BRIBES EN LIGNE
  (dans le pour lee antoine simon 15 s’ouvre la       parfoi l’art c’est la très saintes litanies     à (vois-tu, sancho, je suis quel étonnant       st     pluie du a dix sept ans, je ne savais (la numérotation des « pouvez-vous       nuage c’est la distance entre j’ai donné, au mois difficile alliage de     pourquoi mieux valait découper les avenues de ce pays antoine simon 6  le "musée       m̵       embarq dernier vers aoi les doigts d’ombre de neige qu’est-ce qui est en  au travers de toi je le galop du poème me paien sunt morz, alquant l’attente, le fruit et la peur, présente me chairs à vif paumes       je me les dieux s’effacent il n’est pire enfer que l’éclair me dure, troisième essai et   jn 2,1-12 :       pourqu décembre 2001. au programme des actions       banlie sa langue se cabre devant le la musique est le parfum de et ces quand les mots   je n’ai jamais    au balcon dessiner les choses banales il ne sait rien qui ne va (josué avait lentement   entrons abu zayd me déplait. pas 1 au retour au moment j’arrivais dans les sept (forces cachées qui       deux  hier, 17    si tout au long écoute, josué, bel équilibre et sa il existe deux saints portant 1-nous sommes dehors.       é dernier vers aoi dans le patriote du 16 mars nous avancions en bas de  les premières passet li jurz, si turnet a antoine simon 23 a la libération, les mise en ligne leonardo rosa dernier vers aoi il faut laisser venir madame halt sunt li pui e mult halt pour jean-louis cantin 1.-       ton   est-ce que on trouvera la video je suis neuf j’implore en vain       apr&eg epuisement de la salle, se placer sous le signe de       fleur       la la terre nous je reviens sur des  avec « a la coupé le sonà dernier vers aoi   cet article est paru pour martin       et tu couleur qui ne masque pas carissimo ulisse,torna a     sur la       juin madame est une torche. elle il s’appelait nécrologie j’écoute vos dans un coin de nice,       aujour gardien de phare à vie, au depuis ce jour, le site cet article est paru dans le les premières vous avez       la sables mes parolesvous comme ce mur blanc attendre. mot terrible.  dans le livre, le sculpter l’air : c’était une       sur n’ayant pas « amis rollant, de l’évidence tendresses ô mes envols j’ai perdu mon et  riche de mes       gentil f le feu est venu,ardeur des deux mille ans nous vous n’avez Être tout entier la flamme antoine simon 20       su essai de nécrologie, napolì napolì       les chaque automne les       m̵ le tissu d’acier ce n’est pas aux choses soudain un blanc fauche le f les marques de la mort sur la liberté s’imprime à tendresse du mondesi peu de percey priest lakesur les cyclades, iii° f qu’il vienne, le feu le coquillage contre dans les carnets antoine simon 33 aux barrières des octrois les cuivres de la symphonie non... non... je vous assure, six de l’espace urbain, mouans sartoux. traverse de À perte de vue, la houle des             longte de tantes herbes el pre  ce qui importe pour 1- c’est dans « h&eacu a grant dulur tendrai puis       un ce qui importe pour  pour de ouverture de l’espace les dessins de martine orsoni pour andré villers 1) intendo... intendo !     au couchant bribes en ligne a   né le 7 rm : nous sommes en (de)lecta lucta   comme un préliminaire la fin première ne faut-il pas vivre comme  “... parler une    en       au    regardant tous ces charlatans qui       apparu bien sûrla rien n’est dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte       quinze vous dites : "un station 4 : judas    dits de la bouche pure souffrance les amants se imagine que, dans la là, c’est le sable et certains soirs, quand je marché ou souk ou à la mémoire de  l’exposition  pour le prochain basilic, (la c’est seulement au a la fin il ne resta que antoine simon 10   le 10 décembre granz fut li colps, li dux en j’ai donc je crie la rue mue douleur après la lecture de la fonction, bien sûr, il y eut antoine simon 5 marie-hélène bribes en ligne a l’instant criblé grande lune pourpre dont les certains prétendent       &n et te voici humanité   un vendredi in the country pour max charvolen 1)  marcel migozzi vient de il n’était qu’un       le rêve, cauchemar, je rêve aux gorges iv.- du livre d’artiste mille fardeaux, mille 13) polynésie       voyage tout le problème arbre épanoui au ciel pour pierre theunissen la un verre de vin pour tacher un trait gris sur la     surgi r.m.a toi le don des cris qui je sais, un monde se c’est ici, me en introduction à rare moment de bonheur, raphaël la bouche pleine de bulles       pav&ea dernier vers aoi       jardin au labyrinthe des pleursils vi.- les amicales aventures l’une des dernières il en est des noms comme du un temps hors du c’est vrai       l̵       dans  je signerai mon des quatre archanges que les textes mis en ligne saluer d’abord les plus antoine simon 7 je meurs de soif abstraction voir figuration c’est pour moi le premier de sorte que bientôt spectacle de josué dit de mes deux mains issent de mer, venent as encore la couleur, mais cette   adagio   je quand nous rejoignons, en  martin miguel vient pour   3   

les  jésus exacerbé d’air temps de cendre de deuil de a claude b.   comme       retour       j̵       m&eacu etait-ce le souvenir il était question non villa arson, nice, du 17       p&eacu pour julius baltazar 1 le je t’ai admiré,       mouett       (       un la légende fleurie est  ce mois ci : sub poème pour  c’était petit matin frais. je te f les rêves de monde imaginal, on dit qu’agathe macles et roulis photo 1 c’est la peur qui fait la cité de la musique d’ eurydice ou bien de avant propos la peinture est pour raphaël 1257 cleimet sa culpe, si  tu vois im font chier       s̵       grappe  référencem envoi du bulletin de bribes       sur pour alain borer le 26 beaucoup de merveilles dernier vers aoi       object       entre violette cachéeton dernier vers aoi démodocos... Ça a bien un toute trace fait sens. que accoucher baragouiner comment entrer dans une ses mains aussi étaient     depuis chercher une sorte de a toi le don des cris qui il arriva que sous l’occupation     chambre "tu sais ce que c’est je m’étonne toujours de la     faisant la       au antoine simon 30 tous feux éteints. des       pav&ea la galerie chave qui "la musique, c’est le À l’occasion de       sur dernier vers aoi ce poème est tiré du la route de la soie, à pied, ce jour là, je pouvais pas une année sans évoquer nu(e), comme son nom cinquième citationne carmelo arden quin est une "nice, nouvel éloge de la au rayon des surgelés dentelle : il avait   si vous souhaitez       &n la fraîcheur et la quelque chose preambule – ut pictura "si elle est dans les écroulements  dernières mises antoine simon 3 tout en vérifiant le 15 mai, à un titre : il infuse sa       soleil  zones gardées de     [1]        dans le proche et le lointain paroles de chamantu       en un même si       " “dans le dessin dernier vers aoi     sur la pente à sylvie premier vers aoi dernier peinture de rimes. le texte   la baie des anges       va légendes de michel f le feu m’a dans l’effilé de  il y a le À la loupe, il observa « voici assise par accroc au bord de sors de mon territoire. fais  le grand brassage des de la sous la pression des macles et roulis photo 7 mes pensées restent la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Migozzi, Marcel > Cinq oiseaux pour une main

MARCEL MIGOZZI

<- Rossignolet, tu la mérites... |
Tous ces chardonnerets élégants...
© Marcel Migozzi
Ecrivain(s) : Migozzi
Clefs : poésie

 tous ces chardonnerets élégants de cuisine

vers les graines lancées en séduction s’envolent
 
sauf
un
 
qui me regarde et pose vite

qui es-tu 

Publication en ligne : 23 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette