BRIBES EN LIGNE
rien n’est générations f les rêves de       reine       deux     vers le soir la vie est dans la vie. se  dans toutes les rues quel ennui, mortel pour  il est des objets sur les petites fleurs des cinq madame aux yeux       l̵ autre essai d’un derniers rare moment de bonheur, traquer ensevelie de silence, "pour tes la fraîcheur et la       la pie raphaël on peut croire que martine où l’on revient le lent déferlement       en régine robin,       devant       longte r.m.a toi le don des cris qui alocco en patchworck © " je suis un écorché vif. outre la poursuite de la mise pour angelo quatrième essai de in the country passent .x. portes,   pour théa et ses c’est la peur qui fait antoine simon 20 quel étonnant  un livre écrit printemps breton, printemps "tu sais ce que c’est de pa(i)smeisuns en est venuz       dans l’attente, le fruit dernier vers aoi antoine simon 10   maille 1 :que paien sunt morz, alquant là, c’est le sable et au seuil de l’atelier o tendresses ô mes   six formes de la reprise du site avec la 0 false 21 18 pour andré villers 1)       six la deuxième édition du 13) polynésie le lourd travail des meules la brume. nuages intendo... intendo ! des quatre archanges que f j’ai voulu me pencher macles et roulis photo 1 première les grands morz est rollant, deus en ad       ...mai       pour       dans       le la vie humble chez les     depuis       ce bel équilibre et sa "l’art est-il je ne peins pas avec quoi, j’entends sonner les         or i en voyant la masse aux décembre 2001. ouverture de l’espace douze (se fait terre se rm : nous sommes en quando me ne so itu pe neuf j’implore en vain       m̵   le 10 décembre tout est prêt en moi pour pur ceste espee ai dulor e on trouvera la video rita est trois fois humble. ( ce texte a       pass&e ce jour là, je pouvais       je ainsi alfred… “le pinceau glisse sur giovanni rubino dit       quand karles se dort cum hume  c’était nos voix madame déchirée de la "mais qui lit encore le macles et roulis photo dans les carnets « 8° de la terre a souvent tremblé  de même que les carissimo ulisse,torna a     [1]  ce texte se présente quand nous rejoignons, en antoine simon 3 il y a des objets qui ont la       le 1 la confusion des les installations souvent, iv.- du livre d’artiste troisième essai       voyage     chant de       voyage bruno mendonça       neige nous viendrons nous masser travail de tissage, dans       le ce qui aide à pénétrer le     oued coulant vous êtes de tantes herbes el pre dernier vers aoi mille fardeaux, mille       fleur       allong mult est vassal carles de dont les secrets… à quoi       pav&ea martin miguel art et dans le pain brisé son le proche et le lointain c’est extrêmement a l’aube des apaches, madame est une torche. elle       l̵ lancinant ô lancinant des voix percent, racontent quand les eaux et les terres    courant v.- les amicales aventures du il y a tant de saints sur       je non, björg,       " je sais, un monde se il faut aller voir madame chrysalide fileuse       assis béatrice machet vient de  ce qui importe pour pour andrée l’heure de la mon cher pétrarque, antoine simon 13 “dans le dessin pour michèle gazier 1 me le "patriote", j’aime chez pierre quant carles oït la madame porte à antoine simon 23 antoine simon 31       entre l’évidence quelque temps plus tard, de pour michèle aux barrières des octrois si, il y a longtemps, les "nice, nouvel éloge de la ce poème est tiré du       reine le temps passe dans la le recueil de textes nice, le 18 novembre 2004   un vendredi s’égarer on a claude b.   comme       à 1) la plupart de ces moisissures mousses lichens  martin miguel vient l’ami michel « pouvez-vous madame des forêts de  référencem le coquillage contre       la antoine simon 19 dernier vers aoi madame est toute etait-ce le souvenir tandis que dans la grande lorsqu’on connaît une       sous j’ai en réserve clers fut li jurz e li quelques autres À l’occasion de    7 artistes et 1       " il ne s’agit pas de       é jouer sur tous les tableaux trois (mon souffle au matin samuelchapitre 16, versets 1 le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi   à cri et à       alla    tu sais deux ce travail vous est il tente de déchiffrer, pas facile d’ajuster le c’est pour moi le premier le vieux qui les plus vieilles       ce   le texte suivant a       &ccedi    seule au libre de lever la tête six de l’espace urbain, le 15 mai, à rêves de josué,       rampan li emperere s’est pour martine, coline et laure  “s’ouvre au commencement était   dits de la fraîcheur et la de sorte que bientôt a propos de quatre oeuvres de pour alain borer le 26 ce jour-là il lui deuxième essai le antoine simon 22 un jour nous avons je désire un       sur tendresses ô mes envols ne pas négocier ne       d&eacu   je n’ai jamais c’est le grand sous l’occupation leonardo rosa clquez sur mais non, mais non, tu À max charvolen et dernier vers aoi mult ben i fierent franceis e toutefois je m’estimais 1) notre-dame au mur violet       retour  on peut passer une vie macles et roulis photo 4 dernier vers aoi le samedi 26 mars, à 15 l’illusion d’une il n’y a pas de plus la gaucherie à vivre, les dernières     les fleurs du       apparu marie-hélène zacinto dove giacque il mio   je ne comprends plus comme ce mur blanc "ces deux là se il ne reste plus que le   marcel       ruelle allons fouiller ce triangle       au rimbaud a donc et ces       une comme c’est dernier vers aoi j’ai donné, au mois       b&acir une il faut dire les       un     pourquoi ils sortent deuxième suite dernier vers aoi vertige. une distance la lecture de sainte     le pour jean-louis cantin 1.- diaphane est le mot (ou autre petite voix rien n’est plus ardu       l̵ la liberté s’imprime à       o pour martin siglent a fort e nagent e avec marc, nous avons     surgi le geste de l’ancienne, j’oublie souvent et certains prétendent       parfoi       l̵       s̵ les dieux s’effacent le ciel de ce pays est tout dernier vers s’il       object le 2 juillet    regardant le texte qui suit est, bien bien sûrla à propos “la       object antoine simon 33 ma voix n’est plus que les enseignants : les premières       l̵ villa arson, nice, du 17  la lancinante dernier vers aoi       j̵ vous dites : "un À max charvolen et martin et c’était dans le numéro exceptionnel de ce paysage que tu contemplais epuisement de la salle, on cheval equitable un besoin sonnerait       st iloec endreit remeint li os       descen tout est possible pour qui   pour le prochain station 4 : judas  le glacis de la mort    en et je vois dans vos dernier vers aoi attention beau sixième   jn 2,1-12 : la route de la soie, à pied, ce qui fascine chez "si elle est la cité de la musique (la numérotation des madame est la reine des quand vous serez tout       au je n’ai pas dit que le si j’avais de son noble folie de josué, vos estes proz e vostre       montag 7) porte-fenêtre mesdames, messieurs, veuillez langues de plomba la gardien de phare à vie, au le lent tricotage du paysage vi.- les amicales aventures i mes doigts se sont ouverts carmelo arden quin est une Ç’avait été la f le feu est venu,ardeur des à sylvie antoine simon 27 la langue est intarissable tous ces charlatans qui l’erbe del camp, ki ils s’étaient pour mes enfants laure et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Éphéméride

Patrick Joquel

<- LEGER | 25 avril 2010 ->
éphémère 05
© Patrick Joquel
Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

constellations et planètes jonglent avec l’espace. Et le temps. Quelques rotations. Et s’en vont dans l’oubli. Ce point noir qui nous arrête. Nous suspend ou bien nous interroge. En fin de phrase. Dans le silence ; Les mots aussi parfois s’échappent. Sans doute ont-ils d’autres orques à croquer. Je traverse alors la nuit. Les yeux plus ou moins ouverts. Le rêve en bandoulière. Drôle de nomade

 
Publication en ligne : 14 avril 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette