche et le lointain, le caché et le révélé, la mort et la vie, le plein et le vide, le stable et le mouvement, l’actuel et la permanence, les menaces et l’espoir, l’attente et l’action. Il peint ; il sculpte ; il médite ; il rêve ; il ébauche des récits et des petits mythes. Il invente une perspective plurielle, un espace complexe, des écrans étranges, des regards nomades et vigilants, des centres et des dispersions. » Exposition qui donne quelques réponses et pose beaucoup de questions, à voir, à Nice, Galerie Sapone, 25 bld Victor Hugo, jusqu’au 29 janvier.

 
La Strada n°11, Janvier 2000
Publication en ligne : 25 mars 2010
Première publication : janvier 2000

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette