BRIBES EN LIGNE
pour pierre theunissen la accoucher baragouiner edmond, sa grande deuxième essai pour andré       il  les trois ensembles       maquis sables mes parolesvous o tendresses ô mes sept (forces cachées qui       bonheu d’un côté chaque automne les merle noir  pour       force   ces notes dernier vers aoi poème pour le passé n’est       nuage dans les hautes herbes       sur la terre a souvent tremblé clere est la noit e la quand vous serez tout si, il y a longtemps, les tout mon petit univers en elle ose à peine pour jean marie il souffle sur les collines a christiane       j̵ générations   ces sec erv vre ile raphaËl tu le saiset je le vois pour marcel il n’est pire enfer que dernier vers aoi     oued coulant douze (se fait terre se       ruelle rm : d’accord sur       bien pas facile d’ajuster le dans le respect du cahier des       sur deuxième suite  née à c’est parfois un pays antoine simon 7     ton     longtemps sur raphaël madame chrysalide fileuse madame déchirée nice, le 8 octobre f j’ai voulu me pencher j’ai travaillé Être tout entier la flamme       je errer est notre lot, madame, je ne peins pas avec quoi, il ne reste plus que le un nouvel espace est ouvert lentement, josué on trouvera la video "pour tes des voix percent, racontent 5) triptyque marocain onzième l’évidence je désire un le scribe ne retient       bonhe     à difficile alliage de madame, c’est notre comme un préliminaire la pour yves et pierre poher et       les f le feu m’a     &nbs glaciation entre       au à la mémoire de la poésie, à la  “s’ouvre  les œuvres de reprise du site avec la c’est le grand de soie les draps, de soie elle réalise des À max charvolen et pure forme, belle muette, suite du blasphème de je découvre avant toi   pour olivier       &agrav   iv    vers       dans premier vers aoi dernier       au       une voile de nuità la laure et pétrarque comme  jésus le numéro exceptionnel de antoine simon 13 dans ce pays ma mère  au travers de toi je iloec endreit remeint li os religion de josué il       fleure bien sûrla de toutes les je sais, un monde se j’oublie souvent et j’ai ajouté la pureté de la survie. nul tout est prêt en moi pour       dans chercher une sorte de       voyage aucun hasard si se       le c’est une sorte de montagnesde   ciel !!!! clers fut li jurz e li   le texte suivant a du bibelot au babilencore une c’est vrai abstraction voir figuration       dans spectacle de josué dit       la je n’hésiterai nos voix       soleil viallat © le château de saluer d’abord les plus   d’un coté,       &n arbre épanoui au ciel madame est toute dernier vers aoi       & jamais si entêtanteeurydice un temps hors du et  riche de mes madame est la reine des   que signifie     dans la ruela l’ami michel vous dites : "un tendresse du mondesi peu de pour robert      & mougins. décembre       nuage       embarq   pour le prochain dans le train premier able comme capable de donner       ma  la lancinante cet article est paru dernier vers que mort ...et poème pour sixième il en est des noms comme du Ç’avait été la       pour         &n faisant dialoguer 1) la plupart de ces pour mes enfants laure et       dans face aux bronzes de miodrag       st j’ai perdu mon la vie est dans la vie. se ce jour là, je pouvais       "     m2 &nbs deuxième temps où le sang se       &eacut la galerie chave qui je meurs de soif       " "si elle est agnus dei qui tollis peccata       le       dans  au mois de mars, 1166 ce qui aide à pénétrer le prenez vos casseroles et granz est li calz, si se mult est vassal carles de quelque chose pour jean-louis cantin 1.- temps de pierres  un livre écrit des voiles de longs cheveux effleurer le ciel du bout des la bouche pure souffrance travail de tissage, dans dans les horizons de boue, de       je me       m̵       et tu       " attendre. mot terrible.       ( le pendu       sur le ciel de ce pays est tout ce qui fascine chez       dans i.- avaler l’art par dire que le livre est une la mort, l’ultime port,   est-ce que  martin miguel vient lorsque martine orsoni       dans   si vous souhaitez il était question non       b&acir       fleur  il y a le ce monde est semé je reviens sur des   anatomie du m et c’est extrêmement 1-nous sommes dehors. maintenant il connaît le dernier vers aoi pas de pluie pour venir dernier vers aoi dans le pain brisé son la fraîcheur et la       quinze les parents, l’ultime on croit souvent que le but dernier vers aoi il est le jongleur de lui    tu sais violette cachéeton que reste-t-il de la références : xavier sa langue se cabre devant le normal 0 21 false fal dans l’effilé de madame, on ne la voit jamais l’erbe del camp, ki a toi le don des cris qui passent .x. portes, gardien de phare à vie, au marcel alocco a       je me       à 0 false 21 18       dans entr’els nen at ne pui à sylvie antoine simon 21 rien n’est toutes ces pages de nos     hélas,       &agrav l’illusion d’une dernier vers aoi "tu sais ce que c’est de proche en proche tous À peine jetés dans le iv.- du livre d’artiste les grands la force du corps, sainte marie,   je ne comprends plus  monde rassemblé « 8° de a propos d’une    7 artistes et 1       tourne monde imaginal, f toutes mes       object       deux quando me ne so itu pe quand il voit s’ouvrir, le tissu d’acier quel étonnant             soleil       " dernier vers aoi       sur   la baie des anges macles et roulis photo 1 pour angelo cyclades, iii° et si tu dois apprendre à les dernières merci au printemps des ce qui fait tableau : ce thème principal :  “ce travail qui autres litanies du saint nom abu zayd me déplait. pas pour jacqueline moretti, dans la caverne primordiale zacinto dove giacque il mio     extraire ici. les oiseaux y ont fait     après patrick joquel vient de tout en vérifiant la route de la soie, à pied,   certains prétendent quant carles oït la quel ennui, mortel pour grande lune pourpre dont les pas une année sans évoquer allons fouiller ce triangle on cheval troisième essai       pav&ea de pareïs li seit la (dans mon ventre pousse une     les provisions attelage ii est une œuvre tout en travaillant sur les constellations et le géographe sait tout   marcel Éléments - il n’y a pas de plus je n’ai pas dit que le c’était une nice, le 18 novembre 2004       jardin       longte    il intendo... intendo ! tout à fleur d’eaula danse de sorte que bientôt la prédication faite ce       object (en regardant un dessin de       grimpa préparation des la tentation du survol, à     depuis  c’était À l’occasion de       alla antoine simon 12 dernier vers aoi       aux    si tout au long il pleut. j’ai vu la pur ceste espee ai dulor e le nécessaire non   maille 1 :que les amants se cinquième citationne je suis bien dans madame est une merci à la toile de dans les rêves de la dans le patriote du 16 mars la cité de la musique     [1]  madame dans l’ombre des antoine simon 3 antoine simon 14 et il fallait aller debout la danse de station 5 : comment attention beau martin miguel art et (elle entretenait la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > en attente

MARCEL ALOCCO

|
Sorbonnardises ?
© Marcel Alocco

« Supports-Surfaces » par Marie-Hélène Dampérat

Ecrivain(s) : Alocco

Marie-Hélène Dampérat nous livre, publié par l’Université de Saint-Etienne, le corps principal d’une thèse soutenue en 1997 à Paris IV-Sorbonne. L’ouvrage souffre fondamentalement du péché originel : sa motivation universitaire initiale, le présupposé académique d’explorer un sujet plutôt que de dégager de la Peinture Analytique qui marque la période 1965-1975 un sous-ensemble Supports-Surfaces, presque-groupe significatif mais limité dans la production comme dans le temps : 9 mois d’existence chaotique et un peu tardive (1970), avec prolongations fragmentaires, et constitution après-coup d’une image retouchée quasi-cohérente par l’Institution, Musées et Ministère de la Culture... Sort ironique quand on connaît les positions d’irrécupérables défendues à l’époque par ces peintres... dans les Galeries Fournier, Lambert, Templon, Piltzer et autres ! 

La vision de M-H Dampérat est un peu naïve parfois, mais (c’est le but d’un travail de recherche universitaire) chemin faisant remet tout de même en place contre le mythe une partie du contexte, ce qui est méritoire tant est aujourd’hui prégnante l’histoire faite par le marché, la publicité et les publications qui en vivent, aux dépens du travail esthétique produit par les artistes. Le succès donne l’image première, mais la fortune de chacune des œuvres et le temps de l’analyse venu, comme ce fut le cas dans le passé, l’événement et la production reviendront au premier plan. Il restera de cette tendance une poignée d’artistes dont la moitié auront plus ou moins reçu l’étiquette Supports-Surfaces. Marie-Hélène Grinfeder (« Les années Supports Surfaces » 1991, Herscher édit.) apportait des matériaux nécessaires, l’ouvrage de M-H Dampérat permet une première mise en perspective. Ce n’est donc qu’un début, continuons...

Publications de l’Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2000

Publication en ligne : 10 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette