BRIBES EN LIGNE
travail de tissage, dans       ce       chaque       en tous feux éteints. des       vaches antoine simon 12 pur ceste espee ai dulor e au programme des actions de proche en proche tous cliquetis obscène des le lent tricotage du paysage       la       fourr& la musique est le parfum de       l̵       à raphaËl raphaël dernier vers doel i avrat, faisant dialoguer       la ce texte se présente       le paysage de ta tombe  et     de rigoles en ki mult est las, il se dort bernard dejonghe... depuis d’ eurydice ou bien de si tu es étudiant en 13) polynésie petites proses sur terre (josué avait lentement c’est parfois un pays macles et roulis photo 4 grande lune pourpre dont les antoine simon 26 deux nouveauté, références : xavier dernier vers aoi quando me ne so itu pe   en grec, morías tant pis pour eux. bientôt, aucune amarre tout est possible pour qui et si tu dois apprendre à granz est li calz, si se dans les carnets af : j’entends se reprendre. creuser son  hors du corps pas     un mois sans le temps passe dans la       sur le envoi du bulletin de bribes sa langue se cabre devant le sors de mon territoire. fais “dans le dessin dessiner les choses banales ma chair n’est       la vous êtes       devant 1254 : naissance de     double       la pie pour julius baltazar 1 le       baie très saintes litanies accorde ton désir à ta je n’hésiterai pour andré napolì napolì madame des forêts de j’ai parlé 1 la confusion des sur la toile de renoir, les si, il y a longtemps, les madame, on ne la voit jamais journée de derniers vers sun destre bribes en ligne a je ne sais pas si branches lianes ronces thème principal : dernier vers aoi       la pour jean gautheronle cosmos       l̵     [1]        quand je dors d’un sommeil de marché ou souk ou c’est un peu comme si, les enseignants : (À l’église lorsqu’on connaît une les petites fleurs des la poésie, à la je suis a toi le don des cris qui l’impression la plus la fraîcheur et la après la lecture de quand vous serez tout bribes en ligne a vedo la luna vedo le immense est le théâtre et la littérature de       coude  le livre, avec       mouett   dits de       en merci à la toile de     pluie du nice, le 30 juin 2000 "mais qui lit encore le Éléments - le 26 août 1887, depuis mon cher pétrarque, dernier vers que mort       au suite de   un vendredi   tout est toujours en vous avez autres litanies du saint nom que reste-t-il de la agnus dei qui tollis peccata     longtemps sur assise par accroc au bord de essai de nécrologie, "le renard connaît suite du blasphème de au rayon des surgelés       &agrav f le feu est venu,ardeur des lorsque martine orsoni violette cachéeton         &n mesdames, messieurs, veuillez a grant dulur tendrai puis pure forme, belle muette, tout mon petit univers en       pass&e vous n’avez   encore une antoine simon 19 j’ai travaillé     tout autour  hier, 17  le grand brassage des martin miguel art et  un livre écrit deux ce travail vous est deuxième suite macao grise j’ai ajouté des conserves ! dans les horizons de boue, de antoine simon 10 rm : d’accord sur (en regardant un dessin de   (dans le quand nous rejoignons, en  les éditions de aucun hasard si se de tantes herbes el pre  de la trajectoire de ce ce qui importe pour prenez vos casseroles et au seuil de l’atelier  mise en ligne du texte       entre       la antoine simon 21 quand c’est le vent qui quatre si la mer s’est madame, vous débusquez   le 10 décembre coupé en deux quand       la de pareïs li seit la dimanche 18 avril 2010 nous in the country le nécessaire non villa arson, nice, du 17 sables mes parolesvous seins isabelle boizard 2005 de mes deux mains de la etait-ce le souvenir cette machine entre mes comme ce mur blanc   nous sommes ainsi va le travail de qui       ( heureuse ruine, pensait buttati ! guarda&nbs attendre. mot terrible. attendre. mot terrible.       deux       apr&eg nous avons affaire à de on cheval   jn 2,1-12 : à la bonne  ce mois ci : sub giovanni rubino dit j’ai perdu mon       longte la fraîcheur et la a supposer quece monde tienne       deux         or abstraction voir figuration torna a sorrento ulisse torna la question du récit tendresse du mondesi peu de  “... parler une  de même que les il en est des noms comme du antoine simon 9 exode, 16, 1-5 toute poème pour les durand : une antoine simon 29 equitable un besoin sonnerait       grappe pour raphaël       b&acir madame déchirée deuxième lu le choeur des femmes de   entrons lentement, josué  marcel migozzi vient de les amants se si grant dol ai que ne les routes de ce pays sont le glacis de la mort antoine simon 6 il faut aller voir ce qui fascine chez de pa(i)smeisuns en est venuz     extraire qu’est-ce qui est en de profondes glaouis     m2 &nbs alocco en patchworck ©       le je ne peins pas avec quoi, « amis rollant, de en 1958 ben ouvre à certains prétendent ainsi alfred… dans le train premier madame chrysalide fileuse leonardo rosa beaucoup de merveilles Être tout entier la flamme laure et pétrarque comme à cri et à ce 28 février 2002. c’est la chair pourtant rien n’est plus ardu rêves de josué, je t’enfourche ma cinquième essai tout elle ose à peine       jonath nice, le 18 novembre 2004   si vous souhaitez reprise du site avec la     faisant la samuelchapitre 16, versets 1 régine robin, antoine simon 11 (ô fleur de courge... dans les rêves de la   ces notes bernadette griot vient de toutes ces pages de nos ajout de fichiers sons dans quelque temps plus tard, de       st « e ! malvais able comme capable de donner  avec « a la à propos “la    nous avec marc, nous avons     nous pour m.b. quand je me heurte station 3 encore il parle je serai toujours attentif à je ne saurais dire avec assez       le       dans aux barrières des octrois et ma foi, i en voyant la masse aux le geste de l’ancienne, eurydice toujours nue à       dans       crabe- attention beau je reviens sur des   pour olivier      & religion de josué il la vie est ce bruissement de l’autre  la toile couvre les 1-nous sommes dehors. station 7 : as-tu vu judas se dans l’effilé de il souffle sur les collines "pour tes autre citation"voui station 1 : judas j’écoute vos antoine simon 13 ….omme virginia par la o tendresses ô mes       pourqu tu le saiset je le vois f le feu s’est fontelucco, 6 juillet 2000 de toutes les pour daniel farioli poussant dorothée vint au monde les textes mis en ligne       je on peut croire que martine antoine simon 22 non... non... je vous assure, dont les secrets… à quoi présentation du f les feux m’ont le proche et le lointain moi cocon moi momie fuseau     au couchant il y a dans ce pays des voies       neige il arriva que carles li reis en ad prise sa je n’ai pas dit que le       la       l̵       au dans le pays dont je vous c’est seulement au deux ajouts ces derniers printemps breton, printemps je sais, un monde se "tu sais ce que c’est       fleure encore une citation“tu f les rêves de premier vers aoi dernier       enfant       ton   maille 1 :que l’instant criblé il en est des meurtrières.     une abeille de  tu ne renonceras pas.   pour le prochain madame aux rumeurs merci au printemps des       gentil "l’art est-il écrirecomme on se vous avez les avenues de ce pays un jour, vous m’avez   3   

les on préparait cet univers sans c’est le grand  les premières un soir à paris au       cerisi tout à fleur d’eaula danse la galerie chave qui       le c’est une sorte de  je signerai mon pour alain borer le 26 bruno mendonça il ne reste plus que le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Je reviens sur des éléments très doux | Guetter cette chose ->
Mes pensées restent orientées...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Mes pensées restent orientées vers ce que j’ignore, et demeurent muettes au milieu de ce que je soupçonne. J’espère un moyen pour consigner quelque révélation. Celle-ci opère sans travail, sans effort. Elle viendra d’avoir maintenu cette vigilance aveugle, cette attente sans méthode, cette stase sans règles.

 
Je prends quelques notes de ou à propos de ceci. Ce pourrait être aussi bien « pour » ou « avec » ; peut-être la révélation se tient-elle, ou plutôt se fait au cours du temps infime de ce mot : « pour » , « avec » ou encore moins, « de », l’attributif de quelque chose, ou quelque chose de quelque chose. Ce presque rien est trace de cet accès de l’invu, du non su, de l’invécu qui entre dans la conscience. Peu suffit, et trop le tuerait.
 
Avec la part de soi, muette, invisible, rebelle à toute directive, mais opérante dans les détails cruciaux de la vie, quand elle paresse ou elle contemple. On doit faire le tour de soi avec des mots et des gestes qui jusque-là n‘ont pas été faits - pour pressentir cete part, la deviner, au moins se mettre en quête de son secret, et lui faire le chemin, lui entrouvrir la porte. Cette part fera trace et sens dans la parole, pour changer ce qui était devant nous, le transmuter en ce qu’il attendait d’être.
Publication en ligne : 2 mai 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette