BRIBES EN LIGNE
c’est la chair pourtant     les provisions dans les horizons de boue, de moisissures mousses lichens       glouss       vu     pluie du 13) polynésie j’ai ajouté   le 10 décembre carcassonne, le 06 quatre si la mer s’est  improbable visage pendu mon travail est une dernier vers aoi toulon, samedi 9 tu le saiset je le vois la bouche pure souffrance vertige. une distance       le  monde rassemblé antoine simon 22       dans heureuse ruine, pensait imagine que, dans la eurydice toujours nue à pure forme, belle muette, 1) la plupart de ces il ne s’agit pas de le lent déferlement raphaël travail de tissage, dans       journ&       ma cinq madame aux yeux la lecture de sainte je suis bien dans       montag dans l’innocence des  martin miguel vient langues de plomba la mult ben i fierent franceis e quand vous serez tout dernier vers aoi à cri et à dernier vers aoi rien n’est plus ardu temps de cendre de deuil de       neige       allong jamais si entêtanteeurydice       au i en voyant la masse aux l’existence n’est violette cachéeton temps de bitume en fusion sur dont les secrets… à quoi il faut laisser venir madame       la  ce mois ci : sub la tentation du survol, à maintenant il connaît le troisième essai toutes sortes de papiers, sur       la sur l’erbe verte si est       un dernier vers aoi       ( face aux bronzes de miodrag dessiner les choses banales errer est notre lot, madame, les installations souvent,       longte       la les oiseaux s’ouvrent folie de josuétout est     extraire pas sur coussin d’air mais et je vois dans vos "nice, nouvel éloge de la     un mois sans attendre. mot terrible. antoine simon 3     au couchant       object       mouett jamais je n’aurais antoine simon 28 il aurait voulu être quatrième essai rares allons fouiller ce triangle  dans le livre, le     pourquoi un nouvel espace est ouvert je reviens sur des  pour de  la lancinante à la bonne       sur à propos “la « e ! malvais f le feu est venu,ardeur des antoine simon 33 antoine simon 13 dernier vers aoi       bien avez-vous vu  “... parler une  “comment tout est prêt en moi pour     tout autour six de l’espace urbain, encore une citation“tu l’attente, le fruit antoine simon 23 poussées par les vagues avec marc, nous avons la musique est le parfum de       vu dernier vers aoi   il n’est pire enfer que vue à la villa tamaris là, c’est le sable et mise en ligne d’un générations Éléments - clers est li jurz et li bernadette griot vient de f dans le sourd chatoiement quant carles oït la iloec endreit remeint li os   que signifie       b&acir on a cru à o tendresses ô mes f tous les feux se sont fontelucco, 6 juillet 2000 le temps passe si vite, "et bien, voilà..." dit ne faut-il pas vivre comme antoine simon 31       la pas même       &n       l̵ le samedi 26 mars, à 15     dans la ruela   si vous souhaitez f le feu m’a se placer sous le signe de les dieux s’effacent où l’on revient       dernier vers aoi pour andré   jn 2,1-12 : sous la pression des 0 false 21 18       pourqu elle disposait d’une raphaËl rm : nous sommes en  je signerai mon dernier vers s’il       un dernier vers aoi je meurs de soif ce va et vient entre   pour théa et ses deux ce travail vous est     le cygne sur chaque jour est un appel, une carles respunt :       l̵ accorde ton désir à ta de tantes herbes el pre iv.- du livre d’artiste du bibelot au babilencore une nous avancions en bas de antoine simon 2 des conserves ! antoine simon 7 références : xavier comme c’est f j’ai voulu me pencher a dix sept ans, je ne savais il tente de déchiffrer, dix l’espace ouvert au À max charvolen et martin sixième onzième vous dites : "un       les  pour jean le un temps hors du c’est un peu comme si, l’art n’existe    7 artistes et 1 chaque automne les le pendu pour philippe pour mes enfants laure et morz est rollant, deus en ad ils sortent       sous la chaude caresse de dans l’innocence des     &nbs aux george(s) (s est la deuxième essai le       reine se reprendre. creuser son       &agrav   je n’ai jamais       la ce 28 février 2002.     de rigoles en il pleut. j’ai vu la le géographe sait tout le soleil n’est pas les avenues de ce pays f qu’il vienne, le feu  epître aux ouverture d’une dernier vers aoi même si       que a claude b.   comme dans les carnets madame est la reine des napolì napolì au commencement était des quatre archanges que 0 false 21 18 dernier vers aoi     après l’art c’est la art jonction semble enfin       s̵   d’un coté, pour le prochain basilic, (la frères et       ton préparation des  les œuvres de recleimet deu mult diaphane est le mot (ou mult est vassal carles de  la toile couvre les (de)lecta lucta   halt sunt li pui e mult halt   1) cette deux nouveauté,       banlie le lent tricotage du paysage       voyage       bonheu le bulletin de "bribes la mort, l’ultime port, “le pinceau glisse sur a la fin il ne resta que ici, les choses les plus       deux ço dist li reis :       devant       sur paysage de ta tombe  et       maquis nécrologie le recueil de textes les enseignants : glaciation entre     [1]  ( ce texte a la fraîcheur et la l’heure de la "moi, esclave" a chaises, tables, verres,       enfant seins isabelle boizard 2005  née à antoine simon 29  les éditions de       sur pour jean marie bernard dejonghe... depuis torna a sorrento ulisse torna  au mois de mars, 1166 après la lecture de a christiane cette machine entre mes seul dans la rue je ris la l’impression la plus       nuage au programme des actions dernier vers aoi dernier vers aoi deuxième essai  “la signification a grant dulur tendrai puis       descen pour helmut       je mi viene in mentemi abu zayd me déplait. pas deuxième suite sainte marie, pour michèle aueret       nuage tout en vérifiant portrait. 1255 : la fonction, la pureté de la survie. nul antoine simon 21       apr&eg       force on dit qu’agathe dernier vers aoi petit matin frais. je te leonardo rosa sur la toile de renoir, les le "patriote", carissimo ulisse,torna a dans les carnets le lourd travail des meules dernier vers aoi j’ai perdu mon les étourneaux ! lorsqu’on connaît une ce jour-là il lui guetter cette chose qu’est-ce qui est en       le le ciel est clair au travers il en est des meurtrières. sauvage et fuyant comme dans ce pays ma mère mesdames, messieurs, veuillez i mes doigts se sont ouverts premier vers aoi dernier   la production les petites fleurs des       en à propos des grands la bouche pleine de bulles  mise en ligne du texte l’une des dernières       jardin    tu sais il y a dans ce pays des voies pas de pluie pour venir 1. il se trouve que je suis macles et roulis photo 1 comme un préliminaire la dans le train premier pour anne slacik ecrire est       fleur merci à la toile de il y a tant de saints sur       la dernier vers aoi   a propos d’une constellations et         ruelle depuis ce jour, le site "ces deux là se ce texte se présente     depuis tendresses ô mes envols pour egidio fiorin des mots quand sur vos visages les       dans chercher une sorte de antoine simon 6 la liberté s’imprime à       alla gardien de phare à vie, au  hors du corps pas f les marques de la mort sur paroles de chamantu   six formes de la  l’exposition  pour andrée et ces r.m.a toi le don des cris qui nu(e), comme son nom pour pierre theunissen la   dits de       dans la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5

RAPHAEL MONTICELLI

| CXXXIV ->
CXXXIII

Clefs : Dieu , peuples , Josué , langue


Diaphane est le mot (ou n’est-ce pas translucide ?) Flotter entre deux rides du temps- ne dit-on pas qu’entre la glace et l’eau se forme une mince couche d’air ? C’est ainsi que vivent les Apaches, songeait Josué ils sont issus de ces mêmes ondes, de ces mêmes couches, ils ne sont pas morts, ils vivent beaux de cette transparente beauté que l’agonie pose en caresses savantes sur le masque de la mort. Je n’ai pas voulu aborder Ithaque en conquérant, mon retour a été celui de l’humilié. Les masques, n’est-ce pas, m’ont toujours été familiers Ma perchè perchè non parli ? Criait Josué en jetant son stylo sur la feuille. Qui anime nos figures qui anime nos figures ? Ta vie, ta vie, disait Dieu, est-elle autre chose qu’un songe ? Après tout peut-être que la nature n’est elle-même que petite fille boudeuse jouant avec des figures à peine plus complexes. Mais tes indiens, où sont-ils ? perdus dans quelle zone obscure et débile de ton esprit de vieillard ? Perdus comme entre la fresque et son voile d’enduit, entre les os et la peau des momies, se perd la vie. Mes songes, grommelait Josué, valent bien l’ombre des dieux. N’était-elle pas qu’une illusion ? N’était-elle vraiment qu’une illusion ? Écrire au fil du temps et de cette incertitude au temps se soumettre comme inacceptable donnée Et toi figure souffrante et rayonnante toi le dénudé le mourant l’abandonné le s’abandonnant à toutes les eaux du temps toi frère lumineux du monde François frère humble des humbles toi fait de terre et faisant de la terre ta sœur toi l’abreuvé de source Claire l’inapaisé comblé de joies inacceptables frère des loups et des eaux courantes voici que tu meurs laisse ta peau de terre à la terre retrouve le cordon deviens ruine tandis que des empires de sang et de boue s’établissent dans le sang et la boue aux confins de nos cercles à nos pieds dans notre dos. Voici que tu meurs François d’Assise, la 1226ème année depuis la mort de notre frère sauveur qui nous fit tous fils de Dieu. Voici que tu meurs François des humbles tandis que la terre tonne des victoires de Gengis Khan, le grand, le dirigeant, juste un an avant sa mort l’année de ta mort François. Vous êtes vous retrouvé dans les Élysées, les paradis, les au-delà des mots diaphanes, noués au même cordon de terre, partageant le même nombril et retrouvant le suc de la Pythie, et ma ruse et mon Ithaque aussi que les vents désespèrent et que la mer assaille. Voici que tu meurs François et que tes mots brûlent ma langue de sel et de soif mêlés tandis que j’installe mes outils et mes doutes dans le premier des grands nids de l’aigle. AOI


 

 
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette