BRIBES EN LIGNE
 tu ne renonceras pas.       fourr& le samedi 26 mars, à 15       object antoine simon 31 dans ma gorge portrait. 1255 : il ne sait rien qui ne va outre la poursuite de la mise l’éclair me dure, ...et poème pour c’est seulement au       aux       sur "si elle est la rencontre d’une josué avait un rythme       l̵       au mouans sartoux. traverse de j’ai ajouté ce qu’un paysage peut il s’appelait À max charvolen et nice, le 18 novembre 2004       au sculpter l’air : un jour, vous m’avez la tentation du survol, à pour ma       sur le deuxième       dans       ce 0 false 21 18 noble folie de josué, le glacis de la mort antoine simon 25 le 15 mai, à descendre à pigalle, se  “ce travail qui         &n ce texte m’a été certains prétendent       dans les installations souvent, sous l’occupation tant pis pour eux. iloec endreit remeint li os       et tu quand les eaux et les terres une fois entré dans la ] heureux l’homme travail de tissage, dans encore la couleur, mais cette tes chaussures au bas de pour raphaël madame déchirée able comme capable de donner li emperere s’est dernier vers aoi       reine 0 false 21 18 religion de josué il antoine simon 3 f les marques de la mort sur coupé le sonà   la production le galop du poème me   né le 7 d’un côté onzième deuxième suite nous savons tous, ici, que ne pas négocier ne       vaches si j’étais un merci au printemps des antoine simon 20 je suis occupé ces À peine jetés dans le "ces deux là se       droite la deuxième édition du autre citation"voui le bulletin de "bribes quel ennui, mortel pour       enfant chercher une sorte de raphaËl     ton dernier vers aoi       &eacut toi, mésange à antoine simon 10     tout autour "nice, nouvel éloge de la       marche depuis le 20 juillet, bribes douce est la terre aux yeux deux mille ans nous trois (mon souffle au matin    7 artistes et 1 qu’est-ce qui est en antoine simon 28 pour m.b. quand je me heurte tout est possible pour qui temps de bitume en fusion sur vous avez pour jean-marie simon et sa accoucher baragouiner quel étonnant dernier vers aoi si, il y a longtemps, les sables mes parolesvous ma chair n’est voici des œuvres qui, le le scribe ne retient     longtemps sur madame est une torche. elle equitable un besoin sonnerait là, c’est le sable et ce qui fait tableau : ce grant est la plaigne e large dernier vers aoi antoine simon 9       b&acir les routes de ce pays sont  c’était la littérature de la mort d’un oiseau. à  un livre écrit  référencem tous ces charlatans qui soudain un blanc fauche le la vie humble chez les  epître aux « 8° de       la       les pour pierre theunissen la guetter cette chose       pass&e dernier vers aoi la vie est ce bruissement une il faut dire les madame chrysalide fileuse       le À l’occasion de 7) porte-fenêtre a la fin il ne resta que cyclades, iii° 13) polynésie granz est li calz, si se             au huit c’est encore à marcel alocco a chaque automne les       l̵ dernier vers aoi archipel shopping, la antoine simon 22 li quens oger cuardise bel équilibre et sa pour jean marie je reviens sur des la fonction, le 23 février 1988, il toute une faune timide veille       dans nécrologie grande lune pourpre dont les abu zayd me déplait. pas printemps breton, printemps     sur la tous feux éteints. des pierre ciel li emperere par sa grant bientôt, aucune amarre 1 la confusion des traquer karles se dort cum hume toutes sortes de papiers, sur il arriva que c’est la chair pourtant souvent je ne sais rien de  pour le dernier jour montagnesde aux george(s) (s est la où l’on revient       descen ce n’est pas aux choses percey priest lakesur les       sur 5) triptyque marocain       ( allons fouiller ce triangle que reste-t-il de la rien n’est premier essai c’est il avait accepté edmond, sa grande la musique est le parfum de Ç’avait été la 0 false 21 18   encore une le recueil de textes premier vers aoi dernier o tendresses ô mes dans les hautes herbes deuxième approche de       le  marcel migozzi vient de quand il voit s’ouvrir, f qu’il vienne, le feu     un mois sans dernier vers aoi       &n     à     pourquoi       le       va deuxième apparition de       les       ( « e ! malvais epuisement de la salle,  je signerai mon antoine simon 26 f dans le sourd chatoiement chairs à vif paumes ainsi va le travail de qui avant dernier vers aoi passet li jurz, la noit est l’instant criblé bien sûrla la prédication faite dire que le livre est une et encore  dits laure et pétrarque comme  la lancinante c’est la peur qui fait       fleure cette machine entre mes    il tout le problème à sylvie bal kanique c’est spectacle de josué dit antoine simon 11 le numéro exceptionnel de ses mains aussi étaient troisième essai et le lent déferlement       pav&ea cet article est paru    courant     l’é toutes ces pages de nos  il y a le le travail de bernard toujours les lettres : patrick joquel vient de et il fallait aller debout  l’écriture   je n’ai jamais générations antoine simon 7 dernier vers aoi lorsqu’on connaît une pour robert 1) notre-dame au mur violet macles et roulis photo 3  ce mois ci : sub intendo... intendo ! dans les écroulements f j’ai voulu me pencher       en un       la dans le patriote du 16 mars       juin       dans pour alain borer le 26       vu pour mon épouse nicole   ces sec erv vre ile   anatomie du m et moisissures mousses lichens (de)lecta lucta         arauca   on n’est fin première je n’ai pas dit que le je suis celle qui trompe       " ço dist li reis : nous viendrons nous masser ils avaient si longtemps, si dans l’effilé de le temps passe si vite, au rayon des surgelés pour helmut ici. les oiseaux y ont fait ainsi fut pétrarque dans la liberté de l’être me la légende fleurie est première j’écoute vos       apr&eg les doigts d’ombre de neige on trouvera la video rimbaud a donc de proche en proche tous que d’heures d’ eurydice ou bien de (vois-tu, sancho, je suis juste un janvier 2002 .traverse a la libération, les   pour le prochain ne faut-il pas vivre comme  au mois de mars, 1166       allong       le nous serons toujours ces se placer sous le signe de  les trois ensembles de la si grant dol ai que ne raphaël max charvolen, martin miguel       s̵ dans le monde de cette l’impression la plus       aujour envoi du bulletin de bribes la poésie, à la   pour olivier       voyage comme c’est l’ami michel onze sous les cercles     chant de la terre a souvent tremblé au commencement était j’ai longtemps dernier vers aoi le temps passe dans la dans ce périlleux dernier vers aoi l’heure de la       l̵       le pour le prochain basilic, (la  au travers de toi je    regardant madame des forêts de et il parlait ainsi dans la charogne sur le seuilce qui le franchissement des tout mon petit univers en a supposer quece monde tienne le vieux qui "la musique, c’est le rare moment de bonheur, carles li reis en ad prise sa il en est des meurtrières.   le 10 décembre décembre 2001. temps où les coeurs au labyrinthe des pleursils clers est li jurz et li       glouss ce qui importe pour quelques textes même si    en (ô fleur de courge... dans la caverne primordiale quai des chargeurs de vos estes proz e vostre c’est pour moi le premier dieu faisait silence, mais       grappe villa arson, nice, du 17 pas une année sans évoquer dernier vers aoi l’illusion d’une       ruelle la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Il semble possible... | C’est une sorte de patience... ->
Je déambule...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Je déambule et suis confirmé d’être au monde et de le ressentir, et de dialoguer avec lui.

 
Dans un coin de campagne reclus, c’est l’écorce des chênes-liège, le parfum du laurier rose, et la couleur d’un ciel d’été après une journée de canicule ; et ce que j’ignore encore, c’est-à-dire tout. Cette soirée, avec cet arrangement du monde qui ne m’attend pas, cet inconnu si familier, et la joie d’être revenu si loin, remonté dans le cours du temps, vers la jeunesse qui disparaissait au moment même de son émergence, engloutie dans son propre cours, disparue dans son présent intense, cette jeunesse de solitude, quand je naissais à chaque pas.
 
L’intuition me maintient dans un état anxieux, elle construit sa maison en moi. Ce qui lui est favorable émerge dans le plus commun, le plus quotidien.

 

Publication en ligne : 11 avril 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette