BRIBES EN LIGNE
cinquième citationne très malheureux...  dans toutes les rues station 5 : comment   un vendredi merci à marc alpozzo nous savons tous, ici, que le glacis de la mort coupé en deux quand cet univers sans dans le patriote du 16 mars un trait gris sur la    de femme liseuse       vaches ouverture de l’espace ce va et vient entre si grant dol ai que ne elle réalise des des voiles de longs cheveux       sur macles et roulis photo 7 bientôt, aucune amarre la deuxième édition du pour anne slacik ecrire est pour andrée m1       ma mémoire ne peut me       sur À peine jetés dans le       grimpa et…  dits de écoute, josué, macles et roulis photo je reviens sur des       la portrait. 1255 : pour mes enfants laure et et tout avait       la a christiane antoine simon 11         or antoine simon 3 toujours les lettres : mise en ligne certains prétendent couleur qui ne masque pas les oiseaux s’ouvrent fragilité humaine. le géographe sait tout   au milieu de       &agrav c’est une sorte de  avec « a la    7 artistes et 1 l’éclair me dure, f les rêves de ainsi fut pétrarque dans la bouche pure souffrance c’est la distance entre et si tu dois apprendre à       il       sur dernier vers s’il antoine simon 31 l’impossible dernier vers aoi     l’é pour jacky coville guetteurs antoine simon 21   saint paul trois       l̵ maintenant il connaît le l’ami michel       en un inoubliables, les     &nbs d’abord l’échange des "pour tes en introduction à où l’on revient pour jean-marie simon et sa   3   

les il y a tant de saints sur       la les avenues de ce pays polenta dans l’effilé de       six madame est toute et il parlait ainsi dans la premier essai c’est charogne sur le seuilce qui immense est le théâtre et bruno mendonça nous lirons deux extraits de les durand : une ajout de fichiers sons dans   se arbre épanoui au ciel libre de lever la tête (josué avait à propos des grands antoine simon 20 apaches : cet article est paru cette machine entre mes       apr&eg  “... parler une samuelchapitre 16, versets 1 sur l’erbe verte si est j’ai ajouté  pour de rm : nous sommes en tandis que dans la grande tout à fleur d’eaula danse issent de mer, venent as la terre a souvent tremblé       " un temps hors du  improbable visage pendu (dans mon ventre pousse une pour raphaël       deux derniers et  riche de mes de mes deux mains madame, c’est notre       ( il souffle sur les collines ce qui fait tableau : ce on a cru à     faisant la dans ce périlleux       la a la femme au dernier vers aoi epuisement de la salle, il en est des meurtrières. deux ce travail vous est macao grise antoine simon 7 deuxième approche de il faut laisser venir madame madame des forêts de encore la couleur, mais cette troisième essai madame aux rumeurs       à josué avait un rythme 1. il se trouve que je suis une il faut dire les     m2 &nbs (ô fleur de courge...     sur la pente sept (forces cachées qui     un mois sans station 1 : judas       pav&ea sauvage et fuyant comme "si elle est af : j’entends normalement, la rubrique lu le choeur des femmes de   l’oeuvre vit son à cri et à       neige bien sûr, il y eut paien sunt morz, alquant antoine simon 12 l’une des dernières     tout autour quand c’est le vent qui       object présentation du       pourqu       "  dernier salut au dernier vers aoi quel étonnant     de rigoles en et ma foi, faisant dialoguer outre la poursuite de la mise lorsque martine orsoni il pleut. j’ai vu la il n’était qu’un la danse de depuis ce jour, le site "ces deux là se pour maguy giraud et et ces douze (se fait terre se le samedi 26 mars, à 15       montag antoine simon 15 À l’occasion de  ce qui importe pour pour marcel je n’hésiterai       " abstraction voir figuration (de)lecta lucta         embarq je suis       chaque pour pierre theunissen la j’ai changé le       les   on n’est ce 28 février 2002. on peut croire que martine tout en travaillant sur les       s̵       l̵       baie la fonction,   pour le prochain c’est ici, me chaque jour est un appel, une       le le temps passe dans la     pourquoi la brume. nuages accorde ton désir à ta ne pas négocier ne  l’écriture jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi   "le renard connaît je désire un diaphane est le mot (ou normal 0 21 false fal de profondes glaouis madame est une       les villa arson, nice, du 17 f les feux m’ont temps de bitume en fusion sur       marche       la sixième le bulletin de "bribes f qu’il vienne, le feu les grands les amants se morz est rollant, deus en ad madame est la reine des       midi le ciel de ce pays est tout en ceste tere ad estet ja le grand combat : mon travail est une trois (mon souffle au matin cinquième essai tout il arriva que ce n’est pas aux choses       dans a propos de quatre oeuvres de ki mult est las, il se dort nouvelles mises en 1254 : naissance de un tunnel sans fin et, à accoucher baragouiner  il y a le dans un coin de nice, petit matin frais. je te intendo... intendo ! j’ai donc    si tout au long   que signifie je t’ai admiré, mais jamais on ne patrick joquel vient de au rayon des surgelés une errance de vous avez       l̵       ce souvent je ne sais rien de "la musique, c’est le pour michèle aueret       " sur la toile de renoir, les un soir à paris au écrirecomme on se antoine simon 13 préparation des       (       apr&eg (vois-tu, sancho, je suis mes pensées restent lancinant ô lancinant dans l’innocence des suite de     extraire pour frédéric pierre ciel la route de la soie, à pied, dans le monde de cette introibo ad altare temps de pierres dans la dernier vers aoi fin première     les provisions  la lancinante f le feu est venu,ardeur des  tu ne renonceras pas. dentelle : il avait chaises, tables, verres,  pour le dernier jour le 23 février 1988, il quando me ne so itu pe allons fouiller ce triangle 1-nous sommes dehors. à la mémoire de   iv    vers dernier vers aoi (josué avait lentement nous avons affaire à de       bonhe ainsi va le travail de qui se placer sous le signe de paysage de ta tombe  et       soleil       crabe- tout est prêt en moi pour       au s’égarer on il faut aller voir antoine simon 30        la toile couvre les il ne s’agit pas de       " ...et poème pour pas même dernier vers aoi “dans le dessin passet li jurz, si turnet a       je me il n’y a pas de plus antoine simon 14 sors de mon territoire. fais temps où les coeurs     [1]        dans errer est notre lot, madame, merci au printemps des la pureté de la survie. nul quand vous serez tout ço dist li reis : station 7 : as-tu vu judas se la question du récit macles et roulis photo 6 …presque vingt ans plus     oued coulant (elle entretenait       enfant       apparu    en l’évidence et te voici humanité envoi du bulletin de bribes  hors du corps pas onze sous les cercles pour andré villers 1) janvier 2002 .traverse ensevelie de silence, si j’avais de son       pav&ea tromper le néant  marcel migozzi vient de rien n’est plus ardu     les fleurs du       dernier vers aoi mesdames, messieurs, veuillez quelques autres un titre : il infuse sa ils sortent la galerie chave qui six de l’espace urbain,   pour olivier du bibelot au babilencore une les parents, l’ultime       la il en est des noms comme du peinture de rimes. le texte       deux     à l’illusion d’une       sabots la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Alocco, Marcel > Des écritures en Patchwork, tome 2

MARCEL ALOCCO

<- Poèmes qu’on jette | Péchez Anchise, lecteur ->
Bruno Peinado
© Marcel Alocco
Artiste(s) : Peinado Ecrivain(s) : Alocco

Les installations souvent, pour citer à l’envers Pierre Restany bricolages sans génie, sont prétextes à discours qui ne tiennent que rarement leurs promesses. Les « basses résolutions » de Bruno Peinado sont en ceci remarquables qu’elles donnent à la Galerie (Françoise Vigna, 8 rue Delille, Nice) un climat, une approche des techniques de communication actuelles prises au sérieux avec humour. On attend le prochain message.

 
La Strada n°10 décembre 1999
 

 

Publication en ligne : 26 mars 2010
Première publication : décembre 1999

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette