BRIBES EN LIGNE
      nuage macles et roulis photo 6 titrer "claude viallat, quatrième essai de et la peur, présente c’est extrêmement dernier vers aoi constellations et pour angelo la force du corps, le 26 août 1887, depuis je dors d’un sommeil de mon travail est une en cet anniversaire, ce qui antoine simon 3 de tantes herbes el pre       à karles se dort cum hume petit matin frais. je te sixième dentelle : il avait thème principal : les dieux s’effacent a toi le don des cris qui   (dans le ecrire sur morz est rollant, deus en ad religion de josué il sa langue se cabre devant le dans le monde de cette macles et roulis photo un jour, vous m’avez dernier vers s’il on croit souvent que le but il n’y a pas de plus traquer  un livre écrit quelques autres imagine que, dans la une autre approche de     le cygne sur       apr&eg ce n’est pas aux choses   nous sommes couleur qui ne masque pas je crie la rue mue douleur les dernières et nous n’avons rien       dans ce poème est tiré du de sorte que bientôt je t’enfourche ma générations   maille 1 :que dernier vers aoi   la fraîcheur et la tromper le néant il ne reste plus que le 0 false 21 18       o " je suis un écorché vif. je meurs de soif bel équilibre et sa tendresse du mondesi peu de       un macles et roulis photo 7    il ainsi va le travail de qui antoine simon 17 un tunnel sans fin et, à  c’était       sur iv.- du livre d’artiste raphaël je serai toujours attentif à il ne s’agit pas de       le voici des œuvres qui, le josué avait un rythme ce qui importe pour il tente de déchiffrer, passent .x. portes,       sur et c’était dans madame, vous débusquez fin première cinq madame aux yeux la tentation du survol, à soudain un blanc fauche le dernier vers aoi rimbaud a donc À la loupe, il observa li quens oger cuardise pour mes enfants laure et pour helmut       tourne       entre dans la caverne primordiale pour andré villers 1) antoine simon 30 pour jean gautheronle cosmos non, björg, nous avancions en bas de dessiner les choses banales tes chaussures au bas de je déambule et suis ne pas négocier ne  référencem       deux "ces deux là se       que       " toute trace fait sens. que aux george(s) (s est la la rencontre d’une les routes de ce pays sont derniers vers sun destre     vers le soir seul dans la rue je ris la "tu sais ce que c’est sainte marie,    7 artistes et 1 clers fut li jurz e li       dans ecrire les couleurs du monde deuxième essai le pour michèle aueret   ces notes toi, mésange à      & voile de nuità la  “s’ouvre  l’exposition  dernier vers aoi l’erbe del camp, ki   je ne comprends plus exode, 16, 1-5 toute attelage ii est une œuvre       la il souffle sur les collines merci à la toile de nous avons affaire à de pas même tendresses ô mes envols qu’est-ce qui est en en ceste tere ad estet ja       &agrav pour marcel la prédication faite difficile alliage de première reflets et echosla salle depuis le 20 juillet, bribes       grimpa tout le problème a l’aube des apaches, deux mille ans nous introibo ad altare       fourr& s’égarer on il faut laisser venir madame  “ne pas  tu vois im font chier sables mes parolesvous et si au premier jour il "et bien, voilà..." dit la fonction,       p&eacu le texte qui suit est, bien       voyage       pass&e légendes de michel       la       pour quand sur vos visages les 5) triptyque marocain       l̵ antoine simon 6 quelques textes diaphane est le mot (ou le numéro exceptionnel de d’ eurydice ou bien de 1) la plupart de ces       qui vous avez       sur  hier, 17 dans les rêves de la et ma foi, références : xavier     &nbs d’un côté deuxième apparition je suis c’est un peu comme si, attendre. mot terrible. pour ma allons fouiller ce triangle je sais, un monde se nécrologie     double       allong (À l’église on cheval pourquoi yves klein a-t-il des conserves ! villa arson, nice, du 17 1 la confusion des       le    en sauvage et fuyant comme g. duchêne, écriture le       marche pour raphaël carles li reis en ad prise sa nice, le 8 octobre si, il y a longtemps, les c’était une chercher une sorte de les cuivres de la symphonie     ton mes pensées restent   le texte suivant a À max charvolen et quand nous rejoignons, en il en est des meurtrières. antoine simon 5 au programme des actions outre la poursuite de la mise mult est vassal carles de la terre a souvent tremblé approche d’une ço dist li reis : il en est des noms comme du li emperere par sa grant       sur (vois-tu, sancho, je suis rossignolet tu la samuelchapitre 16, versets 1       le les grands laure et pétrarque comme  de la trajectoire de ce et tout avait de prime abord, il carissimo ulisse,torna a pour jacqueline moretti,       glouss       montag  les premières coupé le sonà le temps passe dans la autre essai d’un a christiane coupé en deux quand il aurait voulu être       longte alocco en patchworck © (dans mon ventre pousse une pur ceste espee ai dulor e epuisement de la salle,       les ici. les oiseaux y ont fait v.- les amicales aventures du dans le pays dont je vous   la baie des anges juste un mot pour annoncer ( ce texte a suite du blasphème de chaque jour est un appel, une pour maxime godard 1 haute se placer sous le signe de ce 28 février 2002. la galerie chave qui ...et poème pour       devant grant est la plaigne e large le 23 février 1988, il marcel alocco a rien n’est ce qui fait tableau : ce saluer d’abord les plus dernier vers aoi (ma gorge est une   la production carmelo arden quin est une portrait. 1255 : suite de     hélas,       apparu et encore  dits depuis ce jour, le site les oiseaux s’ouvrent       pass&e temps où le sang se station 5 : comment mais jamais on ne       dans la poésie, à la   pour olivier antoine simon 23 un nouvel espace est ouvert « e ! malvais ce jour là, je pouvais       aujour attendre. mot terrible. i mes doigts se sont ouverts m1             soleil je n’ai pas dit que le       enfant granz fut li colps, li dux en je m’étonne toujours de la     du faucon vous n’avez printemps breton, printemps non... non... je vous assure, la liberté de l’être un soir à paris au a dix sept ans, je ne savais       parfoi toutefois je m’estimais on peut croire que martine       " glaciation entre quatrième essai de la deuxième édition du       jardin  au mois de mars, 1166         &n tandis que dans la grande cliquetis obscène des   adagio   je a propos de quatre oeuvres de prenez vos casseroles et       grappe la liberté s’imprime à dans les carnets toutes ces pages de nos je t’ai admiré, les avenues de ce pays et voici maintenant quelques       &n exacerbé d’air       sous « pouvez-vous  au travers de toi je quelque temps plus tard, de « h&eacu du bibelot au babilencore une tout est prêt en moi pour quatrième essai rares deuxième suite dernier vers aoi des voiles de longs cheveux c’est vrai  “ce travail qui       é pour egidio fiorin des mots comme une suite de pour alain borer le 26       coude comme c’est   l’oeuvre vit son a la libération, les d’un bout à    nous    tu sais mais non, mais non, tu pour nicolas lavarenne ma       sur ….omme virginia par la fontelucco, 6 juillet 2000       sur     son       je me derniers macles et roulis photo 4 cher bernard un verre de vin pour tacher  on peut passer une vie quando me ne so itu pe juste un sous l’occupation  tu ne renonceras pas. rare moment de bonheur,       cerisi pour anne slacik ecrire est       dans pas facile d’ajuster le il s’appelait cet univers sans f tous les feux se sont la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Éphéméride
<- 2 mai 2006 |
Patrick Joquel
© Patrick Joquel

 

Je n’ai jamais eu bien les pieds sur terrre. Petit le garage était mon vaisseau spatial. Le jardin une nouvelle planète à explorer. J’en ai gardé la nostalgie des départs. Le goût de la découverte. Je chemine ainsi sur d’aériennes crêtes avec les chocards et les silènes acaules pour compagnons. Je ne me lasse pas de vivre. Et de rêver
25 juin 2010

 

Publication en ligne : 3 juillet 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette