BRIBES EN LIGNE
      sous ...et poème pour       &ccedi zacinto dove giacque il mio antoine simon 6 la mort, l’ultime port, c’était une ce qui importe pour juste un     quand       ton les petites fleurs des dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le la vie humble chez les mon travail est une voici l’une de nos plus comme ce mur blanc morz est rollant, deus en ad à cri et à il existe deux saints portant       jonath clers fut li jurz e li générations (en regardant un dessin de       " des quatre archanges que       sur le soleil n’est pas onze sous les cercles   saint paul trois imagine que, dans la       journ& non, björg, la mort d’un oiseau. pour julius baltazar 1 le <img852|left> forest ce paysage que tu contemplais rêve, cauchemar, a claude b.   comme rafale n° 10 ici juste un mot pour annoncer la communication est temps de cendre de deuil de je rêve aux gorges   en grec, morías souvent je ne sais rien de       arauca rossignolet tu la cinq madame aux yeux m1       pour michèle le bulletin de "bribes marcel alocco a agnus dei qui tollis peccata 1254 : naissance de premier essai c’est ki mult est las, il se dort deuxième approche de antoine simon 12 ils sortent si j’étais un       fourmi deux ajouts ces derniers de pareïs li seit la madame chrysalide fileuse ….omme virginia par la r.m.a toi le don des cris qui la route de la soie, à pied,   entrons tu le sais bien. luc ne 0 false 21 18 13) polynésie       dans et te voici humanité     sur la intendo... intendo !   on n’est       la sixième    de femme liseuse (de)lecta lucta   pour helmut des voiles de longs cheveux jouer sur tous les tableaux le travail de miguel, de 1968 le recueil de textes reprise du site avec la je suis occupé ces       ma dernier vers aoi  pour le dernier jour ainsi alfred… vedo la luna vedo le       " vi.- les amicales aventures j’ai changé le       le bribes en ligne a li emperere s’est f les feux m’ont paroles de chamantu c’est extrêmement art jonction semble enfin rafale n° 6 just do   l’oeuvre vit son     le cygne sur     après d’un côté derniers vers sun destre passet li jurz, la noit est (elle entretenait le corps encaisse comme il diaphane est le sequence 6   le la prédication faite    tu sais     du faucon       longte immense est le théâtre et ma voix n’est plus que  mise en ligne du texte       avant accorde ton désir à ta antoine simon 13 "mais qui lit encore le antoine simon 3 encore la couleur, mais cette et tout avait    regardant macles et roulis photo  epître aux constellations et       ce  ce mois ci : sub sors de mon territoire. fais       la     &nbs guetter cette chose l’impression la plus là, c’est le sable et c’est un peu comme si, écoute, josué, le texte qui suit est, bien autre essai d’un dernier vers aoi en ceste tere ad estet ja attention beau     chambre les plus terribles mm oui, ce qui est troublant       l̵       au nice, le 18 novembre 2004  hors du corps pas quelque temps plus tard, de       magnol il en est des meurtrières. iv.- du livre d’artiste       marche les cuivres de la symphonie la tentation du survol, à quand les mots À la loupe, il observa le tissu d’acier f qu’il vienne, le feu heureuse ruine, pensait soudain un blanc fauche le ajout de fichiers sons dans quand vous serez tout    nous dix l’espace ouvert au ce 28 février 2002. les avenues de ce pays miguel a osé habiter le travail de bernard il en est des noms comme du dans un coin de nice, au matin du             le je découvre avant toi       entre « voici dernier vers aoi tous feux éteints. des granz est li calz, si se mult ben i fierent franceis e un soir à paris au       le       o  les premières tromper le néant le coquillage contre le lent tricotage du paysage       m̵ sur l’erbe verte si est     faisant la deuxième rupture : le       le c’est le grand comme une suite de en 1958 ben ouvre à     son rafale n° 7 un li quens oger cuardise vous avez quand c’est le vent qui comme c’est dernier vers aoi marché ou souk ou qu’est-ce qui est en janvier 2002 .traverse rafale       va le glacis de la mort       apr&eg 10 vers la laisse ccxxxii pour andrée       entre pour pierre theunissen la       je la main saisit pure forme, belle muette,       montag douce est la terre aux yeux les plus vieilles   adagio   je       " une autre approche de       et " je suis un écorché vif. la réserve des bribes pour martin       bonhe j’arrivais dans les on dit qu’agathe antoine simon 5 les lettres ou les chiffres en introduction à je n’ai pas dit que le   anatomie du m et toi, mésange à après la lecture de la mastication des     "  le "musée       enfant mieux valait découper mult est vassal carles de attelage ii est une œuvre antoine simon 15 pas facile d’ajuster le       mouett j’ai travaillé antoine simon 33       su       baie  née à pour andré de sorte que bientôt ouverture d’une printemps breton, printemps voici le texte qui ouvre s’ouvre la o tendresses ô mes difficile alliage de grant est la plaigne e large la légende fleurie est       banlie f le feu m’a antoine simon 2 « 8° de  le grand brassage des f tous les feux se sont pour alain borer le 26    courant lorsqu’on connaît une je n’hésiterai je ne peins pas avec quoi, tout le problème pour lee il avait accepté sculpter l’air :   d’un coté, fontelucco, 6 juillet 2000 trois (mon souffle au matin sa langue se cabre devant le où l’on revient un temps hors du     rien       fleur les routes de ce pays sont antoine simon 28     vers le soir démodocos... Ça a bien un     ton seul dans la rue je ris la       pour percey priest lakesur les une errance de grande lune pourpre dont les est-ce parce que, petit, on nous lirons deux extraits de folie de josuétout est la fraîcheur et la et il parlait ainsi dans la alocco en patchworck © et  riche de mes dans les carnets clere est la noit e la  “ce travail qui vous n’avez il existe au moins deux ils s’étaient pas une année sans évoquer tes chaussures au bas de « e ! malvais       je sables mes parolesvous  monde rassemblé l’éclair me dure, iloec endreit remeint li os c’est une sorte de       pourqu  “s’ouvre pour qui veut se faire une torna a sorrento ulisse torna tout est possible pour qui       chaque un jour, vous m’avez pour maguy giraud et rare moment de bonheur, pas de pluie pour venir beaucoup de merveilles       fourr&       force le proche et le lointain   jn 2,1-12 : raphaËl pour jean-louis cantin 1.- "l’art est-il 1) la plupart de ces allons fouiller ce triangle dernier vers aoi dans ce périlleux des voix percent, racontent titrer "claude viallat, ce pays que je dis est j’oublie souvent et l’existence n’est peinture de rimes. le texte bernadette griot vient de ce va et vient entre le géographe sait tout l’une des dernières pour robert a la fin il ne resta que la liberté s’imprime à   marcel  de la trajectoire de ce f les marques de la mort sur la deuxième édition du quand les couleurs voudrais je vous able comme capable de donner   je ne comprends plus comment entrer dans une       l̵ dernier vers aoi j’ai relu daniel biga,       sur je suis bien dans       voyage la littérature de       bruyan toute trace fait sens. que descendre à pigalle, se       fleure nu(e), comme son nom     dans la ruela       ( le passé n’est quel ennui, mortel pour napolì napolì autre citation"voui c’est la chair pourtant je désire un jusqu’à il y a dernier vers aoi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- A l’étrangère | Loriotte du pays des merveilles ->
Dans les couleurs du froid
© Alain Freixe
Artiste(s) : Lobet Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie








 

 

 

 

 

 

 

le froid

sa ligne sombre rompt

la neige d’avec le ciel

 

 

tout se tient

pourtant

par les bords

effet de bande noire

contre le blanc

ligne frontière

lisières déchirées

 

 

le bleu reste au loin

deviné

plus que vu

 

 

et dans le gris

qui flotte

au-dessus des arbres

depuis les bas remontent

des corbeaux

 

 

l’ombre de leurs ailes

affole la neige

l’emporte et la renvoie

en averses

que coud

le froid

 

 

 

ainsi se fait le monde

sa survie d’image

douée

de lointaines lueurs

 

 

   vois la neige

 

 

   vois comme

   serrées

par vagues

ses diagonales

installent la maison

dans ses pierres

 

 

les arbres

dans leur bois

 

 

la terre

dans ses rondeurs

et ses rêves

de ciel

 

 

 

l’hiver

dans son encre

ses écarts

ses charnières

ses traînées

ébréchées de lumière

 

 

des noirs

non

 

 

des champs de neige

la nuit

et la caresse violente

des étoiles

 

 

P.-S.

Dans les couleurs du froid a été publié à 99 exemplaires avec deux aquarelles de Robert Lobet aux éditions de la Margeride en mars 2010

Publication en ligne : 1er avril 2010
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette