BRIBES EN LIGNE
le proche et le lointain dernier vers aoi   si, il y a longtemps, les       object les amants se tu le saiset je le vois       maquis le geste de l’ancienne, attendre. mot terrible.       une “dans le dessin antoine simon 18       ton bal kanique c’est jouer sur tous les tableaux de pa(i)smeisuns en est venuz et combien  de la trajectoire de ce     le       le josué avait un rythme chaises, tables, verres, dernier vers aoi preambule – ut pictura       arauca 1. il se trouve que je suis  le "musée   (à ce pays que je dis est ensevelie de silence, mi viene in mentemi premier essai c’est  ce mois ci : sub bribes en ligne a       m̵ siglent a fort e nagent e de la   ciel !!!! f les marques de la mort sur l’appel tonitruant du dans les horizons de boue, de       fleure agnus dei qui tollis peccata   j’ai souvent autre essai d’un       au     l’é         &n montagnesde comme c’est prenez vos casseroles et 5) triptyque marocain au programme des actions toutefois je m’estimais       &n karles se dort cum hume me attention beau  on peut passer une vie reflets et echosla salle eurydice toujours nue à lentement, josué d’abord l’échange des de proche en proche tous pour martin deux mille ans nous d’un bout à À peine jetés dans le   pour adèle et     cet arbre que j’écoute vos et que vous dire des       dans à propos des grands       le c’est une sorte de       nuage       en  marcel migozzi vient de on cheval pour marcel tandis que dans la grande ce qu’un paysage peut       fourmi  tu ne renonceras pas. nouvelles mises en       banlie  “s’ouvre noble folie de josué, macles et roulis photo antoine simon 19 sables mes parolesvous       juin j’entends sonner les "ah ! mon doux pays, la galerie chave qui je désire un       quand f tous les feux se sont le bulletin de "bribes et nous n’avons rien du fond des cours et des pour michèle dernier vers aoi       &agrav c’est le grand à ce jour là, je pouvais  “la signification la fraîcheur et la       la mes pensées restent aux barrières des octrois traquer f les rêves de avec marc, nous avons "nice, nouvel éloge de la     pluie du rien n’est quatrième essai de     sur la dernier vers aoi ço dist li reis : pour anne slacik ecrire est pour m.b. quand je me heurte sept (forces cachées qui régine robin,     le cygne sur qu’est-ce qui est en troisième essai dans le pain brisé son dernier vers doel i avrat, carles respunt :       au la lecture de sainte i mes doigts se sont ouverts       voyage       longte vous n’avez madame aux rumeurs madame est la reine des       le les grands le nécessaire non  hier, 17 et je vois dans vos       embarq  tu vois im font chier a christiane abstraction voir figuration iloec endreit remeint li os l’erbe del camp, ki écrirecomme on se je reviens sur des libre de lever la tête macles et roulis photo 7 au commencement était dans le monde de cette la pureté de la survie. nul       st nu(e), comme son nom       l̵ je suis occupé ces buttati ! guarda&nbs rm : nous sommes en toutes ces pages de nos   jn 2,1-12 :       l̵ la musique est le parfum de madame, on ne la voit jamais       (       soleil depuis ce jour, le site etudiant à il y a des objets qui ont la       qui clere est la noit e la entr’els nen at ne pui moisissures mousses lichens ce n’est pas aux choses apaches : carles li reis en ad prise sa mon cher pétrarque, macles et roulis photo 1 bien sûr, il y eut une il faut dire les jusqu’à il y a pour martine, coline et laure livre grand format en trois très saintes litanies constellations et pour lee pour nicolas lavarenne ma le plus insupportable chez pour jean gautheronle cosmos quelque temps plus tard, de       pass&e trois (mon souffle au matin mesdames, messieurs, veuillez ….omme virginia par la antoine simon 15 dans les carnets en 1958 ben ouvre à  le grand brassage des vedo la luna vedo le jamais si entêtanteeurydice a grant dulur tendrai puis a l’aube des apaches, la fraîcheur et la rien n’est plus ardu pour max charvolen 1) deux ajouts ces derniers     faisant la l’heure de la a ma mère, femme parmi la vie est dans la vie. se nice, le 30 juin 2000 travail de tissage, dans pas même  jésus     après attendre. mot terrible. dans l’innocence des avant propos la peinture est dans le train premier       chaque dans l’innocence des les oiseaux s’ouvrent  née à  ce qui importe pour     quand     hélas, l’évidence il existe deux saints portant des voiles de longs cheveux abu zayd me déplait. pas avez-vous vu c’est extrêmement Être tout entier la flamme elle ose à peine       mouett comme un préliminaire la o tendresses ô mes accoucher baragouiner antoine simon 9 max charvolen, martin miguel poème pour    courant       sur   le 10 décembre dernier vers que mort mille fardeaux, mille  “comment   pour théa et ses au lecteur voici le premier douce est la terre aux yeux       ( À max charvolen et antoine simon 13 macles et roulis photo 3       l̵      &       &n       l̵  l’écriture coupé le sonà vos estes proz e vostre sur l’erbe verte si est       la les doigts d’ombre de neige c’est la peur qui fait tendresses ô mes envols de soie les draps, de soie   si vous souhaitez vous avez l’illusion d’une   ces sec erv vre ile à la bonne dans les hautes herbes granz fut li colps, li dux en  au travers de toi je li emperere s’est si tu es étudiant en 1 la confusion des vous avez l’art n’existe petit matin frais. je te exode, 16, 1-5 toute des conserves ! peinture de rimes. le texte autre citation"voui       "    regardant …presque vingt ans plus merle noir  pour  je signerai mon ne pas négocier ne bribes en ligne a je suis le temps passe dans la j’ai en réserve le 28 novembre, mise en ligne « voici souvent je ne sais rien de pour ma epuisement de la salle,       entre dernier vers aoi ils s’étaient   voici donc la la deuxième édition du je suis celle qui trompe et il fallait aller debout dernier vers aoi       &agrav la langue est intarissable ma chair n’est en ceste tere ad estet ja un trait gris sur la rossignolet tu la dernier vers aoi leonardo rosa cet univers sans si grant dol ai que ne temps de pierres dans le respect du cahier des juste un mot pour annoncer station 3 encore il parle       reine f le feu s’est sa langue se cabre devant le il souffle sur les collines 1.- les rêves de non, björg, dernier vers aoi nous savons tous, ici, que pour robert  l’exposition    maille 1 :que là, c’est le sable et       sur antoine simon 14 j’ai changé le voile de nuità la l’homme est antoine simon 30 mieux valait découper il existe au moins deux tant pis pour eux. normal 0 21 false fal on croit souvent que le but la brume. nuages  hors du corps pas ce va et vient entre pour   pour le prochain  martin miguel vient antoine simon 29 onzième pas de pluie pour venir le 26 août 1887, depuis antoine simon 33 pour andré villers 1) ecrire les couleurs du monde   anatomie du m et que reste-t-il de la       au 0 false 21 18 comment entrer dans une chaque jour est un appel, une       &n le soleil n’est pas ce 28 février 2002. antoine simon 20 le ciel de ce pays est tout       le pourquoi yves klein a-t-il       avant    de femme liseuse raphaël       la toi, mésange à dans les écroulements madame déchirée la poésie, à la la littérature de       aujour       allong   l’oeuvre vit son la tentation du survol, à la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5

RAPHAEL MONTICELLI

| CXXXIV ->
CXXXIII

Clefs : Dieu , peuples , Josué , langue


Diaphane est le mot (ou n’est-ce pas translucide ?) Flotter entre deux rides du temps- ne dit-on pas qu’entre la glace et l’eau se forme une mince couche d’air ? C’est ainsi que vivent les Apaches, songeait Josué ils sont issus de ces mêmes ondes, de ces mêmes couches, ils ne sont pas morts, ils vivent beaux de cette transparente beauté que l’agonie pose en caresses savantes sur le masque de la mort. Je n’ai pas voulu aborder Ithaque en conquérant, mon retour a été celui de l’humilié. Les masques, n’est-ce pas, m’ont toujours été familiers Ma perchè perchè non parli ? Criait Josué en jetant son stylo sur la feuille. Qui anime nos figures qui anime nos figures ? Ta vie, ta vie, disait Dieu, est-elle autre chose qu’un songe ? Après tout peut-être que la nature n’est elle-même que petite fille boudeuse jouant avec des figures à peine plus complexes. Mais tes indiens, où sont-ils ? perdus dans quelle zone obscure et débile de ton esprit de vieillard ? Perdus comme entre la fresque et son voile d’enduit, entre les os et la peau des momies, se perd la vie. Mes songes, grommelait Josué, valent bien l’ombre des dieux. N’était-elle pas qu’une illusion ? N’était-elle vraiment qu’une illusion ? Écrire au fil du temps et de cette incertitude au temps se soumettre comme inacceptable donnée Et toi figure souffrante et rayonnante toi le dénudé le mourant l’abandonné le s’abandonnant à toutes les eaux du temps toi frère lumineux du monde François frère humble des humbles toi fait de terre et faisant de la terre ta sœur toi l’abreuvé de source Claire l’inapaisé comblé de joies inacceptables frère des loups et des eaux courantes voici que tu meurs laisse ta peau de terre à la terre retrouve le cordon deviens ruine tandis que des empires de sang et de boue s’établissent dans le sang et la boue aux confins de nos cercles à nos pieds dans notre dos. Voici que tu meurs François d’Assise, la 1226ème année depuis la mort de notre frère sauveur qui nous fit tous fils de Dieu. Voici que tu meurs François des humbles tandis que la terre tonne des victoires de Gengis Khan, le grand, le dirigeant, juste un an avant sa mort l’année de ta mort François. Vous êtes vous retrouvé dans les Élysées, les paradis, les au-delà des mots diaphanes, noués au même cordon de terre, partageant le même nombril et retrouvant le suc de la Pythie, et ma ruse et mon Ithaque aussi que les vents désespèrent et que la mer assaille. Voici que tu meurs François et que tes mots brûlent ma langue de sel et de soif mêlés tandis que j’installe mes outils et mes doutes dans le premier des grands nids de l’aigle. AOI


 

 
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette