BRIBES EN LIGNE
ce jour là, je pouvais       chaque       sur pour egidio fiorin des mots       à   (à le grand combat : je m’étonne toujours de la les cuivres de la symphonie trois tentatives desesperees pour nicolas lavarenne ma         &n       midi     faisant la       sur deuxième approche de       allong diaphane est le mot (ou mais non, mais non, tu       avant       en un    7 artistes et 1 pour angelo cliquetis obscène des aucun hasard si se mille fardeaux, mille tendresse du mondesi peu de   est-ce que de sorte que bientôt    de femme liseuse leonardo rosa il ne reste plus que le dernier vers aoi très malheureux... nous avons affaire à de zacinto dove giacque il mio l’illusion d’une paysage de ta tombe  et patrick joquel vient de moi cocon moi momie fuseau tout mon petit univers en     cet arbre que       ruelle a propos de quatre oeuvres de dernier vers aoi clers fut li jurz e li       sur deuxième apparition de pour qui veut se faire une dernier vers aoi macles et roulis photo 1       sur  “ne pas       dans macles et roulis photo 4 madame des forêts de certains prétendent r.m.a toi le don des cris qui       assis apaches : les plus vieilles buttati ! guarda&nbs on trouvera la video       au  les trois ensembles       les tout est prêt en moi pour       quinze       au vos estes proz e vostre deuxième essai comme c’est écrirecomme on se au commencement était c’était une   pour adèle et portrait. 1255 : accorde ton désir à ta pur ceste espee ai dulor e je suis agnus dei qui tollis peccata       le dans le patriote du 16 mars  monde rassemblé   adagio   je     hélas, antoine simon 28 antoine simon 29 toutefois je m’estimais fin première antoine simon 16 a supposer quece monde tienne traquer  epître aux six de l’espace urbain,     après dessiner les choses banales     rien       reine il y a dans ce pays des voies merci au printemps des bien sûrla madame aux rumeurs je t’enfourche ma passet li jurz, la noit est la deuxième édition du guetter cette chose       su       sur il y a tant de saints sur quel ennui, mortel pour able comme capable de donner si elle est belle ? je glaciation entre       je ce n’est pas aux choses       sous bel équilibre et sa travail de tissage, dans       &agrav un jour, vous m’avez ouverture de l’espace il n’est pire enfer que l’art n’existe « 8° de       enfant nécrologie       et tu f j’ai voulu me pencher ce 28 février 2002. je suis bien dans antoine simon 17 temps où les coeurs derniers vers sun destre temps de cendre de deuil de prenez vos casseroles et pour jean-louis cantin 1.- f le feu s’est   saint paul trois un titre : il infuse sa morz est rollant, deus en ad À perte de vue, la houle des l’erbe del camp, ki a propos d’une antoine simon 20       la     surgi       ( pour jean-marie simon et sa       crabe- ils avaient si longtemps, si c’est parfois un pays quatre si la mer s’est ( ce texte a le 15 mai, à   la production marie-hélène que d’heures le 26 août 1887, depuis       ...mai de pa(i)smeisuns en est venuz nous serons toujours ces il ne s’agit pas de ecrire sur       pass&e       le ce monde est semé la danse de très saintes litanies       la f les feux m’ont le proche et le lointain dernier vers que mort j’écoute vos pour michèle gazier 1       o i mes doigts se sont ouverts se placer sous le signe de vous avez onze sous les cercles à propos “la histoire de signes . af : j’entends toutes ces pages de nos pour michèle aueret       é antoine simon 25  de la trajectoire de ce il avait accepté "si elle est       " que reste-t-il de la sculpter l’air :       &agrav       l̵ dans les hautes herbes     les provisions rêves de josué, antoine simon 30 raphaËl le pendu ainsi alfred… j’ai longtemps dorothée vint au monde grant est la plaigne e large  on peut passer une vie la gaucherie à vivre, 1257 cleimet sa culpe, si       b&acir sequence 6   le       s̵ cet article est paru pour pierre theunissen la       voyage et c’était dans fragilité humaine. À max charvolen et martin   pour olivier outre la poursuite de la mise mise en ligne d’un avant dernier vers aoi temps de bitume en fusion sur (ô fleur de courge... autres litanies du saint nom  dernières mises station 7 : as-tu vu judas se ne pas négocier ne paien sunt morz, alquant noble folie de josué, dix l’espace ouvert au au seuil de l’atelier antoine simon 10 "le renard connaît   maille 1 :que       m̵ je serai toujours attentif à il existe deux saints portant       jardin cinquième citationne       vu a la libération, les mult est vassal carles de         or  la toile couvre les allons fouiller ce triangle douze (se fait terre se viallat © le château de antoine simon 9 pas sur coussin d’air mais la lecture de sainte saluer d’abord les plus edmond, sa grande d’un bout à       six il pleut. j’ai vu la (vois-tu, sancho, je suis petites proses sur terre       voyage les doigts d’ombre de neige n’ayant pas des voix percent, racontent       le la vie humble chez les rare moment de bonheur, un verre de vin pour tacher       sur le       montag approche d’une       je sous l’occupation journée de chaises, tables, verres, madame est une torche. elle       les imagine que, dans la c’est extrêmement      & abu zayd me déplait. pas a dix sept ans, je ne savais mieux valait découper pas facile d’ajuster le huit c’est encore à  la lancinante dans l’innocence des eurydice toujours nue à       que madame, on ne la voit jamais la poésie, à la karles se dort cum hume entr’els nen at ne pui       bien       soleil avez-vous vu démodocos... Ça a bien un       dans errer est notre lot, madame, le nécessaire non il semble possible       pour nouvelles mises en lorsque martine orsoni elle ose à peine tendresses ô mes envols f toutes mes dernier vers aoi       fourmi  un livre écrit une autre approche de clquez sur antoine simon 32       au antoine simon 5     les fleurs du   (dans le       dans qu’est-ce qui est en “le pinceau glisse sur       la pie dernier vers s’il f le feu m’a 7) porte-fenêtre  “s’ouvre les routes de ce pays sont       aujour …presque vingt ans plus les avenues de ce pays quatrième essai rares il ne sait rien qui ne va l’existence n’est (josué avait       st dans l’effilé de       dans et nous n’avons rien       au       nuage j’ai parlé les étourneaux ! et si au premier jour il  les premières   tout est toujours en  pour de f les marques de la mort sur suite de rm : d’accord sur sur l’erbe verte si est cet article est paru dans le « pouvez-vous antoine simon 22 premier vers aoi dernier  si, du nouveau       il je suis celle qui trompe bernard dejonghe... depuis jouer sur tous les tableaux tu le saiset je le vois est-ce parce que, petit, on normalement, la rubrique jamais je n’aurais    tu sais vi.- les amicales aventures ce qui importe pour vedo la luna vedo le générations comme un préliminaire la rm : nous sommes en le samedi 26 mars, à 15 a l’aube des apaches, monde imaginal,    nous on cheval       pass&e alocco en patchworck © les oiseaux s’ouvrent mon cher pétrarque,       p&eacu nous savons tous, ici, que la bouche pleine de bulles madame déchirée j’ai perdu mon lorsqu’on connaît une j’ai relu daniel biga, exode, 16, 1-5 toute  pour jean le et il fallait aller debout à la bonne   dits de la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXXXV | CXXXVII ->
CXXXVI

Clefs : peuples , lutte , art


Prenez vos casseroles et vos marmites, femmes, prenez vos lessiveuses, vos moulins, vos couteaux, vos fourchettes, prenez vos seaux, prenez vos couteaux, les grands couteaux à découper les viandes lourdes, et les fouets, et les écumoires aussi, et les cuillères et les louches, prenez tous vos outils, femmes, et ne vous en servez ni pour la cuisson ni pour la cuisine, femmes, ne travaillons pas ! De nos marmites faisons musique, femmes, faisons musique de nos casseroles et de nos lessiveuses ! Frappons les avec nos couteaux et nos louches. Raclons en l’intérieur avec nos fouets ! Frottons, griffons, raclons, frappons, pour le seul plaisir de faire du bruit, pour donner rythme et cadence, pour le tintamarre des marmites, la confusion des casseroles, le fin plaisir du casse oreille ! Frottons, griffons, raclons, frappons à l’envers et à l’endroit, au dehors et au dedans, sur les bords et dans le fond ! Car chaque chose a son bruit, chaque endroit de chaque chose a son bruit, et chacune de nous a son rythme et nos bras ont leur rythme et notre souffle a son rythme... Chacune le sien. Et dans les bras chacune a sa force, et dans ses mains et dans ses doigts, chacune a sa force et son rythme. Et dans sa voix chacune a son cri et dans son corps chacune a son chant. Chacune de nous a son rythme et son chant. Selon ses gestes, selon son corps, selon ses positions, selon la danse par laquelle nous préparons notre corps, chacune de nous a son chant, chaque fois différent. Femmes, mettons en concert les batteries de nos cuisines. Selon nos danses et nos gestes, selon l’intensité de chacune, nous créerons l’harmonie de la variété de nos souffles ! Et ne nous bornons pas à frapper, femmes, ensemble crions et chantons ! Enfournons, plongeons nos têtes, tout entières dans les marmites et les lessiveuses, et crions et chantons, disons les choses secrètes et les histoires connues, parlons, chantons, modulons nos voix dans les marmites ! Enfouissons-y notre tête pour faire chant. Mettons-y nos yeux et nos oreilles pour faire chant ! Modulons nos voix, nos paroles, nos rires, nos cris, pour faire chant. Surprenons-nous femmes de nous entendre, du seul plaisir de nous entendre, de nous envelopper de mots, de cris, de rires, de souffle et de langue. Enveloppons nous de nos odeurs, de la chaleur de nos voix, retentissons, femmes, retentissons ! Ailes nos yeux ouverts la vie nos souffles au matin s’étendent nos souffles au matin s’éveillent antiques voix de bronze entre nuit et clarté le vent nos souffles au matin s’éprennent les ailes lèvent l’ombre creuse ailes nos yeux ouverts la vie.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette