BRIBES EN LIGNE
j’ai longtemps 1-nous sommes dehors. elle réalise des madame chrysalide fileuse       ma si j’étais un madame des forêts de le travail de bernard toute une faune timide veille de l’autre sur l’erbe verte si est antoine simon 28 tendresses ô mes envols 1) notre-dame au mur violet on trouvera la video du bibelot au babilencore une si, il y a longtemps, les et si tu dois apprendre à     &nbs iloec endreit remeint li os  les trois ensembles station 4 : judas  c’est vrai     dans la ruela il en est des meurtrières. vertige. une distance dix l’espace ouvert au inoubliables, les macles et roulis photo 6 reflets et echosla salle deux nouveauté,   en grec, morías   ces notes guetter cette chose       l̵ rita est trois fois humble. ] heureux l’homme coupé le sonà ils avaient si longtemps, si       alla       reine   se dernier vers aoi une autre approche de À peine jetés dans le antoine simon 16 dans un coin de nice,       le dans les carnets f toutes mes ajout de fichiers sons dans   j’ai travaillé dans ce pays ma mère martin miguel art et       la       la je suis il pleut. j’ai vu la     cet arbre que       l̵ juste un    en j’aime chez pierre       à       " antoine simon 3       au voudrais je vous toulon, samedi 9 thème principal : du fond des cours et des de proche en proche tous rossignolet tu la si grant dol ai que ne antoine simon 10 "l’art est-il et te voici humanité         or karles se dort cum hume ouverture d’une       jonath  on peut passer une vie       &eacut       enfant c’est le grand v.- les amicales aventures du les premières       sur le pour robert ce n’est pas aux choses les amants se 13) polynésie josué avait un rythme je ne sais pas si marché ou souk ou le 23 février 1988, il dans l’effilé de je déambule et suis madame déchirée est-ce parce que, petit, on troisième essai   je ne comprends plus le géographe sait tout       dans       j̵ ce qui importe pour samuelchapitre 16, versets 1 les oiseaux s’ouvrent qu’est-ce qui est en pour andrée       dans madame, c’est notre la bouche pleine de bulles reprise du site avec la       entre antoine simon 26 onze sous les cercles la liberté de l’être cet article est paru dans le       longte l’appel tonitruant du au lecteur voici le premier 1254 : naissance de       m̵       embarq (À l’église       &agrav ce jour-là il lui ce qui fascine chez dernier vers aoi une errance de sequence 6   le dans les rêves de la   (dans le  de la trajectoire de ce     &nbs de profondes glaouis huit c’est encore à exode, 16, 1-5 toute la communication est pour la gaucherie à vivre, r.m.a toi le don des cris qui deuxième approche de pour max charvolen 1) la liberté s’imprime à merci au printemps des attention beau avez-vous vu des voiles de longs cheveux raphaël vos estes proz e vostre   jn 2,1-12 : et voici maintenant quelques pas facile d’ajuster le       sur la lecture de sainte je crie la rue mue douleur poème pour "si elle est       juin très saintes litanies ne pas négocier ne       avant dernier vers aoi   si vous souhaitez ouverture de l’espace i.- avaler l’art par un temps hors du macles et roulis photo l’ami michel et c’était dans il est le jongleur de lui zacinto dove giacque il mio comme ce mur blanc dans l’innocence des grande lune pourpre dont les siglent a fort e nagent e chercher une sorte de et que dire de la grâce bien sûrla  l’écriture dernier vers que mort le texte qui suit est, bien troisième essai et dans le pays dont je vous livre grand format en trois a claude b.   comme pour ma la cité de la musique       devant nous savons tous, ici, que cette machine entre mes la réserve des bribes réponse de michel tous ces charlatans qui       au       fourr& madame dans l’ombre des on cheval epuisement de la salle, o tendresses ô mes ses mains aussi étaient descendre à pigalle, se   je n’ai jamais       dans mes pensées restent l’impression la plus f le feu s’est   1) cette le geste de l’ancienne, il s’appelait régine robin,  tu vois im font chier       la au rayon des surgelés dans les horizons de boue, de toute trace fait sens. que les plus vieilles là, c’est le sable et il en est des noms comme du       dans 1. il se trouve que je suis pour qui veut se faire une le galop du poème me introibo ad altare dans le pain brisé son   saint paul trois difficile alliage de en ceste tere ad estet ja montagnesde petites proses sur terre madame aux rumeurs       fourmi trois (mon souffle au matin       ce g. duchêne, écriture le pour yves et pierre poher et les lettres ou les chiffres il y a dans ce pays des voies quai des chargeurs de       en un j’ai donc il ne sait rien qui ne va       apr&eg tu le sais bien. luc ne "ces deux là se  ce qui importe pour carissimo ulisse,torna a carles respunt : travail de tissage, dans paroles de chamantu       la       sur juste un mot pour annoncer langues de plomba la       journ&       je me fontelucco, 6 juillet 2000 le coquillage contre attendre. mot terrible. carcassonne, le 06 mise en ligne d’un dernier vers aoi       bien pour jean marie 1 au retour au moment un besoin de couper comme de certains prétendent       midi       dans  tu ne renonceras pas.       droite       le madame est la reine des mon travail est une dernier vers aoi       st     chambre     hélas, antoine simon 30 pour andré  le livre, avec       le ce pays que je dis est     m2 &nbs       je me clquez sur “dans le dessin démodocos... Ça a bien un comme un préliminaire la       au "tu sais ce que c’est sauvage et fuyant comme       je pour andré f dans le sourd chatoiement il arriva que il souffle sur les collines       la madame est une torche. elle station 3 encore il parle "et bien, voilà..." dit       voyage   encore une je t’ai admiré, rêves de josué, dire que le livre est une ce qu’un paysage peut       jardin         &n 1 la confusion des 1257 cleimet sa culpe, si pour anne slacik ecrire est s’ouvre la 0 false 21 18 dernier vers aoi a l’aube des apaches,       p&eacu giovanni rubino dit       "  marcel migozzi vient de le temps passe si vite, la littérature de bien sûr, il y eut quatrième essai de ma chair n’est jouer sur tous les tableaux "ah ! mon doux pays, rien n’est plus ardu ...et poème pour je t’enfourche ma pour philippe antoine simon 17 c’est pour moi le premier nous viendrons nous masser de prime abord, il carissimo ulisse,torna a     une abeille de genre des motsmauvais genre etudiant à granz est li calz, si se chaises, tables, verres, dernier vers aoi aux george(s) (s est la toujours les lettres : le samedi 26 mars, à 15 l’illusion d’une recleimet deu mult un jour, vous m’avez quelques textes et ma foi, passent .x. portes, j’ai changé le       pour de toutes les dernier vers aoi et si au premier jour il deuxième pour helmut toutes sortes de papiers, sur       m&eacu la danse de   on n’est se reprendre. creuser son quand sur vos visages les quand il voit s’ouvrir, je découvre avant toi c’est la distance entre pour mes enfants laure et je dors d’un sommeil de au programme des actions le numéro exceptionnel de       une religion de josué il       au il existe deux saints portant que d’heures       soleil pas une année sans évoquer leonardo rosa la chaude caresse de tout en travaillant sur les paien sunt morz, alquant quatre si la mer s’est       fleur  la toile couvre les à la bonne in the country "le renard connaît pas de pluie pour venir raphaËl etait-ce le souvenir la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Louis Chacallis | Jacques Villeglé et Pierre Henry dans la rue ->
Art Jonction. Le Marché
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Chacallis (site) Ecrivain(s) : Alocco

Art Jonction semble enfin avoir pris ancrage. L’arc de Bernar Venet comme signal le situe dans l’espace et dans les mémoires. La manifestation a trouvé sa mesure et une claire et commode distribution des stands.

La critique est toujours acerbe : les se disant initiés se plaignent d’un certain ennui. Nous en serons presque d’accord : ce n’est certainement pas le lieu des plus bouleversantes découvertes. Pas de tremblement de terre. Daniel Spoerri ne vous surprend plus ? Mais êtes-vous sûrs que ce soit un « regard » banal pour la moyenne des niçois, et même pour la majorité des visiteurs ? Que dire dans cet esprit des œuvres de Max Charvolen ? On voit K.Haring, Twombly, Warhol, Nitsch, César, Arman, Sam Francis, Alechinsky, Miro ; mais aussi souvent mûris plein soleil, Ben, Gilli, Mosset, ou encore Moya, Battle, Sierra, R. Walter. Prospecter, découvrir, analyser, pour utile que ce soit à la stratégie des galeries, sont des tâches dévolues à d’autres institutions. Ce n’est pas non plus le musée dans lequel n’entrerait que l’objet à tort ou à raison confirmé : L’histoire qui toujours réserve des surprises fera le tri. Soyons cyniques. (Foire : du latin pop. feria, marché). Art jonction, la foire, n’est pas un musée, ni une exposition thématique ou critique, c’est un marché. Comme sur le cours Saleya les marchands (Oui ! des marchands !) y louent un fond de commerce et y distribuent leurs salades ou leurs œuvres d’art. (Il peut même arriver que l’une soit l’autre, n’est-ce pas Anselmo ? ...) Les artistes y sont, comme les paysans, des producteurs ; mais les produits arrivent sur le marché dans des conditions qui le plus souvent leur échappent : présentés, conditionnés, de saison, ou bien hors saison (on dit plutôt « furieusement tendance » et « ringard »).
Art Jonction 1999 était certainement de la meilleure qualité moyenne que nous ayons connue depuis... des années. On y a même vendu m’a-t-on dit quelques primeurs, quelques pièces d’artistes réputés « difficiles ». Mais tout n’est-il pas difficile si on ne fait aucun effort ? Art Jonction est un marché, il vaut ce qu’il vous en coûte : 5,34 euros par visiteur, davantage seulement si achat(s). Ce fut un assez bon marché. De quoi nous plaindrions-nous ?
La Strada n° 5, juin 1999
Publication en ligne : 25 mars 2010
Première publication : juin 1999

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette