BRIBES EN LIGNE
montagnesde clers fut li jurz e li vertige. une distance deuxième essai peinture de rimes. le texte       dans a la femme au 0 false 21 18       sur au matin du janvier 2002 .traverse       ruelle attelage ii est une œuvre se reprendre. creuser son je dors d’un sommeil de pour jean-louis cantin 1.-       le madame dans l’ombre des on dit qu’agathe       &agrav       le 1) notre-dame au mur violet trois (mon souffle au matin …presque vingt ans plus elle ose à peine ce 28 février 2002. « amis rollant, de c’est la distance entre  l’exposition      [1]  autre essai d’un que reste-t-il de la       b&acir       tourne   je n’ai jamais       l̵ bel équilibre et sa la mort d’un oiseau. merci au printemps des présentation du dernier vers aoi attention beau  “ne pas et nous n’avons rien       &agrav       au dans un coin de nice, attendre. mot terrible. à madame est une dernier vers aoi je m’étonne toujours de la les plus vieilles quelque chose si, il y a longtemps, les lentement, josué  de même que les pour dernier vers aoi  ce qui importe pour   en grec, morías   encore une       fourr&    en madame, c’est notre là, c’est le sable et pour frédéric   la baie des anges  le livre, avec la terre a souvent tremblé 0 false 21 18 bernadette griot vient de   l’oeuvre vit son un soir à paris au macles et roulis photo 4 avec marc, nous avons je ne sais pas si moisissures mousses lichens a propos de quatre oeuvres de       mouett   dits de charogne sur le seuilce qui ce qu’un paysage peut antoine simon 32 en introduction à     les fleurs du pour le prochain basilic, (la portrait. 1255 : prenez vos casseroles et ma mémoire ne peut me "tu sais ce que c’est c’était une exacerbé d’air a la fin il ne resta que "moi, esclave" a ce jour là, je pouvais poussées par les vagues cet article est paru de sorte que bientôt       un de mes deux mains ainsi alfred… au programme des actions tendresses ô mes envols pour michèle gazier 1 macles et roulis photo 7 dernier vers aoi       la       magnol       sur le    tu sais       et j’ai relu daniel biga, af : j’entends lorsque martine orsoni " je suis un écorché vif. dernier vers aoi me       force et ces       pourqu nous serons toujours ces i.- avaler l’art par « e ! malvais       avant       " paien sunt morz, alquant o tendresses ô mes ici, les choses les plus       je pas sur coussin d’air mais carles respunt : tu le sais bien. luc ne le travail de bernard quatrième essai de et la peur, présente       object la force du corps,       sur la deuxième édition du       les dimanche 18 avril 2010 nous pour jacky coville guetteurs le corps encaisse comme il réponse de michel       entre pour mon épouse nicole   un vendredi il ne sait rien qui ne va       allong abu zayd me déplait. pas  “ce travail qui   ciel !!!! temps où le sang se antoine simon 20     le cygne sur  jésus je suis celle qui trompe       " d’un bout à quand nous rejoignons, en       baie la pureté de la survie. nul on croit souvent que le but même si       au   adagio   je dans ce périlleux  tous ces chardonnerets       o ma voix n’est plus que     tout autour     oued coulant on peut croire que martine ainsi va le travail de qui attendre. mot terrible.       " le lent déferlement   3   

les moi cocon moi momie fuseau nice, le 30 juin 2000 depuis le 20 juillet, bribes j’ai donc la terre nous dernier vers aoi j’aime chez pierre les avenues de ce pays nos voix dans le respect du cahier des toutes ces pages de nos de tantes herbes el pre ouverture de l’espace iv.- du livre d’artiste       pour pas même (en regardant un dessin de ce monde est semé       apparu mougins. décembre sixième "l’art est-il le lent tricotage du paysage       assis hans freibach : pour ma ce qui aide à pénétrer le station 7 : as-tu vu judas se je n’hésiterai inoubliables, les       ( le 28 novembre, mise en ligne       deux grande lune pourpre dont les madame des forêts de je sais, un monde se bientôt, aucune amarre et…  dits de abstraction voir figuration autres litanies du saint nom ma voix n’est plus que outre la poursuite de la mise 0 false 21 18 journée de voile de nuità la       m̵ passet li jurz, si turnet a sous la pression des l’heure de la       soleil karles se dort cum hume et tout avait le passé n’est pour helmut derniers vers sun destre       le nous savons tous, ici, que le coeur du  improbable visage pendu "ces deux là se toi, mésange à vous avez       dans       bien la galerie chave qui sixième premier essai c’est je suis  les premières “dans le dessin les installations souvent, li emperere par sa grant c’est vrai pur ceste espee ai dulor e madame est la reine des       midi       à errer est notre lot, madame, quel ennui, mortel pour       il max charvolen, martin miguel un nouvel espace est ouvert       le je me souviens de des conserves !       alla non... non... je vous assure,   d’un coté,       sur mouans sartoux. traverse de nous avons affaire à de       bonheu  marcel migozzi vient de             descen le franchissement des antoine simon 21 le 26 août 1887, depuis antoine simon 7       ce histoire de signes . beaucoup de merveilles quand sur vos visages les il en est des noms comme du vous avez       une ne pas négocier ne (josué avait lentement       ...mai jamais je n’aurais c’est une sorte de (elle entretenait       apr&eg face aux bronzes de miodrag frères et       apr&eg trois tentatives desesperees       la À max charvolen et quatrième essai rares les dieux s’effacent l’homme est     m2 &nbs granz est li calz, si se art jonction semble enfin       le deuxième essai le    au balcon gardien de phare à vie, au cet univers sans       l̵ nous avancions en bas de la rencontre d’une toute trace fait sens. que diaphane est le mot (ou antoine simon 13 macles et roulis photo 6 quelques autres les routes de ce pays sont on préparait j’ai en réserve comme c’est à propos des grands des voix percent, racontent       sur pour andrée sauvage et fuyant comme passent .x. portes,       journ& quel étonnant  pour jean le très malheureux...       le il était question non reprise du site avec la  “comment quelque temps plus tard, de la langue est intarissable tant pis pour eux. etait-ce le souvenir dernier vers aoi mille fardeaux, mille ( ce texte a À perte de vue, la houle des pour jacqueline moretti, a supposer quece monde tienne il y a des objets qui ont la il s’appelait en 1958 ben ouvre à « h&eacu sculpter l’air : le 15 mai, à   jn 2,1-12 : avant dernier vers aoi       reine si j’étais un violette cachéeton       l̵     sur la madame, vous débusquez a la libération, les  si, du nouveau antoine simon 17       &n rimbaud a donc antoine simon 11 le ciel est clair au travers quatrième essai de       &eacut madame chrysalide fileuse se placer sous le signe de n’ayant pas ce qui fait tableau : ce (dans mon ventre pousse une c’est extrêmement v.- les amicales aventures du au labyrinthe des pleursils pour martin un jour nous avons il existe deux saints portant   pour olivier c’est un peu comme si,       le pour michèle première   (à d’ eurydice ou bien de ce n’est pas aux choses approche d’une agnus dei qui tollis peccata  zones gardées de deuxième apparition   anatomie du m et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Monde imaginal... | Zone gardée... ->
Monde rassemblé...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

 Monde rassemblé en unités primordiales, ramené à son centre d’énergie fondamentale. Après un fort long temps de ramassage des morceaux, dans lesquels par une patiente lecture, j’ai cru lire les traces d’une ancienne catastrophe, d’une eschatologie déjà opérée et potentiellement toujours à l’œuvre, j’ai vu dans tous ces débris ; pour trouver, et parfois reconstituer, et enfin inventer, ce monde reclus, profond, vertueux, qui est origine, matrice et fin.

 
Derrière les choses et leur flux vers la mort, une permanence est à l’œuvre, et ne s’épuise jamais, sans avant, sans après. Être au plus près du flux de destruction, entrer dans sa structure intime nous montre, nous fait rencontrer son terme qui est de toute éternité assuré.
 

Enfin retirées de l’anecdote, nos sensations épurées nous guident dans un monde vibratoire, qui était caché tout près de nous.

Publication en ligne : 20 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette