BRIBES EN LIGNE
glaciation entre et  riche de mes station 4 : judas  deuxième suite grant est la plaigne e large histoire de signes . reprise du site avec la la terre a souvent tremblé c’est la peur qui fait       sur diaphane est le temps de cendre de deuil de       dans se placer sous le signe de       arauca pour jacky coville guetteurs la légende fleurie est       droite de la madame chrysalide fileuse josué avait un rythme 1254 : naissance de clquez sur À la loupe, il observa aucun hasard si se     pourquoi tendresse du mondesi peu de c’est ici, me   j’ai souvent de profondes glaouis béatrice machet vient de coupé en deux quand le lent tricotage du paysage la pureté de la survie. nul générations « 8° de pour daniel farioli poussant       marche pour michèle le lent déferlement       je me les enseignants : j’entends sonner les  “s’ouvre       " journée de c’est pour moi le premier ainsi fut pétrarque dans       cerisi dans ma gorge       &n "nice, nouvel éloge de la polenta ils avaient si longtemps, si au matin du « h&eacu       dans je dors d’un sommeil de deuxième apparition de la danse de       maquis a la fin il ne resta que 10 vers la laisse ccxxxii vue à la villa tamaris l’existence n’est       l̵ un verre de vin pour tacher vous deux, c’est joie et       au       retour la gaucherie à vivre,    tu sais rien n’est       pour sables mes parolesvous ne faut-il pas vivre comme antoine simon 16 tromper le néant   six formes de la il s’appelait que d’heures dernier vers aoi nu(e), comme son nom       quand maintenant il connaît le in the country il avait accepté "je me tais. pour taire. a supposer quece monde tienne le 2 juillet 1- c’est dans temps de pierres dans la toutes sortes de papiers, sur je ne peins pas avec quoi, ma voix n’est plus que la route de la soie, à pied,       dans descendre à pigalle, se       reine un jour nous avons       la de sorte que bientôt       " "ces deux là se les avenues de ce pays sous la pression des mieux valait découper       je       le archipel shopping, la tout en vérifiant tandis que dans la grande  pour le dernier jour références : xavier exode, 16, 1-5 toute al matin, quant primes pert je suis occupé ces edmond, sa grande soudain un blanc fauche le pour maguy giraud et nécrologie langues de plomba la le lourd travail des meules frères et l’appel tonitruant du il y a des objets qui ont la     oued coulant réponse de michel   1) cette (ô fleur de courge... il souffle sur les collines cet article est paru non... non... je vous assure, travail de tissage, dans  hier, 17 si tu es étudiant en pour michèle aueret dernier vers aoi macao grise    si tout au long les routes de ce pays sont         or bien sûr, il y eut  je signerai mon       sur l’homme est l’impossible    de femme liseuse derniers vers sun destre si elle est belle ? je charogne sur le seuilce qui nous lirons deux extraits de  la lancinante i.- avaler l’art par       alla moi cocon moi momie fuseau je suis celle qui trompe pour michèle gazier 1 madame est toute il n’est pire enfer que       je siglent a fort e nagent e   voici donc la décembre 2001.       crabe- guetter cette chose pour andré les durand : une       dans   tout est toujours en cinq madame aux yeux "si elle est pour jacqueline moretti, l’heure de la merci à la toile de       juin dernier vers aoi quatre si la mer s’est la galerie chave qui       fleur à la mémoire de     l’é  c’était dernier vers aoi   marcel station 1 : judas li quens oger cuardise dernier vers aoi ce monde est semé le 23 février 1988, il       dans troisième essai       devant la brume. nuages sixième   je n’ai jamais les petites fleurs des rossignolet tu la la fraîcheur et la dernier vers aoi rimbaud a donc       l̵ la poésie, à la dernier vers aoi quando me ne so itu pe vedo la luna vedo le pour nicolas lavarenne ma « amis rollant, de temps de pierres religion de josué il     " la musique est le parfum de et…  dits de j’aime chez pierre quand il voit s’ouvrir, vos estes proz e vostre …presque vingt ans plus onzième troisième essai et il faut aller voir       deux  le grand brassage des macles et roulis photo 7 la bouche pure souffrance carcassonne, le 06 le grand combat : pur ceste espee ai dulor e de mes deux mains pour m.b. quand je me heurte paysage de ta tombe  et       é   saint paul trois deux nouveauté, j’ai donné, au mois       ton la cité de la musique       " À max charvolen et hans freibach :     ton comme une suite de dans les horizons de boue, de  “ce travail qui la bouche pleine de bulles dire que le livre est une       dans la vie est ce bruissement passet li jurz, la noit est il n’était qu’un "le renard connaît à bernadette trois (mon souffle au matin  tu vois im font chier   encore une dans l’innocence des m1       quelques textes quand sur vos visages les quand c’est le vent qui diaphane est le mot (ou madame, c’est notre dont les secrets… à quoi sur la toile de renoir, les ce jour là, je pouvais quand nous rejoignons, en les dernières g. duchêne, écriture le je ne sais pas si du fond des cours et des le temps passe dans la accoucher baragouiner       en le texte qui suit est, bien le galop du poème me au lecteur voici le premier       1. il se trouve que je suis je suis bien dans fontelucco, 6 juillet 2000 il en est des noms comme du la question du récit le corps encaisse comme il sauvage et fuyant comme merci à marc alpozzo 1.- les rêves de  improbable visage pendu je n’ai pas dit que le max charvolen, martin miguel tu le sais bien. luc ne     une abeille de       cette là, c’est le sable et des voiles de longs cheveux dernier vers aoi  les premières si grant dol ai que ne la vie humble chez les       le antoine simon 10 ensevelie de silence, chercher une sorte de     cet arbre que elle réalise des madame des forêts de dernier vers doel i avrat,       la pie       d&eacu j’ai relu daniel biga,       journ& je suis       la la liberté s’imprime à la réserve des bribes il faut laisser venir madame bientôt, aucune amarre « voici antoine simon 26 c’est le grand quand les mots et combien lorsque martine orsoni dernier vers aoi pour egidio fiorin des mots un temps hors du preambule – ut pictura       embarq intendo... intendo ! c’est un peu comme si, madame, on ne la voit jamais       le a ma mère, femme parmi       object (de)lecta lucta   iv.- du livre d’artiste madame dans l’ombre des il tente de déchiffrer, la mastication des mult est vassal carles de poussées par les vagues printemps breton, printemps dernier vers aoi le numéro exceptionnel de eurydice toujours nue à ce non, björg, pure forme, belle muette, six de l’espace urbain, 1) la plupart de ces l’une des dernières       longte “le pinceau glisse sur dans l’innocence des     dans la ruela au commencement était       deux beaucoup de merveilles       " nouvelles mises en   en grec, morías je m’étonne toujours de la (elle entretenait onze sous les cercles deux ce travail vous est et que vous dire des raphaël  l’exposition  j’ai travaillé madame aux rumeurs dans les carnets tous ces charlatans qui       apr&eg écoute, josué, à la bonne souvent je ne sais rien de nice, le 30 juin 2000 carissimo ulisse,torna a clere est la noit e la dimanche 18 avril 2010 nous  la toile couvre les cet article est paru dans le pour alain borer le 26 bruno mendonça et il parlait ainsi dans la tant pis pour eux. traquer ouverture d’une sequence 6   le ce 28 février 2002. attendre. mot terrible.     les provisions titrer "claude viallat, d’ eurydice ou bien de la parol

Accueil > Autres textes

RAPHAEL MONTICELLI

| SUB IDEM TEMPUS ->
MANDELA


  Le 10 décembre 2013, j’ai présenté de Mer intérieure à la Maison de la poésie de Grasse, dans le cadre de la manifestation Les poètes n’hibernent pas


 J’ai terminé cette lecture par un texte hors recueil, en hommage à Nelson Mandela... 

 


 


amant


amant de la


amant de la


vie amant


de la


joie de la


liberté


amant


amant de la


paix


 


Mandela


Mandela


tu es là


tu es


tu es



Mandela


 


Oh que


songeais


tu


que pensais


tu


que te


disais-tu


dans l’ombre


dans


non l’oubli


mais


l’écart


de tous


nous


la douceur


de notre


fraternité


toi


le cœur


de


nous tous


Mandela


Mandela


Amant de la


joie


au cœur de la


peine


de la


vie


au cœur de la


mort


comment


comment


vivais tu


force


force


force


de la


vie


 


Mandela


Mandela


Mandela


Ah


c’est tu


ton nom


qui roule


qui roule


qui roule


oh


ton nom


qui sauve


qui sauve


qui sauve


ah


 


Amant de la


liberté


que songeais tu


que


comment


tenais


tu


dis


toi le


cœur de la


vie


clos au cœur


de la


mort


 


Père


père noir


de mon cerveau


Mandela


Mandela


Mandela


Frère de mon cœur


frère


frère


frère


frère


 


Amant de la


vérité père


de mes pensées


Mandela


Mandela


Mandela


Ah


Frère selon mon cœur


 


Amant de la


Liberté père


de mes idées


Mandela


Mandela


Mandela


Oh


Frère selon mon


âme


 


Amant de la


Paix père de mon


cerveau


Mandela


frère


Toi


ta


lutte


notre


lutte


tu nous survis


Dulcie


Dulcie


Au doux nom de


septembre


tu


survis


tu


ma douleur


Dulcie


aux senteurs


de


fruits


 


Amant de la


liberté


Mandela


Mandela


Mandela


père de


nos luttes


toi


frère


de nos espoirs


 


Mandela


Mandela


Mandela


Mandela


nom martelé


sur la course


de mes frères


manifestants


 


 


Amant de la


vie


frère de mon


cœur


père de mon


cerveau


amant de mes


amours


Dulcie


Ma voix


incertaine


au seuil de toi


hésite


se suspend


te cherche


te cherche


te trouve


et te trouvant


se trouve


Amant


au cœur


fraternel


du monde


 


 


 

Publication en ligne : 12 décembre 2013

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette