BRIBES EN LIGNE
 improbable visage pendu macles et roulis photo 1254 : naissance de   jn 2,1-12 : tromper le néant rita est trois fois humble.  la lancinante a l’aube des apaches, que d’heures       é ce n’est pas aux choses où l’on revient s’égarer on       il des quatre archanges que     une abeille de pour marcel au labyrinthe des pleursils       le       pour à bernadette rêves de josué,   le texte suivant a       le même si bien sûr, il y eut pour egidio fiorin des mots elle ose à peine       la pie  les premières mais non, mais non, tu  monde rassemblé marché ou souk ou dans les carnets des voiles de longs cheveux antoine simon 21 paroles de chamantu me pour angelo       ma station 1 : judas autre citation"voui  “ce travail qui madame chrysalide fileuse neuf j’implore en vain la deuxième édition du       le  “s’ouvre jamais je n’aurais       je la force du corps, À perte de vue, la houle des       une       midi edmond, sa grande le tissu d’acier troisième essai et aux george(s) (s est la de la 1 au retour au moment je rêve aux gorges       grimpa 0 false 21 18 le vieux qui (en regardant un dessin de moi cocon moi momie fuseau dernier vers aoi antoine simon 3 vous avez  tu vois im font chier Ç’avait été la antoine simon 29 au rayon des surgelés c’est la peur qui fait   ces notes 7) porte-fenêtre pas sur coussin d’air mais imagine que, dans la d’abord l’échange des     pluie du le glacis de la mort et la peur, présente "pour tes vos estes proz e vostre coupé en deux quand dernier vers aoi la littérature de les doigts d’ombre de neige et il fallait aller debout avez-vous vu il en est des noms comme du ma voix n’est plus que clers fut li jurz e li madame, on ne la voit jamais       jonath un temps hors du si elle est belle ? je c’est parfois un pays il n’est pire enfer que       pass&e tes chaussures au bas de quand vous serez tout     longtemps sur f les rêves de le recueil de textes       reine la chaude caresse de je sais, un monde se dernier vers aoi la tentation du survol, à antoine simon 18       "  si, du nouveau ici, les choses les plus       les tout est prêt en moi pour     un mois sans  c’était dernier vers aoi deux ajouts ces derniers il faut aller voir carissimo ulisse,torna a mille fardeaux, mille spectacle de josué dit au matin du     de rigoles en la rencontre d’une       la et ma foi, dans le pays dont je vous       les mon travail est une l’art c’est la  l’exposition  un titre : il infuse sa       dans       à       pass&e  le "musée       voyage je reviens sur des pour mes enfants laure et peinture de rimes. le texte rien n’est plus ardu beaucoup de merveilles    si tout au long la liberté de l’être et tout avait temps de pierres À peine jetés dans le très saintes litanies tous feux éteints. des il tente de déchiffrer, "tu sais ce que c’est    7 artistes et 1  jésus constellations et première quand il voit s’ouvrir, à la bonne trois tentatives desesperees derniers vers sun destre avant dernier vers aoi "et bien, voilà..." dit présentation du est-ce parce que, petit, on pour le prochain basilic, (la       fourr& « pouvez-vous     ton siglent a fort e nagent e mouans sartoux. traverse de coupé le sonà   est-ce que il n’était qu’un un homme dans la rue se prend   en grec, morías dernier vers aoi   saluer d’abord les plus dans l’effilé de ma voix n’est plus que très malheureux... poussées par les vagues religion de josué il quant carles oït la j’oublie souvent et les parents, l’ultime antoine simon 23       jardin  l’écriture approche d’une je ne saurais dire avec assez seins isabelle boizard 2005 agnus dei qui tollis peccata ici. les oiseaux y ont fait on peut croire que martine       tourne c’est seulement au   adagio   je toute une faune timide veille comment entrer dans une frères et       arauca traquer       " dernier vers aoi écrirecomme on se   au milieu de on cheval       deux lancinant ô lancinant  référencem le grand combat :       &agrav dernier vers s’il encore la couleur, mais cette sequence 6   le ….omme virginia par la antoine simon 15 a la libération, les       l̵       pass&e (À l’église et que vous dire des du fond des cours et des       &eacut     rien m1       je t’enlace gargouille ce pays que je dis est les installations souvent,  les éditions de introibo ad altare légendes de michel clquez sur j’écoute vos guetter cette chose d’un bout à petites proses sur terre       m&eacu pure forme, belle muette, Être tout entier la flamme quelques autres un jour, vous m’avez li quens oger cuardise il existe deux saints portant pour daniel farioli poussant dernier vers aoi pour michèle j’ai parlé ce qui importe pour normal 0 21 false fal avant propos la peinture est napolì napolì bernard dejonghe... depuis livre grand format en trois       le chaque automne les descendre à pigalle, se ki mult est las, il se dort ma chair n’est       juin exacerbé d’air le numéro exceptionnel de     &nbs j’ai en réserve dernier vers aoi je suis celle qui trompe dans les horizons de boue, de il ne s’agit pas de rimbaud a donc face aux bronzes de miodrag       apr&eg attention beau dans le monde de cette       le       les temps de cendre de deuil de À la loupe, il observa quatre si la mer s’est un soir à paris au dernier vers aoi le coquillage contre pas de pluie pour venir       m̵ quatrième essai de deux mille ans nous pour jean gautheronle cosmos 5) triptyque marocain       le dire que le livre est une   un bruno mendonça je t’enfourche ma antoine simon 10 de proche en proche tous le passé n’est  dernières mises les plus vieilles     après effleurer le ciel du bout des au seuil de l’atelier le 28 novembre, mise en ligne accorde ton désir à ta laure et pétrarque comme de sorte que bientôt on préparait pour maguy giraud et antoine simon 13 certains prétendent antoine simon 7 il y a dans ce pays des voies  on peut passer une vie nice, le 8 octobre       object titrer "claude viallat, libre de lever la tête pour frédéric madame est une des quatre archanges que     du faucon le "patriote", f tous les feux se sont antoine simon 5 (elle entretenait dans un coin de nice,       sur c’était une     hélas, bernadette griot vient de pas même béatrice machet vient de       au       le       dans madame est une torche. elle f j’ai voulu me pencher       la références : xavier rossignolet tu la la mort, l’ultime port, l’heure de la branches lianes ronces ce texte m’a été     dans la ruela       un madame, c’est notre pierre ciel non... non... je vous assure, carissimo ulisse,torna a     surgi vous n’avez polenta il avait accepté carcassonne, le 06 1 la confusion des temps où le sang se       quinze le temps passe dans la       sur    au balcon       je me ne faut-il pas vivre comme zacinto dove giacque il mio histoire de signes . madame est la reine des quand c’est le vent qui nous avancions en bas de  epître aux la terre a souvent tremblé pour yves et pierre poher et       pourqu   j’ai souvent le plus insupportable chez pour max charvolen 1) a dix sept ans, je ne savais       au vous êtes dernier vers aoi rêve, cauchemar,  au travers de toi je à propos des grands de mes deux mains       entre  marcel migozzi vient de epuisement de la salle, karles se dort cum hume       voyage Éléments -       la si, il y a longtemps, les s’ouvre la et combien la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Braganti, Sophie

SOPHIE BRAGANTI

<- FATIMA |
PAN
© Sophie Braganti

À propos de Max Charvolen

Artiste(s) : Charvolen (site) , (site) Ecrivain(s) : Braganti

Cet article est paru dans le numéro 62, hiver 2012, de la revue Verso

Quand on se pose on peut voir les marches qui mènent au corps le corps des marches la marche du corps. On peut voir le corps bâti pas battu dans les gestes le plat de la main fondu dans le plat du mur rien ne l’arrête on l’attend au tournant surfaces domptées à recouvrir en voler la silhouette et plus loin la libérer hors structure démembrer dévertébrer pierre ou béton ou objets façonnés par la main remodeler comme avec des draps en pièces détachées drapeaux de l’espèce et des espaces aux couleurs gestuelles lambeaux des limbes flotte maîtrisé le drapeau pirate la dimension esthétique parle de la fin du langage du sentiment du beau.
Emotion de la beauté de la mort de la beauté en art.

On peut voir comme des pages humides et tendres amples souples des vêtements qui mouillent mollissent moulent l’écartèlement des tensions contourner les obstacles lézardes fissures les sauter crevasses plaies fractures cicatrices trous les couvrir comme sous un plâtre cocon chrysalide. On peut le voir.

Pan de mur avec Peter qui grimpe sur ses souvenirs de travaux manuels pister les points cardinaux vue du ciel et du sol champs cultivés de la mémoire du temps les empreintes pour la cas où ça tombe pour le cas où ça casse appliquer des pansements même pas mal. On peut voir un ravalement de façade de l’art. On peut voir ça.

Faire des plans dans l’architecture en place entreprise de démolition lignes de fuite mesure de la démesure passages ruptures transitions et déborder empiéter sur les plates-bandes chaises musicales archives dans ce qui est tenu ici que pourra-t-on retenir. Faut voir.

On peut voir des mouvements construits dehors dedans une carte mémoire carte d’identité carte géographique la parole est rouge jaune bleue verte la parole est noire et blanche la gamme est aux murs sur l’escalier monte cale on peut voir un à un les pas frottent lire la foule un demi-tour la pointure des enfants la trace crasse de Barbe bleue Les bottes de sept lieues et la marque du territoire des ombres charnières lisières angles.

 

Publication en ligne : 1er janvier 2012
/ article dans revue

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette