BRIBES EN LIGNE
station 5 : comment ici, les choses les plus ma voix n’est plus que il y a des objets qui ont la       pass&e macles et roulis photo 6       les je découvre avant toi f dans le sourd chatoiement il était question non bernard dejonghe... depuis pour lee l’existence n’est pur ceste espee ai dulor e antoine simon 18 de pareïs li seit la accorde ton désir à ta toutes sortes de papiers, sur mouans sartoux. traverse de j’ai changé le 5) triptyque marocain   né le 7 "tu sais ce que c’est  il y a le       au que reste-t-il de la la bouche pure souffrance tout est possible pour qui   voici donc la equitable un besoin sonnerait ouverture de l’espace tout mon petit univers en   ces notes       nous avons affaire à de dernier vers aoi onze sous les cercles c’était une inoubliables, les ….omme virginia par la quand nous rejoignons, en la vie est ce bruissement la littérature de pas une année sans évoquer  dans le livre, le janvier 2002 .traverse c’est vrai   l’oeuvre vit son la pureté de la survie. nul juste un dans les hautes herbes madame des forêts de jusqu’à il y a   ciel !!!!     " Être tout entier la flamme pour helmut comme un préliminaire la dans les carnets la cité de la musique       qui merci à la toile de très malheureux... dernier vers aoi troisième essai et       mouett 1) notre-dame au mur violet polenta la tentation du survol, à suite de les doigts d’ombre de neige rêves de josué,  référencem c’est ici, me glaciation entre jamais si entêtanteeurydice 1) la plupart de ces À l’occasion de o tendresses ô mes   le 10 décembre       je dernier vers aoi dernier vers aoi       fourr& je t’enlace gargouille de sorte que bientôt pour michèle gazier 1) fragilité humaine. un trait gris sur la  dans toutes les rues le géographe sait tout il s’appelait       jardin la deuxième édition du       s̵ dans le monde de cette (josué avait lentement      &    de femme liseuse  martin miguel vient       midi i.- avaler l’art par la fraîcheur et la toujours les lettres : religion de josué il   (à agnus dei qui tollis peccata la brume. nuages pour maguy giraud et nos voix elle réalise des l’attente, le fruit à cri et à   pour théa et ses guetter cette chose       dans dans ce pays ma mère   ces sec erv vre ile nice, le 18 novembre 2004 nice, le 8 octobre pour michèle       " normalement, la rubrique il en est des noms comme du  pour jean le       ...mai heureuse ruine, pensait deuxième suite ce texte se présente dieu faisait silence, mais al matin, quant primes pert cher bernard les plus terribles À max charvolen et martin station 3 encore il parle descendre à pigalle, se voici des œuvres qui, le l’évidence dernier vers aoi  dernières mises vertige. une distance antoine simon 6 le ciel de ce pays est tout les dernières  pour de     nous (en regardant un dessin de leonardo rosa   on n’est pour marcel la terre a souvent tremblé passet li jurz, si turnet a je suis deuxième apparition       la temps où le sang se       la madame, c’est notre il tente de déchiffrer, je n’ai pas dit que le    au balcon       reine       sur   au milieu de  ce qui importe pour se reprendre. creuser son il pleut. j’ai vu la       le les premières c’est la distance entre douce est la terre aux yeux jamais je n’aurais antoine simon 7 le recueil de textes raphaËl   encore une dans un coin de nice, une il faut dire les buttati ! guarda&nbs libre de lever la tête « e ! malvais antoine simon 22 au labyrinthe des pleursils pour pierre theunissen la morz est rollant, deus en ad macles et roulis photo 4     les provisions dernier vers que mort       deux madame est une journée de f le feu s’est     une abeille de       dans       " ses mains aussi étaient macao grise       journ&  “s’ouvre       soleil rêve, cauchemar,       rampan antoine simon 31 grande lune pourpre dont les à 1-nous sommes dehors. bel équilibre et sa ce pays que je dis est       pass&e aux barrières des octrois pour jean marie dernier vers aoi quando me ne so itu pe imagine que, dans la ils sortent  la toile couvre les       dans       alla le 19 novembre 2013, à la a ma mère, femme parmi   le texte suivant a nouvelles mises en j’arrivais dans les ce qui importe pour il ne sait rien qui ne va       une sur la toile de renoir, les (de)lecta lucta   la route de la soie, à pied,       dans temps de cendre de deuil de le passé n’est     extraire des quatre archanges que       une légendes de michel de mes deux mains un homme dans la rue se prend       la       deux et que vous dire des je déambule et suis peinture de rimes. le texte       six       su     sur la    seule au me tes chaussures au bas de nous avancions en bas de       parfoi portrait. 1255 : il y a tant de saints sur carissimo ulisse,torna a les dieux s’effacent voile de nuità la       neige d’un bout à la mastication des ils avaient si longtemps, si les grands dernier vers doel i avrat, faisant dialoguer       dans la force du corps,  hier, 17    regardant madame aux rumeurs       l̵     vers le soir a supposer quece monde tienne de tantes herbes el pre       la il n’y a pas de plus À perte de vue, la houle des poème pour  je signerai mon       &   six formes de la ce qui fascine chez toute trace fait sens. que  le livre, avec ils s’étaient je dors d’un sommeil de soudain un blanc fauche le cette machine entre mes je reviens sur des dernier vers s’il  zones gardées de envoi du bulletin de bribes passent .x. portes, rimbaud a donc l’art c’est la       apparu       glouss ne pas négocier ne       &agrav (ma gorge est une ce jour-là il lui la musique est le parfum de comme une suite de se placer sous le signe de dans l’innocence des quelques autres villa arson, nice, du 17 immense est le théâtre et mesdames, messieurs, veuillez il existe au moins deux i en voyant la masse aux a propos d’une dernier vers aoi le geste de l’ancienne, juste un mot pour annoncer     son  tous ces chardonnerets maintenant il connaît le huit c’est encore à   un etait-ce le souvenir antoine simon 21       entre avec marc, nous avons mieux valait découper la gaucherie à vivre, autres litanies du saint nom       la chaises, tables, verres,   un vendredi       marche les enseignants :       ma       force napolì napolì bientôt, aucune amarre genre des motsmauvais genre et si tu dois apprendre à neuf j’implore en vain dans ce périlleux ainsi va le travail de qui intendo... intendo !       jonath un jour nous avons la rencontre d’une tout le problème dessiner les choses banales       je me je ne peins pas avec quoi, ce n’est pas aux choses spectacle de josué dit       en antoine simon 10 sauvage et fuyant comme ce dernier vers aoi la fonction,       &n carcassonne, le 06     rien pour michèle aueret       object nous serons toujours ces       ce preambule – ut pictura       bonhe couleur qui ne masque pas       la       le sous la pression des i mes doigts se sont ouverts À max charvolen et lentement, josué l’une des dernières prenez vos casseroles et toi, mésange à cet univers sans j’ai travaillé pour qui veut se faire une       l’homme est il est le jongleur de lui il faut laisser venir madame essai de nécrologie, premier essai c’est "mais qui lit encore le la liberté de l’être 1 la confusion des générations c’est une sorte de pour jacqueline moretti, cinquième essai tout dernier vers aoi madame est la reine des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Cultes

YVES UGHES

<- Prédication du 21 juin 2009 | Prédication du 23 décembre 2011 ->
Prédication du 27 février 2011
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)

 Epître aux Hébreux.

 

C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu te donna l’onction

D’une huile d’allégresse. (1,9)

 Il s’ensuit que nous devons prendre plus au sérieux le message entendu, si nous ne voulons pas aller à la dérive. (2,1)

Ainsi donc, puisque les enfants ont en commun le sang et la chair, lui aussi, pareillement, partagea la même condition, afin de réduire à l’impuissance, par sa mort, celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable et de délivrer ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. (2, 14-15)

Ayant alors persévéré, Abraham vit se réaliser la promesse. Les hommes jurent par plus grand qu’eux-mêmes, et pour mettre un terme à toute contestation, ils recourent à la garantie du serment. (6, 15-16)

De fait, on a là, d’une part l’abrogation du précepte antérieur en raison de déficience et de son manque d’utilité –car la loi n’a rien mené à l’accomplissement- et d’autre part l’introduction d’une espérance meilleure, par laquelle nous approchons de Dieu. (7, 18-19)

Lecture complète : le chapitre 9 : le culte de la première alliance. (9, 1-10)

La loi est à jamais incapable, malgré les sacrifices, toujours les mêmes,, offerts chaque année indéfiniment, de mener à l’accomplissement ceux qui viennent y prendre part. (10, 1-2)

Or, là où il y a eu pardon, on ne fait plus d’offrande pour le péché. (10, 18)

La foi est une manière de posséder déjà ce qu’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas. (11, 1)

Après s’être reconnus pour étrangers et voyageurs sur la terre. Car ceux qui parlent ainsi montrent clairement qu’ils sont à la recherche d’une patrie. (…) qu’ils aspirent à une patrie céleste. (11, 14 & 16)

Car il est bon que le cœur soit fortifié par la grâce et non par des aliments, qui n’ont jamais profité à ceux qui en font une question d’observance. (13, 9)

Sortons donc à sa rencontre en dehors du camp, en portant son humiliation. Car nous n’avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous sommes à la recherche d’une cité future. (13, 13-14)

 

Prologue : frères et sœurs, visages connus et amis de passage (nous sommes tous et toutes de passage, de toutes façons), bienvenue en ce lieu. Qu’il nous soit donné de saisir la parole, qu’elle illumine nos cœurs et entre dans la chair de nos vies.

Que l’indulgence soit aussi accordée au prédicateur laïc. Sa démarche, ma démarche, ne relève pas de l’exégèse mais de la rencontre. Rencontre d’une vie, d’une densité d’expérience et de dialogues, rencontre avec un texte qui parfois est choisi, mais qui souvent nous choisit. Je vous propose de lire deux extraits

Abraham.

Epître aux Hébreux.

 

1) Hic et nunc : ici et maintenant, présence et permanence du désert.

Nous sommes accoutumés aux supermarchés, aux étals de légumes, à l’étalage des fortunes. La profusion semble avoir gagné notre environnement mental, tendre la main, acheter, saisir, palper, déguster. Quoi de plus normal ? de plus coutumier ?

Et ce que nous ne pouvons posséder se place dans notre paysage visuel : yachts somptueux, villas débordantes, vitrines de bijoutiers, montres Rolex en viatique pour la réussite. Notre espace sature, il déborde, corne d’abondance déversant sans fin ses produits frits, frais, ou frelatés. 

Pourtant, en tous lieux et en nous souvent, le désert règne, le désert gagne, le vide menace. Nous le traversons et il nous livre, depuis « l’exode » sa force métaphorique.

Mauriac évoquait « le désert de l’amour ». Pour qui fréquente les jeunes de ce monde, les adolescents mais aussi les hommes et les femmes jeunes, une réalité s’impose : l’errance des sentiments, la confusion des sentiments. Ce qui pourrait tirer vers le haut relève désormais de la logique des plaques tectoniques. Notre société ne nourrit plus aucun message d’amour. « la courbe des tes yeux fait le tour de mon cœur » écrivait Paul Eluard, et Louis Aragon allait boire dans les Yeux d’Elsa.

De nos jours le désert s’installe dans les cœurs entre « les feux de l’amour » et les sites pornographiques. Dégradation de la femme, soumission directe à la jouissance bestiale, avec pour seule alternative les niaiseries fades et tristes de la collection Harlequin. Notre monde oscille avec frénésie entre le marquis de Sade et Madame Bovary. L’amour véritable n’est plus que grain de sable. Surface désertée, désertique, et nous traversons le temps, éperdu, sans savoir ce qu’aimer veut dire. Ce qu’aimer demande. De constance et d’effort, de construction et de patience. Nous avons perdu l’exigence merveilleuse de l’amour, et nos pas s’enfoncent dans les dunes. Et on le sait, le bonheur se trouve toujours sur la « dune d’après ».

Le désert gagne également toutes nos zones sociales. La finance domine le monde, ruinant l’action politique et réduisant à néant l’engagement citoyen. La férocité de la rentabilité est devenue règle d’airain, les êtres humains, les travailleurs ne comptent plus, il ne sont que grains de sable broyés par les machines à finances. La règle ne peut être discutée, elle fabrique des espaces stériles. Aucun sentiment ne peut prendre racine dans ces zones monétaires fluctuantes comme dunes. Marchez, marchons jusqu’à la dune d’après. Et laissons les squelettes perdus, ceux des perdants, se défaire dans la poudre.

Le désert règne, il gagne, le vide menace et nous traverse.

 Le peuple juif a traversé le désert. Son errance est pour nous d’une force métaphorique inégalée. Par les doutes soulignés, par le vecteur donné.

Moïse a libéré son peuple, par des actions inouïes. Dans le désert pourtant, le peuple ne peut ancrer sa foi, l’incertitude gagne, et il faut à tout prix faire un veau d’or pour concrétiser une croyance. Dans cette démarche erratique et tâtonnante une parole reste solide et permanente, celle de Dieu. Elle s’exprime par les dix commandements, elle sera prolongée par la naissance de Jésus, sa vie, sa mort, sa résurrection.

 La loi n’a pas suffi à nous rassurer. Que la présence du Christ nous aide donc à traverser les zones stériles de nos vies.

Ces zones s’installent dans nos peurs, et notamment dans la peur de la mort qui nous taraude en permanence.

Nous avons conscience de notre finitude. Et cette tension en nous installée nous livre pieds et poings liés aux pires actions. Contre la mort, accumulation des richesses, contre la mort désir vertigineux de pouvoirs, de pouvoir. Les Ben Ali, les Moubarak, les Khadafi s’accrochent, tirent à balles réelles sur leurs peuples, pour conserver une part d’éternité. A notre niveau, nous agissons comme eux, dans nos petites sphères. Obsédés par le désir d’arracher une once de pérennité, d’immortalité.

La voie du pouvoir s’installe dans le désert.

La Parole permet d’en sortir. Car le Christ est venu nous dire sa victoire, celle de l’amour. La victoire de l’amour sur la mort.

 

Ainsi donc, puisque les enfants ont en commun le sang et la chair, lui aussi, pareillement, partagea la même condition, afin de réduire à l’impuissance, par sa mort, celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable et de délivrer ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. (2, 14-15)

 La leçon s’avère à la fois inconcevable et chargée d’espérance.

Dès lors des versets entiers de cette épître aux Hébreux, complexe et exigeante, se livrent en toute simplicité.

Relisons-les

 Il s’ensuit que nous devons prendre plus au sérieux le message entendu, si nous ne voulons pas aller à la dérive. (2,1)

Après s’être reconnus pour étrangers et voyageurs sur la terre. Car ceux qui parlent ainsi montrent clairement qu’ils sont à la recherche d’une patrie. (…) qu’ils aspirent à une patrie céleste. (11, 14 & 16)

 

Ces versets se complètent. Deux mots clés s’y opposent : dérive et recherche. Nous le savons bien, la transcendance nous habite : nous avons besoin d’un « quelque chose » qui nous soit supérieur, qui nous tire vers le haut. Nous l’avons tous éprouvé, en tombant en arrêt devant un tableau, en laissant entrer en nous l’extase provoquée par un corps, un visage, une harmonie. Il est des instants où « les sons, les parfums et les couleurs se répondent ». Dante trouvait sa révélation dans le visage de Béatrice :

« Quand tu seras devant le doux regard

de celle dont les beaux yeux voient toutes choses,

tu sauras d’elle tout le voyage de ta vie ».

(L’Enfer, chant X, vers 129 à 132)

la femme peut être cette donna angelicata qui nous guide vers les cercles élargis de la lumière. La femme est cet avenir-là.

Par elle passe le mystère de l’Amour, celui-là même qui traverse les paroles de Jésus.

La foi peut être simple au charbonnier.

 

 

2) Tout pour la foi, rien par la vue.

 Et il convient souvent de se faire charbonnier pour accepter la foi. Certes l’intelligence doit se cultiver, mais elle ne peut travailler efficacement qu’en connaissant ses limites. Sur les ondes de France-Inter, le grand savant Hubert Reeves avouait récemment ces limites. Il se disait persuadé que nombre des faits, de perceptions, d’intuitions sont inexplicables. Quelque chose, un « je ne sais quoi » nous échappe et c’est heureux. Nous avons la faiblesse, la sagesse folle de placer là notre foi. En cette terre fertile, qui dépasse le désert. Si nous savons notre finitude, nous savons aussi ce qui nous dépasse, et que souligne cette insolite épître aux Hébreux.

La foi est une manière de posséder déjà ce qu’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas. (11, 1)

 

3)Sortir du camp,

 

Dans cette épître revient en liet-motiv la notion d’espace, de camp, de temple. Le lieu est révélateur et nous donne un enseignement riche.

Au gré des siècles, la parole donnée par l’Eternel s’est figée en rites, traçant un espace fait de cercles et d’interdits.

Le peuple demeure à l’extérieur, en périphérie. Les sacrificateurs peuvent entrer et officier. Au cœur se trouve effectivement le « saint des saints ».

La hiérarchie reprend ses droits, imposent son architecture.

Le message se mue en rites, en rituels, la parole se perd dans la répétition.

Cette menace pèse sur toute religion. Il convient donc toujours de revenir à la force originelle et pertubatrice de la Parole. Relire les textes et notamment les Evangiles dans leur vertu iconoclaste.

Car il est bon que le cœur soit fortifié par la grâce et non par des aliments, qui n’ont jamais profité à ceux qui en font une question d’observance. (13, 9)

Le mot observance éclate ici avec force. L’auteur en souligne la stérilité. Observer les rites revient à nourrir le désert en nous, et il s’étendra d’une façon telle que jamais nous n’en sortirons.
Au contraire, détruisons les cercles formatés et paralysants, osons le contact direct avec les textes, et ouvrons nos cœurs à ce qui ne se voit pas mais qui parle si fortement en nous pour peu que nous acceptions la grâce qui nous est donnée, celle de vivre, de cultiver des rencontres, d’aller vers l’autre pour se construire soi-même. Contre la tentation du repliement dans le rituel du camp retranché, osons l’aventure de la vie.

 

Sortons donc à sa rencontre en dehors du camp, en portant son humiliation. Car nous n’avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous sommes à la recherche d’une cité future. (13, 13-14)

Et que l’on ne vienne pas nous dire qu’il s’agit là d’une démarche faite d’austérité et de gravité. La foi est cette confiance qui ouvre les portes, permet la circulation de l’air et l’installation de la fraternité. La foi est fertilité, herbe verte, prairies à fouler d’un pied solide. On ne saurait que trop glorifier ce mot essentiel « allégresse », l’épître évoquée aujourd’hui le met en exergue, avec force.

 

C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu te donna l’onction

D’une huile d’allégresse. (1,9)

 

Allégresse, le mot suffit pour marquer la fin d’un propos, le début d’une journée dominicale, l’amorce d’une nouvelle semaine.

 

Amen

 

 

Publication en ligne : 2 janvier 2012
Première publication : 27 février 2011

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette