BRIBES EN LIGNE
      le carissimo ulisse,torna a chaises, tables, verres,   le texte suivant a  ce mois ci : sub « voici       dans dernier vers aoi dans les carnets je n’ai pas dit que le je désire un pour andré villers 1) pour mon épouse nicole À max charvolen et quelque temps plus tard, de de pareïs li seit la       que depuis ce jour, le site introibo ad altare dans l’innocence des le 19 novembre 2013, à la on trouvera la video madame est une la galerie chave qui sixième bientôt, aucune amarre toi, mésange à  tous ces chardonnerets       le les routes de ce pays sont jouer sur tous les tableaux ils s’étaient       & le travail de bernard       dans       (   voici donc la pour ma antoine simon 5 j’ai donné, au mois Être tout entier la flamme  le "musée     longtemps sur (ma gorge est une tout en travaillant sur les comme un préliminaire la temps de pierres dans la dans les rêves de la       la archipel shopping, la o tendresses ô mes       magnol dire que le livre est une vous avez de prime abord, il     &nbs un jour nous avons mise en ligne f les marques de la mort sur pour michèle gazier 1) macles et roulis photo 4 voudrais je vous deuxième apparition tromper le néant dans les horizons de boue, de pour alain borer le 26     extraire le geste de l’ancienne, quand nous rejoignons, en je t’ai admiré,       au paien sunt morz, alquant en ceste tere ad estet ja " je suis un écorché vif. la brume. nuages dernier vers aoi en cet anniversaire, ce qui       la quatrième essai de la fraîcheur et la se reprendre. creuser son     [1]  “le pinceau glisse sur vertige. une distance il tente de déchiffrer,       retour       m&eacu chaque automne les       la pie madame aux rumeurs face aux bronzes de miodrag c’est ici, me "pour tes       parfoi ne pas négocier ne clquez sur  marcel migozzi vient de diaphane est le noble folie de josué,       descen la tentation du survol, à    nous des conserves ! pas de pluie pour venir dans l’effilé de ki mult est las, il se dort ce qui fait tableau : ce les dernières sous l’occupation     pluie du le proche et le lointain       coude       allong  il est des objets sur a supposer quece monde tienne le 23 février 1988, il   la production à j’oublie souvent et   pour le prochain je sais, un monde se antoine simon 25 rien n’est plus ardu (elle entretenait pour daniel farioli poussant pour jean-louis cantin 1.- madame, on ne la voit jamais je t’enlace gargouille juste un mot pour annoncer et nous n’avons rien       en il faut laisser venir madame les parents, l’ultime       ce       l̵       sur frères et attention beau cet article est paru       grappe pure forme, belle muette,         or 1) la plupart de ces merle noir  pour c’est le grand       dans raphaël et te voici humanité able comme capable de donner on cheval dix l’espace ouvert au la terre nous l’existence n’est "ah ! mon doux pays,   au milieu de nos voix       la apaches : la danse de écrirecomme on se c’est la chair pourtant suite du blasphème de antoine simon 17 d’un côté un besoin de couper comme de antoine simon 7 pour philippe dans l’innocence des art jonction semble enfin       le présentation du antoine simon 22 de pa(i)smeisuns en est venuz il n’est pire enfer que       dans quelques autres langues de plomba la pour jacqueline moretti,   un vendredi    courant chairs à vif paumes si grant dol ai que ne   ces sec erv vre ile dernier vers aoi accorde ton désir à ta de soie les draps, de soie la mort, l’ultime port, suite de je suis celle qui trompe il arriva que les étourneaux ! tout est prêt en moi pour  “ne pas       apr&eg l’erbe del camp, ki dernier vers aoi je meurs de soif onze sous les cercles histoire de signes . et combien pour lee deux nouveauté,       " À la loupe, il observa qu’est-ce qui est en dernier vers aoi   les plus terribles du fond des cours et des ...et poème pour écoute, josué, temps de bitume en fusion sur       tourne villa arson, nice, du 17 bruno mendonça petites proses sur terre je ne saurais dire avec assez passent .x. portes, le lent tricotage du paysage titrer "claude viallat, une autre approche de antoine simon 14     de rigoles en tandis que dans la grande       qui petit matin frais. je te j’écoute vos quand les eaux et les terres     les provisions merci à marc alpozzo       le encore une citation“tu on peut croire que martine elle réalise des       voyage       &ccedi dernier vers aoi       entre  de la trajectoire de ce       la pour raphaël samuelchapitre 16, versets 1 dans le pain brisé son lorsque martine orsoni le temps passe dans la       journ& toute trace fait sens. que avec marc, nous avons buttati ! guarda&nbs avant propos la peinture est af : j’entends elle ose à peine rêve, cauchemar,       la a christiane       apparu je ne sais pas si après la lecture de errer est notre lot, madame, préparation des coupé en deux quand sa langue se cabre devant le       et tu antoine simon 6 effleurer le ciel du bout des dorothée vint au monde     l’é  les premières « 8° de       allong deuxième suite le passé n’est carles respunt : chercher une sorte de g. duchêne, écriture le assise par accroc au bord de pour anne slacik ecrire est  de même que les pour m.b. quand je me heurte le recueil de textes ils avaient si longtemps, si       enfant mult ben i fierent franceis e  le grand brassage des là, c’est le sable et madame a des odeurs sauvages cette machine entre mes pour max charvolen 1) la prédication faite       l̵ carmelo arden quin est une antoine simon 31 antoine simon 16 prenez vos casseroles et dernier vers doel i avrat, la fonction, merci au printemps des l’évidence la fraîcheur et la quand c’est le vent qui allons fouiller ce triangle dernier vers aoi     rien dernier vers aoi macles et roulis photo 1 j’ai longtemps ce pays que je dis est sixième ils sortent       va où l’on revient f toutes mes     au couchant       le       les et voici maintenant quelques rêves de josué,  “ce travail qui    tu sais j’ai en réserve trois (mon souffle au matin passet li jurz, si turnet a quel étonnant issent de mer, venent as dans le monde de cette grant est la plaigne e large       le non, björg, faisant dialoguer       les de mes deux mains la langue est intarissable l’heure de la dernier vers aoi preambule – ut pictura  on peut passer une vie l’impossible iloec endreit remeint li os  mise en ligne du texte autre essai d’un temps de cendre de deuil de et tout avait       l̵ la littérature de journée de       &agrav au seuil de l’atelier l’éclair me dure, macao grise       la liberté s’imprime à troisième essai et la chaude caresse de normal 0 21 false fal démodocos... Ça a bien un il faut aller voir la légende fleurie est aux george(s) (s est la mon travail est une les petites fleurs des un soir à paris au  tu ne renonceras pas. dernier vers que mort ne faut-il pas vivre comme sables mes parolesvous  “... parler une madame est une torche. elle  tu vois im font chier 1254 : naissance de c’est la peur qui fait du bibelot au babilencore une tout mon petit univers en les avenues de ce pays toutes ces pages de nos madame des forêts de clere est la noit e la max charvolen, martin miguel iv.- du livre d’artiste       droite i mes doigts se sont ouverts "et bien, voilà..." dit pur ceste espee ai dulor e f les rêves de dernier vers aoi nous dirons donc même si janvier 2002 .traverse       j̵ à propos des grands granz fut li colps, li dux en l’homme est temps de pierres       &n rm : nous sommes en la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Arbre épanoui au ciel marin
ouvert
fleur droite au flanc des eaux
poing tendu vers la mer et le ciel et la terre comme
un arbre une fleur une main
respirant de la respiration des vagues et du vent
te nourrissant de l’élément qui t’isole
village de l’amour des hommes de la terre du ciel et de la mer
village nuage village pêcheur
doublement protégé par les eaux et les pierres par la mer et les hommes
Sveti Stephan village de l’amour de toutes les vie
voilà que tu es mort vidé seuls parfois
d’éphémères passants sans retard font sonner tes pierres si raisonnables
seul le bruit glapissant étranger de danses sans amour pour la mouvance de tes vagues
adieu villageotel mort figé dans ta grâce momie
sarcophage enchâssé dans la mer non pas lugubre non radieux mais mort
au travail des hommes à la nuance des rapports


En même temps qu’il était né le 14 février 1906 au coeur du continent africain, on avait placé des serrures sur les placards les plus anodins.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette