BRIBES EN LIGNE
antoine simon 27 pour gilbert pour raphaël buttati ! guarda&nbs au commencement était il ne s’agit pas de le ciel est clair au travers elle disposait d’une merci à la toile de vi.- les amicales aventures le recueil de textes pour ma il faut laisser venir madame au rayon des surgelés j’arrivais dans les   pour adèle et 5) triptyque marocain pas même  “comment     du faucon à cri et à madame dans l’ombre des       enfant carcassonne, le 06       pav&ea       p&eacu  il y a le « pouvez-vous f les feux m’ont ce       &ccedi toutes ces pages de nos 1.- les rêves de       s̵ grande lune pourpre dont les voici des œuvres qui, le beaucoup de merveilles c’est parfois un pays un besoin de couper comme de       d&eacu pur ceste espee ai dulor e de pa(i)smeisuns en est venuz       sur       bien non... non... je vous assure, f le feu est venu,ardeur des   un d’abord l’échange des la lecture de sainte       la       pass&e il souffle sur les collines josué avait un rythme deux ajouts ces derniers écoute, josué, fin première le tissu d’acier       la marcel alocco a d’un bout à je dors d’un sommeil de "moi, esclave" a c’est extrêmement le corps encaisse comme il     un mois sans       sur       &agrav la vie humble chez les dernier vers aoi  “la signification       "       au       &agrav il en est des noms comme du       sur la tentation du survol, à essai de nécrologie, si elle est belle ? je quel ennui, mortel pour ici. les oiseaux y ont fait   l’oeuvre vit son equitable un besoin sonnerait s’ouvre la je me souviens de de soie les draps, de soie  le grand brassage des   d’un coté,       la les petites fleurs des pour andrée apaches :   encore une sauvage et fuyant comme on cheval et que vous dire des a grant dulur tendrai puis   un vendredi     les fleurs du pour mon épouse nicole       sur dans le pain brisé son sur la toile de renoir, les       au poème pour nous viendrons nous masser c’est la distance entre     double antoine simon 3 des quatre archanges que fontelucco, 6 juillet 2000 (josué avait  ce qui importe pour coupé le sonà       ce f le feu m’a f toutes mes bribes en ligne a       j̵ j’ai travaillé pas sur coussin d’air mais       va mult ben i fierent franceis e       grappe et ces       je libre de lever la tête le temps passe dans la napolì napolì deux ce travail vous est cinquième essai tout « amis rollant, de toute une faune timide veille pure forme, belle muette, la terre a souvent tremblé bribes en ligne a       &eacut dernier vers aoi  née à tout à fleur d’eaula danse une fois entré dans la chercher une sorte de la route de la soie, à pied,       object j’ai changé le cinquième citationne pour jean gautheronle cosmos 1254 : naissance de       &agrav       rampan tendresse du mondesi peu de nous avons affaire à de c’est un peu comme si, dont les secrets… à quoi à sylvie passent .x. portes, macles et roulis photo 7 antoine simon 30 vedo la luna vedo le       que  il est des objets sur patrick joquel vient de reflets et echosla salle pour jean marie …presque vingt ans plus « e ! malvais       un les cuivres de la symphonie on croit souvent que le but décembre 2001. autre petite voix à bernadette     une abeille de l’appel tonitruant du histoire de signes .  zones gardées de antoine simon 6 un trait gris sur la  l’exposition   tous ces chardonnerets ne faut-il pas vivre comme frères et antoine simon 9 dernier vers aoi d’un côté   le 10 décembre imagine que, dans la sous la pression des je n’hésiterai le texte qui suit est, bien il en est des meurtrières.       les       sur le madame, c’est notre rm : d’accord sur rare moment de bonheur,       &n 13) polynésie       sur ] heureux l’homme elle réalise des dernier vers aoi très saintes litanies la bouche pleine de bulles pour pierre theunissen la et combien À max charvolen et martin l’une des dernières dans le monde de cette dire que le livre est une a propos de quatre oeuvres de nice, le 18 novembre 2004 générations de prime abord, il il aurait voulu être  si, du nouveau       le antoine simon 15       reine je ne peins pas avec quoi, pour maguy giraud et mieux valait découper       allong le 26 août 1887, depuis comme un préliminaire la       au sables mes parolesvous   la fonction, l’attente, le fruit chaque automne les       glouss  monde rassemblé pour michèle gazier 1 pour helmut depuis le 20 juillet, bribes nice, le 8 octobre les lettres ou les chiffres       deux  martin miguel vient est-ce parce que, petit, on une errance de À la loupe, il observa a la femme au c’est pour moi le premier nos voix antoine simon 17 dernier vers aoi ma mémoire ne peut me quando me ne so itu pe il s’appelait  mise en ligne du texte bal kanique c’est dans les écroulements certains soirs, quand je iv.- du livre d’artiste encore une citation“tu pourquoi yves klein a-t-il quant carles oït la 1-nous sommes dehors. attention beau les dernières dans le pays dont je vous antoine simon 14 toutefois je m’estimais pour daniel farioli poussant   voici donc la tandis que dans la grande chaises, tables, verres, à propos des grands pour michèle aueret       cette travail de tissage, dans douze (se fait terre se me       vu et  riche de mes     rien     sur la pente    nous   je ne comprends plus "mais qui lit encore le       dans et te voici humanité antoine simon 23 station 4 : judas  quatrième essai rares la langue est intarissable vertige. une distance       les granz est li calz, si se       dans   saint paul trois dernier vers aoi       magnol la rencontre d’une un nouvel espace est ouvert       b&acir       m&eacu pour martin  avec « a la ce qui fait tableau : ce dernier vers que mort i en voyant la masse aux cet article est paru   né le 7 de pareïs li seit la dernier vers aoi l’impression la plus     à  tu vois im font chier à propos “la mais jamais on ne monde imaginal, (josué avait lentement   je n’ai jamais le "patriote",  je signerai mon torna a sorrento ulisse torna tant pis pour eux.       retour chairs à vif paumes il arriva que un jour nous avons normalement, la rubrique je t’enlace gargouille dernier vers aoi       le  pour jean le je suis occupé ces (elle entretenait quatrième essai de À peine jetés dans le deuxième apparition de dernier vers aoi ainsi alfred… carmelo arden quin est une issent de mer, venent as carles respunt :       dans a la fin il ne resta que quel étonnant antoine simon 16 karles se dort cum hume       st tendresses ô mes envols       la "l’art est-il dernier vers aoi   marché ou souk ou   on n’est dernier vers aoi quand nous rejoignons, en c’est la chair pourtant suite du blasphème de références : xavier sur l’erbe verte si est je serai toujours attentif à cher bernard c’est seulement au troisième essai fragilité humaine. on peut croire que martine au lecteur voici le premier       fleur dernier vers s’il       en le 19 novembre 2013, à la la deuxième édition du errer est notre lot, madame, introibo ad altare en introduction à la fraîcheur et la       une de toutes les diaphane est le mot (ou et voici maintenant quelques lentement, josué comme une suite de  hors du corps pas madame déchirée pour jean-louis cantin 1.- macles et roulis photo 1 alocco en patchworck © pierre ciel 1257 cleimet sa culpe, si dernier vers aoi j’écoute vos       entre exacerbé d’air       une ce jour-là il lui le plus insupportable chez r.m.a toi le don des cris qui carissimo ulisse,torna a la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Mes pensées restent orientées... | Je désire un état du monde... ->
Guetter cette chose
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Guetter cette chose « qu’on ne veut ou ne peut nommer », cette frontière du vécu et du pensé, cette frontière de la transmutation de notre être de chair, en énergie à la recherche d’une forme à venir : nuit, silence, hébétude du mental qui ne peut plus formuler ce qui non pas l’obsède, mais se refuse et se manifeste dans cette évite permanente,

 
Est-ce bien raisonnable de s’enfoncer dans la recherche de ces faits sans suite, quelquefois c’est un non-sens, de s’acharner sur ces restes. Mais ils sont le futur d’une plénitude encore à naître, un monde qui n’a pas trouvé comment aboutir.
 
Le monde n’est que l’ébauche humble et persévérante de ce qui va naître, un monde autre en naissance dans la mort et la mise en pièces de celui-ci.
Publication en ligne : 9 mai 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette