BRIBES EN LIGNE
la cité de la musique Être tout entier la flamme morz est rollant, deus en ad il ne sait rien qui ne va patrick joquel vient de dix l’espace ouvert au je t’enlace gargouille première je ne saurais dire avec assez     nous chaque jour est un appel, une vertige. une distance il faut laisser venir madame     les provisions       ce f qu’il vienne, le feu branches lianes ronces pour maxime godard 1 haute ce monde est semé dans l’innocence des toujours les lettres : non... non... je vous assure,  hors du corps pas vedo la luna vedo le  les premières a claude b.   comme …presque vingt ans plus       neige bribes en ligne a je ne sais pas si cliquetis obscène des dernier vers aoi   (dans le bien sûr, il y eut  les trois ensembles       st et ma foi, carissimo ulisse,torna a au lecteur voici le premier introibo ad altare l’art n’existe  référencem       aux attendre. mot terrible. halt sunt li pui e mult halt (ô fleur de courge... l’instant criblé       " a ma mère, femme parmi les avenues de ce pays       pav&ea   voici donc la le samedi 26 mars, à 15 langues de plomba la     extraire dans l’effilé de le texte qui suit est, bien ce va et vient entre franchement, pensait le chef, cinq madame aux yeux aux barrières des octrois  le grand brassage des coupé en deux quand       les dernier vers aoi g. duchêne, écriture le dernier vers aoi pour andré       pass&e v.- les amicales aventures du       dans       l̵ mille fardeaux, mille  on peut passer une vie de soie les draps, de soie 0 false 21 18 trois tentatives desesperees equitable un besoin sonnerait diaphane est le mot (ou toutefois je m’estimais dernier vers aoi         la jamais je n’aurais dernier vers aoi nous viendrons nous masser deuxième apparition       l̵ il semble possible c’est une sorte de f les rêves de       soleil quel étonnant carissimo ulisse,torna a       il mi viene in mentemi pour gilbert antoine simon 15 dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.- outre la poursuite de la mise     vers le soir     faisant la  au mois de mars, 1166 « voici se placer sous le signe de       dans de tantes herbes el pre la vie est ce bruissement toute une faune timide veille ce qu’un paysage peut i.- avaler l’art par antoine simon 17 pour martine, coline et laure antoine simon 18 merci au printemps des       magnol     longtemps sur       gentil  pour le dernier jour  au travers de toi je pas facile d’ajuster le rien n’est légendes de michel un titre : il infuse sa l’impression la plus madame porte à carles li reis en ad prise sa       une la communication est références : xavier       fourmi À la loupe, il observa       le       j̵       il leonardo rosa       m&eacu antoine simon 21 temps de cendre de deuil de immense est le théâtre et c’est la peur qui fait je suis celle qui trompe encore une citation“tu       longte       " temps où le sang se pour jean-marie simon et sa  la toile couvre les bernard dejonghe... depuis la chaude caresse de quand c’est le vent qui  tu vois im font chier       je cet article est paru janvier 2002 .traverse apaches : madame est toute       et       la nous avancions en bas de pour anne slacik ecrire est antoine simon 7 si elle est belle ? je   pour le prochain torna a sorrento ulisse torna j’entends sonner les       (       la exacerbé d’air reflets et echosla salle troisième essai d’un côté il y a des objets qui ont la juste un mot pour annoncer       baie       sur ils avaient si longtemps, si pour jean marie       un antoine simon 30 je m’étonne toujours de la a l’aube des apaches, face aux bronzes de miodrag station 3 encore il parle       la terre a souvent tremblé macles et roulis photo 1 cher bernard voici des œuvres qui, le et que vous dire des je t’ai admiré,       &eacut démodocos... Ça a bien un ço dist li reis : d’abord l’échange des     &nbs ce qui importe pour (josué avait entr’els nen at ne pui juste un       l̵ mise en ligne  pour de décembre 2001. c’est le grand "l’art est-il reprise du site avec la le recueil de textes  l’écriture vue à la villa tamaris bribes en ligne a la prédication faite réponse de michel    nous il existe au moins deux l’homme est       au au matin du il arriva que nous dirons donc    7 artistes et 1 pour daniel farioli poussant       bien le ciel est clair au travers 1 au retour au moment   né le 7 tandis que dans la grande cinquième citationne inoubliables, les rien n’est plus ardu dernier vers doel i avrat, libre de lever la tête toutes sortes de papiers, sur       dans nos voix le travail de bernard temps de bitume en fusion sur À max charvolen et quand il voit s’ouvrir, ….omme virginia par la tromper le néant je me souviens de écoute, josué, art jonction semble enfin envoi du bulletin de bribes le galop du poème me       cette autres litanies du saint nom max charvolen, martin miguel sixième comme une suite de dernier vers aoi dessiner les choses banales sors de mon territoire. fais granz est li calz, si se       je me l’heure de la       sous dernier vers que mort petites proses sur terre un nouvel espace est ouvert   marcel la mastication des pour andrée   je ne comprends plus madame chrysalide fileuse descendre à pigalle, se tout mon petit univers en pour alain borer le 26 c’est ici, me certains prétendent       avant dans le train premier Éléments - je suis occupé ces religion de josué il       montag onzième noble folie de josué,     pourquoi i en voyant la masse aux a propos de quatre oeuvres de       sur il ne reste plus que le dernier vers aoi pour max charvolen 1)       fleur j’ai parlé       et tu granz fut li colps, li dux en beaucoup de merveilles  née à la vie est dans la vie. se ce qui aide à pénétrer le sept (forces cachées qui deuxième apparition de  mise en ligne du texte villa arson, nice, du 17 de mes deux mains lorsque martine orsoni   j’ai souvent saluer d’abord les plus dernier vers aoi j’ai travaillé pour martin ki mult est las, il se dort dans les horizons de boue, de  “... parler une intendo... intendo ! s’ouvre la des voiles de longs cheveux a dix sept ans, je ne savais   en grec, morías   je n’ai jamais « pouvez-vous pour maguy giraud et la langue est intarissable tous feux éteints. des on dit qu’agathe gardien de phare à vie, au madame, on ne la voit jamais agnus dei qui tollis peccata non, björg,   maille 1 :que       bruyan    seule au       "       la  c’était       la rita est trois fois humble. elle disposait d’une nous savons tous, ici, que a grant dulur tendrai puis       au en cet anniversaire, ce qui     depuis dernier vers aoi j’ai longtemps toute trace fait sens. que deuxième  improbable visage pendu rm : d’accord sur clere est la noit e la l’appel tonitruant du     surgi       le ( ce texte a tout en vérifiant       apparu je déambule et suis madame est une toulon, samedi 9  “s’ouvre le soleil n’est pas comme ce mur blanc macles et roulis photo       aujour suite du blasphème de (dans mon ventre pousse une quand les eaux et les terres "ah ! mon doux pays, tes chaussures au bas de que reste-t-il de la premier essai c’est al matin, quant primes pert la bouche pleine de bulles antoine simon 20 mon cher pétrarque, dernier vers aoi antoine simon 26 des voix percent, racontent       " onze sous les cercles il est le jongleur de lui guetter cette chose issent de mer, venent as arbre épanoui au ciel 0 false 21 18 avant propos la peinture est dernier vers aoi de l’autre   nous sommes       sur dans le patriote du 16 mars "tu sais ce que c’est martin miguel art et la force du corps, quelques autres même si  il y a le dans les hautes herbes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Éphéméride
<- 2 mai 2006 |
Patrick Joquel
© Patrick Joquel

 

Je n’ai jamais eu bien les pieds sur terrre. Petit le garage était mon vaisseau spatial. Le jardin une nouvelle planète à explorer. J’en ai gardé la nostalgie des départs. Le goût de la découverte. Je chemine ainsi sur d’aériennes crêtes avec les chocards et les silènes acaules pour compagnons. Je ne me lasse pas de vivre. Et de rêver
25 juin 2010

 

Publication en ligne : 3 juillet 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette