BRIBES EN LIGNE
lu le choeur des femmes de références : xavier       &agrav régine robin,     de rigoles en langues de plomba la       &agrav le soleil n’est pas n’ayant pas la fraîcheur et la À max charvolen et       les j’arrivais dans les ma chair n’est une il faut dire les clere est la noit e la souvent je ne sais rien de       dans ainsi alfred… ils sortent (ô fleur de courge...     à mille fardeaux, mille reflets et echosla salle bruno mendonça    il errer est notre lot, madame, pas une année sans évoquer la liberté de l’être la vie humble chez les dernier vers aoi madame est une torche. elle cet article est paru       &n on a cru à   un dans ce pays ma mère    au balcon glaciation entre a l’aube des apaches, lorsqu’on connaît une antoine simon 20 l’existence n’est traquer et encore  dits   je n’ai jamais samuelchapitre 16, versets 1 et ces pour ma       l̵ douze (se fait terre se quand il voit s’ouvrir, diaphane est le encore une citation“tu       dans on peut croire que martine       l̵  les premières 1254 : naissance de ce qui aide à pénétrer le       coude   saint paul trois viallat © le château de thème principal : "le renard connaît antoine simon 33       apparu " je suis un écorché vif. il ne sait rien qui ne va rêve, cauchemar, cher bernard rm : d’accord sur jamais si entêtanteeurydice     sur la pente       le 0 false 21 18 un jour, vous m’avez non... non... je vous assure,       il si grant dol ai que ne etait-ce le souvenir f les marques de la mort sur dernier vers aoi quatrième essai rares jusqu’à il y a premier essai c’est  il est des objets sur  tu vois im font chier   est-ce que       la giovanni rubino dit ensevelie de silence, ajout de fichiers sons dans antoine simon 28 je rêve aux gorges je m’étonne toujours de la mon travail est une josué avait un rythme sept (forces cachées qui pour qui veut se faire une   nous sommes des quatre archanges que       gentil able comme capable de donner et combien dernier vers aoi pourquoi yves klein a-t-il À peine jetés dans le dans les carnets il faut aller voir     pluie du je dors d’un sommeil de dernier vers aoi sauvage et fuyant comme madame est une       d&eacu       apr&eg attelage ii est une œuvre       dans les dessins de martine orsoni il ne s’agit pas de  le "musée une errance de a claude b.   comme le 2 juillet     &nbs  au mois de mars, 1166 montagnesde un tunnel sans fin et, à trois (mon souffle au matin alocco en patchworck © dernier vers aoi madame porte à antoine simon 3 le bulletin de "bribes  hors du corps pas       sur   le texte suivant a au matin du de la f toutes mes       les le recueil de textes    de femme liseuse apaches : avec marc, nous avons rare moment de bonheur, c’est seulement au       retour epuisement de la salle, a propos d’une sous l’occupation dernier vers aoi       la lentement, josué sous la pression des jouer sur tous les tableaux un verre de vin pour tacher ecrire sur       &n  l’écriture       m̵ 1-nous sommes dehors. comme ce mur blanc  “ne pas madame a des odeurs sauvages dans les hautes herbes sculpter l’air :       mouett nice, le 18 novembre 2004 1.- les rêves de a supposer quece monde tienne intendo... intendo ! ce jour là, je pouvais     longtemps sur qu’est-ce qui est en je ne peins pas avec quoi, f le feu s’est c’est extrêmement       dans pour andré       "       neige c’est pour moi le premier ce n’est pas aux choses       grimpa si elle est belle ? je vi.- les amicales aventures "mais qui lit encore le le travail de bernard  pour de les oiseaux s’ouvrent  dernier salut au     sur la tes chaussures au bas de les avenues de ce pays   pour olivier dernier vers aoi pour       tourne pour maxime godard 1 haute carissimo ulisse,torna a     chambre  ce mois ci : sub pour martine, coline et laure antoine simon 21 antoine simon 24 bernadette griot vient de rossignolet tu la pour robert ainsi va le travail de qui bribes en ligne a dernier vers aoi    regardant 0 false 21 18 ce       dans antoine simon 17       le pour le prochain basilic, (la a la fin il ne resta que macles et roulis photo 1 10 vers la laisse ccxxxii pour lee toi, mésange à station 3 encore il parle comment entrer dans une a dix sept ans, je ne savais       chaque     &nbs       &   entrons diaphane est le mot (ou    courant les petites fleurs des   ces notes la prédication faite le pendu d’abord l’échange des (josué avait     l’é pour jean marie troisième essai et je t’ai admiré, quatrième essai de Ç’avait été la ils s’étaient       ( neuf j’implore en vain dernier vers aoi dernier vers aoi démodocos... Ça a bien un       je très saintes litanies comme c’est       la cliquetis obscène des  pour le dernier jour pour jean gautheronle cosmos       deux pierre ciel dernier vers aoi ] heureux l’homme suite de dans le train premier   tout est toujours en   ciel !!!! « voici       arauca       m̵ agnus dei qui tollis peccata Éléments -   ces sec erv vre ile genre des motsmauvais genre deuxième apparition la mort, l’ultime port,       nuage       reine le 28 novembre, mise en ligne       la       jonath dernier vers aoi noble folie de josué, de l’autre mi viene in mentemi aux barrières des octrois       voyage et voici maintenant quelques paysage de ta tombe  et ils avaient si longtemps, si  l’exposition        allong       sur       glouss guetter cette chose a grant dulur tendrai puis   voici donc la elle disposait d’une    seule au deux mille ans nous autres litanies du saint nom madame est toute deuxième essai au programme des actions     oued coulant ce poème est tiré du       parfoi  de la trajectoire de ce     faisant la je suis occupé ces pas sur coussin d’air mais dernier vers aoi deux ajouts ces derniers cet univers sans il y a dans ce pays des voies "l’art est-il ouverture d’une imagine que, dans la inoubliables, les hans freibach :       qui vous avez pour pierre theunissen la      & le nécessaire non       maquis   si vous souhaitez se reprendre. creuser son il avait accepté deux ce travail vous est rêves de josué, de pareïs li seit la nécrologie en introduction à pour alain borer le 26       un madame déchirée f le feu s’est v.- les amicales aventures du   la production « e ! malvais mes pensées restent je serai toujours attentif à un titre : il infuse sa       au       une       aux pour jean-marie simon et sa frères et pour frédéric vertige. une distance "ah ! mon doux pays, voudrais je vous       sur le quel étonnant me temps où le sang se antoine simon 30 madame aux rumeurs il ne reste plus que le ma mémoire ne peut me   anatomie du m et d’un côté coupé le sonà quand c’est le vent qui       fourr& station 4 : judas  zacinto dove giacque il mio pur ceste espee ai dulor e clers est li jurz et li 1 au retour au moment est-ce parce que, petit, on il en est des noms comme du le galop du poème me       droite           les fleurs du un trait gris sur la passet li jurz, la noit est       apr&eg première quelque chose  les éditions de encore la couleur, mais cette "moi, esclave" a et je vois dans vos la pureté de la survie. nul la communication est       cerisi le proche et le lointain a la femme au comme un préliminaire la temps de pierres       à deuxième essai le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Éphéméride

Patrick Joquel

<- éphémère 05 | 2 mai 2006 ->
25 avril 2010
© Patrick Joquel
Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Petit matin frais. Je te savoure à la coque. Beurre bleu. caresses. Ciel jaune. Croustillant. La joie ruisselle. Des blues aux greens. Parmi les étincelles. Les plumes. Les mots de toutes les couleurs. Oui. Petit matin multicolore. Et si frais. Je te déclare au premier jour. La première fois. Chaque petit matin demeure notre première fois

Publication en ligne : 25 avril 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette