BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi avant propos la peinture est antoine simon 19 légendes de michel       la trois (mon souffle au matin toulon, samedi 9 pas de pluie pour venir au lecteur voici le premier et combien       pav&ea       juin imagine que, dans la dernier vers aoi       su À peine jetés dans le les dernières pour egidio fiorin des mots (de)lecta lucta   toutes ces pages de nos libre de lever la tête ki mult est las, il se dort un trait gris sur la la force du corps,       l̵  jésus       sur le "le renard connaît ainsi alfred…  “comment traquer autre petite voix je reviens sur des dentelle : il avait       neige à propos des grands a la femme au pour qui veut se faire une le corps encaisse comme il essai de nécrologie, c’est la distance entre    seule au abu zayd me déplait. pas lentement, josué pour jean gautheronle cosmos       le de toutes les       un ici. les oiseaux y ont fait r.m.a toi le don des cris qui vertige. une distance suite du blasphème de   la baie des anges un soir à paris au vue à la villa tamaris       banlie pour mireille et philippe carles respunt : pour raphaël ce texte m’a été le scribe ne retient       l̵  le livre, avec g. duchêne, écriture le  le grand brassage des onzième       &agrav       &n pour frédéric f le feu s’est pour ma des quatre archanges que l’une des dernières le bulletin de "bribes pour angelo les routes de ce pays sont une errance de la mort d’un oiseau. "mais qui lit encore le  de la trajectoire de ce l’heure de la issent de mer, venent as 0 false 21 18 dernier vers aoi   « pouvez-vous l’impossible j’aime chez pierre  si, du nouveau   l’oeuvre vit son bientôt, aucune amarre       &agrav première epuisement de la salle, iloec endreit remeint li os le 28 novembre, mise en ligne faisant dialoguer difficile alliage de             object     " quand nous rejoignons, en deux nouveauté, aucun hasard si se       au il en est des noms comme du  marcel migozzi vient de       nuage dernier vers aoi pour jean-marie simon et sa antoine simon 22 polenta janvier 2002 .traverse dernier vers aoi       fourmi la bouche pleine de bulles chairs à vif paumes régine robin,       apr&eg       dans rêves de josué, merle noir  pour reflets et echosla salle bien sûr, il y eut       reine f le feu s’est onze sous les cercles et…  dits de quand les eaux et les terres    si tout au long       neige le samedi 26 mars, à 15 vous avez       la de pareïs li seit la  monde rassemblé le 23 février 1988, il derniers v.- les amicales aventures du       &ccedi 1. il se trouve que je suis carles li reis en ad prise sa il ne reste plus que le ….omme virginia par la torna a sorrento ulisse torna outre la poursuite de la mise d’ eurydice ou bien de    courant dans ce périlleux les plus vieilles dernier vers doel i avrat,       la pourquoi yves klein a-t-il pour jacqueline moretti, il existe deux saints portant pour max charvolen 1) chaque automne les       ma « amis rollant, de dans l’innocence des toutefois je m’estimais un homme dans la rue se prend le 26 août 1887, depuis les petites fleurs des ce  zones gardées de maintenant il connaît le c’était une       et et que dire de la grâce i en voyant la masse aux ma chair n’est antoine simon 17 dernier vers aoi à la mémoire de elle disposait d’une des voix percent, racontent       pass&e cliquetis obscène des arbre épanoui au ciel antoine simon 24 dernier vers aoi il arriva que (dans mon ventre pousse une       en clere est la noit e la madame est une la vie est dans la vie. se si, il y a longtemps, les       deux on dit qu’agathe tendresse du mondesi peu de ecrire les couleurs du monde mon cher pétrarque, 1) la plupart de ces viallat © le château de tu le saiset je le vois madame porte à       et tu pas même  un livre écrit       il j’ai ajouté le lent déferlement       ce   je n’ai jamais un jour, vous m’avez moi cocon moi momie fuseau     le cygne sur que reste-t-il de la l’instant criblé (ô fleur de courge... c’est un peu comme si,       m̵ une autre approche de       grappe la fraîcheur et la pas une année sans évoquer       sur il ne s’agit pas de     vers le soir les installations souvent, envoi du bulletin de bribes a toi le don des cris qui et nous n’avons rien l’ami michel       montag antoine simon 26       dans montagnesde générations morz est rollant, deus en ad aux barrières des octrois grant est la plaigne e large je me souviens de beaucoup de merveilles     cet arbre que       au       un au programme des actions écoute, josué, une il faut dire les tromper le néant ne pas négocier ne dernier vers aoi antoine simon 28 pour jean-louis cantin 1.- napolì napolì    en suite de pour maxime godard 1 haute accorde ton désir à ta je suis bien dans quand sur vos visages les 10 vers la laisse ccxxxii les avenues de ce pays     de rigoles en nice, le 18 novembre 2004 au commencement était af : j’entends juste un mot pour annoncer recleimet deu mult       au de sorte que bientôt       reine comme c’est ce paysage que tu contemplais       en    de femme liseuse equitable un besoin sonnerait pure forme, belle muette,   au milieu de  martin miguel vient dans le train premier j’ai perdu mon l’art c’est la la fraîcheur et la mieux valait découper pour jean marie dernier vers aoi   se       descen       arauca " je suis un écorché vif.       " siglent a fort e nagent e je suis à propos “la       ...mai vous dites : "un "et bien, voilà..." dit       au le proche et le lointain errer est notre lot, madame,       entre buttati ! guarda&nbs             glouss c’est parfois un pays antoine simon 32       sur bal kanique c’est       la nous dirons donc quant carles oït la il n’y a pas de plus  le "musée dont les secrets… à quoi ce qui importe pour       jonath attention beau comme ce mur blanc madame est une torche. elle     les provisions   pour théa et ses         or dans un coin de nice,       ce violette cachéeton       cette deuxième suite   ces notes toujours les lettres :       pour il était question non       crabe- exacerbé d’air pour michèle gazier 1) tout est possible pour qui  “ne pas       coude s’égarer on sables mes parolesvous       qui la deuxième édition du f le feu m’a lorsqu’on connaît une dans les écroulements       marche       droite madame, c’est notre la danse de la mastication des fontelucco, 6 juillet 2000 madame dans l’ombre des avez-vous vu je t’enlace gargouille       le un tunnel sans fin et, à ils avaient si longtemps, si mon travail est une       les la communication est tous feux éteints. des    il que d’heures   iv    vers l’art n’existe dernier vers aoi       sur et si tu dois apprendre à al matin, quant primes pert c’est le grand vous êtes mise en ligne d’un  hier, 17 le vieux qui dernier vers aoi       au       parfoi je serai toujours attentif à hans freibach : même si tu le sais bien. luc ne très malheureux...     son  il y a le carissimo ulisse,torna a  dernier salut au se placer sous le signe de grande lune pourpre dont les       " bernadette griot vient de tant pis pour eux.  ce mois ci : sub ] heureux l’homme marché ou souk ou dans le monde de cette       le la question du récit halt sunt li pui e mult halt la langue est intarissable la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > L’atelier du crocheteur > Oeuvres croisées > Gérard Éli

RAPHAEL MONTICELLI

|
À la dame de Millepertuis


Pour G
érard Eli

 

Et nous voici aux seuils du palais de Madame, hésitant encore, tremblant, un peu, comme si nous ne la connaissions pas.

 

Et nous voici aux seuils du palais de Madame, hésitants et tremblants, comme si nous ne nous connaissions pas.

 

Et nous voici aux seuils du palais de Madame, hésitant et tremblant, comme si nous ne le connaissions pas.

 

Le palais de Madame résonnent de toutes les voix que le monde a connues, et de celles qu’il ne connaît pas.

 

Le palais de Madame prend toujours la forme des voix qu’il accueillent. Des voix que Madame accueille.

 

Les voix du monde modèlent le palais de Madame. Elles lui donnent son sens et son énigme.

 

Quand les voix frappent le palais de Madame, elles y arrondissent l’espace, y forgent des pièges à échos

 

Quand les voix frappent le palais de Madame, elles y creusent des gorges, y cousent des nids.

 

Quand la terre se fend et geint, ses voix secouent le palais de Madame, il se tord et souffre. Rien ne l’abat.

 

Le palais de Madame connait les ouragans et les tempêtes. Voix mouillées de salive et de larmes à gorge noyée.

 

Les esprits animaux aiment reposer dans le palais de Madame, traversés des voix qu’ils traversent.

 

Quand les voix frappent le palais de Madame, elles y tressent des douceurs de terriers, y sculptent les totems des termites.

 

Les voix du palais de Madame ont-elles donné naissance aux insectes volants ? Ou ces insectes sont-ils des bribes de voix ?

 

Les scarabées bousiers sont les gardiens des palais de Madame. Ils recueillent et engrangent toutes les voix perdues.

 

À l’abri dans le palais de Madame, les scarabées dorés soumettent les voix inconnues à l’industrie subtile des scribes rêveurs.

 

Des bêtes pensives au front épais paissent dans le palais Madame. Et entre leurs cornes un ciel prisonnier murmure.

 

La danse furtive des bêtes de l’eau anime le palais de Madame. Ce sont les signes inattendus du silence.

 

Des ruisseaux de sable coulent dans le palais de Madame, charriant le soleil sec des voix inentendues.

 

Fidèles à tous les souffles, les champs de blé d’orge et de seigle bruissent en chant menu dans le palais de Madame.

 

Cette tension dans les chambres du palais de Madame : airs de murmures, airs de soupirs.

 

De grands corridors relient les portes du palais de Madame. Les voix s’y déploient et s’y densifient.

 

Toutes les voix du monde modèlent le palais de Madame, voix inconnues, voix disparues, voix éteintes. Toutes ces voix sont la voix de Madame.

 

Sur les murs de son palais, Madame a déployé l’armée timide de ses signes que personne ne sait déchiffrer.

 

Les sols du palais de Madame porte en creux les piétinements d’une bruissante humanité. Traces sur traces, temps et voix enfouis.

 

Le palais de Madame s’ouvrent par mille portes. La toute première, percée dit-on par Dieu lui-même, est celle de la langue première

 

Chaque matin, un long tremblement parcourt les portes d’Orient de son palais, et Madame frissonne d’inquiétude.

 

Madame aime par dessus tout ce moment incertain où, dans son palais, se fiancent les crépuscules de toutes les voix !

 

 

Quand la nuit est avalée dans le palais de Madame, chargée de lune, de brasillements ou d’odeurs de pluie, elle ne fait rien taire des voix.

 

Quand les voix poussent les frimas dans le palais de Madame, ce sont cristaux qui s’entrechoquent et crissent et craquent.

 

Dans le palais de Madame, il est des patios d’arbres sévères gardiens de nuages et protecteurs de ciels.

 

Dans le palais de Madame, il est un puits inépuisable où les voix se mêlent en gouttes à la liquidité des pierres.

 

Les toits du palais de Madame ne résistent pas au Zénith. Il les crève. Et, avec la lumière, les voix déferlent dans ses intérieurs.

 

Les portes du palais de Madame se joignent les unes aux autres. Traversé de lumières ouvert à tous les vents, c’est le palais de toutes les voix.

 

  

Publication en ligne : 13 décembre 2013
Première publication : 10 mars 2012

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette