BRIBES EN LIGNE
jouer sur tous les tableaux un trait gris sur la     pluie du "moi, esclave" a agnus dei qui tollis peccata viallat © le château de macles et roulis photo 6 reprise du site avec la la communication est eurydice toujours nue à dimanche 18 avril 2010 nous       m&eacu j’aime chez pierre saluer d’abord les plus tout en travaillant sur les à propos des grands le grand combat : ne faut-il pas vivre comme       et un titre : il infuse sa c’est seulement au mes pensées restent autre citation"voui deuxième approche de les durand : une zacinto dove giacque il mio jamais si entêtanteeurydice on dit qu’agathe au lecteur voici le premier première   (dans le madame, c’est notre j’ai perdu mon il semble possible    au balcon v.- les amicales aventures du ainsi va le travail de qui       &agrav       le f qu’il vienne, le feu       bruyan le galop du poème me les lettres ou les chiffres   pour olivier       & je découvre avant toi c’est la chair pourtant accoucher baragouiner       fourr& cette machine entre mes abu zayd me déplait. pas       rampan de prime abord, il du fond des cours et des madame porte à elle ose à peine antoine simon 28 ce qu’un paysage peut       allong intendo... intendo ! antoine simon 26 pour jean gautheronle cosmos     un mois sans "l’art est-il       les bribes en ligne a les grands       la antoine simon 33 je suis bien dans la langue est intarissable   un vendredi       jonath onzième préparation des   d’un coté, toi, mésange à       allong carmelo arden quin est une très saintes litanies marcel alocco a la fraîcheur et la a dix sept ans, je ne savais une fois entré dans la       le premier vers aoi dernier       ce il y a des objets qui ont la vue à la villa tamaris       maquis  marcel migozzi vient de tout est possible pour qui c’est le grand des quatre archanges que antoine simon 14 la mort, l’ultime port, on peut croire que martine dentelle : il avait       &n mesdames, messieurs, veuillez     son pour marcel       &n       en montagnesde genre des motsmauvais genre sur l’erbe verte si est   si vous souhaitez antoine simon 16 au programme des actions a propos d’une les cuivres de la symphonie pour max charvolen 1) le samedi 26 mars, à 15 merle noir  pour à la bonne n’ayant pas le travail de bernard ce jour-là il lui les dessins de martine orsoni rimbaud a donc antoine simon 32 j’arrivais dans les dans l’innocence des pour qui veut se faire une       " de soie les draps, de soie    en pour raphaël à bernadette Éléments - le ciel est clair au travers       ruelle le temps passe dans la ne pas négocier ne antoine simon 20 pour ma passet li jurz, si turnet a la mort d’un oiseau. approche d’une lorsque martine orsoni   la baie des anges       dans le ciel de ce pays est tout juste un beaucoup de merveilles je t’ai admiré, cliquetis obscène des       fleur    tu sais       voyage on préparait rêve, cauchemar, 13) polynésie (josué avait lentement   la production   entrons « 8° de seins isabelle boizard 2005       midi lancinant ô lancinant cet article est paru faisant dialoguer       au    il dernier vers aoi dernier vers aoi  mise en ligne du texte autres litanies du saint nom pas sur coussin d’air mais     le cygne sur  dernier salut au       va       &agrav       reine       deux cinq madame aux yeux madame des forêts de ce 28 février 2002.       neige iv.- du livre d’artiste  référencem les plus terribles entr’els nen at ne pui c’est une sorte de dernier vers aoi sous la pression des toujours les lettres : glaciation entre dernier vers aoi   3   

les temps de pierres inoubliables, les on cheval j’ai changé le l’art c’est la "pour tes le bulletin de "bribes       le       le passé n’est de mes deux mains les textes mis en ligne poème pour tendresses ô mes envols le recueil de textes  “ne pas et la peur, présente sa langue se cabre devant le (elle entretenait dans ce pays ma mère je rêve aux gorges je meurs de soif pour martin deux ce travail vous est josué avait un rythme dans l’innocence des     longtemps sur (josué avait antoine simon 31 ( ce texte a   l’oeuvre vit son et…  dits de quand les eaux et les terres patrick joquel vient de dans le pain brisé son 1) la plupart de ces la réserve des bribes temps de pierres dans la la littérature de j’ai donc je n’ai pas dit que le       sur sequence 6   le       le sculpter l’air : deux ajouts ces derniers mille fardeaux, mille       un ce pays que je dis est c’est la distance entre   anatomie du m et       sur apaches : madame chrysalide fileuse pour andrée il arriva que       sur le ce qui fait tableau : ce       la les étourneaux ! il pleut. j’ai vu la effleurer le ciel du bout des "je me tais. pour taire. si elle est belle ? je vous deux, c’est joie et la prédication faite       au les installations souvent,       juin béatrice machet vient de       arauca je ne sais pas si la mastication des quand il voit s’ouvrir, « h&eacu  la toile couvre les       o       les de la       montag un besoin de couper comme de  de même que les  l’exposition        pav&ea        de la trajectoire de ce réponse de michel je désire un rm : d’accord sur pour yves et pierre poher et ce poème est tiré du     de rigoles en les enseignants : iloec endreit remeint li os langues de plomba la     chambre  monde rassemblé   je ne comprends plus la vie est ce bruissement raphaël lorsqu’on connaît une       le   pour théa et ses dernier vers aoi dernier vers aoi   c’était une   maille 1 :que printemps breton, printemps     double       un carles respunt : dernier vers aoi autre essai d’un ma mémoire ne peut me antoine simon 29 le coeur du  il est des objets sur       une antoine simon 22 dernier vers aoi       m̵ sous l’occupation ce va et vient entre     [1]  et c’était dans       le envoi du bulletin de bribes un jour, vous m’avez nouvelles mises en dernier vers aoi       b&acir   j’ai souvent …presque vingt ans plus   ces sec erv vre ile charogne sur le seuilce qui les petites fleurs des chaises, tables, verres,     depuis et si au premier jour il  avec « a la après la lecture de d’ eurydice ou bien de       entre (dans mon ventre pousse une dans le respect du cahier des station 4 : judas  diaphane est le mon travail est une dans le patriote du 16 mars       aux granz est li calz, si se f le feu est venu,ardeur des la brume. nuages petites proses sur terre i.- avaler l’art par       baie je me souviens de       sur libre de lever la tête       une et si tu dois apprendre à la pureté de la survie. nul ce monde est semé       " antoine simon 2 issent de mer, venent as dernier vers aoi pour jean-marie simon et sa       nuage "le renard connaît si j’étais un       &n au seuil de l’atelier d’un côté comme un préliminaire la les plus vieilles g. duchêne, écriture le sors de mon territoire. fais pourquoi yves klein a-t-il d’un bout à la liberté de l’être deuxième essai le a christiane antoine simon 12 ce jour là, je pouvais ço dist li reis :       apr&eg la cité de la musique antoine simon 5 vous avez encore une citation“tu trois tentatives desesperees     pourquoi dernier vers aoi mieux valait découper il faut aller voir j’ai relu daniel biga, preambule – ut pictura travail de tissage, dans     quand moisissures mousses lichens la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Chercher une sorte de frontière... | Monde rassemblé... ->
Monde imaginal...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

Monde imaginal, intermédiaire entre le monde sensible et le monde de l’idée.
 
Serait-ce une période de plus-que-vie, lieu d’approche d’un autre corps du monde, où les éléments affleurent sans début ni fin, sans cause ni destinée ? Réceptacle du songe où un message de l’esprit peut prendre forme.
 
C’est un lieu où l’on échappe au temps, lieu qui n’est pas matériel, et qui est vrai. Il n’est pas espace de fuite mais au contraire entrée de plain-pied dans le temps, car échapper au temps c’est y être infiniment, non pas dans son histoire incarnée et mortelle mais dans sa profonde matrice.
 
Dans le monde imaginal, ce qui a été vécu est non-disparu, toujours-là avec la même tenue d’existence qu’à l’origine, car il n’y a plus d’origine, ni de fin.
 

Cela ne donne-t-il pas quelque moyen de se savoir au monde ? L’essentiel serait de vivre dans une toujours plus forte connivence avec lui, bien qu’il ne nous laisse aucun espoir précis ; vivre pas seulement dans le monde mais avec lui.  

Publication en ligne : 13 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette