BRIBES EN LIGNE
l’erbe del camp, ki toute une faune timide veille     pourquoi       " avez-vous vu       m̵   la production       j̵       les "pour tes       descen       au       ton se placer sous le signe de si j’avais de son madame est toute       sur aux barrières des octrois si, il y a longtemps, les c’est la peur qui fait la liberté s’imprime à giovanni rubino dit dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à a toi le don des cris qui un trait gris sur la in the country il ne s’agit pas de  il est des objets sur pour martine, coline et laure       un il ne sait rien qui ne va  le "musée la vie humble chez les  ce qui importe pour     au couchant       dans  le livre, avec       sur de sorte que bientôt macao grise ( ce texte a pour mes enfants laure et et encore  dits siglent a fort e nagent e 1-nous sommes dehors. "et bien, voilà..." dit 7) porte-fenêtre   3   

les     hélas, madame, vous débusquez  “... parler une autre petite voix       la la gaucherie à vivre, À la loupe, il observa  les éditions de pas facile d’ajuster le     cet arbre que et il fallait aller debout chairs à vif paumes ce paysage que tu contemplais je crie la rue mue douleur leonardo rosa dans le pays dont je vous attendre. mot terrible. madame a des odeurs sauvages pour ma     depuis dernier vers aoi toute trace fait sens. que       reine ce texte se présente ici, les choses les plus 1. il se trouve que je suis le 2 juillet « e ! malvais les cuivres de la symphonie       alla accorde ton désir à ta       longte 1254 : naissance de 0 false 21 18 une fois entré dans la percey priest lakesur les   on n’est la fraîcheur et la  “ce travail qui (de)lecta lucta   l’homme est d’un côté vertige. une distance pierre ciel merci au printemps des janvier 2002 .traverse mougins. décembre et ces  “ne pas       le intendo... intendo ! à       en li emperere par sa grant le lent tricotage du paysage c’est un peu comme si, derniers en cet anniversaire, ce qui la bouche pleine de bulles monde imaginal, temps de cendre de deuil de     oued coulant     du faucon       fleure un titre : il infuse sa la deuxième édition du ce jour là, je pouvais       sous preambule – ut pictura       ma on dit qu’agathe  il y a le autre citation"voui descendre à pigalle, se       bien s’ouvre la il y a tant de saints sur la cité de la musique macles et roulis photo 4       crabe- mesdames, messieurs, veuillez maintenant il connaît le couleur qui ne masque pas pour martin   que signifie deux nouveauté, on trouvera la video    au balcon n’ayant pas dernier vers aoi dans les rêves de la iv.- du livre d’artiste on peut croire que martine je reviens sur des quand il voit s’ouvrir, dorothée vint au monde       le  pour jean le saluer d’abord les plus sauvage et fuyant comme le numéro exceptionnel de “dans le dessin chaque automne les       dans et la peur, présente granz fut li colps, li dux en toulon, samedi 9 dernier vers aoi sept (forces cachées qui se reprendre. creuser son régine robin, il en est des meurtrières. cinq madame aux yeux (la numérotation des ce monde est semé       neige deux mille ans nous le ciel est clair au travers madame aux rumeurs martin miguel art et i en voyant la masse aux juste un       la       va       pour   pour théa et ses rien n’est plus ardu cette machine entre mes trois (mon souffle au matin    si tout au long  les premières       dans écrirecomme on se       object vos estes proz e vostre    de femme liseuse   ciel !!!! quant carles oït la nos voix       d&eacu 0 false 21 18 pour jean-louis cantin 1.- ainsi va le travail de qui antoine simon 23       au     les provisions   je ne comprends plus pour michèle gazier 1 j’entends sonner les   j’ai souvent       au beaucoup de merveilles la poésie, à la     l’é j’ai ajouté antoine simon 19 bientôt, aucune amarre  monde rassemblé de soie les draps, de soie iloec endreit remeint li os torna a sorrento ulisse torna dans le pain brisé son mais non, mais non, tu errer est notre lot, madame, j’ai donné, au mois l’attente, le fruit l’art n’existe       six dernier vers aoi     adagio   je 1) notre-dame au mur violet le tissu d’acier coupé en deux quand       apr&eg       soleil   six formes de la ce qui aide à pénétrer le     quand  un livre écrit       ( et si au premier jour il il existe deux saints portant     vers le soir ils sortent f le feu s’est       "     une abeille de reprise du site avec la sa langue se cabre devant le f toutes mes v.- les amicales aventures du sixième clere est la noit e la À peine jetés dans le me à bernadette "je me tais. pour taire. tromper le néant pour raphaël       le  zones gardées de (elle entretenait     chambre quai des chargeurs de aux george(s) (s est la vous avez       je me       en un neuf j’implore en vain   (à le proche et le lointain les parents, l’ultime vous n’avez "l’art est-il tout le problème la liberté de l’être dont les secrets… à quoi et il parlait ainsi dans la antoine simon 29       la quel ennui, mortel pour f qu’il vienne, le feu       fleur       &agrav toutefois je m’estimais le recueil de textes il pleut. j’ai vu la sur l’erbe verte si est de la ils s’étaient approche d’une     tout autour antoine simon 15       la  avec « a la mult ben i fierent franceis e c’est vrai       &agrav pour philippe tout en vérifiant quand vous serez tout deuxième apparition de un homme dans la rue se prend dernier vers aoi les plus terribles petites proses sur terre dernier vers aoi un soir à paris au à la bonne       l̵ pour mon épouse nicole sur la toile de renoir, les antoine simon 13 madame chrysalide fileuse       pass&e ço dist li reis : vous êtes o tendresses ô mes       en       au le 15 mai, à dans les écroulements       la comme un préliminaire la marché ou souk ou       b&acir à cri et à diaphane est le mot (ou  la lancinante       les dernier vers aoi je suis celle qui trompe j’écoute vos tous feux éteints. des mieux valait découper       le réponse de michel je désire un nous avons affaire à de bruno mendonça comme ce mur blanc       fourmi pour m.b. quand je me heurte a la femme au que d’heures pour maxime godard 1 haute       sur si tu es étudiant en   tout est toujours en antoine simon 5 au seuil de l’atelier pour michèle aueret       dans mi viene in mentemi dernier vers aoi a la fin il ne resta que dix l’espace ouvert au hans freibach : ce texte m’a été c’est une sorte de générations vous avez polenta       cerisi toutes ces pages de nos ma voix n’est plus que       vu jouer sur tous les tableaux attelage ii est une œuvre carissimo ulisse,torna a       sabots genre des motsmauvais genre       maquis       assis décembre 2001.     faisant la       m&eacu       devant       dans       ( je sais, un monde se À max charvolen et martin tout est possible pour qui ensevelie de silence, pour andrée nous lirons deux extraits de deuxième apparition ce qui fait tableau : ce       sur attention beau dernier vers aoi f les marques de la mort sur accoucher baragouiner pour jean marie le "patriote", de prime abord, il chercher une sorte de       la       mouett dernier vers aoi « pouvez-vous pour maguy giraud et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > ORPHEE (etc.)

ORPHEE

<- 7 | 9 ->
8
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

J’ai perdu mon Eurydice
comme on perd sa clef
Orphée muet devant le seuil
se ferme la seule porte qu’il désirait

reste le cœur à fouiller
sans arrêt tourner et retourner
les images enfuies
jusqu’à ce qu’elles se délavent

photos d’Eurydice
à la neige ou sur la plage
son dos nu brouillé sous la lumière

Eurydice est sous la pluie
toujours de dos déjà voilée
se raye sous les plis

Publication en ligne : 20 novembre 2014

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette