BRIBES EN LIGNE
pour lee quand il voit s’ouvrir, les plus terribles   pour le prochain le 23 février 1988, il       au fragilité humaine.       montag  zones gardées de « amis rollant, de tout à fleur d’eaula danse la poésie, à la vous avez napolì napolì dernier vers que mort     l’é exacerbé d’air (ma gorge est une       la quant carles oït la à sylvie       et la langue est intarissable j’ai longtemps       je la liberté de l’être les enseignants : pour alain borer le 26   un envoi du bulletin de bribes f le feu s’est il est le jongleur de lui le géographe sait tout ce qui aide à pénétrer le le numéro exceptionnel de deux ajouts ces derniers dont les secrets… à quoi a la libération, les     hélas,      &       bruyan des quatre archanges que pour ma quel étonnant macles et roulis photo 1    au balcon   six formes de la sept (forces cachées qui les petites fleurs des   adagio   je antoine simon 11       l̵   ciel !!!!       au je suis occupé ces antoine simon 12       "   pour olivier pour mon épouse nicole pluies et bruines, certains soirs, quand je quando me ne so itu pe nous lirons deux extraits de dans l’effilé de pour robert rimbaud a donc pour angelo dernier vers aoi et  riche de mes pour anne slacik ecrire est libre de lever la tête il ne reste plus que le (elle entretenait dernier vers aoi et que vous dire des la force du corps, ki mult est las, il se dort nouvelles mises en   un vendredi    tu sais   saint paul trois d’ eurydice ou bien de 5) triptyque marocain ce qui fascine chez iloec endreit remeint li os dans le respect du cahier des       dans     double et ces  pour le dernier jour       six v.- les amicales aventures du       retour il souffle sur les collines où l’on revient       que  “ne pas f tous les feux se sont antoine simon 32     &nbs ce qui fait tableau : ce l’heure de la je suis celle qui trompe in the country on a cru à a l’aube des apaches,  “la signification lorsque martine orsoni au rayon des surgelés dans ce périlleux       dans il y a tant de saints sur     depuis toutes ces pages de nos     un mois sans (dans mon ventre pousse une       sur deuxième et nous n’avons rien la communication est       à  mise en ligne du texte       la  les trois ensembles le proche et le lointain  “ce travail qui dernier vers aoi "si elle est       marche références : xavier la pureté de la survie. nul le plus insupportable chez dans les carnets heureuse ruine, pensait avant dernier vers aoi 1- c’est dans rien n’est plus ardu dans le pain brisé son f le feu m’a deux mille ans nous je ne sais pas si dieu faisait silence, mais bernard dejonghe... depuis martin miguel art et quand les mots station 1 : judas gardien de phare à vie, au antoine simon 9 karles se dort cum hume       fourmi   pour théa et ses le ciel de ce pays est tout noble folie de josué, marché ou souk ou dernier vers aoi antoine simon 6       en un ainsi alfred…       les pour julius baltazar 1 le les étourneaux ! dix l’espace ouvert au antoine simon 26 il arriva que un trait gris sur la pour raphaël et il parlait ainsi dans la pour gilbert voudrais je vous “le pinceau glisse sur encore la couleur, mais cette et…  dits de j’ai parlé comme ce mur blanc attelage ii est une œuvre   1) cette la tentation du survol, à apaches : de la quatrième essai de       p&eacu dernier vers aoi raphaël pour jean marie dessiner les choses banales j’ai en réserve       la un jour, vous m’avez a propos d’une     au couchant inoubliables, les laure et pétrarque comme percey priest lakesur les madame est une       allong les dieux s’effacent       le tandis que dans la grande à madame dans l’ombre des chaque automne les si j’étais un et voici maintenant quelques d’un côté       la coupé en deux quand bien sûr, il y eut ensevelie de silence, c’est extrêmement "nice, nouvel éloge de la antoine simon 25  c’était genre des motsmauvais genre epuisement de la salle, mieux valait découper passet li jurz, la noit est quai des chargeurs de toutes sortes de papiers, sur       soleil écoute, josué, dernier vers aoi       deux pour michèle gazier 1 des conserves ! les dessins de martine orsoni suite du blasphème de bernadette griot vient de       pass&e …presque vingt ans plus  pour de     &nbs       au  martin miguel vient     à clers est li jurz et li soudain un blanc fauche le quand c’est le vent qui autre petite voix   se carissimo ulisse,torna a tout est possible pour qui la bouche pleine de bulles passent .x. portes, qu’est-ce qui est en langues de plomba la il semble possible   d’un coté, ce monde est semé je sais, un monde se       &agrav     nous       sur pour andrée    seule au  tu vois im font chier il pleut. j’ai vu la       en       dans   anatomie du m et un verre de vin pour tacher       il m1       antoine simon 33       l̵ mes pensées restent       vaches 1) notre-dame au mur violet cliquetis obscène des le soleil n’est pas       pourqu branches lianes ronces après la lecture de       journ& toutefois je m’estimais equitable un besoin sonnerait deuxième essai       arauca pour yves et pierre poher et a ma mère, femme parmi       juin ainsi fut pétrarque dans       cerisi histoire de signes . antoine simon 23 je meurs de soif       descen       ce       &agrav il n’était qu’un sculpter l’air : derniers vers sun destre madame est toute une fois entré dans la       la pour jean gautheronle cosmos toulon, samedi 9 lu le choeur des femmes de   3   

les   maille 1 :que  hier, 17 deuxième essai le j’ai travaillé j’écoute vos la vie humble chez les       entre huit c’est encore à si grant dol ai que ne il avait accepté raphaël madame des forêts de attendre. mot terrible. la liberté s’imprime à       dans il y a dans ce pays des voies les routes de ce pays sont ( ce texte a       soleil dans les horizons de boue, de les durand : une est-ce parce que, petit, on de toutes les   né le 7         or       apparu clere est la noit e la un tunnel sans fin et, à       pass&e j’aime chez pierre douze (se fait terre se ce n’est pas aux choses je n’ai pas dit que le macles et roulis photo       la f dans le sourd chatoiement antoine simon 16 comme un préliminaire la antoine simon 7 madame aux rumeurs   je ne comprends plus il ne s’agit pas de       un Être tout entier la flamme vous avez dans le patriote du 16 mars la musique est le parfum de     les fleurs du       va   dits de exode, 16, 1-5 toute ce jour-là il lui mi viene in mentemi le glacis de la mort  l’écriture r.m.a toi le don des cris qui ce À peine jetés dans le       sous ajout de fichiers sons dans j’ai changé le 1254 : naissance de  “... parler une morz est rollant, deus en ad le travail de bernard très saintes litanies et il fallait aller debout et si tu dois apprendre à pour m.b. quand je me heurte     chambre quelques autres f le feu est venu,ardeur des aucun hasard si se mon travail est une       dans a supposer quece monde tienne mult est vassal carles de les cuivres de la symphonie pour nicolas lavarenne ma  le grand brassage des  je signerai mon c’est la peur qui fait       sur attendre. mot terrible. granz est li calz, si se dernier vers aoi       deux on dit qu’agathe le pendu       parfoi antoine simon 18 présentation du mouans sartoux. traverse de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > en attente

MARCEL ALOCCO

|
Sorbonnardises ?
© Marcel Alocco

« Supports-Surfaces » par Marie-Hélène Dampérat

Ecrivain(s) : Alocco

Marie-Hélène Dampérat nous livre, publié par l’Université de Saint-Etienne, le corps principal d’une thèse soutenue en 1997 à Paris IV-Sorbonne. L’ouvrage souffre fondamentalement du péché originel : sa motivation universitaire initiale, le présupposé académique d’explorer un sujet plutôt que de dégager de la Peinture Analytique qui marque la période 1965-1975 un sous-ensemble Supports-Surfaces, presque-groupe significatif mais limité dans la production comme dans le temps : 9 mois d’existence chaotique et un peu tardive (1970), avec prolongations fragmentaires, et constitution après-coup d’une image retouchée quasi-cohérente par l’Institution, Musées et Ministère de la Culture... Sort ironique quand on connaît les positions d’irrécupérables défendues à l’époque par ces peintres... dans les Galeries Fournier, Lambert, Templon, Piltzer et autres ! 

La vision de M-H Dampérat est un peu naïve parfois, mais (c’est le but d’un travail de recherche universitaire) chemin faisant remet tout de même en place contre le mythe une partie du contexte, ce qui est méritoire tant est aujourd’hui prégnante l’histoire faite par le marché, la publicité et les publications qui en vivent, aux dépens du travail esthétique produit par les artistes. Le succès donne l’image première, mais la fortune de chacune des œuvres et le temps de l’analyse venu, comme ce fut le cas dans le passé, l’événement et la production reviendront au premier plan. Il restera de cette tendance une poignée d’artistes dont la moitié auront plus ou moins reçu l’étiquette Supports-Surfaces. Marie-Hélène Grinfeder (« Les années Supports Surfaces » 1991, Herscher édit.) apportait des matériaux nécessaires, l’ouvrage de M-H Dampérat permet une première mise en perspective. Ce n’est donc qu’un début, continuons...

Publications de l’Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2000

Publication en ligne : 10 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette