BRIBES EN LIGNE
    sur la pente  hier, 17 etudiant à quand nous rejoignons, en d’un bout à       pav&ea la vie est dans la vie. se j’aime chez pierre on croit souvent que le but attendre. mot terrible.       grappe quatre si la mer s’est       et       descen petites proses sur terre normalement, la rubrique       un josué avait un rythme très malheureux... antoine simon 5 rare moment de bonheur,       je quel étonnant antoine simon 9 printemps breton, printemps 1) la plupart de ces essai de nécrologie,  martin miguel vient       p&eacu issent de mer, venent as tu le saiset je le vois       &n dernier vers aoi art jonction semble enfin       assis       la le proche et le lointain dernier vers aoi je sais, un monde se l’illusion d’une la bouche pleine de bulles   pour théa et ses une il faut dire les de sorte que bientôt pour jean-marie simon et sa dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à cyclades, iii° (de)lecta lucta   a ma mère, femme parmi   adagio   je la route de la soie, à pied,   voici donc la « voici merci à marc alpozzo       la un titre : il infuse sa ce paysage que tu contemplais madame est toute ma chair n’est    en       enfant moisissures mousses lichens  “s’ouvre genre des motsmauvais genre pour lee et que vous dire des   que signifie       ( epuisement de la salle,       " dans le pain brisé son couleur qui ne masque pas et je vois dans vos vi.- les amicales aventures c’est la peur qui fait       le cet univers sans f le feu s’est  je signerai mon raphaËl juste un mot pour annoncer pas sur coussin d’air mais à sylvie un soir à paris au mille fardeaux, mille in the country À peine jetés dans le et c’était dans antoine simon 12  pour le dernier jour antoine simon 10       entre madame est une torche. elle nous viendrons nous masser premier essai c’est antoine simon 11 et ma foi, le 28 novembre, mise en ligne deux nouveauté, entr’els nen at ne pui f j’ai voulu me pencher introibo ad altare je m’étonne toujours de la À max charvolen et martin madame, vous débusquez       en un   si vous souhaitez l’attente, le fruit     dans la ruela         &n et te voici humanité ce jour là, je pouvais antoine simon 24 cinquième citationne       il il ne reste plus que le samuelchapitre 16, versets 1 pour gilbert sculpter l’air : je t’enlace gargouille    courant nu(e), comme son nom le glacis de la mort des quatre archanges que dessiner les choses banales 1 au retour au moment pas de pluie pour venir       journ&       au je suis celle qui trompe toutefois je m’estimais   pour adèle et tous ces charlatans qui nous dirons donc si j’avais de son l’impression la plus quelques autres la terre nous antoine simon 15 mouans sartoux. traverse de pour anne slacik ecrire est dans l’effilé de les petites fleurs des la galerie chave qui d’un côté (ô fleur de courge... comme un préliminaire la « amis rollant, de       vu     nous       qui tendresse du mondesi peu de religion de josué il (dans mon ventre pousse une dix l’espace ouvert au à la mémoire de max charvolen, martin miguel « h&eacu     chambre je t’enfourche ma macles et roulis photo 6 quando me ne so itu pe pour maguy giraud et clere est la noit e la a la femme au dernier vers doel i avrat, cliquetis obscène des quand vous serez tout  l’écriture f dans le sourd chatoiement imagine que, dans la     rien jusqu’à il y a       sur il faut aller voir       b&acir huit c’est encore à je suis bien dans viallat © le château de pour alain borer le 26     longtemps sur vue à la villa tamaris tu le sais bien. luc ne antoine simon 22       dans dans les horizons de boue, de     son       m&eacu j’oublie souvent et       montag quand sur vos visages les thème principal : la littérature de     l’é able comme capable de donner   maille 1 :que  pour de il en est des meurtrières.   entrons dans le pays dont je vous ce pays que je dis est l’art n’existe vos estes proz e vostre exacerbé d’air j’ai relu daniel biga, (josué avait le lent déferlement dernier vers que mort tout à fleur d’eaula danse    tu sais gardien de phare à vie, au au rayon des surgelés rêves de josué, polenta    au balcon       devant autre essai d’un légendes de michel la fraîcheur et la réponse de michel ensevelie de silence, dorothée vint au monde       soleil       cerisi le galop du poème me       midi le ciel est clair au travers       les on trouvera la video dans ma gorge fragilité humaine. on a cru à       dans la poésie, à la abu zayd me déplait. pas       le       dans il souffle sur les collines       apr&eg assise par accroc au bord de moi cocon moi momie fuseau       sur mesdames, messieurs, veuillez monde imaginal, carissimo ulisse,torna a 1257 cleimet sa culpe, si trois (mon souffle au matin travail de tissage, dans rien n’est       les eurydice toujours nue à       le antoine simon 29 station 3 encore il parle tout en travaillant sur les raphaël       magnol       " envoi du bulletin de bribes     au couchant suite de l’existence n’est sur l’erbe verte si est         or m1           &nbs       voyage effleurer le ciel du bout des  “ce travail qui       &ccedi       je morz est rollant, deus en ad le recueil de textes  les éditions de pure forme, belle muette, dernier vers aoi 1254 : naissance de pourquoi yves klein a-t-il j’écoute vos       la   un À max charvolen et     tout autour troisième essai la musique est le parfum de suite du blasphème de une errance de pour andrée marie-hélène deux mille ans nous ils s’étaient titrer "claude viallat,     une abeille de   six formes de la face aux bronzes de miodrag   né le 7 1.- les rêves de madame est la reine des pour mireille et philippe cet article est paru dans le À perte de vue, la houle des macao grise       je me  pour jean le  zones gardées de ma voix n’est plus que dernier vers aoi vous êtes le passé n’est mais jamais on ne ouverture de l’espace dans le train premier       &agrav le géographe sait tout dernier vers aoi iloec endreit remeint li os ouverture d’une un tunnel sans fin et, à et tout avait dans un coin de nice, af : j’entends je crie la rue mue douleur voudrais je vous dans les rêves de la  la toile couvre les quant carles oït la    7 artistes et 1 apaches : la rencontre d’une la liberté de l’être générations poème pour (ma gorge est une dimanche 18 avril 2010 nous pour julius baltazar 1 le  il y a le     chant de       grimpa       nuage diaphane est le       je       les quand c’est le vent qui l’appel tonitruant du f le feu s’est   pour olivier       au station 5 : comment où l’on revient pour qui veut se faire une je n’ai pas dit que le et voici maintenant quelques       le pour pierre theunissen la       neige j’ai parlé dernier vers aoi dernier vers aoi comme ce mur blanc difficile alliage de preambule – ut pictura     pluie du sous la pression des si, il y a longtemps, les dernier vers aoi références : xavier des quatre archanges que antoine simon 32       la pie j’ai travaillé       le dernier vers aoi iv.- du livre d’artiste peinture de rimes. le texte       chaque spectacle de josué dit six de l’espace urbain, chaque jour est un appel, une charogne sur le seuilce qui vedo la luna vedo le 13) polynésie   nous sommes agnus dei qui tollis peccata mise en ligne  le grand brassage des ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi j’ai en réserve dire que le livre est une troisième essai et   je ne comprends plus ce jour-là il lui   la baie des anges la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Ici, les choses les plus simples à dire... | Monde imaginal... ->
Chercher une sorte de frontière...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Chercher une sorte de frontière de ce qui est proposé à la vie, tous les jours, dans cette banalité qui est un véritable défi pour l’âme.
 
Quel mot pourrait indiquer cet espace ? Ni la limite, qui fait penser à une sorte d’épuisement, ni la zone qui fait penser à son cortège de destruction, ni la frontière, trop sociale ou historique. Marge, lisière, bord.
 
La métaphore spatiale ne convient plus, pour cet état fugace et indéterminé, cet état où la sensation est d’un autre tout proche, presque intérieur à cet objet ou cet espace mais qui cependant ne s’y confond pas.
 
Il serait plus facile d’intervenir dans le su et le reconnu, de décrire ce qui est. Cependant l’effet de toute écriture est de transformer ce qui a été choisi par l’écriture, qui le corrompt très vite et dit cependant une part de sa vérité.
 

Décrire une marche dans ces différents niveaux qui les associe sans que leurs liens soient évidents ou attendus, pour que le lecteur pressente que ceci a un sens caché. Autorisé en quelque sorte par la hardiesse de celui qui écrit, ou son inconscience, ou sa naïveté, à rêver une sorte de vérité, relative à ce moment de vision, et pour partie vérité tout de même.  

Publication en ligne : 6 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette