aller au sommaire | poursuivre l'errance

MARCEL ALOCCO

Des écritures en Patchwork, tome 2, Art Jonction. Le Marché

© Marcel Alocco
Artiste(s) : Chacallis (site) Ecrivain(s) : Alocco

Art Jonction semble enfin avoir pris ancrage. L’arc de Bernar Venet comme signal le situe dans l’espace et dans les mémoires. La manifestation a trouvé sa mesure et une claire et commode distribution des stands.

La critique est toujours acerbe : les se disant initiés se plaignent d’un certain ennui. Nous en serons presque d’accord : ce n’est certainement pas le lieu des plus bouleversantes découvertes. Pas de tremblement de terre. Daniel Spoerri ne vous surprend plus ? Mais êtes-vous sûrs que ce soit un « regard » banal pour la moyenne des niçois, et même pour la majorité des visiteurs ? Que dire dans cet esprit des œuvres de Max Charvolen ? On voit K.Haring, Twombly, Warhol, Nitsch, César, Arman, Sam Francis, Alechinsky, Miro ; mais aussi souvent mûris plein soleil, Ben, Gilli, Mosset, ou encore Moya, Battle, Sierra, R. Walter. Prospecter, découvrir, analyser, pour utile que ce soit à la stratégie des galeries, sont des tâches dévolues à d’autres institutions. Ce n’est pas non plus le musée dans lequel n’entrerait que l’objet à tort ou à raison confirmé : L’histoire qui toujours réserve des surprises fera le tri. Soyons cyniques. (Foire : du latin pop. feria, marché). Art jonction, la foire, n’est pas un musée, ni une exposition thématique ou critique, c’est un marché. Comme sur le cours Saleya les marchands (Oui ! des marchands !) y louent un fond de commerce et y distribuent leurs salades ou leurs œuvres d’art. (Il peut même arriver que l’une soit l’autre, n’est-ce pas Anselmo ? ...) Les artistes y sont, comme les paysans, des producteurs ; mais les produits arrivent sur le marché dans des conditions qui le plus souvent leur échappent : présentés, conditionnés, de saison, ou bien hors saison (on dit plutôt « furieusement tendance » et « ringard »).
Art Jonction 1999 était certainement de la meilleure qualité moyenne que nous ayons connue depuis... des années. On y a même vendu m’a-t-on dit quelques primeurs, quelques pièces d’artistes réputés « difficiles ». Mais tout n’est-il pas difficile si on ne fait aucun effort ? Art Jonction est un marché, il vaut ce qu’il vous en coûte : 5,34 euros par visiteur, davantage seulement si achat(s). Ce fut un assez bon marché. De quoi nous plaindrions-nous ?
La Strada n° 5, juin 1999
Publication en ligne : 25 mars 2010
Première publication : juin 1999

Pour retrouver "Art Jonction. Le Marché" dans " Au rendez-vous des amis... ", aller à : Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette