BRIBES EN LIGNE
 “ne pas dernier vers aoi pour egidio fiorin des mots bruno mendonça  il est des objets sur écoute, josué,       " petit matin frais. je te tout en vérifiant     un mois sans pour julius baltazar 1 le       l̵       avant   dits de le géographe sait tout ce texte se présente grande lune pourpre dont les il n’était qu’un à     dans la ruela vous n’avez  dans toutes les rues pour maxime godard 1 haute  si, du nouveau       dans le ciel de ce pays est tout pour jean-marie simon et sa autre petite voix         &n merci au printemps des suite de d’un bout à nous lirons deux extraits de avant propos la peinture est granz fut li colps, li dux en       pass&e des conserves ! voile de nuità la 1. il se trouve que je suis sur l’erbe verte si est introibo ad altare       un antoine simon 26       un passet li jurz, la noit est gardien de phare à vie, au et encore  dits lorsqu’on connaît une pluies et bruines, onze sous les cercles tous ces charlatans qui la communication est nice, le 18 novembre 2004   pour adèle et dernier vers aoi l’illusion d’une   pour le prochain f les rêves de  au travers de toi je   1) cette   jn 2,1-12 :         or il est le jongleur de lui       pass&e       nuage tous feux éteints. des       neige le grand combat : le nécessaire non quel étonnant       au nouvelles mises en quelques autres macles et roulis photo 7 o tendresses ô mes       la     &nbs exacerbé d’air   si vous souhaitez a la libération, les       les normalement, la rubrique   dire que le livre est une       six premier essai c’est dans ma gorge des voiles de longs cheveux noble folie de josué, arbre épanoui au ciel  la lancinante le pendu  tu vois im font chier bien sûrla la bouche pure souffrance buttati ! guarda&nbs travail de tissage, dans deuxième pour maguy giraud et  au mois de mars, 1166       droite tromper le néant ici, les choses les plus       fleure genre des motsmauvais genre outre la poursuite de la mise et ma foi, le 15 mai, à titrer "claude viallat, dans les rêves de la le geste de l’ancienne, chaque jour est un appel, une 13) polynésie nice, le 8 octobre légendes de michel de toutes les le ciel est clair au travers art jonction semble enfin il y a dans ce pays des voies dans la caverne primordiale vous avez deuxième approche de     une abeille de     les fleurs du ouverture de l’espace rm : nous sommes en vos estes proz e vostre sa langue se cabre devant le les oiseaux s’ouvrent je reviens sur des dernier vers aoi « amis rollant, de quatrième essai de madame des forêts de deuxième suite le texte qui suit est, bien merle noir  pour soudain un blanc fauche le c’est extrêmement intendo... intendo ! avez-vous vu ce jour là, je pouvais nous viendrons nous masser maintenant il connaît le   saint paul trois   en grec, morías       descen pour andré le recueil de textes "ah ! mon doux pays,       fourr&       les passet li jurz, si turnet a de prime abord, il j’oublie souvent et est-ce parce que, petit, on quand c’est le vent qui bal kanique c’est et c’était dans       grimpa       é dernier vers aoi       force       fourr&       embarq       deux de soie les draps, de soie ce les cuivres de la symphonie dernier vers aoi       crabe- mon cher pétrarque, a l’aube des apaches,    seule au de proche en proche tous avec marc, nous avons   (dans le madame est une clers est li jurz et li première carcassonne, le 06 autres litanies du saint nom et voici maintenant quelques   tout est toujours en (ô fleur de courge...   un vendredi       sur elle réalise des la rencontre d’une dernier vers aoi  marcel migozzi vient de il pleut. j’ai vu la "l’art est-il       je lancinant ô lancinant  “la signification la gaucherie à vivre, 1 la confusion des la route de la soie, à pied,       la mult est vassal carles de       baie       je vi.- les amicales aventures       dans dernier vers aoi   cinq madame aux yeux les avenues de ce pays le proche et le lointain    regardant 0 false 21 18 dernier vers aoi  tu ne renonceras pas.  ce qui importe pour peinture de rimes. le texte  “s’ouvre et tout avait si grant dol ai que ne       voyage dernier vers aoi       fleur dans les carnets       &ccedi antoine simon 25 j’ai en réserve les plus terribles l’attente, le fruit   encore une la force du corps, a propos de quatre oeuvres de f le feu m’a station 5 : comment       dans       le       au ils s’étaient  l’exposition        en  de la trajectoire de ce       un       dans tendresse du mondesi peu de dernier vers aoi si j’avais de son si tu es étudiant en       pav&ea antoine simon 12 merci à marc alpozzo je suis bien dans j’ai donc on cheval guetter cette chose pour michèle gazier 1     quand       dans station 3 encore il parle f qu’il vienne, le feu ce poème est tiré du certains prétendent après la lecture de je crie la rue mue douleur quant carles oït la dans le train premier très malheureux... que reste-t-il de la c’était une dans un coin de nice,       cerisi temps de pierres quatrième essai de je suis occupé ces       le     pourquoi       fourmi       glouss ce va et vient entre les petites fleurs des thème principal : pas facile d’ajuster le pour jacqueline moretti, dernier vers aoi       au pur ceste espee ai dulor e le bulletin de "bribes abstraction voir figuration cet article est paru charogne sur le seuilce qui douce est la terre aux yeux       ton sauvage et fuyant comme       &agrav « e ! malvais ce jour-là il lui bientôt, aucune amarre   ces notes six de l’espace urbain, pour qui veut se faire une à bernadette antoine simon 11 il en est des noms comme du j’aime chez pierre       que béatrice machet vient de à la bonne troisième essai       rampan   iv    vers une autre approche de Ç’avait été la l’erbe del camp, ki       la dans le pays dont je vous franchement, pensait le chef, et  riche de mes aux barrières des octrois madame est toute i en voyant la masse aux  de même que les     nous "moi, esclave" a où l’on revient trois tentatives desesperees c’est pour moi le premier macles et roulis photo 6 la tentation du survol, à pas même il n’y a pas de plus       l̵  née à pierre ciel le galop du poème me granz est li calz, si se  pour de jamais si entêtanteeurydice vertige. une distance       ce     les provisions       su dernier vers aoi martin miguel art et encore la couleur, mais cette     &nbs cliquetis obscène des       " au seuil de l’atelier de pareïs li seit la macles et roulis photo 1 5) triptyque marocain (À l’église comme une suite de dans le monde de cette dernier vers aoi madame dans l’ombre des rimbaud a donc       en un j’entends sonner les mise en ligne j’ai relu daniel biga, la mort, l’ultime port, a claude b.   comme la littérature de s’ouvre la c’est un peu comme si, et la peur, présente tout est prêt en moi pour     vers le soir dentelle : il avait  on peut passer une vie "ces deux là se edmond, sa grande ] heureux l’homme       ce       je me       sur le au lecteur voici le premier pas sur coussin d’air mais vous deux, c’est joie et antoine simon 5 temps où les coeurs carissimo ulisse,torna a       vu temps où le sang se  mise en ligne du texte depuis ce jour, le site neuf j’implore en vain traquer antoine simon 29 reflets et echosla salle     après ainsi va le travail de qui la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Arbre épanoui au ciel marin
ouvert
fleur droite au flanc des eaux
poing tendu vers la mer et le ciel et la terre comme
un arbre une fleur une main
respirant de la respiration des vagues et du vent
te nourrissant de l’élément qui t’isole
village de l’amour des hommes de la terre du ciel et de la mer
village nuage village pêcheur
doublement protégé par les eaux et les pierres par la mer et les hommes
Sveti Stephan village de l’amour de toutes les vie
voilà que tu es mort vidé seuls parfois
d’éphémères passants sans retard font sonner tes pierres si raisonnables
seul le bruit glapissant étranger de danses sans amour pour la mouvance de tes vagues
adieu villageotel mort figé dans ta grâce momie
sarcophage enchâssé dans la mer non pas lugubre non radieux mais mort
au travail des hommes à la nuance des rapports


En même temps qu’il était né le 14 février 1906 au coeur du continent africain, on avait placé des serrures sur les placards les plus anodins.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette