BRIBES EN LIGNE
0 false 21 18 janvier 2002 .traverse station 4 : judas  autre citation"voui onzième antoine simon 10     m2 &nbs dire que le livre est une antoine simon 23 dernier vers aoi   pur ceste espee ai dulor e     &nbs f toutes mes seins isabelle boizard 2005 le géographe sait tout      & l’art n’existe mougins. décembre grande lune pourpre dont les la question du récit 1-nous sommes dehors. dix l’espace ouvert au          en       pass&e et  riche de mes ainsi alfred… dernier vers aoi ( ce texte a montagnesde       bonheu f le feu s’est ils s’étaient       o  pour de j’ai donc dernier vers aoi rimbaud a donc       ma       quinze un nouvel espace est ouvert deuxième trois tentatives desesperees bien sûrla ce texte m’a été neuf j’implore en vain cyclades, iii°         &n dans le train premier bernard dejonghe... depuis la terre a souvent tremblé       l̵ légendes de michel       l̵       force       crabe- très malheureux...       sur mise en ligne d’un d’abord l’échange des       ( dernier vers aoi le geste de l’ancienne, bernadette griot vient de ainsi va le travail de qui je t’ai admiré, dans un coin de nice,  les éditions de   nous sommes le coquillage contre marie-hélène       ton pour mon épouse nicole les installations souvent, la vie est ce bruissement encore une citation“tu 1254 : naissance de pas de pluie pour venir   un vendredi elle réalise des       ruelle       le       soleil et c’était dans vous dites : "un « 8° de quel ennui, mortel pour       arauca   jn 2,1-12 : les dessins de martine orsoni les petites fleurs des vertige. une distance dernier vers aoi titrer "claude viallat,       l̵  tous ces chardonnerets dernier vers aoi madame dans l’ombre des madame a des odeurs sauvages violette cachéeton comme ce mur blanc travail de tissage, dans r.m.a toi le don des cris qui (dans mon ventre pousse une       aujour pas facile d’ajuster le le soleil n’est pas la bouche pure souffrance introibo ad altare       assis le grand combat : c’est pour moi le premier pour philippe   ces sec erv vre ile les dieux s’effacent  dans le livre, le générations madame porte à l’heure de la voici des œuvres qui, le     après autre essai d’un     le cygne sur       va le lent tricotage du paysage    il dernier vers s’il la lecture de sainte       cette deuxième apparition sors de mon territoire. fais des conserves ! l’appel tonitruant du       un cet article est paru pour raphaël si, il y a longtemps, les religion de josué il       bonhe vous deux, c’est joie et  pour le dernier jour le samedi 26 mars, à 15 attention beau carcassonne, le 06 elle disposait d’une deux ce travail vous est la force du corps, dieu faisait silence, mais    regardant pour ma fin première karles se dort cum hume       un souvent je ne sais rien de       embarq dorothée vint au monde       "  improbable visage pendu folie de josuétout est   entrons troisième essai et 1- c’est dans   le texte suivant a merle noir  pour aucun hasard si se f les marques de la mort sur    7 artistes et 1 les plus vieilles     pourquoi       mouett toute trace fait sens. que dernier vers aoi "nice, nouvel éloge de la deux ajouts ces derniers démodocos... Ça a bien un si j’étais un le lourd travail des meules i en voyant la masse aux dans les horizons de boue, de       je me un verre de vin pour tacher dernier vers aoi la liberté de l’être madame est une dans le respect du cahier des  les premières rita est trois fois humble.  hier, 17       vaches       voyage je découvre avant toi le ciel de ce pays est tout pour martine, coline et laure       au bruno mendonça il avait accepté soudain un blanc fauche le cher bernard martin miguel art et et si au premier jour il il faut laisser venir madame première  marcel migozzi vient de g. duchêne, écriture le ce qui aide à pénétrer le pour angelo a la fin il ne resta que des quatre archanges que toi, mésange à à la bonne   l’oeuvre vit son antoine simon 31   pour olivier un soir à paris au       le pour alain borer le 26 la fraîcheur et la la gaucherie à vivre, j’ai donné, au mois leonardo rosa suite du blasphème de ce paysage que tu contemplais "si elle est       longte       dans toutefois je m’estimais à accorde ton désir à ta je m’étonne toujours de la lu le choeur des femmes de au rayon des surgelés     sur la c’est parfois un pays  ce mois ci : sub  martin miguel vient charogne sur le seuilce qui       aux ma chair n’est le 26 août 1887, depuis     chambre si elle est belle ? je  le livre, avec     depuis poussées par les vagues ajout de fichiers sons dans     quand       le nous dirons donc la langue est intarissable       l̵ trois (mon souffle au matin cinquième essai tout ouverture de l’espace on dit qu’agathe  la lancinante   marcel     tout autour sables mes parolesvous       s̵    si tout au long dernier vers aoi dessiner les choses banales il s’appelait       " le coeur du sequence 6   le 1) notre-dame au mur violet clers fut li jurz e li une autre approche de       la écrirecomme on se morz est rollant, deus en ad       object josué avait un rythme nice, le 18 novembre 2004 frères et l’éclair me dure, bribes en ligne a       dans  “la signification qu’est-ce qui est en ce qui importe pour f le feu est venu,ardeur des a grant dulur tendrai puis ici. les oiseaux y ont fait régine robin, merci à marc alpozzo chaises, tables, verres,       six quand vous serez tout antoine simon 20 dernier vers aoi raphaël     faisant la la liberté s’imprime à pour jacky coville guetteurs antoine simon 22 tout le problème       glouss antoine simon 14 madame des forêts de       object v.- les amicales aventures du pour qui veut se faire une clers est li jurz et li dernier vers aoi effleurer le ciel du bout des   1) cette "l’art est-il       cerisi     un mois sans  née à immense est le théâtre et    tu sais al matin, quant primes pert pour robert   saint paul trois mais jamais on ne       descen 13) polynésie       en faisant dialoguer antoine simon 7       pass&e  c’était quatrième essai de       ...mai       la pour gilbert le ciel est clair au travers madame, vous débusquez     vers le soir       m&eacu l’instant criblé autre petite voix antoine simon 3 il souffle sur les collines un tunnel sans fin et, à       marche face aux bronzes de miodrag une fois entré dans la ce qu’un paysage peut dernier vers aoi un homme dans la rue se prend quant carles oït la les premières   maille 1 :que quai des chargeurs de nous serons toujours ces       la pie c’est extrêmement quelques autres après la lecture de station 1 : judas station 7 : as-tu vu judas se ici, les choses les plus dernier vers aoi af : j’entends avez-vous vu la mort d’un oiseau.   on n’est       et tu sixième dans le patriote du 16 mars       le       sur accoucher baragouiner rien n’est les cuivres de la symphonie heureuse ruine, pensait       sur  “s’ouvre       magnol certains soirs, quand je pour julius baltazar 1 le       journ& dans le pain brisé son j’ai changé le   anatomie du m et quel étonnant il ne reste plus que le       nuage nu(e), comme son nom       dans le "patriote", derniers       la station 3 encore il parle dernier vers aoi archipel shopping, la       fourr& antoine simon 26 art jonction semble enfin     son bien sûr, il y eut la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Louis Chacallis | Jacques Villeglé et Pierre Henry dans la rue ->
Art Jonction. Le Marché
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Chacallis (site) Ecrivain(s) : Alocco

Art Jonction semble enfin avoir pris ancrage. L’arc de Bernar Venet comme signal le situe dans l’espace et dans les mémoires. La manifestation a trouvé sa mesure et une claire et commode distribution des stands.

La critique est toujours acerbe : les se disant initiés se plaignent d’un certain ennui. Nous en serons presque d’accord : ce n’est certainement pas le lieu des plus bouleversantes découvertes. Pas de tremblement de terre. Daniel Spoerri ne vous surprend plus ? Mais êtes-vous sûrs que ce soit un « regard » banal pour la moyenne des niçois, et même pour la majorité des visiteurs ? Que dire dans cet esprit des œuvres de Max Charvolen ? On voit K.Haring, Twombly, Warhol, Nitsch, César, Arman, Sam Francis, Alechinsky, Miro ; mais aussi souvent mûris plein soleil, Ben, Gilli, Mosset, ou encore Moya, Battle, Sierra, R. Walter. Prospecter, découvrir, analyser, pour utile que ce soit à la stratégie des galeries, sont des tâches dévolues à d’autres institutions. Ce n’est pas non plus le musée dans lequel n’entrerait que l’objet à tort ou à raison confirmé : L’histoire qui toujours réserve des surprises fera le tri. Soyons cyniques. (Foire : du latin pop. feria, marché). Art jonction, la foire, n’est pas un musée, ni une exposition thématique ou critique, c’est un marché. Comme sur le cours Saleya les marchands (Oui ! des marchands !) y louent un fond de commerce et y distribuent leurs salades ou leurs œuvres d’art. (Il peut même arriver que l’une soit l’autre, n’est-ce pas Anselmo ? ...) Les artistes y sont, comme les paysans, des producteurs ; mais les produits arrivent sur le marché dans des conditions qui le plus souvent leur échappent : présentés, conditionnés, de saison, ou bien hors saison (on dit plutôt « furieusement tendance » et « ringard »).
Art Jonction 1999 était certainement de la meilleure qualité moyenne que nous ayons connue depuis... des années. On y a même vendu m’a-t-on dit quelques primeurs, quelques pièces d’artistes réputés « difficiles ». Mais tout n’est-il pas difficile si on ne fait aucun effort ? Art Jonction est un marché, il vaut ce qu’il vous en coûte : 5,34 euros par visiteur, davantage seulement si achat(s). Ce fut un assez bon marché. De quoi nous plaindrions-nous ?
La Strada n° 5, juin 1999
Publication en ligne : 25 mars 2010
Première publication : juin 1999

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette