BRIBES EN LIGNE
elle disposait d’une tandis que dans la grande je dors d’un sommeil de     une abeille de mult est vassal carles de l’illusion d’une       apparu       au  “... parler une ce pays que je dis est a propos de quatre oeuvres de       coude voile de nuità la dernier vers que mort et que vous dire des peinture de rimes. le texte       p&eacu       la la communication est station 5 : comment     m2 &nbs dernier vers aoi il arriva que       le       au suite de poème pour       jardin   que signifie pour maxime godard 1 haute       je reprise du site avec la       vaches       la   3   

les   (à "le renard connaît cet article est paru lentement, josué   iv    vers il ne sait rien qui ne va elle ose à peine     depuis       ce le numéro exceptionnel de dernier vers aoi   passet li jurz, si turnet a je me souviens de ne faut-il pas vivre comme       le   maille 1 :que il n’y a pas de plus ma chair n’est   se toutefois je m’estimais   la baie des anges comment entrer dans une madame, vous débusquez le ciel de ce pays est tout raphaël li emperere par sa grant polenta       le la cité de la musique le corps encaisse comme il abu zayd me déplait. pas       entre 0 false 21 18 le coeur du elle réalise des       au       le carmelo arden quin est une station 1 : judas able comme capable de donner         or   ces notes  les premières sixième de la dimanche 18 avril 2010 nous une il faut dire les quant carles oït la vertige. une distance antoine simon 13       arauca   pour adèle et f les marques de la mort sur ce texte m’a été ce jour-là il lui mise en ligne d’un       la       glouss madame aux rumeurs pour robert 1. il se trouve que je suis       &agrav derniers dernier vers aoi ….omme virginia par la  il y a le non... non... je vous assure,    nous madame, on ne la voit jamais au commencement était    seule au     l’é pour jacky coville guetteurs pour martine, coline et laure       sur autres litanies du saint nom la gaucherie à vivre, j’arrivais dans les f toutes mes nous avancions en bas de un tunnel sans fin et, à quando me ne so itu pe la vie humble chez les       fleure       le quand nous rejoignons, en       midi écrirecomme on se "pour tes       la et si au premier jour il diaphane est le pour mireille et philippe       la deuxième suite nos voix       va     nous c’est ici, me dernier vers aoi et il parlait ainsi dans la d’ eurydice ou bien de vous avez il souffle sur les collines temps de pierres dernier vers aoi "moi, esclave" a histoire de signes .   dits de ses mains aussi étaient rien n’est   j’ai souvent     &nbs je ne saurais dire avec assez       sur 1.- les rêves de réponse de michel  dans le livre, le       les ouverture d’une régine robin, tendresse du mondesi peu de autre citation"voui l’éclair me dure, la deuxième édition du ce c’est la peur qui fait journée de iv.- du livre d’artiste de mes deux mains       la la légende fleurie est et que dire de la grâce dernier vers aoi   en grec, morías ce qui fait tableau : ce  hors du corps pas à la bonne o tendresses ô mes 0 false 21 18 la brume. nuages je suis bien dans 1 au retour au moment       l̵ c’est un peu comme si, je rêve aux gorges 1 la confusion des  marcel migozzi vient de dernier vers aoi huit c’est encore à  il est des objets sur ce qui fascine chez       embarq douce est la terre aux yeux       je dernier vers aoi antoine simon 18 dans les écroulements       object en cet anniversaire, ce qui travail de tissage, dans       en a dix sept ans, je ne savais nécrologie juste un nouvelles mises en deux ajouts ces derniers  “comment nous savons tous, ici, que normal 0 21 false fal       fourr&       gentil démodocos... Ça a bien un des voiles de longs cheveux  martin miguel vient macao grise que reste-t-il de la légendes de michel       object r.m.a toi le don des cris qui me autre essai d’un douze (se fait terre se mais jamais on ne il tente de déchiffrer, antoine simon 7 ce paysage que tu contemplais     extraire       dans       m̵ grande lune pourpre dont les les doigts d’ombre de neige dernier vers aoi f le feu s’est inoubliables, les je meurs de soif dans ce pays ma mère constellations et mon cher pétrarque, le 19 novembre 2013, à la mesdames, messieurs, veuillez       vu madame déchirée moi cocon moi momie fuseau preambule – ut pictura 1-nous sommes dehors. toute trace fait sens. que       baie spectacle de josué dit un jour, vous m’avez couleur qui ne masque pas cinquième essai tout       nuage dans le patriote du 16 mars certains prétendent pour ma la musique est le parfum de bribes en ligne a granz fut li colps, li dux en antoine simon 2 ensevelie de silence, vous êtes j’ai donc       quand descendre à pigalle, se   un  c’était       longte deux nouveauté, difficile alliage de       soleil       il rare moment de bonheur, a la femme au       j̵ raphaËl les premières tendresses ô mes envols josué avait un rythme accorde ton désir à ta       " pour jean gautheronle cosmos religion de josué il       le dernier vers aoi   à sylvie quand il voit s’ouvrir, si grant dol ai que ne il en est des noms comme du il aurait voulu être recleimet deu mult       quinze le 15 mai, à en introduction à dentelle : il avait  tu vois im font chier       journ& 5) triptyque marocain dernier vers aoi       " neuf j’implore en vain   ciel !!!! deuxième apparition dans ma gorge quatrième essai de quand les eaux et les terres antoine simon 19 dernier vers aoi quand sur vos visages les je t’enlace gargouille deuxième approche de aux george(s) (s est la antoine simon 6       pav&ea dernier vers aoi       dans errer est notre lot, madame,       cette préparation des 0 false 21 18 avez-vous vu       au les textes mis en ligne f le feu s’est la langue est intarissable chaises, tables, verres, des voix percent, racontent       tourne  pour de       ce dans les carnets de pa(i)smeisuns en est venuz ainsi alfred…       devant autre petite voix  tous ces chardonnerets pur ceste espee ai dulor e agnus dei qui tollis peccata  je signerai mon       bonheu   anatomie du m et imagine que, dans la gardien de phare à vie, au     je n’ai jamais       &agrav   ces sec erv vre ile vous dites : "un la pureté de la survie. nul mougins. décembre petit matin frais. je te deuxième       les chairs à vif paumes karles se dort cum hume le scribe ne retient       " assise par accroc au bord de       magnol fragilité humaine. des quatre archanges que       grimpa le glacis de la mort j’ai ajouté   le texte suivant a 13) polynésie       le toi, mésange à   on n’est outre la poursuite de la mise le samedi 26 mars, à 15       b&acir là, c’est le sable et l’impossible ici. les oiseaux y ont fait       é glaciation entre Éléments - je déambule et suis nous avons affaire à de dernier vers aoi ] heureux l’homme tout à fleur d’eaula danse       &n a ma mère, femme parmi ce jour là, je pouvais dans un coin de nice, dans les horizons de boue, de décembre 2001. les petites fleurs des on trouvera la video il avait accepté dernier vers aoi deuxième apparition de tout en vérifiant la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Monde rassemblé... |
Zone gardée...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

 Zones gardées de l’intrusion du quotidien, du normatif, du nécessaire.

 
Où les signes sont hors de tout plan. L’antique loi de l’analogie y travaille, elle associe des registres étrangers, propose des transmutations sans ordre, dans ce lieu de la refonte des éléments, des espèces, des corps. Là une force qui mime le démiurge redistribue les formes dans sa confusion crépusculaire. Lieux de l’hermétique, quand les dieux n’y sont que des enfants qui mélangent tout, pâte primordiale où tout est concaténé. Grand remix, sampling appliqué, remise en jeu où l’on dépouille chaque forme de son histoire, pour l’essence qui y fut métamorphosée et qui s’y maintient au-delà de toute histoire.
 
Aussi un rêve, en persévérance mais encore bien fragile, regagne sa place jamais acquise. Rêve qui décrit l’ombre, l’envers et la mort de toute chose, qui semble tenir dans la lumière, alors qu’elle tient aussi dans l’ombre et par l’ombre.
 
Ces faits mis en réserve dans l’intimité inconnue, accumulent leurs causes, y compris celles venues après les causes premières, et retrouvent tout au long de leur silence les raisons de leur future raison.
 

Ceci se dit alors qu’il semblait que tout ait été dit.

Publication en ligne : 27 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette